Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

L'apprenti Pianiste

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shirofu
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2018
Messages: 6
Localisation: Rennes, France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 牛 Buffle

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 17:09    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant






 
 
 
 
 
Vous savez, tout le monde ou presque a une passion dans la vie. Paul, lui, adore la musique. L’idée lui traverse l’esprit d’en faire, car écouter les autres jouer, c’est bien, mais en faire, c’est mieux. Paul aimerait s’essayer au piano. Les douces notes des cordes frappées, chaudes et agréables à l’oreille, lui donnent l’envie d’apprendre. Mais voilà, Paul n’a pas beaucoup d’argent, et un piano peut coûter cher.   Après mûre réflexion, Paul se décida à mettre menue monnaie dans un petit piano droit. Ses recherches sur internet se révélèrent fructueuses, et il trouva un piano droit gratuit sur internet. « Vend cause décès », cette mention lui donna un petit frisson qui fit hérisser ses poils de bras et ses cheveux, mais quelle idée de passer au-delà d’une offre aussi alléchante, même si moralement, c’est un peu comme profiter du malheur des autres. Le piano était magnifique, un peu vieux certes, mais d’une beauté étincelante, il avait l’air bien entretenu.   Après un premier contact par SMS, Paul se rend chez le vendeur avec des spécialistes du déménagement de piano, spécialistes qui lui coutent déjà une grosse partie de son petit budget « piano », ce qui le réconforte de ne pas avoir à payer sa marchandise. Il ne s’attendait pas à une telle somme.  
Arrivé chez le vendeur, un homme, la quarantaine, lui ouvre la porte. Il avait l’air fatigué, morose. L’homme le laissa entrer lui et les déménageurs. Le piano se trouvait dans le salon, aussi magnifique que sur les photos. Un peu vieillot, mais très joli. Le piano ne portait aucune marque. Pendant qu’ils faisaient leur travail, l’homme proposa à Paul de boire un café. Le pauvre homme a l’air si seul, si triste, que Paul n’hésite pas à dire oui. Paul engagea la discussion :

-«  Dites moi, je ne peux pas m’empêcher, et vous m’en voyez désolé, de vous demander pourquoi vendez vous ce piano pour… Enfin… Je veux dire, vous avez mis « cause décès » et cela m’intrigue. Désolé de vous poser la question » Balbutia Paul, timidement, gêné par sa propre question.
-« Ma femme. »
-« Le piano lui appartenait ? »  
-«  Oui. A vrai dire, nous l’avions obtenu récemment, il y a deux mois de cela, pour une somme peu extravagante. C’était pour son anniversaire, elle rêvait d’en faire depuis un moment. C’est une connaissance qui nous l’a vendu, il tient un musée de piano ancien en centre ville, il donnait parfois quelques concert avec celui-ci. Il l’avait reçu de la part du propriétaire d’un magasin de musique qui allait mettre la clé sous la porte. Le piano n’était pas en vente, juste exposé en décoration dans une vitrine pour le protéger, mais le propriétaire n’a pas jugé utile de le garder et a préféré lui en faire cadeau. » La tristesse se sentait dans sa voix.
-«  Et donc ? »
-«  Je… Je ne veux pas en dire plus. Tout ce que je peux dire c’est que ma femme est morte récemment. Nous l’avons enterré la semaine dernière. Vous allez me prendre pour un fou, mais j’ai la sensation que ce satané piano y est pour quelque chose. Je ne peux pas le garder. Il me rappelle ma femme en plus. Faites en ce que vous voulez. »

Paul bu sa dernière gorgée de café, tandis que les déménageurs eurent fini de mettre le piano à l’arrière du camion. Il remercia l’homme gracieusement pour son don, lui proposant même de lui donner ce qu'il lui restait de son budget, ému par sa tragique perte, mais l’homme refusa.
Arrivé chez lui, avec son nouveau jouet, Paul ne put s’empêcher de pianoter un peu sur quelques une des quatre-vingt-huit touches de sa nouvelle acquisition. Il se mit à apprendre avec des livres de méthodes, achetés plus tôt, et un livre offert par un de ses amis, au courant de sa lubie pour le piano, « de Bach à nos jours, volume A1. ».

N’ayant pas fait attention au temps passé sur son bien, Paul se rendit compte de l’heure tardive et ne mit pas de temps à se coucher. Son sommeil fut agité. Pas habitué au café, il eut d’abord du mal à s’endormir, puis fit des rêves assez étranges, où il se faisait tuer par Bach. Le cerveau humain est assez incroyable, lui et sa capacité à mélanger différentes informations de la journée pour les concentrer en 8h d’inactivité physique.
Cette nuit de rêves agités avait travaillé l’esprit de Paul. Et si cette histoire de piano était liée à la mort de la femme ? Dans quelles circonstances est elle morte ?  Le piano est-il hanté ? Paul se perdait dans ses questions sordides. Un piano hanté, quelle pensée…
Malgré toutes ces questions, Paul continua de s’amuser sur son piano. Aujourd’hui avait lieu son tout premier cours, chez une femme qui vivait dans son quartier. Elle aussi avait un magnifique piano, un Steinway & Sons payé une fortune. En même temps, vu la baraque et la voiture garé devant le porche, ce n’était pas étonnant.
Une semaine, deux semaines, trois semaines passent… Quelques progrès se font ressentir avec les trois à quatre heures que Paul passe devant son piano chaque jour. Paul, curieux de connaître les origines de celui ci, se pencha sur son piano. Aucun nom n’était écrit au dessus du clavier, comme il est d’usage chez les fabricants. Cependant, en regardant en dessous celui-ci, il s’aperçut qu’il y avait effectivement une marque. «  Slevina & Belvi ». Un nom qui ne parlait absolument pas à sa prof.

Curieux, Paul Retourna chez le vendeur. L’homme, surpris, le fit entrer et lui proposa un café. Une quinte de toux pris l’homme pendant un court instant. Paul demanda à l’homme comment il allait :

-« Beaucoup mieux. J’ai encore un peu de mal à me faire à l’idée que ma femme est partie, mais je dors bien la nuit maintenant. Je pense rester veuf un certain temps avant de penser aux autres femmes, mais en tout cas, l’épreuve du deuil est de moins en moins compliquée. Et vous, le piano, ça progresse ? »
-«  Et bien oui, effectivement ! J’ai entamé les gammes, les arpèges, et j’ai réussi à apprendre mon tout premier morceau, la Mazurka en Do Mineur de Glinka. »
-« Avez-vous une raison particulière pour me rendre visite ? »
-« Oui effectivement. Vous m’aviez dit que le piano venait d’un musée. J’aimerais connaître ses origines, et donc j’aimerais rentrer en contact avec le propriétaire du musée, mais quand j’y vais celui ci est fermé, et quand je cherche à téléphoner, ça ne répond pas. »
-« C’est normal, à vrai dire le propriétaire du musée est mort il y a quelques jours, des suites d’un cancer des poumons. Le pauvre avait 68 ans et fumais, donc ce n’est pas étonnant, contrairement à ma femme qui est morte de la même maladie, sans jamais avoir fumé de sa vie. Donc je ne pourrais pas plus vous aider sur ce point. »
-«  Oh… Je suis désolé pour vous, encore… »
-« Ca ne fait rien, vous savez, ce n’était qu’une connaissance. En revanche je peux vous dire le nom du magasin d’où venait le piano. MusicalCo, à Caen. Le magasin est fermé, mais vous pouvez toujours essayer de contacter le propriétaire, il devrait être facilement trouvable.»
-« Merci bien ! Je le contacterai bientôt. »

Paul remercia l’homme, puis s’en alla, le laissant lui, sa maison vide et sa quinte de toux. Il parti vite, essayant d’esquiver les microbes, la grippe étant d’actualité en cet hiver pénible.

Une fois rentré à la maison, Paul s’empressa de trouver un moyen de contacter l’ancien propriétaire. Par chance, la page facebook du magasin était encore active. Il envoya un message sur la page, mentionnant la marque, et avec une photo du piano. Le lendemain, il reçut une réponse du propriétaire.

« Bonjour, je ne connais pas non plus l’origine de ce piano mais j’ai quelques amis qui ont étudié la musicologie et l’histoire de la musique. Je vais me renseigner auprès d’eux et je vous contacte, au plus vite, dès que j’ai des nouvelles. Peut être dans la journée. Au plaisir. »

Paul était content d’avoir réussi à obtenir réponse, et était satisfait d’avoir enfin une possible piste des origines de ce piano. En attendant, aujourd’hui, il a cours de piano.

En rentrant chez lui, fier de ce qu’il a pu apprendre en solfège chez sa prof, il s’empressa d’allumer son ordinateur pour regarder ses messages. Une petite bulle rouge était apparue. Paul frémi en attendant que la page charge. Il était excité d’obtenir enfin réponse à ses questions. La page s’ouvrit.
«  Paul, ou que soit ce piano, et quoi que vous souhaitez faire avec, NE TOUCHEZ PAS CE PIANO !!! Un ami à moi, très calé en histoire de la musique et en piano, connait cette marque, et si les information concernant cette marque sont introuvables, c’est pour une raison, et pour cause, la société fabriquant ces pianos, Slevina & Belvi, basée en Ukraine, a fait faillite. Pour des raisons économiques, l’entreprise fabriquait ces pianos, peu cher à l’achat, avec des marteaux dont les pointes étaient composée de feutres  en amiante ! Chaque appui sur chaque touche libère des doses mortelles d’amiante au long terme ! Alors quoi qu’il en soit, NE TOUCHEZ PAS CE PIANO, et appelez un professionnel compétent, un désamianteur par exemple. Au plaisir. »

Des sueurs froides parcouraient le dos de Paul. Il avait peur. Il ne savait pas quoi faire à l’annonce de cette terrible nouvelle.


Paul toussa. C’était déjà trop tard pour lui. 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 17:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MarbeL HornetS
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 149
Localisation: Dans une armoire.
Féminin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 18:04    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Tu devrais proposer ton texte dans nécro, il aura plus sa place là bas.

Cohérence/vraisemblance de l'histoire: c'est bon pour moi.

Sentiments éveillés: beaucoup d'intérêt. Je pensais que le piano allait être possédé ou quelque chose dans ce style là mais il n'en ai rien et c'est beaucoup mieux ainsi !

Style/ lisibilité: c'est ok.

Intérêt: J'ai vraiment aimé ce texte, c'est original, je suis pour.
________________
La croyance en une origine surnaturelle du mal n'est pas nécessaire les hommes sont à eux seul capables des pires atrocités.
_Joseph Conrad.

Personne, je ne suis personne. Je suis un gueux, un clochard, un vagabond. Je suis un wagon et à la fois un pichet de vin. Et je peux aussi être une lame de rasoir si jamais vous vous approchez trop près.
_Charles Manson
Revenir en haut
Phyllocladus
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2016
Messages: 18
Masculin

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 18:30    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Cohérence/vraisemblance du récit : très correct. La narration est concise, les informations sont efficacement retransmises et le récit suit un fil conducteur que l'on n'a nulle difficulté à perdre. Comme dirait Eric Fottorino : "Il faut être cohérent. Surtout quand on invente", et cette condition est ici plus que respectée.

Sentiments éveillés : j'ai ressenti un grand intérêt en lisant cette histoire. J'ai ressenti un réel intérêt du fait que je souhaitais réellement connaître le terme de ce récit. La chute s'installe progressivement, mais l'échéance que nous redoutons tous, une issue fatale, survient brutalement, et c'est cela qui est le plus jouissif dans le récit : son caractère imprévisible. Comme le rédigeait ci-dessus MarbeL HornetS, alors que l'on pourrait légitimement s'attendre à un quelconque esprit hantant l'instrument, l'on est confronté à une problématique réelle : celle d'un phénomène chimique nocif, et tout prend subitement sens.

Lisibilité : hormis quelques fautes de grammaire, de syntaxe et parfois de concordance des temps, c'est impeccable.

Style : en dépit de quelques maladresses dans le cadre narratif (notamment le nom de Paul, revenant à mon sens de manière trop récurrente), le style est convenable, sobre. Le seul détail m'ayant quelque peu gêné est l'usage de termes dont le niveau de langage ne s'accorde parfois point avec le reste du texte (exemple : "prof", au lieu de "professeur", ou encore "baraque" pouvant être remplacé par "maison").

De mon point de vue, s'il est réédité, éventuellement pour lier certains paragraphes ne nécessitant pas d'être désolidarisés, corriger les quelques erreurs disséminées dans le texte comme précédemment évoqué, il mérite tout à fait sa place sur ce site. Cela sera donc un pour.

________________
Le Savoir préserve de la Peur.
Revenir en haut
Dimensio 2.0
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2014
Messages: 160
Localisation: Over the rainbow
Masculin 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 19:29    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Je considère cette histoire comme postulant pour le Nécro, le mdt étant introuvable et l'utilisation du passé simple rédhibitoire pour une pasta.

Cohérence/Vraisemblance de l'histoire : Rien à dire véritablement, à part que MusicalCo et Slevina & Belvi n'existent pas, cela colle avec leur lieu d'implantation. (Ce que je veux dire c'est que si les noms d'entreprises avaient existé, cela aurait fini d'enfoncer le clou de "Ultra cohérent")(Mais là, clairement, je chipote XD) Enfin bref, c'est tout bon.

Sentiments éveillés : Je croyais trouver la fin à chaque détour du texte, mais tu as réussi à m'induire en erreur. J'avais peur que cela ne soit la faute d'un démon de la fumée ou une absurdité dans le genre, mais le fait que la chute soit en plus d'une cause "réel" fait parfaitement son office.

Style/Lisibilité : Rien de bien méchant, à part quelques fautes et des tournures maladroites, Phyllocladus tout dit.

Intérêt : Le propos est cohérent, la curiosité est suscitée, le style a certes des défauts mais fonctionne ... C'est un contre pour la publication en temps que pasta, mais un pour pour le Nécro.
________________
C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume.

Oscar Wilde


Dernière édition par Dimensio 2.0 le Lun 8 Jan 2018 - 21:31; édité 1 fois
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 790
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 19:53    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : voir spoiler
shirofu a écrit:

Vous savez, tout le monde ou presque a une passion dans la vie. Paul, lui, adore la musique. L’idée lui traverse l’esprit d’en faire, car écouter les autres jouer, c’est bien, mais en faire, c’est mieux. Paul aimerait s’essayer au piano. Les douces notes des cordes frappées, chaudes et agréables à l’oreille, lui donnent l’envie d’apprendre. Mais voilà, Paul n’a pas beaucoup d’argent, et un piano peut coûter cher.   Après mûre réflexion, Paul se décida à mettre menue monnaie dans un petit piano droit. Ses recherches sur internet se révélèrent fructueuses, et il trouva un piano droit gratuit sur internet. « Vend cause décès », cette mention lui donna un petit frisson qui fit hérisser ses poils de bras et ses cheveux, mais quelle idée de passer au-delà d’une offre aussi alléchante, même si moralement, c’est un peu comme profiter du malheur des autres. Le piano était magnifique, un peu vieux certes, mais d’une beauté étincelante, il avait l’air bien entretenu.   Après un premier contact par SMS, Paul se rend chez le vendeur avec des spécialistes du déménagement de piano, spécialistes qui lui coutent déjà une grosse partie de son petit budget « piano », ce qui le réconforte de ne pas avoir à payer sa marchandise. Il ne s’attendait pas à une telle somme.  

La narration que tu as choisis n'est pas adapté à une creepypasta, mais on reviendra sur ce point plus tard, il en va de même pour l'emploi du passé simple (c'est pas comme si c'était écrit en 1ere page du site en même temps...). Il a un frisson qui lui hérisse les poils et les cheveux ? Il doit être vraiment sensible... C'est cool que le piano soit beau et tout, mais c'est un peu dommage de passer à côté du principal, le fait qu'il soit accordé. "Il ne s'attendais pas à une telle somme" Quelle somme ? Celle pour le déménagement ?

Arrivé chez le vendeur, un homme, la quarantaine, lui ouvre la porte. Il avait l’air fatigué, morose. L’homme le laissa entrer lui et les déménageurs. Le piano se trouvait dans le salon, aussi magnifique que sur les photos. Un peu vieillot, mais très joli. Le piano ne portait aucune marque. Pendant qu’ils faisaient leur travail, l’homme proposa à Paul de boire un café. Le pauvre homme a l’air si seul, si triste, que Paul n’hésite pas à dire oui. Paul engagea la discussion :

Peut-on vraiment parler de vendeur puisqu'il donne le piano ?... Sur une ligne tu as réussis à placer "Paul" trois fois, c'est un peu lourd...

-«  Dites moi, je ne peux pas m’empêcher, et vous m’en voyez désolé, de vous demander pourquoi vendez vous ce piano pour… Enfin… Je veux dire, vous avez mis « cause décès » et cela m’intrigue. Désolé de vous poser la question » Balbutia Paul, timidement, gêné par sa propre question.
-« Ma femme. »
-« Le piano lui appartenait ? »  
-«  Oui. A vrai dire, nous l’avions obtenu récemment, il y a deux mois de cela, pour une somme peu extravagante. C’était pour son anniversaire, elle rêvait d’en faire depuis un moment. C’est une connaissance qui nous l’a vendu, il tient un musée de piano ancien en centre ville, il donnait parfois quelques concert avec celui-ci. Il l’avait reçu de la part du propriétaire d’un magasin de musique qui allait mettre la clé sous la porte. Le piano n’était pas en vente, juste exposé en décoration dans une vitrine pour le protéger, mais le propriétaire n’a pas jugé utile de le garder et a préféré lui en faire cadeau. » La tristesse se sentait dans sa voix.
-«  Et donc ? »
-«  Je… Je ne veux pas en dire plus. Tout ce que je peux dire c’est que ma femme est morte récemment. Nous l’avons enterré la semaine dernière. Vous allez me prendre pour un fou, mais j’ai la sensation que ce satané piano y est pour quelque chose. Je ne peux pas le garder. Il me rappelle ma femme en plus. Faites en ce que vous voulez. »

Là aussi ce type de dialogue n'est pas fait pour les creepypasta, mais là aussi on y reviendra. Encore une fois il ne vends pas le piano donc ça ne sert à rien d'utiliser le verbe vendre. "dans une vitrine" porte un peu à confusion, j'imagine après deux trois relecture qu'il était tout simplement sous verre (dans une vitrine donc mais ça porte confusion avec les éventuelles vitrines de la boutique (je m'égare un peu là non ?))...

Paul bu sa dernière gorgée de café, tandis que les déménageurs eurent fini de mettre le piano à l’arrière du camion. Il remercia l’homme gracieusement pour son don, lui proposant même de lui donner ce qu'il lui restait de son budget, ému par sa tragique perte, mais l’homme refusa.
Arrivé chez lui, avec son nouveau jouet, Paul ne put s’empêcher de pianoter un peu sur quelques une des quatre-vingt-huit touches de sa nouvelle acquisition. Il se mit à apprendre avec des livres de méthodes, achetés plus tôt, et un livre offert par un de ses amis, au courant de sa lubie pour le piano, « de Bach à nos jours, volume A1. ».

N’ayant pas fait attention au temps passé sur son bien, Paul se rendit compte de l’heure tardive et ne mit pas de temps à se coucher. Son sommeil fut agité. Pas habitué au café, il eut d’abord du mal à s’endormir, puis fit des rêves assez étranges, où il se faisait tuer par Bach. Le cerveau humain est assez incroyable, lui et sa capacité à mélanger différentes informations de la journée pour les concentrer en 8h d’inactivité physique.
Cette nuit de rêves agités avait travaillé l’esprit de Paul. Et si cette histoire de piano était liée à la mort de la femme ? Dans quelles circonstances est elle morte ?  Le piano est-il hanté ? Paul se perdait dans ses questions sordides. Un piano hanté, quelle pensée…
Malgré toutes ces questions, Paul continua de s’amuser sur son piano. Aujourd’hui avait lieu son tout premier cours, chez une femme qui vivait dans son quartier. Elle aussi avait un magnifique piano, un Steinway & Sons payé une fortune. En même temps, vu la baraque et la voiture garé devant le porche, ce n’était pas étonnant.
Une semaine, deux semaines, trois semaines passent… Quelques progrès se font ressentir avec les trois à quatre heures que Paul passe devant son piano chaque jour. Paul, curieux de connaître les origines de celui ci, se pencha sur son piano. Aucun nom n’était écrit au dessus du clavier, comme il est d’usage chez les fabricants. Cependant, en regardant en dessous celui-ci, il s’aperçut qu’il y avait effectivement une marque. «  Slevina & Belvi ». Un nom qui ne parlait absolument pas à sa prof.

Pas habitué au café ? Tu laisse supposer qu'un laps de temps assez important s'est écoulé, l'effet de la caféine dure pas aussi longtemps... mais c'est du détail.

Curieux, Paul Retourna chez le vendeur. L’homme, surpris, le fit entrer et lui proposa un café. Une quinte de toux pris l’homme pendant un court instant. Paul demanda à l’homme comment il allait :

-« Beaucoup mieux. J’ai encore un peu de mal à me faire à l’idée que ma femme est partie, mais je dors bien la nuit maintenant. Je pense rester veuf un certain temps avant de penser aux autres femmes, mais en tout cas, l’épreuve du deuil est de moins en moins compliquée. Et vous, le piano, ça progresse ? »
-«  Et bien oui, effectivement ! J’ai entamé les gammes, les arpèges, et j’ai réussi à apprendre mon tout premier morceau, la Mazurka en Do Mineur de Glinka. »
-« Avez-vous une raison particulière pour me rendre visite ? »
-« Oui effectivement. Vous m’aviez dit que le piano venait d’un musée. J’aimerais connaître ses origines, et donc j’aimerais rentrer en contact avec le propriétaire du musée, mais quand j’y vais celui ci est fermé, et quand je cherche à téléphoner, ça ne répond pas. »
-« C’est normal, à vrai dire le propriétaire du musée est mort il y a quelques jours, des suites d’un cancer des poumons. Le pauvre avait 68 ans et fumais, donc ce n’est pas étonnant, contrairement à ma femme qui est morte de la même maladie, sans jamais avoir fumé de sa vie. Donc je ne pourrais pas plus vous aider sur ce point. »
-«  Oh… Je suis désolé pour vous, encore… »
-« Ca ne fait rien, vous savez, ce n’était qu’une connaissance. En revanche je peux vous dire le nom du magasin d’où venait le piano. MusicalCo, à Caen. Le magasin est fermé, mais vous pouvez toujours essayer de contacter le propriétaire, il devrait être facilement trouvable.»
-« Merci bien ! Je le contacterai bientôt. »

Il est curieux au point de retourner chez l'homme mais ne fait pas recherche internet au préalable ? C'est un peu surprenant.

Paul remercia l’homme, puis s’en alla, le laissant lui, sa maison vide et sa quinte de toux. Il parti vite, essayant d’esquiver les microbes, la grippe étant d’actualité en cet hiver pénible.

Sa maison vide ? Hm. Sa femme est morte c'est une chose, de là à ce qu'il vide sa maison il y a un (grand) pas.

Une fois rentré à la maison, Paul s’empressa de trouver un moyen de contacter l’ancien propriétaire. Par chance, la page facebook du magasin était encore active. Il envoya un message sur la page, mentionnant la marque, et avec une photo du piano. Le lendemain, il reçut une réponse du propriétaire.

« Bonjour, je ne connais pas non plus l’origine de ce piano mais j’ai quelques amis qui ont étudié la musicologie et l’histoire de la musique. Je vais me renseigner auprès d’eux et je vous contacte, au plus vite, dès que j’ai des nouvelles. Peut être dans la journée. Au plaisir. »

Paul était content d’avoir réussi à obtenir réponse, et était satisfait d’avoir enfin une possible piste des origines de ce piano. En attendant, aujourd’hui, il a cours de piano.

En rentrant chez lui, fier de ce qu’il a pu apprendre en solfège chez sa prof, il s’empressa d’allumer son ordinateur pour regarder ses messages. Une petite bulle rouge était apparue. Paul frémi en attendant que la page charge. Il était excité d’obtenir enfin réponse à ses questions. La page s’ouvrit.
«  Paul, ou que soit ce piano, et quoi que vous souhaitez faire avec, NE TOUCHEZ PAS CE PIANO !!! Un ami à moi, très calé en histoire de la musique et en piano, connait cette marque, et si les information concernant cette marque sont introuvables, c’est pour une raison, et pour cause, la société fabriquant ces pianos, Slevina & Belvi, basée en Ukraine, a fait faillite. Pour des raisons économiques, l’entreprise fabriquait ces pianos, peu cher à l’achat, avec des marteaux dont les pointes étaient composée de feutres  en amiante ! Chaque appui sur chaque touche libère des doses mortelles d’amiante au long terme ! Alors quoi qu’il en soit, NE TOUCHEZ PAS CE PIANO, et appelez un professionnel compétent, un désamianteur par exemple. Au plaisir. »

Des sueurs froides parcouraient le dos de Paul. Il avait peur. Il ne savait pas quoi faire à l’annonce de cette terrible nouvelle.

Paul toussa. C’était déjà trop tard pour lui. 

Bon. Ok, il à le piano depuis 3 semaines et il en fait dans les 4h par jours, on est donc à 84h. L'amiante est mortel principalement avec une exposition à long terme, tu le dis d'ailleurs toi même. Un cancer met du temps à se déclarer, c'est d'ailleurs pour ça que le "scandale de l'amiante" à mis tant de temps à être découvert et que de nombreux bâtiments en contiennent toujours. Qu'il se mette à tousser pile après la lecture de ce message du coup est assez irréaliste.


Sentiments éveillés : un peu de curiosité.

Moyen de transmission : absent.

Style/lisibilité : quelques fautes, le terme de "vendeur" qui n'est pas adapté.

Intérêt : Outre les incohérences, ça va se jouer sur deux points. Il n'y a pas de moyen de transmission, l'emploi du passé simple et la présence de dialogue empêche également un format de témoignage/d'article/autres ce qui ne permet pas non plus de supposer un éventuel moyen de transmission. (Une creepypasta est un texte, qui doit avoir une raison de nous parvenir, un vecteur, ça peut se faire sous la forme de témoignage, un blog, un article de journal, un post quelque part bref il y a un éventail assez large de possibilité.) Ensuite il n'y a rien de creepy/angoissant/flippant/autre. C'est juste un banal fait divers tragique, ça s'arrête là. Donc ça sera un contre désolée.
________________
Are you deranged like me ?
Are you strange like me ?


The world is wrong.


I'll be nicer if you'll be smarter.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
shirofu
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2018
Messages: 6
Localisation: Rennes, France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 牛 Buffle

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 20:00    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Merci de vos avis, j'en prendrais compte dans ma correction à venir. 
Revenir en haut
Daemoniack
Second couteau
Second couteau

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2016
Messages: 347
Localisation: Villers-Cotterêts
Masculin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 22:43    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Qu'on se mette d'accord les gens.
Ici, c'est proposition de CREEPYPASTA.
Si vous pensez que le texte devrait aller sur le nécro mais pas sur le blog, mettez contre, mais précisez que ce serait un pour pour le nécro. Merci :')
________________
Actuellement en période d'écriture intensive. Tentatives d'améliorer mon niveau, quoi.
Revenir en haut
Pyro
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2018
Messages: 8
Localisation: Nord
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 26 Jan 2018 - 13:57    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Pour une fois je trouve l'histoire original, je m'attendais encore à une histoire de démon ou de malédiction, celle-là apporte, je trouve, un vent de fraicheur
________________
Je ne sais pas pourquoi, mais quand j'ai faim, au lieu d'aller à la cuisine, je vais dans la chambre de ma sœur, surement parce qu'à 3 mois, les bébés ont l'air appétissant
Revenir en haut
Litanie
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 21 Sep 2017
Messages: 54
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 18 Fév 2018 - 22:35    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

- Cohérence/vraisemblance de l'histoire : L'ensemble est relativement cohérent, il y a juste la fin qui me chiffonne beaucoup. Les lésions dues à l'amiante mettent en général entre 15 et 30 à devenir symptomatique. Il a son piano depuis quelques semaines, même en jouant énormément, et avec de fortes doses, il ne peut pas se mettre à tousser aussi rapidement. Et de même, sa femme n'a pas pu mourir 2 mois après avoir acquis le piano d'un cancer du poumon dû à l'amiante. 


- Cohérence des actions du ou des personnages : c'est ok
 
- Sentiment éveillé chez le lecteur : de la curiosité.


- Vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : il n'y a pas de moyen de transmission indiqué.


- Style d'écriture : ce n'est pas une pasta, plutôt une nouvelle, du coup.


- Lisibilité du texte : des fautes, mais ça reste lisible


- Intérêt de l'histoire : je trouve l'angle d'approche original, je m'attendais à ce que le piano soit hanté. Malheureusement, la chute n'est pas cohérente. Si tu changes ça, ça pourrait possiblement faire un bon texte pour le nécro. Contre.
Revenir en haut
Kamus
Second couteau
Second couteau

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2015
Messages: 1 183
Localisation: Stronger Than You
Masculin Verseau (20jan-19fev) 兔 Lapin

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2018 - 16:29    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

je déplace dans le necro, merci de voter en vue d'une publication dessus
________________
Well...What can i say ?

You guys...



...are the best.
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 790
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2018 - 21:51    Sujet du message: L'apprenti Pianiste Répondre en citant

Comme déjà dit je trouve la déclaration de la maladie un peu trop rapide et l'histoire se rapproche plus d'un simple fait divers et c'est un peu trop léger pour moi... Ça sera un contre du coup désolée.
________________
Are you deranged like me ?
Are you strange like me ?


The world is wrong.


I'll be nicer if you'll be smarter.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:40    Sujet du message: L'apprenti Pianiste

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com