Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpg

[C] Les lunettes
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Creepypasta from the Crypt -> Proposition de Creepypastas -> Creepypastas acceptées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Stéphane G de G
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 267
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 15:19    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

D’après mes psys, la première chose à faire pour exorciser ses démons, c’est d'écrire son histoire. Je n’ai jamais eu envie de le faire mais aujourd'hui je me sens prêt. Hormis des formulaires et de la paperasse administrative, j’ai passé ma vie à éviter d’écrire, j’avais bien trop peur que le stylo fuie et qu’une tache d’encre ne se dresse sur la feuille. Personne ne peut se douter de ce qui peut naître à partir d'une simple tache, personne.

Bon, alors voilà. Même si je suis toujours angoissé, je vais me mettre à écrire mon histoire et peut-être que j’arrêterai de voir des fantômes partout. J’avais quatorze ans quand les faits se sont produits. On venait d’emménager dans une maison que mes parents avaient fait construire. Mon père et ma mère étaient du genre très maniaques. Si la plupart des parents emménagent dans une nouvelle maison pour avoir plus grand, eux, c’était pour avoir plus blanc et plus propre. Ma mère avait toujours un maudit chiffon à poussière à la main, et mon père passait l’aspirateur trois fois par jour quand il ne bossait pas.

Moi, ces murs blancs, ce mobilier laqué, ça me faisait mal aux yeux et cela avait fini par me filer de terribles migraines. L’ophtalmo m’avait prescrit des médocs et des lunettes noires pour les atténuer. Si mes parents ont accepté les médicaments à base de codéine, ils ont refusé les lunettes prescrites sous le prétexte que je ne pourrais plus admirer la splendeur de leur étincelante maison ! Qui a pensé que j’avais une famille bizarre ?

On avait aussi un grand jardin impeccablement entretenu par monsieur, madame et par moi aussi (plus par obligation que par goût des plantes vertes). Un jour où je grattais la pelouse avec mon râteau, j’ai accroché un truc dans la haie de thuyas encadrant le jardin. Une tige noire dépassait de la terre. Je me suis baissé, j’ai creusé un peu et j’ai découvert une vieille paire de lunettes noires. J’ai été les nettoyer en cachette avec un produit qui se trouvait sur une étagère du garage et j’ai bien fait attention à ne pas faire tomber le moindre grain de terre sur le sol laqué. Malheureusement pour moi, j’ai dû en oublier quelques-uns et j’ai passé le reste de l’après-midi dans le placard à balais avec quelques bleus au corps (mon père ne me frappait jamais au visage, il n’était pas idiot). Heureusement j’avais réussi à cacher mes lunettes dans une poche de mon jean. Je les essayais juste avant de me coucher. À ma grande joie, les murs blancs sont devenus sombres tout comme mon armoire laquée, mon bureau laqué, mon lit laqué car même si j’éteignais la lampe de ma table de nuit, la lumière crue des lampadaires du jardin passait à travers mes fenêtres sans rideaux. Ainsi mes murs n’étaient pas salis par le noir de l’obscurité ! N’étaient-ils pas vraiment cons mes parents ?

J’étais donc allongé sur mon lit, admirant l’atmosphère sombre de ma chambre. Au début, je n’avais pas remarqué une tache plus claire sur le plafond. C’est quand elle a bougé que je l’ai vue ! Elle a glissé jusqu’à l’arête du plafond, a dévalé le mur jusqu’à mon lit ! D’un réflexe j’ai retiré mes lunettes et heureusement, cette maudite tache avait disparu. Inutile de vous dire que je n’ai pas réessayé ces foutues lunettes ce soir-là mais j’ai tout de même regardé sous mon lit, au cas où… Je n’ai pas super bien dormi et même si les taloches de mon père m’avaient considérablement endurci au cours de ces dernières années, on peut dire que j’avais la trouille. Mais ça, je ne l’avoue que maintenant...

Le lendemain mes parents m’ont dit avoir mal dormi et m’ont demandé si j’avais fait des cauchemars ou si j’avais crié. J’ai dit que non. J’ai d’ailleurs été étonné de cette question, car même si je hurlais mes tripes, ils ne pouvaient pas m’entendre puisque ma chambre avait été aménagée au sous-sol. Leur chambre se situait au-dessus de la mienne et un mètre de béton nous séparait.

Plusieurs fois dans la journée j’ai mis mes lunettes et j’ai regardé le plafond, les murs de ma chambre sans revoir cette tâche. Autre chose a cependant marqué ma journée : les violentes disputes entre mes parents. Il y a toujours eu quelques éclats de voix entre eux, mais jamais avec cette intensité. J’ai bien cru que mon père allait étrangler ma mère ou que ma mère allait égorger mon père. Aucune des deux solutions ne m’aurait déplu, mais bon, de nature solitaire, je pensais qu'il valait mieux vivre avec des maniaco-dépressifs qu’à la DASS avec une troupe d’ados en mal de reconnaissance.

Au dîner on entendait juste le bruit des couverts et des mastications. On n’avait pas grand-chose à se dire alors pour « meubler » cette fastidieuse réunion familiale on regardait la télévision. Mais ce soir-là c’était silence radio. On s’observait comme des étrangers. Après le dîner, mon père a refusé que je regarde un film pour me détendre et m’a dit d’aller me coucher et de ne pas crier même si je faisais des « putains » de cauchemar ! Énervé, j’ai pris plusieurs cachets de codéine que l’ophtalmo m’avait prescrits pour les migraines. C’est puissant la codéine, c’est un opiacé qui aide aussi à dormir. Assommé, je n’ai pas essayé mes lunettes, et de toute façon, je n’avais aucune envie de revoir cette tache au-dessus de ma tête. Je préférais nettement m’en tenir à une hallucination qui ne se reproduirait plus.

Dans mon cauchemar, des chuchotements m’ont réveillé en sursaut. Ça hurlait « Meurtrier ! Meurtrier ! » Une odeur de pourriture a empli l’air de ma chambre, ma table de nuit vibrait et l’ampoule de la lampe grésillait. Je n’ai pas eu besoin de mes lunettes pour voir la tache au plafond. Elle s’est aussitôt étirée vers moi comme un énorme ver de sang. La pointe s’est affinée pour venir me toucher. J’étais pétrifié, plaqué contre mon lit, impossible de bouger. Pourtant, dans un réflexe pour sauver la paix de mon âme, j’ai mis les lunettes noires et c’est là que je l’ai vu !

Un corps décharné et décapité tendait un bras vers moi. J’ai été si surpris que je me suis jeté hors du lit mais ma tête a heurté le coin de la table de nuit et j’ai vu 36 chandelles. Vautré sur la moquette, il m’était réellement impossible de faire autre chose que de geindre et de regarder le cadavre sans tête se décrocher du plafond et tomber à mes pieds. J’étais au bord de la crise cardiaque, mon cœur cognait dans ma poitrine, ma gorge, mes tympans. Au moment où j’ai cru que le décapité allait se jeter sur moi, il s’est brusquement tourné vers la porte de la chambre qui s’est ouverte toute seule. En claudiquant il a traversé la salle de jeu, a monté les cinq marches menant au rez-de-chaussée ; la porte s’est encore ouverte toute seule. « Meurtrier, meurtrier ! » a retenti dans le salon. Une poignée de secondes plus tard, autre chose a dévalé les escaliers : mon père furieux. J’ai juste eu le temps de cacher mes lunettes et de grimper sur mon lit. Alors que ce salaud me corrigeait, il me hurlait qu’il n’était pas un meurtrier ! J’ai crié que ce n’était pas moi, que c’était la chose du plafond ! Son poing s’est figé net. Il m’a sondé de son regard exorbité avant de tourner tout doucement la tête vers le plafond. Il est resté une bonne minute comme ça, le nez en l'air, le visage grimaçant, la respiration saccadée. Il a marmonné une bouillie de mots, m’a de nouveau regardé, puis il est reparti sans plus rien dire. C’était l’horreur.

Le lendemain matin, avant le petit déjeuner, j’ai eu le droit à un interrogatoire digne de la Gestapo. Toutes les questions portaient sur ce que j’avais vu, entendu, à quelle heure, quand, comment. Malgré les taloches, je ne leur ai rien dit. Ça me faisait plaisir de les voir paniquer, de voir la peur crisper leur visage. Restait à savoir pourquoi, ce qu’ils savaient, ce qu’ils me cachaient.

Mon père a filé au garage. Il est revenu avec une pioche, a traversé le salon puis s’est enfermé dans sa chambre. Des coups sourds ont commencé à faire vibrer le sol. Ma mère l’a rejoint et le suppliait d’arrêter. Cet enfoiré n’écoutait rien et continuait à frapper, à s’acharner sur le parquet. On a sonné à la porte d’entrée. C’était mon meilleur et seul ami. Je suis parti avec lui, heureux de quitter cette baraque de fous.

Didier, le père de mon pote, a téléphoné au mien pour que je déjeune avec eux. Personne n’a répondu alors je suis resté. Bien que je n’eusse absolument pas besoin d’entendre ça à ce moment-là de ma vie, Didier nous a racontés une histoire effrayante pendant que nous déjeunions : cinq ans auparavant, un riche fermier possédant de nombreuses terres dans la région avait disparu sans laisser de trace. Quelques mois après sa disparition, un pêcheur du dimanche dont la ligne s’était prise dans la vase de la rivière, a remonté… une tête dans un état de décomposition avancée. Les analyses génétiques ont confirmé qu’il s’agissait bien de la tête du fermier. Malgré de nombreuses recherches on n'a pas retrouvé son corps. J’ai cru que cette sordide histoire allait en rester là jusqu’à ce que le père de mon pote me susurre à l’oreille, comme s’il voulait que personne d’autre que moi n’entende la terrible conclusion de son récit : dès la confirmation de sa mort, les terres furent vendues, sa ferme détruite et l’argent âprement disputé entre les héritiers dont l’un était mon père !

L’esprit plein de doutes je suis rentré en fin d’après-midi. Qui avait bien pu commettre ce meurtre si atroce ? Pourquoi n’étais-je au courant de rien ? Qui était ce membre éloigné de ma famille ? Avec ce qui s’était passé hier soir je me sentais très mal, mon esprit faisait de terribles rapprochements.

Mon malaise s’est amplifié quand j’ai découvert le salon de leur étincelante demeure sans dessus- dessous, quand j’ai vu la cuisine retournée, de la vaisselle cassée et des meubles pleins de poussière ! Je me suis dit qu’ils avaient dû se battre mais non, mes parents riaient à gorge déployée ! Ils s’en foutaient royalement et dansaient entre les meubles retournés, s’embrassaient sans aucune retenue ! Quand ma mère a enfin croisé mon regard ahuri, elle m’a même demandé si je voulais jouer avec elle ! Je ne comprenais rien de leur brusque changement d’attitude et je ne suis ressorti de ma chambre qu’après m’être enfilé plusieurs cachets de codéine. Au dîner, j’ai aussi halluciné car ma mère adepte de la cuisine équilibrée venait de faire livrer quatre énormes pizzas ! Je n’avais guère d’appétit mais eux se sont goinfrés comme jamais auparavant, buvaient de grands verres de Coca Cola en s’en foutant partout, pétaient et rotaient en se marrant comme des gamins. Entre deux bouchées ils me racontaient des morceaux de leur vie que je ne comprenais pas trop, des bribes incompréhensibles dont je me foutais royalement. Parfois ils s’arrêtaient et m’observaient fixement sans rien dire.

Mon malaise est redescendu de plusieurs crans quand mes parents ont été se coucher main dans la main, en train de pouffer, sûrement à l’idée de baiser. C’est la première fois que je les entendais faire l’amour. Plus tard j’ai appris que pousser des grognements de porc n’était pas faire l’amour. N’ayant aucune envie d’aller me coucher et préférant rester loin de ma chambre, j’ai regardé la télé jusqu’à finalement m’endormir.

« Meurtrier, meurtrier » ! Le seul réflexe qu’on peut avoir quand on se réveille en sursaut c’est de se jeter à terre. Les lumières du jardin qui passaient par les baies vitrées s’éteignaient, s’allumaient, ça faisait comme des flashs dans le salon. J’ai entendu la porte du sous-sol grincer et j’ai aussitôt regardé dans sa direction : une forme sombre claudiquait vers moi ; « Meurtrier, meurtrier ! », grondait-elle d’une voix caverneuse. Je me suis levé d’un bond et j’ai couru jusqu’à la cuisine où j’ai retiré un couteau de boucher du bloc posé sur le comptoir. Je me suis retourné et la forme était déjà là, face à moi ! C’était le corps décapité entrevu l’autre soir. Il restait là, sans bouger, sans m’attaquer. Ça puait le diable. Les flashs s’étaient accélérés, on aurait dit une nuit blindée d’éclairs avec de très brefs moments d’obscurité. C’est à ce moment que j’ai entendu une voix dans ma tête me demander de mettre mes lunettes. J’ai hésité quelques secondes puis je les ai retirées de la poche arrière de mon jean. Je les ai posées sur mon nez avec une certaine appréhension et ce que j’ai vu m'a sidéré : un vieil homme à l’air sympathique ! Toutefois, son corps couvert d’une salopette maculée de boue était un peu étrange, mal proportionné : des bras longs et maigres, un gros bide et des jambes dont l’une était plus courte que l’autre, formaient sa silhouette. Il s’est brusquement retourné et a traversé le salon en boitant jusqu’à la chambre de mes parents. Les flashs donnaient l’impression qu’il avançait par à-coups. J’entendais des chuchotements dans ma tête, des chuchotements me dire « Tes parents sont des monstres, tes parents m’ont tué, viens voir les monstres ! »


C’était effrayant, mais il fallait percer l’abcès, en avoir le cœur net, car l’attitude de mes parents aujourd’hui n’avait pas été normale, à condition bien sûr qu’un jour mes parents aient été normaux ! Mon cœur battait la chamade quand je me suis approché de leur chambre. Le vieil homme a attendu que je sois près de lui pour baisser la poignée de la porte.

Les gonds ont grincé comme un cri sinistre dans la nuit. Des grognements, peut-être des ronflements, se sont mélangés aux voix dans ma tête. « Regarde, regarde ! », me disaient-elles sans cesse. Et j’ai regardé…

Ce que j’ai ressenti cette nuit-là, c’était de la peur mélangée à de la haine. Ces êtres étaient enlacés l’un contre l’autre et grognaient à chaque respiration. Ils me dégoûtaient et m’effrayaient à la fois ! Les flashs me permettaient d’apercevoir leur peau rougeâtre, leurs bras terminés par trois serres et la maigreur de leurs jambes entourées d’une longue crinière noir jusqu’aux talons pointus. J’ai aussitôt retiré mes lunettes, mais cela n’a rien effacé ! Les monstres étaient là, mes parents étaient toujours là ! J’ai hurlé de peur et de rage et ils se sont redressés d’un seul coup ! J’ai alors vu leurs yeux ronds et laiteux, leur visage décharné, figé sur un large sourire percé de dents pointues d’un rouge éclatant !

Celui de gauche s'est levé et m’a demandé ce que je foutais dans sa chambre. C’était la voix de mon père ! C’était lui, il n’y avait plus de doute ! J’ai alors vu le vieil homme se jeter sur lui et le mordre, le frapper si fort que des bouillons de sang ont éclaboussé mon visage et mes vêtements. L’autre a voulu lui porter secours mais il s’est littéralement fait dépecer devant moi, mis en pièce avec je ne sais quel objet tranchant. C’était déjà trop pour moi, ma raison a vacillé et je me suis enfui le plus loin possible de cet enfer…

Je ne sais plus comment j’ai atterri à l’hôpital. Je suis resté plusieurs semaines en observation. Traumatisé, je n’ai retrouvé la parole que très tard mais je ne sais plus trop quand. Devant la porte de ma chambre, un policier assurait constamment ma protection. Sans doute avait-il peur que d’autres montres viennent se venger ?

J’ai passé 22 ans en hôpital psychiatrique et j’ai passé 22 ans à clamer mon innocence. Enfin non, 20, car depuis 2 ans j’admets que c’est moi et que je regrette beaucoup beaucoup. Enfin c'était uniquement pour leur faire plaisir à tous ces monstres en blouse blanche, uniquement pour sortir de l'hôpital. Si on a retrouvé l’arme du crime, un couteau de boucher, on n’a jamais retrouvé les lunettes de mon grand-oncle. Ouais, le fermier était le frère de mon grand-père paternel, un vieil homme excentrique brouillé depuis plusieurs décennies avec sa famille. En société, il utilisait un faux nom pour qu’on lui foute la paix ! Je me demande qui a bien pu retrouver sa trace avant qu’on ne retrouve son cadavre décapité dans le ciment du plafond de ma chambre. On l’aurait mis là alors qu’il était déjà mort depuis 5 ans. Enfin ce n’est qu’un détail, vous connaissez la suite, il s’est vengé des monstres…





CORRIGÉ PAR LA GRAMMATIKWAFFE
________________
Découvrez mes autres creepy sur le blog des chroniques de l'Obscurité : http://recitsclairsobscurs.blogspot.ca/


Dernière édition par Stéphane G de G le Dim 18 Déc 2016 - 16:44; édité 5 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 15:19    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lalya
Ancien
Ancien

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 361
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 16:43    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : J'ai un peu de mal avec le moment ou le narrateur apprends que sa maison à été construite sur le lieu d'un meurtre. J'ai l'impression que c'est plus une facilité scénaristique qu'autre chose que de mettre ça là. Ce genre de rumeur qui rendent un endroit un peu glauque les gosses aiment bien en parler pour foutre la trouille aux autres surtout à un "nouveau" qui vient d'arriver à l'école par exemple. Même son pote qui savait a pas été plus curieux que ça avant ?

Moyen de transmission : Témoignage

Sentiments éveillés : De la curiosité, j'trouve que le côté décapitation/flaque de sang fait tomber un peu trop le texte dans le gore mais bon ça passe.

Style/lisibilité: Ok.

Intérêt : C'est sympa à lire, mais j'sais pas trop, j'ai l'impression qu'il manque un petit quelque chose du coup ça me gêne un peu, mais comme j'arrive pas à mettre le doigt dessus et qu'il n'y a pas d'incohérence majeur ça sera un petit pour...
________________
"J'aime les filles cinglées parce qu'elles n'ont pas de limites, elles passent leurs temps à provoquer. Parce qu'elles vont vite, sans s'arrêter, respirent juste le temps de reprendre leur souffle entre deux embardées. Parce que, par instant de grâce, elles sont belles comme un matin de fin du monde. Parce qu'elles font mal à regarder, et qu'elles n'aiment personne."
Revenir en haut
Antinotice
Traducteur
Traducteur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2015
Messages: 3 549
Localisation: Paname
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 17:06    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Je trouve ça un peu trop tordu franchement, on a du mal à y croire. Entre les fous de la blancheur, les lunettes plus ou moins magiques et la silhouette sanglante...
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Revenir en haut
Stéphane G de G
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 267
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 17:37    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Ah la la, quand l'auteur n'est pas convaincu, je vois que les lecteurs n'ont plus. ça ne me surprendrait pas qu'elle soit persona non grata. Tant pis, c'était ma creepy du mois...
________________
Découvrez mes autres creepy sur le blog des chroniques de l'Obscurité : http://recitsclairsobscurs.blogspot.ca/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Antinotice
Traducteur
Traducteur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2015
Messages: 3 549
Localisation: Paname
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 17:38    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Attention, je dis pas que c'est mauvais ! Mais disons que tu nous as habitués à mieux.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Revenir en haut
Stéphane G de G
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 267
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 18:24    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Antinotice a écrit:
Attention, je dis pas que c'est mauvais ! Mais disons que tu nous as habitués à mieux.






A beaucoup mieux, sans vouloir me jeter des fleurs. J'ai mis plusieurs heures à l'écrire alors que d'habitude ça passe comme une lettre à la poste. Quand l'idée de base est une tache qui s'élargit chaque nuit au plafond et qu'à la fin on se retrouve avec des maniaques et une paire de lunettes noires, c'est que quelque chose ne va pas. Soit l'idée de base était mauvaise, soit elle ne m'inspirais pas plus que ça. Je pencherais pour la seconde option. Po grave, je m'en remettrais... 
________________
Découvrez mes autres creepy sur le blog des chroniques de l'Obscurité : http://recitsclairsobscurs.blogspot.ca/


Dernière édition par Stéphane G de G le Sam 24 Sep 2016 - 02:22; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pomme
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2016
Messages: 308
Localisation: Poirier
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Sep 2016 - 18:41    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Personnellement j'ai trouvé que c'est le passage où il va dans la chambre de ses parents qui """"""gâche"""""" l'histoire. C'est trop surréaliste je trouve. Pour une nouvelle je trouve que ça passe, c'était même sympas à lire vraiment. Mais pour une pasta je sais pas ça fait gros, c'est dur à croire. Enfin c'est surtout qu'il y a trop de choses bizarres qui se passent en même temps, la tâche, la maison construite sur le lieu d'un meurtre, le fantôme ensanglanté et l'apothéose avec les parents qui sont des monstres. C'est difficile à croire quoi Very Happy

J'ai trouvé que la chute en plus avait pas mal de point commun avec le verre de lait. Le mec est interné et c'est lui qu'on accuse.

Enfin bref, les idées sont pas mauvaises mais y'en a trop en même temps Very Happy
________________
"You tried your best and you failed miserably. The lesson is, never try." H.S
Revenir en haut
Tabbender
Ancien
Ancien

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2013
Messages: 1 743
Localisation: Okuushima. J'espère que je vais vivre longtemps !
Masculin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 00:20    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : C'est pas vraiment clair. Je veux dire, ses parents qui tout à coup deviennent gentils et sont remplacés par des monstres ? Et pareil, le fait que tout le monde croit que le gosse les a tué...
Bon, je dois dire que c'est assez bien fait dans le sens ou c'est une histoire racontée, un traumatisme même, donc au final le fait que ce soit vague et que certains trucs soient pas vraiment expliqués correspond avec le style. Mais j'aimerais quand même en savoir un peu plus (après c'est peut être moi qui suis trop curieux aussi).

-cohérence des actions du ou des personnages :
Citation:
Hormis des formulaires et de la paperasse administrative, j’ai passé ma vie à éviter d’écrire, j’avais bien trop peur que le stylo fuie et qu’une tache d’encre apparaisse sur le papier.

Y'a un moyen très simple pour éviter ça. Je te mets sur la voie : tu l'as écrite comment ta pasta ?

-sentiment éveillé chez le lecteur : C'était pas mal à certains moments (seul la nuit dans le noir > all pour le sentiment éveillé )

-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : J'aurais envie de demander comment ça nous parvient mais en soit le moyen de transmission est cohérent.

-style d'écriture : Beaucoup de petits paragraphes. C'est pas un problème mais c'est quand même rigolo à mentionner.

-lisibilité du texte : Ok.

-intérêt de l'histoire : Franchement c'était pas mal. En général le coup du revenant qui vient tuer celui qui l'a tué c'est cliché, mais là c'était bien tourné, j'ai pas eu de sentiment de déjà vu. Je suis pour.
________________

You cannot grasp the true form of my Mastersword ! My life for Hyrule !





Le Tabbender's Challenge, vaincu une seule fois depuis 2014 (GG à The Dude ).
http://www.creepypastafromthecrypt.com/t3099-Tabbender-s-Challenge.htm
495 graze it easy m⑨


ティト・ディック「ディックマン」、赤ちゃん!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Iggnatus
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2015
Messages: 246
Localisation: Aix-en-Provence
Masculin Balance (23sep-22oct) 兔 Lapin

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2016 - 12:21    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

C'est .... c'est... indescriptible....

Cohérence histoire : Il y a pas mal de choses qui restent inexpliquées, notamment ce changement brutal des parents.

Cohérence personnages :
RAS. J'ai beaucoup aimé la description des "parents", ça change des monstres habituels.

Sentiment éveillé : Une grande sensation de mystère, c'est ce qui fait le charme de cette pasta.

Moyen de transmission :
C'est un témoignage.

Style : J'ai beaucoup aimé, juste "Le frère à mon grand-père" c'est non. On dit "le frère de ..."

Lisibilité : Bonne.

Intérêt : Je sais pas ce qu'il y a avec cette pasta, mais je la trouve plutôt... cool. Pour.
________________
Déroule pas si tu es un petit être sensible et fragile

Revenir en haut
RedRaven
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 14 Oct 2016 - 20:39    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

D'autres avis ici ?
Revenir en haut
Daemoniack
Second couteau
Second couteau

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2016
Messages: 78
Localisation: Villers-Cotterêts
Masculin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

MessagePosté le: Sam 15 Oct 2016 - 09:42    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Cohérence Histoire: Alors, comparé aux messieurs du dessus, j'ai relevé une incohérence plutôt grande dans l'histoire. Les parents ont fait construire une maison à l'endroit où il y avait la ferme du grand oncle paternel, et le cadavre de ce grand oncle était dans le ciment d'un mètre d'épaisseur qui sépare la chambre du petit de celle de ses parents ?.. Genre, c'est les parents qui ont coulé le béton, et sont donc complice ? Le corps n'a jamais été cherché ? Enfin, moi personnellement ça me choque '-'
De plus, la police a l'air plutôt docile sur le fait qu'un enfant de 13 ans ait assassiné ses deux parents avec un couteau de cuisine, surtout si il les a réveillé avant (Comme le suggère l'histoire). 


Cohérence Personnages: Le personnage principal a treize ans au niveau des faits. Il alterne cependant entre le comportement infantile (Jouant au GI, s'amusant dans la boue, ne comprenant pas trop ce qui se passe dans certaines situations..) et un comportement d'adultes (Notamment quand il parle de la DASS). Hormis cela, le dialogue où il dit que la mort d'un de ses parents ne le gênerait pas, alors qu'on comprend que sa mère est plus gentille.. Mais à par cela, les personnages secondaires sont correcte.


Sentiment éveillé: Étant assidu de Shortapasta, je me perds souvent dans les longues lectures, mais globalement des doutes sur le travail des enquêteurs de l'histoire, et une envie irrépressible de vouloir connaître la fin.


Transmission de l'histoire: Témoignage, une valeur sûre, même si la fin où il avoue avoir dit quelque chose de faux pour sortir de son hôpital le renverrait à l'asile, mais c'est bien réalisé Smile


Style d'écriture: Surréalisme ralentissant l'action, et nous empêchant de nous immerger totalement dans l'histoire, mais d'une écriture poussée donnant envie de lire. Du bon plus que du mauvais en tout cas. 


Intérêt: La lecture est intéressante, mais certains points m'ont perdu. Le mystère est présent, nous faisant douter du fait qu'il est fou, ou encore que c'est ses médicaments qui l'ont peut être fait halluciner.. Mais pour moi, beaucoup de choses sont présente dans le texte de manière magistrale, et apparaissent comme un besoin scénaristique bien tombé, notamment le meilleur ami du narrateur qui lui raconte l'histoire au bon moment, sans aucune discussion préalable, et sans objection ou interrogation du narrateur.. Enfin, ça fait drôle. 
Je trouve qu'il y a sans doute des points à améliorer, à retravailler. Je met donc un Contre. Néanmoins, on sent que le niveau d'écriture est présent. J'ai donc confiance dans le fait que tu trouveras ce qui peut clocher et que tu le changeras. Wink
________________
Actuellement en période d'écriture intensive. Tentatives d'améliorer mon niveau, quoi.
Revenir en haut
Stéphane G de G
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 267
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 16 Oct 2016 - 13:36    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

OK je vais voir ce qui cloche. Va me falloir un peu de temps donc si vous pouvez la déplacer en inachevées, merci.
________________
Découvrez mes autres creepy sur le blog des chroniques de l'Obscurité : http://recitsclairsobscurs.blogspot.ca/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
RedRaven
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Oct 2016 - 13:40    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Je te déplace ça, préviens ici quand tu as fini de modifier. Very Happy
Revenir en haut
Stéphane G de G
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2014
Messages: 267
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 18 Déc 2016 - 16:46    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

Voilà j'ai modifié un peu l'histoire, tu peux la remettre pour les votes (s'il existe encore des votants car les temps sont durs, apparemment...).
________________
Découvrez mes autres creepy sur le blog des chroniques de l'Obscurité : http://recitsclairsobscurs.blogspot.ca/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
RedRaven
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 18 Déc 2016 - 16:46    Sujet du message: [C] Les lunettes Répondre en citant

C'est fait ! Wink
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:00    Sujet du message: [C] Les lunettes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Creepypasta from the Crypt -> Proposition de Creepypastas -> Creepypastas acceptées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com