Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpg

Mes chers amis (modifications apportées)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Creepypasta from the Crypt -> Proposition de Creepypastas -> Creepypastas acceptées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wasite
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 55
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Nov 2016 - 19:27    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Je vais vous raconter mon histoire, j'ai besoin de m'exprimer; Je la poste sur ce forum car seul içi je ne serai pris pour un fou. La plupart se diront que ce n'est là qu'une affabulation de ma part, afin d'effrayer les lecteurs. Les autres auront l'esprit suffisamment ouvert pour ne pas me juger. En fin de compte, je ne crois pas que cela revêt une quelconque importance. Mes chers amis, ne m'en tenez pas rigueur mais, vous ne serez que mon exutoire.

Je suis un homme d'un certain âge, un professeur de mathématique à la retraite, heureux jusqu'à récemment. Car cette histoire est celle de mon veuvage. Ma Sélène et moi nous nous sommes rencontrés il y a quarante ans, je vous dirais bien que le coup de foudre fut immédiat, seulement, ce ne fut pas le cas. Nous avons mis quelques semaines à nous rendre compte de notre attachement mutuel ; dès lors nous ne nous sommes plus quittés, affrontant la vie ensemble. A vous, jeune lecteur, je vous souhaite de vivre la même chose, connaître à la perfection votre moité et l'aimer pour ses qualités et de pouvoir aussi se moquer de ses défauts. Bref, les années passèrent, nos enfants, de même que nos petits enfants, grandirent. Pourtant, il y avait toujours quelque chose que je ne comprenais pas chez ma femme. Une chose qu'elle s'est toujours refuser à m'expliquer.

En effet, depuis toujours, elle a une peur panique des flammes. Oh, je ne vous parle pas que d'incendies ou de catastrophes, qui seraient une explication logique au phénomène, mais bien de tout les feux. Ne serait-ce qu'une simple bougie d'anniversaire était proscrite dans notre demeure. J'ai initialement supposé une phobie ; je l'ai longtemps pensé. Cependant, lorsque vous vivez suffisamment de temps avec quelqu'un, vous la comprenez au-delà de toute explication. Il y avait autre chose, je le sentais. Je ne puis vous apportez une explication rationnelle à ma certitude. Je le savais, c'est tout. De vous à moi, je suis d'une indécrottable curiosité, une véritable manie, la suite logique était donc une enquête.

Vu que ma dulcinée se montre réfractaire à toute conversation sur le sujet, j'ai dû rusé. J'ai du faire preuve de patience afin de saisir le moment opportun pour fouiller ses vieux objets et autres paperasses en tous genres entreposée depuis un bout de temps. C'est donc à l'occasion d'un week-end « Grand-mère, mère, fille » que j'ai commis mon larcin. A peine j’entends la voiture s'éloigner que je grimpe jusqu'au grenier et que je commence mes fouilles. Cela m'a pris un temps infini mais, entre deux souvenirs mélancoliques, je tombe sur une malle en fer couverte de poussières et fermée à clef. Un frisson d'extase remonte ma colonne vertébrale ; pensez-vous, j’étais dans l'obligation de la crocheter comme dans ma punk de jeunesse ! Un trombone, un couteau, dix minutes et la serrure cède devant le vieux débris que je suis, flattant mon ego au passage. J'affiche un rictus de vrai gredin puis je plonge mon regard dans la caisse peu rempli.

Je fouille la boite métallique et remarque d'anciennes photographies de mon épouse, entre sept et huit ans accompagnée de quatre de ses camarades. On aurait dit le club des cinq (seuls les plus vieux d'entre vous me comprendront) de charmants petits anges avec de magnifiques sourires sous un soleil radieux et le marchand de glace en arrière plan. On dirait un panorama de ces pub qui passaient dans les années 60, en pleine guerre froide, où une famille parfaite ventait les mérites de tels produits. Surréaliste, c'est le mot qui me vient à l'esprit vis-à-vis de ce cliché. Les suivants sont du même genre, ma femme devait vivre dans le monde de Kellogs, je suppose. Sauf que la bouille du marchand de glaces est de plus en plus sur les photos : avec mes feux beaux-parents, avec Sélène dans les bras ou un des amis de tout à l'heure sur les genoux… Une chose me dérange dans tout ça, après avoir regardé toutes les images dans l'ordre plusieurs fois de suite je constate que plus l'homme malingre est présent, moins les enfants sourient sincèrement, je sais reconnaître quand mon amour se force à être joyeuse. Sur le coup, je faits rapidement le lien avec l'absence d'album de famille, son refus de se faire photographier et surtout qu'elle ne fasse jamais mention de sa petite enfance. Non… Ce ne peux pas être ce que je pense, seigneur faites que non, par pitié.

Dans l'espoir de contredire ma petite voix qui me hurle une sordide conclusion, je continue mes recherches. Ensuite, des dessins écornés, décrépis et certains presque déchiré, comme si quelqu'un avait voulu s'en débarrasser mais qu'une force colossale la retint. Cependant, la plupart sont encore visible, on voit un monstre aux bras démesurément long et rachitique, une rangée de crocs et deux tourbillons noirs en guise d'yeux, le tout avec un chapeau blanc et un tablier crème rappelant celui du vendeur. Il retient prisonnier les enfants avec ses horribles appendices, la gueule enjouée et grande ouverte. Un langue verte mince et longue lèche le visage d'un des gamins, qui est en larme. Toutes les esquisses sont du même acabit, sauf que la langue ne situe pas toujours au même endroit. Bonté divine, je ne puis-vous en dire plus la-dessus, je demande votre compréhension. Je suis tombé en arrière, profondément choqué. Si vous voulez me demander pourquoi j'ai continué à fouiller, je ne peux vous répondre avec certitude mais, j'ai continué, quelque chose en moi m'y a poussé.

J'ouvre alors un journal intime. Très anciens, incroyablement bien conservé. L'ouvrage dégage une sorte d'aura malsaine et immonde, ce petit livre en cuir avec une licorne gravé sur la couverture me terrorise. Pourtant, je l'ouvre et le lis.

Je ne vous narrerais pas tous les détails, le respect pour mon épouse m'oblige à une certaine discrétion. De toute façon, seul ce passage compte vraiment.

« Nounour (le nom de son ami imaginaire, à l'époque) c'était vraiment horrible. Le marchand a emporté tout mes copains. Il nous a dit de le suivre dans la chaufferie de l'école pour jouer. Mais on a pas joué. Il nous mouillait un par un avec un liquide qui pue… Et puis, il a commencé à jeter des allumettes sur mes copains. Ils ont crié, crié… Nounour aide moi. Papa, le papa de David, de Christine, d'Henri et de Marc sont arrivés, ils m'ont sortie. Je ne me sens pas bien, Nounour répond moi s'il te plaît. »

Je vous assure que la lecture de ces lignes furent très éprouvante, un sentiment de culpabilité a commencé à me ronger. Pourtant, je ne me suis pas arrêté. Un article de journal tombe de la reliure écorchée, avec pour titre le COURRIER Cauchois datant du 4 juillet 1964.

« Le croque-mitaine à Saint-Lô,
Quatre jeunes enfants âgés de 7 à 8 ans ont été retrouvés brûlés vif dans une chaufferie au sein d'une école de la paroisse. Les forces de l'ordre ont pu remontées jusqu'au coupable: un marchand de glace, bien connu des habitants, ce dernier a été retrouvé calcinant sur la place de l'église. Il s'agirait, selon la police, d'une vengeance populaire. Les pères des victimes sont sorti ce matin de gardes à vu, aucune charge n'est actuellement retenu à leurs encontre. Le commissaire s'est refusé à tout commentaire supplémentaire et déclare que l'enquête est toujours en cours.
Le récent préfet, Mr Raymond Jacquet, a réagit sur le sujet en déclarant : « Bien que je condamne avec fermeté l'action de ces justiciers, dont l'identité exacte nous est encore inconnu ; en tant que père, je comprend leur geste ».
Nos sources nous indiquent que l'affaire risque d'être classé sans suite en raisons de la réticence des Laudiens a coopérer avec les autorités, du manque de preuves tangibles ainsi que d'une certaine mauvaise volonté de la part des gardiens de la paix.»

La suite du journal intime est constituée de moult descriptions des sensations de ma femme à la vu du feu. Mon amour voyait les enfants et l'homme revenir chaque fois qu'elle se trouvait en présence de flamme. Ils disaient qu'ils étaient là pour venir la chercher, qu'elle leur manquaient, qu'ils l'aimaient… Les notes psychiatriques ultérieures, venant des années 70 vraisemblablement, qu'elle a pu récupérées font mention de troubles et de paranoïa post-traumatique. Selon le docteur Bernard, la peur des flammes est l’extériorisation du traumatisme par une figure identifiable comme mauvaise et externe à la personne de ma femme. Mécanisme de défense psychique afin de haïr une entité palpable dans le but de prévenir, inconsciemment, un complexe du survivant. Chose qui n'est que partiellement réussi, car la présence des enfants dans les délires paranoïaques de Sélène sont la preuve d'un sentiment de culpabilités sous-jasent. Il décrit la terreur comme positive, selon ses notes, « (...) évite que le sujet ne prennent les hallucinations comme étant une chose normale dans son existence. La peur prévient donc, en partie, les risques de confondre les délires psychotique et la réalité. (...) En l'état, je préconise une dose régulière d'iproniazide mais, l’internement n'est pas nécessaire actuellement. »

J'ai fermé tout ça et je me suis promis de plus jamais violer le jardin secret de ma femme, plus jamais.

Quelques mois après cet événement, ma femme tombe sévèrement malade et têtue comme une mule, elle refuse l'hospitalisation. Je me suis donc occupé d'elle du mieux dont j’étais capable. Un soir, alors que je dors devant la télévision, une étrange odeur me sors de ma torpeur. Une odeur de fumée ! Rapidement, je me rends compte que la maison commence a prendre feu, les flammes envahissent lentement la pièce. Je suis debout faisant tout pour ne pas sombrer dans la panique. Le bruit assourdissant de l'alarme m'empêche de réfléchir correctement. Seigneur, pourvu que l'étage ne soit pas atteint. Je me précipite en vitesse pour monter les escaliers afin de sortir Sélène de là. L'escalade est difficile, maudit soit mon âge ! La rembarre est brûlante, ma gorge est en fusion, mon sang en ébullition. Le faite de respirer est un calvaire et pourtant, il faut que je tienne bon. Mes yeux commencent à me faire mal, ma vue se trouble, le bras gauche ne suffit pas à les protéger. Par miracle, je réussis à gravir ce mont.
En haut, j'entends des cris de terreur sourde. Je cours jusqu'à la porte de notre chambre et j'essaye d'entrer, mais la poignée est brûlante. Les flammes continuent de se propager partout, le temps presse. Je donne de violents coups de pieds et d'épaules dans la porte mais elle résiste. La panique me gagne, je tremble et hurle à mon aimée que je vais la sauver. Je l'entends seulement supplier. Je me rends vite compte qu'elle n'est pas seule, des rires d'enfants s’élèvent. Des rires glaçants. Une voie grave est aussi perceptible, une voie qui lui dit qu'elle l'aime comme au premier jour, qu'il est maintenant temps d'aller jouer tous ensemble. Je retente de tourner la poignée, mes mains fument, la douleur est infernale, mais, pas un son ne peux sortir de ma bouche tant elle est intense. Une ultime supplication de ma douce Sélène me donne la force de tourner le mécanisme. Les mains calcinées, je pénètre dans la chambre en trombe. L'unique chose que je vois est le lit est en flamme ainsi de la forte odeur d'essence qui imprègne le lieu. Je prends un draps, un rideau mais, rien ne me permet d''étouffer le feu. Je vous jure que j'ai tout fait pour l'éteindre, je le jure !
Je suis là, immobile, autour du feu qui dévore l'être qui m'est le plus précieux. Je suis las, immobile, autour du feu qui va aussi me dévorer. Cependant, la fumée eue raison en premier de ma conscience.

Je me suis réveillé dans un lit d'hôpital et c'est un jeune médecin à l'air triste qui m'explique la situation. Il articule laborieusement que la machine à laver était défectueuse et qu'elle s'est enflammée, ma femme est morte et ce sont les pompiers qui sont intervenu à temps pour me sauver. Que j'avais de la chance. Mon rictus de haine, à l'annonce de sa dernière phrase, le fit déguerpir.

Merci d'être resté jusqu'au bout mes chers amis. Je vous supplie de ne pas me considérer comme l'a fait ma famille. Comme un vieillard sénile qui, tel un enfant en bas âge, exprime l'absurdité par un intermédiaire absurde.


Dernière édition par Wasite le Lun 14 Nov 2016 - 16:41; édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Nov 2016 - 19:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lalya
Ancien
Ancien

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 361
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Nov 2016 - 21:37    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : Deux petites chose me gêne, le mec raconte ça après l'incendie, il a une super mémoire pour pouvoir citer le journal de sa femme et un article de journal... Ensuite l'article de journal, le point de vue adopté est très particulier ça me paraît difficilement crédible, de plus je n'ai pas vérifié si l'article et le journal en question existe réellement, j'en doute au moins pour l'article mais comme tu dois des douces facilement trouvable vaudrait mieux que ça concorde.

Moyen de transmission : Témoignage.

Sentiments éveillés : C'est inquiétant, glauque.

Style/lisibilité : Ok.

Intérêt : C'est plutôt sympa, en modifiant les petits points que j'ai cité ça sera parfait. Pour.

C'est beaucoup mieux avec les modifications apportées, donc je ne peux que maintenir mon vote.
________________
"J'aime les filles cinglées parce qu'elles n'ont pas de limites, elles passent leurs temps à provoquer. Parce qu'elles vont vite, sans s'arrêter, respirent juste le temps de reprendre leur souffle entre deux embardées. Parce que, par instant de grâce, elles sont belles comme un matin de fin du monde. Parce qu'elles font mal à regarder, et qu'elles n'aiment personne."


Dernière édition par Lalya le Sam 12 Nov 2016 - 09:44; édité 1 fois
Revenir en haut
Wasite
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 55
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Nov 2016 - 22:18    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

bonjours
c'est vrai que c'est un peu bancale, même si il a pu potentiellement récupéré la cassette de fer qui aurait survécu aux flammes.
Le journal existe réellement (aujourd'hui fermé il me semble, et le numéro existe aussi). L'article non, mais je compte sur le faite que ces journaux sont difficilement trouvables et donc on ne peux vérifier l'existence ou non de l'article dans le numéro. Le point de vu très engagé est parfaitement volontaire, pour plusieurs raisons: Refléter une époque de la France troublée (post guerre d’Algérie et embourbée dans des conflits sociaux) et qui avait des tendances particulièrement virulentes, ainsi que de servir le récit en insistant le côté malsain de l'affaire, même dans la réaction des autorités et pour une meilleure compréension de l'affaire pour le lecteur. Cependant je pense qu'il reste crédible dans son contexte (bien qu'un peu extrême je l'avoue), rien qu'à voir l'affaire du bijoutier de nice (je prends pas de parties, pas de 3ème guerre mondiale please Very Happy ). 
En tout cas merci pour ta réponse Smile  


EDIT: Mea culpa: le journal existe toujours, donc les articles doivent être dans leurs archives. 


Dernière édition par Wasite le Jeu 10 Nov 2016 - 01:31; édité 1 fois
Revenir en haut
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2013
Messages: 3 416
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

MessagePosté le: Lun 7 Nov 2016 - 07:05    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

- Cohérence/vraisemblance de l'histoire : La manière dont est rédigé l'extrait du journal n'est pas réaliste, un truc comme ça ne pourrait pas être publié dans la presse, il faudrait d'autres formulations.

- Cohérence des actions du ou des personnages : Comme l'a dit Lalya, il a quand même une sacrément bonne mémoire pour pouvoir retranscrire tout ça. Mais c'est vrai que j'ai pensé à la possibilité de garder la malle, donc ça peut passer.

- Sentiment éveillé chez le lecteur : Rien d'extraordinaire, il faut l'avouer.

- Vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Un post sur un forum, c'est ok.

- Style d'écriture : D'habitude je n'aime pas trop, mais étant donné qu'il s'agit d'un vieillard qui écrit, en fait ça correspond tout à fait, juste faire attention à quelques fautes qui traînent.

- Lisibilité du texte : Ça va, y a juste trois paragraphes qui ne sont pas séparés par des sauts de ligne (enfin je pense, comme ton texte n'est pas justifié c'est un peu délicat de dire ce qui doit revenir à la ligne et ce qui ne le doit pas).

- Intérêt de l'histoire : Je sais pas trop... Y a quelque chose d'exploitable, clairement, mais je ne suis pas vraiment convaincu par ce aue j'ai là sous les yeux. Je vais mettre contre pour l'instant, en partant du principe que tu vas faire quelques modifications, je pourrai toujours modifier mon vote par la suite.
 
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.

Si tu trouves du travail, avise le bureau des objets trouvés.





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Antinotice
Traducteur
Traducteur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2015
Messages: 3 549
Localisation: Paname
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mer 9 Nov 2016 - 15:19    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des actions des personnages : Rien qui me dérange.

Moyen de transmission : Un témoignage, que j'ai trouvé assez réaliste.

Sentiments éveillés : Beaucoup d'intérêt, même si je n'ai personnellement pas eu peur, je pense que dans les bonnes conditions ça peut faire son effet.

Style et lisibilité : Le blanc et la taille du texte agressent les yeux, j'ai mis du temps à me décider à lire ta pasta à cause de ça.

Intérêt : C'est simple, mais de bonne qualité et l'histoire m'a vraiment intéressée, donc je suis pour.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Revenir en haut
Cherry-Draws
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2016
Messages: 620
Localisation: Dans l'ombre.
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mer 9 Nov 2016 - 21:17    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Cohérence de l'histoire / personnage : La façon dont est rédigé le journal ne fait pas réaliste .  A part ça je n'ai rien à signaler.


Mdt : Témoignage / post sur un Forum,  OK


Sentiment éveillé : c'est glauque et intéressant 


Style : C'est différent vu que c'est du point de vue  d'un homme âgé ,  mais c'est original 


Lisibilité : Écrit avec cette police et en blanc ça fait mal aux yeux, corrige STP


Intérêt : bien que je n'ai pas eu peur, j'ai bien aimé. Le Mdt correspond bien à lhistoire, c'est original d'avoir pris le point de vue d'une personne âgée pour raconter cette histoire. J'ai beaucoup aimé le personnage du marchant de glace avec son look effrayant, j'aime beaucoup les pastas avec des "méchant" de ce type. Cependant il faudrait corriger la police et la couleur du texte, ça rendrais ton texte plus agréable à lire. Ce sera POUR.
________________
"L'angoisse dévore mon âme, le regret, tout comme la culpabilité et là dépréciation de soi me suivent. Les souvenirs me hantent, mes erreurs restent comme des cicatrices. Quand bien même le stress et le doute s'estompent, les questions demeurent, éternelles.

Il est possible que je ne sois jamais libre."
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2013
Messages: 3 416
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 09:14    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

L'article ayant été modifié, il me paraît maintenant bien mieux, ce qui fait sauter un des principaux points qui m'ont fait mettre contre. Il faudrait un petit passage de la Waffe parce qu'il y a quand même un certain nombre de fautes, et je me tâte pour ce qui concerne la concordance des temps, des fois ça me fait quand même bizarre, même pour un style d'écriture d'une personne âgée, mais ça se modifie aussi facilement, du coup en principe je change mon vote en pour.
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.

Si tu trouves du travail, avise le bureau des objets trouvés.





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pomme
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2016
Messages: 308
Localisation: Poirier
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 14:25    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Je vais passer pour une meuf chiante à force mais fuck you C'est quoi cette manie de mettre une police différente, de changer la taille quand vous proposer une histoire ? Parce que c'est pas pris en compte quand ça va sur le site. Déjà que de base mes yeux se fatiguent vite avec la police/couleur normal mais alors là je peux pas... Désolée j'ai des yeux capricieux. Peux tu changer la police et la taille ? remettre en normal s'il te plait ? J'aimerais bien donner mon avis aussi, mais là en l'état je lis pas.



Edit: je viens de voir que tu as mis que tu arrivais pas à changer la police. Du coup, bon bah désolée d'avoir râlé. Je vais essayer de lire, mais plus tard.
________________
"You tried your best and you failed miserably. The lesson is, never try." H.S
Revenir en haut
Antinotice
Traducteur
Traducteur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2015
Messages: 3 549
Localisation: Paname
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Sam 12 Nov 2016 - 17:19    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Tu vas pouvoir lire sans perdre la vue, j'ai remis une police normale. Smile
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Revenir en haut
Pomme
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2016
Messages: 308
Localisation: Poirier
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Nov 2016 - 17:06    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Merci Love

Cohérence histoire et personnage: Y'a rien qui m'a choquée, ça me semble cohérent dans l'ensemble.

Moyen de transmission: Témoignage, le langage est, je trouve, un peu trop littéraire par moment. C'est un peu étrange d'ailleurs parce que j'ai eu l'impression qu'il racontait son histoire avec légèreté et compte tenu des événements bah ça colle moyen.

Sentiment éveillé: J'ai pas eu peur mais l'histoire avec le marchand de glace c'est vraiment glauque. J'ai été un peu déçue par la fin, mais c'est personnel.

Style et lisibilité: Agréable à lire. Je suis pas sure que le style soit totalement adapté, mais si on considère que c'est une personne âgée qui raconte j'ai envie de dire pourquoi pas. En plus ça change de l'âge moyen dans les témoignage.

Intérêt: J'ai été captivée jusqu'au bout, j'ai bien aimé. Pour moi y'a rien qui cloche, enfin peut être un peu le style d'écriture mais bon, ça sera pour quand même pour ma part.
________________
"You tried your best and you failed miserably. The lesson is, never try." H.S
Revenir en haut
Hifumii
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2016
Messages: 21
Localisation: Loin
Masculin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Lun 14 Nov 2016 - 19:57    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Cohérence de l'histoire / des actions des personnages: Je trouve étrange la pulsion du type pour aller fouiller dans les affaires de sa femme (même si elle a une peur inexpliquée de quelque chose, ça peut-être une phobie comme une autre). Et ça m'étonne que les machines à laver puissent prendre feu (mais là je ne m'y connais pas du tout donc je dis peut-être une connerie)

Moyen de transmission: Post

Sentiment eveillé: J'ai bien aimé, assez dérengeant et un peu triste à la fin.

Style: Pas de problème.

Lisibilité: Deux/trois fautes, sinon pas de problème non plus.

Intérêt: J'ai bien aimé, c'est sympa et réaliste, même si je n'ai pas énormément flippé j'étais à fond dedans. Pour moi, très bonne pasta, mérite son pour !
________________
Revenir en haut
Wasite
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 55
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Lun 14 Nov 2016 - 21:28    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées) Répondre en citant

Je viens de voir que ma creepypasta viens d'être publiée. Je vous remercie tous, ça me fait super plaisir Smile
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:52    Sujet du message: Mes chers amis (modifications apportées)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Creepypasta from the Crypt -> Proposition de Creepypastas -> Creepypastas acceptées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com