Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

The Thing That Stalks the Fields

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  

Votez Robert
Oui
100%
 100%  [ 1 ]
Roger
0%
 0%  [ 0 ]
Total Votes : 1

Author Message
Rob Nukem
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 01 Apr 2012
Posts: 1,302
Localisation: Bachman Hill, Maine
Masculin 馬 Cheval

PostPosted: Mon 14 May 2012 - 16:04    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

It was a few weeks ago that the hay bales started creeping slowly away from the house. Every morning when I woke up, each had moved a few hundred feet from where it was before. I assumed it was pranksters with nothing better to do, and I so I ignored it. Within a few days, though, the bales began to approach the boundaries of the farm. I was tired of the whole game by then, and decided to move them back. It took a tedious hour to bring them all from where they were to over near the house again, and by the time I was done I was ready to snap the neck of whatever little pissant was deciding to screw with me.

The next morning, I found each and every one of my horses messily decapitated. The smell was what woke me up. Each one was slumped over against the side of its stall. There were no signs of the heads. I spent the rest of the day cleaning up the mess and burying the remains. It was only when I was done that I noticed the bales of hay had all returned to their positions from the day before, scattered far out into the fields. This time I left them where they were.

That night I sat on my porch with my shotgun in hand and a pot of coffee on the table beside me. I sat for hours, straining my eyes into the fields to catch a glimpse of who was moving my hay bales. Finally, I was beginning to nod off. I would have, but just as my eyes began to close I heard a clamor and a rustling of trees from the nearby woods. I leaned forward, my heart racing with excitement; I was going to catch the bastard. I fumbled with my gun and fidgeted in my seat, waiting anxiously for whoever it was to get close enough to ambush. It was only when the thing got close enough for me to make out its silhouette in the dark that I was frozen still. The thing that crept into my fields from the nearby woods didn’t seem to notice me sitting there. It stalked, hunched and deliberate, through the field with the posture of a tiptoeing thief. If not for the fact that it must have towered to over ten feet tall even in its crouched position, it might have seemed almost frail. The thinness of its arms and legs and the emaciated, caved-in quality of its chest reminded me of a starving animal. Still, this thing was undeniably strong, and I watched it hoist each bale up into its arms with ease, and set it down carefully a while away, taking only a few strides to cover the distance. I watched it work, moving each bale thoughtfully. Every once in a while it would straighten up to look around at the other bales’ positions in the field, before adjusting the one it was working on ever so slightly.

Before it left, it looked towards the house. I felt its eyes sweep over me in the dark, but whether it saw me or not I couldn’t tell. Then, it turned silently and crept back the way it came, disappearing into the dark of the woods. It took me an hour before I had the courage to move at all. I went inside after a while, but didn’t sleep that night. It was only when the sun rose that I dared step off my porch into the fields. The hay bales were where it left them. Strangely, it didn’t move them as far as it had in the previous days. They were approaching something invisible in the fields, and as I looked at them I realized that they seemed to be marking some line. Indeed, as I walked around the house, I saw the distinct circle that they formed with me at the center. At first I thought the bales were just being haphazardly moved away from the house, but now I could see that they were instead being moved towards some boundary. The thing was sending me a message. I slept uneasily that night, and only because I was exhausted.

The next morning the bales hadn’t moved at all. They didn’t move at all for the rest of that week, in fact. They were finally where the thing wanted them. I made myself sick trying to interpret them. Why would this thing expend so much energy moving my hay bales, and threaten me with such violence should I try to interfere? Killing my horses was just that - a threat. An intelligent threat, at that. It knew what would scare me, and it knew that I would understand the implications.

The sound of an automobile working its way along the road to my farm one morning gave me a little rush of excitement. I’d been planning to abandon the farm since I saw the thing, but I couldn’t hope to leave on foot without risking it treating me like it treated my horses. But, if I could get in the car with whoever was coming my way, I might be able to escape before it could stop me. I didn’t know or care who it was. I decided that the moment they stopped the car, I would jump in the passenger’s seat and tell them to get the hell out of here. I didn’t get the chance.

The car worked its way slowly along the road, trundling across the uneven ground. I urged it silently to hurry. It was when it passed between the two bales placed on either side of the road that I began to hear a booming clatter from the woods. The thing burst suddenly from between the trees, sprinting on all four of its terrible, gangly limbs towards the car. Within a few seconds it was there, pouncing on the automobile like a predatory cat. Within moments it was picking and peeling the vehicle’s steel frame apart, working to get at the driver. The man, whoever he was, screamed all the while and I could hear him even over the crunching of metal and the shattering of glass. It was only when the thing crushed him carelessly in its hand that the screaming stopped. It tossed him away, and straightened up to look at me once again. In the sunlight, I could see the inhumanity of it. It was composed entirely of something awful and alive which was lashed together in a messy semblance of a human form. Whatever it was made of looked so polished and hard, that if it weren’t for the minute writhing of the stuff, I’d think it was made of granite.

The thing retreated back into the woods, and I was left to my shock. My eyes wandered to where the car sat, the engine still sputtering, between two of the hay bales. Suddenly, I understood. The message was clear. I am this thing’s captive, and I am not allowed visitors. Nothing may cross the borders it has set. I’m trapped here, by the thing that stalks the fields, and it demands nothing except that I never leave. Still, I don’t know if I can handle being that thing’s canary. I’ve been thinking hard for the last few days since I saw it crush that man’s chest, and silence him before he could finish his scream. If I crossed the hay bale border, it’d probably do the same. It’d smash my skull before I could put my hands up to protect myself. It’d go and find a new pet, and probably keep looking until it found someone who could stand knowing that it was waiting just outside, watching it at all hours with its shiny, insect eyes.

I’ve been thinking hard for the last few days, and I might just make a run for it.

http://creepypasta.wikia.com/wiki/The_Thing_That_Stalks_the_Fields
________________
« Plains ceux qui ont peur car ils créent leurs propres terreurs. »

- Stephen King

« La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. »

- Maître Yoda (Star Wars)

« Quand on ne le connaît pas, l'homme est un loup pour l'homme. »

- Plaute (La Comédie des Ânes, vers 195 av. JC)

« There was a crooked man, and he walked a crooked mile.
He found a crooked sixpence against a crooked stile.
He meets a crooked dog with a crooked smile, which kill some crooked people.
And they all lived together in the darkness of a little crooked house. »


« 'U lupu càngia 'u pìlu ma 'u vìzziu no. » (Le loup change son poil, mais il ne change pas ses vices.)
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 14 May 2012 - 16:04    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 865
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Mon 23 Jun 2014 - 16:53    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Eeeeeet voici ma traduction 



LA CHOSE QUI TRAQUE DANS LES CHAMPS     





Depuis quelques semaines, les bottes de foin ont commencé à s'éloigner lentement de la maison. Tous les matins, quand je me levais, chacune s'était déplacée de quelques dizaines de mètres. J'ai pensé que c'était des blagueurs qui n'avaient rien de mieux à faire, donc j'ai laissé tomber.


Après quelques jours, pourtant, elles ont commencé à approcher les limites de la ferme. J'étais fatigué de leur petit jeu, j'ai donc décidé de les remettre à leur place initiale. Ça m'a pris une heure pour les déplacer près de la maison, et là j'en avais vraiment marre. J'étais prêt à tordre le cou du premier petit con qui essaierait encore de me les briser.


Le matin suivant, j'ai trouvé tous mes chevaux décapités. C'est l'odeur qui m'a réveillé. Chaque cheval était effondré contre son box. Il n'y avait aucune trace des têtes. J'ai passé le reste de la journée à nettoyer les dégâts et à brûler les restes. Ce n'est qu'après avoir fini que j'ai remarqué que les bottes de foin étaient retournées là où elles étaient hier, dispersées très loin dans les champs. Cette fois, je les ai laissées là où elles étaient.


La nuit, je me suis assis sur mon porche, un bol de café à la main, un fusil à pompe dans l'autre. J'y suis resté pendant des heures, braquant du regard le domaine pour avoir un aperçu de ce qui bougeait mes bottes de foin. La fatigue l'emportait, je commençais à m'assoupir. J'aurais bien voulu, mais pile quand mes yeux commençaient à se fermer, j'entendis un cri et un bruissement dans les arbres venant de la forêt. Je me penchai en avant, mon cœur commença à s'emballer d'excitation ; j'allais enfin attraper ce fumier. Je frétillais sur ma chaise tout en attrapant maladroitement mon arme. Attendant, anxieusement, que qui que ce soit s'approche suffisamment pour tendre une embuscade. Ce n'est que quand la chose s'est assez approchée que j'ai pu apercevoir sa silhouette se découper dans la noirceur de la nuit fraîche. Ce qui s'était glissé dans mes fermes près de la forêt ne semblait pas me voir, assis ici.


Elle s'avançait, précautionneusement, recroquevillée, d'un pas mesuré, à travers le champ. Du fait que la chose mesurait dans les trois mètres, même accroupie, elle aurait pu sembler presque fragile. La maigreur des ses bras et de ses jambes, ainsi que sa cage thoracique enfoncée et décharnée me rappelaient un animal affamé. Aussi, cette chose était indéniablement forte, et je la voyais hisser chaque botte de foin dans ses bras avec facilité, et juste après la poser avec soin un peu plus loin, ne faisant que quelques enjambées pour couvrir la distance. Je l'ai regardé travailler, bougeant chaque botte de foin avec attention. Régulièrement, elle regardait la position des autres bottes dans le champ, avant d'ajuster celle sur laquelle elle travaillait, toujours en silence.


Avant de partir, la chose a regardé dans ma direction. J'ai senti son regard me balayer dans le noir, mais qu'elle m'ait vu ou non, je ne saurais le dire. Ensuite, elle s'est retournée silencieusement et est repartie d'où elle est venue, disparaissant dans les ténèbres de la forêt. Ça m'a pris une heure avant d'avoir le courage de bouger. Je suis rentré après un moment, mais je n'ai pas dormi cette nuit. Ce n'est que quand le soleil s'est levé que j'ai osé descendre de mon porche et partir en direction des champs. Les bottes de foin était là où la chose les avait laissées. Bizarrement, elle ne les avait pas bougées aussi loin qu'avant.


Les bottes s'approchaient de quelque chose d'invisible dans les champs, et quand je les ai regardées, j'ai remarqué qu'elles semblaient marquer une ligne. En effet, tandis que je marchais autour de la maison, je voyais distinctement le cercle qu'elles formaient. Et j'étais son centre. Au début je croyais que les bottes de foin étaient bougées n'importe comment, mais là je pouvais voir qu'elles se dirigeaient vers les limites. La chose m'envoyait un message. J'ai mal dormi cette nuit, mais seulement parce que j'étais exténué.


Le matin qui suivit, les bottes n'avaient pas bougé. En fait, elles n'ont pas bougé de toute la semaine. Les bottes de foin étaient finalement où la chose voulait qu'elles soient. Je me suis rendu malade en essayant de les interpréter. Pourquoi cette chose dépensait autant d'énergie pour déplacer mes bottes de foin, et me menacer violemment? Devais-je m'en mêler? Tuer mes chevaux n'était que... qu'une menace. Une menace intelligente, d'ailleurs. Elle savait ce qui me ferait peur, et elle savait que je comprendrais les implications.


Un matin, le bruit d'une voiture se dirigeant vers ma ferme me donna un éclair d'excitation. J'avais prévu d'abandonner la ferme depuis que je l'avais vu, mais je ne pouvais pas espérer partir à pied sans risquer qu'elle me menace, tout comme elle l'avait fait avec mes chevaux. Juste, si je pouvais monter dans la voiture, je pourrais peut-être m'échapper avant qu'elle ne puisse m'en empêcher. Je ne savais pas et n'avais rien à faire de qui était dans la voiture. J'ai décidé que dès qu'ils arrêteraient leur engin, je sauterais sur le siège passager et leur dirais de dégager d'ici. Je n'en ai pas eu la chance.


La voiture roulait doucement le long du chemin, avançant sur la route inégale. Je lui criais intérieurement de se dépêcher. C'est quand elle est passée entre deux bottes de foin placées sur les deux côtés de la route que j'ai entendu un puissant martèlement dans la forêt. En un éclair, la chose sortit d'entre les arbres, sprintant à quatre pattes vers la voiture sur ses membres irréguliers. En quelques secondes, elle était là, s'y attaquant comme un prédateur. En un rien de temps, la chose avait arraché l'armature du véhicule pour atteindre le conducteur.

Cet homme, qui que ce fut, hurlait. Je pouvais entendre son cri, par-dessus le bruit du métal brisé et les vitres volant en éclat. Ce n'est que quand la chose le broya dans sa main que le hurlement stoppa. Elle le jeta au loin, et se redressa pour me regarder encore une fois. Dans la lumière du jour, je pouvais voir son inhumanité. La chose était entièrement composée de fragments d'une matière horrible et palpitante liés ensemble en un semblant de forme humaine. Cette chose, quoi que ça puisse être, paraissait si lisse et rigide, que si je ne l'avais pas vue à l'instant se contorsionner, j'aurais pu penser qu'elle était faite de granit.


La chose se retira dans les bois, me laissant tétanisé. Mes yeux ont erré sur la carcasse toujours fumante de l'engin, entre les deux bottes de foin. C'est là que j'ai compris. Le message était clair. Je suis sa chose, son prisonnier, et je n'ai pas le droit aux visiteurs. Rien ne peut franchir les limites qu'elle a fixées. Je suis bloqué par la chose qui traque dans les champs, et elle ne demande rien, à part que je ne parte jamais.


Malgré tout, je ne sais pas si je peux supporter d'être son canari. J'ai très longuement réfléchi depuis quelques jours depuis que j'ai l'ai vu écraser l'homme et le faire taire avant qu'il ne puisse terminer son hurlement. Si je dépasse les frontières des bottes de foin, elle me fera sûrement la même chose. Elle me broiera le crâne avant que je puisse lever les bras pour me protéger. Elle partira se trouver un nouvel animal de compagnie, en cherchant sûrement un qui saura se tenir sachant qu'elle attendra juste dehors, le regardant à toutes heures avec ses yeux d'insecte luisants.


J'ai très longuement réfléchi depuis quelques jours, et je vais sans doute m'enfuir.
   

________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ




Last edited by Nevermore on Tue 24 Jun 2014 - 12:33; edited 2 times in total
Back to top
Visit poster’s website
mar1217
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Jun 2014 - 18:13    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

 J'ai totalement aimé ! Le style psychologique dans celle-ci avec le fait qu'il se retrouve prisonnier d'une créature et qu'il ne peut pas s'échapper... c'était sublime Smile Continue à en trouver des comme cela Okay
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Mon 23 Jun 2014 - 21:57    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Pas mal pour l'histoire, mais la traduction a de graves faiblesses ("la chose qui traque les champs", ça te semble normal? "dans les champs", plutôt).
________________

Back to top
Visit poster’s website
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 865
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Mon 23 Jun 2014 - 22:03    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Merci, si t'en a d'autre des comme ça  Laughing


EDIT : J'ai corrigé certaines fautes + "remodelé" voire supprimé certaines parties de phrase



EDIT #2:

               En fait, plus je relis, plus je m'aperçois que ma traduction est relativement moyenne... En plus j'ai vu que je suis pas assez bon pour traduire les longues pasta  Laughing (ou traduire tout court)
               Je pense que le texte original mériterait une meilleur trad'

               


     
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ


Back to top
Visit poster’s website
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Thu 3 Jul 2014 - 21:52    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Vous avez cinq minutes pour me dire sincèrement ce que vous en pensez.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Fri 4 Jul 2014 - 15:45    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Vous vous en foutez, hein?

http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2014/07/la-chose-qui-traque-dan…
________________

Back to top
Visit poster’s website
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 865
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Fri 4 Jul 2014 - 20:14    Post subject: The Thing That Stalks the Fields Reply with quote

Je pense que vu que le texte est long, ça décourage à lire  Laughing
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ


Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group