Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Dark Woods: The Elmridge Grasp
Goto page: 1, 2  >
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  

Sur le site?
(+)
100%
 100%  [ 6 ]
(-)
0%
 0%  [ 0 ]
Total Votes : 6

Author Message
Rob Nukem
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 01 Apr 2012
Posts: 1,302
Localisation: Bachman Hill, Maine
Masculin 馬 Cheval

PostPosted: Mon 14 May 2012 - 16:05    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Massachusetts can be home to some of the most magnificant autumns. This year was no exception. Traveling east from Spencer, the bus passed acres upon acres of untouched forests. All in the colors of brilliant reds, yellows, oranges, golds, and purples. I was on my way to Elmridge to meet an old friend of mine... someone I haven't seen in at least three years


The bus had stopped at Elmridge around an hour and a half previously where, upon arriving, a ravenous hunger had overwhelmed me, along with something else that I hadn't been able to recognize at the time. Without a car and without directions I had decided the best way to find my way to my friend's place was to get directions. With little pleasure I had found out the hard way that the people of Elmridge did not take too kindly to out-of-towners. So the next best thing, I figured, was to wing it. Do nothing but walk around town and hope I find the right house... I know the address at least: 28 Walnut Circle.

Well, I found it... at 8:30 at night. Dinner was good...as good as leftovers get. Sleep was fitful, as I couldn't shake the damned feeling of being watched all night. When I did get to sleep I was plagued with nightmares. Every time I woke up a feeling of sheer dread swept over me and, for some strange reason, I knew this was a portent of things to come.


"Let's go... get your rifle," my friend commanded.

"Where are we going?" I asked, nervous not because I've never been hunting before, but because of a lack of information. My friend was good at not giving information.

"Birchfield Woods," he said impatiently.

"I know that, dipshit. I just mean specifically... like... are we going to a specific stop where will we set up, or are we just gonna walk around and shoot whatever walks in front of us?"

"That's not how you typically hunt."

"With you there are no certainties."

"Alright, here's the plan, we're just gonna walk around... and we'll occasionally stop to wait and see if anything comes by," he said.

I shrugged. "Sounds good, I guess."

"Just one thing," he said after a long pause, "If we get separated...keep running, you might end up at a cabin and if you, do get in as fast as possible."

"What?"

"Don't ask questions... let's go," he said in a suddenly brighter tone.

Believe it or not, about two hours later a dense fog rolled in and not long after that we got separated. Completely ignoring what my friend had said, I just walked, calling out his name hoping for a response. I was growing desperate and it was growing dark. Running out of hope, I started heeding my friend's advice and started running in a full sprint. The next thing I knew I was on the ground, blacked out. As I came to, a low growling could be heard from the bushes directly adjacent to me. Startled and jumping up to my feet the bushes started rustling. The growling grew louder as I drew my sidearm... a Smith & Wesson .38 special. However I knew it wouldn't do a thing. Terror setting in, I ran straight in the other direction with the growls growing dimmer. Then, a sudden shriek louder, it seemed, than anything I had heard before emminated from above and, as I looked above, all I saw was a grey-black mass practically flying from tree to tree above. I saw the cabin about 170 yards ahead and I gave it all I got in a desparate effort ot get to the cabin. Adrenaline pumping through my viens, I remember nothing after that... just waking up in the cabin.


My friend was looking at me with a worried face.

"I thought you were dead," he said in a somber tone.

"What the fuck's happening?"

"Like hell I know. All I remember is after you came barreling through the door I looked out the window and...IT... it was just pacing.... waiting...I'll go check if it's still there," he said as he got up.

"Whatever," I said glumly.

He threw open the window and the shutters and not even a minute afterward a small choking noise came from him. Worried, I silently walked up to him and...hesistated. I knew something was wrong and I somehow knew what I was about to see would be the most fucked up thing I would ever see in my entire life. My hands were shaking I pulled my friend back and, to my shock, found that he had no face. It looked as if it had just been ripped off. Chunks of flesh hung, hanging. Veins and arteries were still bleeding, the blood making a gross 'pip' sound as it hit the wooden floor. I was terrified but I was even more scared to look up, out through the window, because I knew it would be there.

I couldn't help but look up, and I was not shocked to see it staring back at me. Mouth agape and a mass of flesh in its hands, it seemed to revel in what it had done. I couldn't tear away from its gaze. Then, in an act of instinct, I slammed the shutters and window shut and got into the furthest corner of the cabin. Everything then began shaking... the shutters swinging open and shut open and shut open and shut in an almost rhythmic pattern and slamming against the cabin windows. Outside I could see the... thing... just standing there with its mouth, that damned black pit of a mouth stretching open to impossible size. The door was vibrating and I feared that it would break off its hinges. Then, everything stopped. Not thinking clearly I barrelled out the door and just kept running. I could hear the growling coming from every bush and the tops of every tree. There was nothing I could do but pray. I had found myself becoming more and more religious as the whole ordeal took place. The next thing I knew I was on the pavement... again blacked out. That's when I got the fuck out of Elmridge and never looked back.

It seems you're not even safe if you aren't separated in the woods.

http://creepypasta.wikia.com/wiki/Dark_Woods:_The_Elmridge_Grasp
________________
« Plains ceux qui ont peur car ils créent leurs propres terreurs. »

- Stephen King

« La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. »

- Maître Yoda (Star Wars)

« Quand on ne le connaît pas, l'homme est un loup pour l'homme. »

- Plaute (La Comédie des Ânes, vers 195 av. JC)

« There was a crooked man, and he walked a crooked mile.
He found a crooked sixpence against a crooked stile.
He meets a crooked dog with a crooked smile, which kill some crooked people.
And they all lived together in the darkness of a little crooked house. »


« 'U lupu càngia 'u pìlu ma 'u vìzziu no. » (Le loup change son poil, mais il ne change pas ses vices.)
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 14 May 2012 - 16:05    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
armytroll
Guest

Offline




PostPosted: Wed 13 Nov 2013 - 18:47    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

J'aimerais me lancer dans celle-ci car après avoir fait attendre pendant deux mois pour ma première traduciton, j'aimerais montrer que je peu travailler de manière efficace !
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,139
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Thu 27 Mar 2014 - 14:02    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Bon, vu qu'armytroll n'a pas l'air de s'y mettre, voilà la traduction :


Forêt sombre : la prise d’Elmridge

Le Massachusetts peut être le théâtre de certains des automnes les plus magnifiques. Cette année ne faisait pas exception. Parti vers l’est depuis Spencer, le bus dépassait des hectares et des hectares de forêt vierge. Toutes colorées de rouge flamboyant, de jaune, d’orange, d’or et de violet. Je me rendais à Elmridge pour voir un vieil ami… Quelqu’un que je n’avais pas vu depuis au moins trois ans.

Le bus s’était arrêté à Elmridge depuis une bonne heure et demie, me laissant à l’arrivée avec une faim accablante, ainsi que quelque chose d’autre que je n’ai pas été capable de reconnaître à ce moment. Sans voiture et sans panneau d’indication, je me suis dit que le meilleur moyen de trouver le chemin jusqu’à la maison de mon ami était de demander aux passants. J’ai découvert avec déplaisir que les habitants d’Elmridge n’étaient pas très accueillants envers les « étrangers ». La seule autre chose à faire, me suis-je dit, c’était improviser. Passer son temps à marcher à travers la ville et espérer trouver la bonne maison. Je connaissais au moins l’adresse : 28 Walnut Circle.

Eh bien, j’ai trouvé… à 8 :30 le soir. Le dîner était bon… Aussi bon que pouvaient l’être des restes. Mon sommeil a été agité, car je n’arrivais pas à me débarrasser de la sensation d’être observé pendant la nuit. Lorsque j’ai enfin réussi à m’endormir, j’ai été harcelé par des cauchemars. À chaque fois que je me réveillais, j’étais submergé par un sentiment de terreur pure, et pour une quelconque raison étrange, je savais que c’était un présage des choses à venir.

– Allons-y… Prends ton fusil, a ordonné mon ami.
– Où allons-nous ? ai-je demandé, nerveux, non pas parce que je n’avais jamais chassé auparavant, mais à cause du peu d’informations que j’avais. Mon ami était très bon pour ne donner aucune information.
– La forêt de Birchfield, a-t-il dit d’un ton impatient.
– Je sais ça, crétin. Je voulais juste dire… par exemple… est-ce qu’on va à un endroit particulier où on va s’installer, ou est-ce qu’on va simplement se balader en tirant sur ce qui passe devant nous ?
– Ce n’est pas comme ça qu’on chasse habituellement.
– Avec toi, on ne peut jamais être sûr.
– Bon, bon, voilà le plan, on va simplement se balader… Et on s’arrêtera de temps en temps pour voir si quelque chose vient vers nous, a-t-il dit.
– Ça sonne pas mal, ai-je répondu en haussant les épaules.
– Juste une chose, a-t-il ajouté après une longue pause. Si on se retrouve séparés… Cours, ne t’arrête surtout pas, tu devrais finir par arriver à une cabane et si c’est le cas, entres-y le plus vite possible.
– Quoi ?
– Ne pose pas de question… Allons-y, a-t-il conclut d’une voix soudainement plus forte.

Croyez-le ou non, à peine deux heures plus tard, un brouillard épais est tombé et nous avons été séparés peu de temps après. J’ai complètement ignoré ce que mon ami avait dit, j’ai continué à marcher, en criant son nom dans l’espoir de recevoir une réponse. Je désespérais de plus en plus et l’obscurité était en train de s’installer. Perdant espoir, j’ai commencé à tenir compte du conseil de mon ami et à courir le plus vite possible. La chose dont je me rappelle ensuite est que j’étais étendu sur le sol, ne sachant pas comment j’avais atterrit ici. À ce moment, un grognement bas s’est fait entendre dans les buissons qui se trouvaient juste à côté de moi. Comme je sursautais et que je me relevais précipitamment, des bruissements ont commencé à se faire entendre depuis les buissons. Le grognement est devenu plus fort lorsque j’ai dégainé mon arme… Un Smith & Wesson à calibre .38 Special. Mais je savais que ça ne changerait rien. Comme la peur m’envahissait, je me suis mis à courir dans la direction opposée tandis que les grognements devenaient plus intenses. Un cri strident et, semble-t-il, plus fort que ce que je n’avais jamais entendu a retentit au dessus de moi et, alors que je levais les yeux, la seule chose que j’ai pu voir était une masse grise-noire qui volait pratiquement d’arbre en arbre. J’ai alors aperçu la cabine environ 150 mètres plus loin et j’ai donné tout ce que j’avais dans un effort désespéré de l’atteindre. L’adrénaline parcourait mes veines, je ne me rappelle de rien après cela… Juste de mettre réveillé dans la cabane.

Mon ami m’observait avec un visage inquiet.

– Je pensais que tu étais mort, a-t-il dit d’un ton sombre.
– Qu’est-ce qui se passe, bordèle ?
– Comme si je le savais. Je me souviens juste qu’après que tu sois arrivé en t’écrasant sur le sol, j’ai regardé par la fenêtre et… ÇA… ça faisait simplement les cent pas… ça attendait… Je vais aller voir si c’est toujours là, a-t-il dit en se levant.
– Fais ce que tu veux, ai-je répondu d’un air maussade.
Il a ouvert la fenêtre et les volets et moins d’une minute après cela, j’ai entendu un bruit de suffocation venant de lui. Inquiet, je suis allé vers lui et… j’ai hésité. Je savais que quelque chose n’allait pas et, d’une certaine manière, je savais aussi que ce que j’allais voir était la chose la plus affreuse que je verrais dans ma vie entière. Mes mains tremblaient. J’ai tiré mon ami en arrière et j’ai vu avec horreur qu’il n’avait plus de visage. Il semblait avoir été simplement arraché. Des morceaux de chaire tombèrent et se mirent à pendre. Les veines et les artères continuaient de saigner, le sang a produit un affreux « ploc » lorsqu’il a touché le sol en bois de la cabane. J’étais terrifié, mais j’avais encore davantage peur de regarder à travers la fenêtre, car je savais que ça allait être là.

Je n’ai pas pu tenir et j’ai fini par regarder, et je n’ai même pas été surpris de voir que ça m’observait. La bouche béante et une masse de viande dans ses mains, elle semblait se délecter de ce qu’elle venait de faire. Je n’arrivais pas à me défaire de son regard. Puis, instinctivement, j’ai claqué les volets et refermé la fenêtre et me suis blotti dans le coin le plus éloigné. Tout a alors commencé à trembler… Le volet s’ouvrait et se fermait, et se rouvrait et se refermait presque en rythme et frappait violemment contre la fenêtre de la cabane. Au dehors, je pouvais voir la… chose… qui se tenait simplement devant, avec sa bouche, sa fichue bouche qui ressemblait plutôt à une fosse noire, grande ouverte, à une taille impossible. La porte vibrait et j’avais peur qu’elle sorte de ses gonds. Et tout s’est arrêté. Sans réfléchir, j’ai déboulé hors de la cabane et ai couru sans m’arrêter. Je pouvais entendre le grognement provenant de chaque buisson et de chaque arbre. Je ne pouvais rien faire d’autre que prier. L’épreuve me faisait devenir tout d’un coup de plus en plus religieux. La seule chose dont je me souviens ensuite est de m’être retrouvé étendu sur le trottoir… de nouveaux sans pouvoir dire comment j’étais arrivé là. C’est à ce moment que j’ai décampé d’Elmridge, et je n’ai jamais lancé un regard en arrière.

Apparemment, on n’est pas en sureté même quand on arrive à ne pas se retrouver séparé.
 

________________
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Thu 27 Mar 2014 - 18:22    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

C'est vraiment sans prétention, mais bizarrement, je trouve ça sympathique. Cela dit, il y a quelques transitions bien foirées, trop rapides.


M'enfin, j'y mets un petit pour. Du moins, si vous pensez qu'un sondage est nécessaire.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Fri 28 Mar 2014 - 14:35    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Pas d'autres avis? "Laisser le temps au temps" je veux bien, mais ce serait bête d'attendre alors que le contenu est là.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,139
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Fri 28 Mar 2014 - 15:06    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Les gens n'ont pas l'air de beaucoup regarder les pastas en ce moment, la chatbox en obnubile plus d'un. Après les derniers évènements en sont peut être la cause, mais j'ai le sentiment qu'il ne se passera pas grand chose avant le week-end voire la semaine prochaine. Pour ma part, j'ai eu une sensation similaire à la tienne quand j'ai lu, un bon contenu mais une forme qui aurait gagné à être améliorée. Mais bon, comme c'est une traduction, se plaindre de la forme ne changera rien.
________________
Back to top
Kaelan
Guest

Offline




PostPosted: Sat 29 Mar 2014 - 04:12    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

  
  Personnellement, je corrigerais un peu la forme aussi, tourner les phrases de manière à ce qu'elles soient plus "digestes", mais ce n'est que mon avis ...


  Je veux bien tenter un petit remaniement si le coeur vous en dis ...
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,139
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Sat 29 Mar 2014 - 08:52    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Il faut voir ça avec l'admin, le problème dans les traductions, c'est qu'il faut être fidèle au texte d'origine, donc s'il n'est pas très digeste en anglais, il ne peut pas l'être en français. Le travail d'interprétation permet d'adoucir un peu les coins, mais on n'a pas non plus le droit de modifier trop en profondeur.
________________
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sat 29 Mar 2014 - 12:04    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

C'est ça. En principe on ne modifie que la forme, tout dans le fond, chronologie et évènements, devant rester identique. Je me souviens qu'on a voulu le faire fut un temps avec Eyeless Jack, c'était honteux et désastreux. J'en pleure encore.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Alohap
Guest

Offline




PostPosted: Sat 29 Mar 2014 - 13:29    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Le Massachusetts peut être le théâtre de certains des automnes les plus magnifiques. Cette année ne faisait pas exception. Parti vers l’est depuis Spencer, le bus dépassait des hectares et des hectares de forêt vierge. Toutes colorées de rouge flamboyant, de jaune, d’orange, d’or et de violet. Je me rendais à Elmridge pour voir un vieil ami… Quelqu’un que je n’avais pas vu depuis au moins trois ans.


Le bus s’était arrêté à Elmridge depuis une bonne heure et demie, me laissant à l’arrivée avec une faim accablante, ainsi que quelque chose d’autre que je n’ai pas été capable de reconnaître sur le moment. Sans voiture et sans panneau d’indication, je me suis dit que le meilleur moyen de trouver le chemin jusqu’à la maison de mon ami était de demander aux passants. J’ai découvert avec déplaisir que les habitants d’Elmridge n’étaient pas très accueillants envers les « étrangers ». La seule autre chose à faire, me suis-je dit, c’était improviser. Passer son temps à marcher à travers la ville et espérer trouver la bonne maison. Je connaissais au moins l’adresse : 28, Walnut Circle.


Eh bien, j’ai trouvé… à 8:30 le soir. Le dîner était bon… Aussi bon que pouvaient l’être des restes. Mon sommeil a été agité, car je n’arrivais pas à me débarrasser de la sensation d’être observé pendant la nuit. Lorsque j’ai enfin réussi à m’endormir, j’ai été harcelé par des cauchemars. À chaque fois que je me réveillais, j’étais submergé par un sentiment de terreur pure, et pour une quelconque raison étrange, je savais que c’était un présage des choses à venir.


– Allons-y… Prends ton fusil, a ordonné mon ami.
– Où allons-nous ? ai-je demandé, nerveux, non pas parce que je n’avais jamais chassé auparavant, mais à cause du peu d’informations que j’avais. Mon ami était très bon pour ne donner aucune information.
– La forêt de Birchfield, a-t-il dit d’un ton impatient.
– Je sais ça, crétin. Je voulais juste dire… par exemple… est-ce qu’on va à un endroit particulier où on va s’installer, ou est-ce qu’on va simplement se balader en tirant sur ce qui passe devant nous ?
– Ce n’est pas comme ça qu’on chasse habituellement.
– Avec toi, on ne peut jamais être sûr.
– Bon, bon, voilà le plan, on va simplement se balader… Et on s’arrêtera de temps en temps pour voir si quelque chose vient vers nous, a-t-il dit.
– Ça semble pas mal, ai-je répondu en haussant les épaules.
– Juste une chose, a-t-il ajouté après une longue pause. Si on se retrouve séparés… Cours, ne t’arrête surtout pas. Tu devrais finir par arriver à une cabane, et si c’est le cas, entre-y le plus vite possible.
– Quoi ?
– Ne pose pas de question… Allons-y, a-t-il conclu d’une voix soudainement plus forte.


Croyez-le ou non, à peine deux heures plus tard, un brouillard épais est tombé et nous avons été séparés peu de temps après. J’ai complètement ignoré ce que mon ami avait dit, j’ai continué à marcher, en criant son nom dans l’espoir de recevoir une réponse. Je désespérais de plus en plus et l’obscurité était en train de s’installer. Perdant espoir, j’ai commencé à tenir compte du conseil de mon ami et à courir le plus vite possible. La chose dont je me rappelle ensuite est que j’étais étendu sur le sol, ne sachant pas comment j’avais atterri ici. À ce moment, un grognement bas s’est fait entendre dans les buissons qui se trouvaient juste à côté de moi. Comme je sursautais et que je me relevais précipitamment, des bruissements ont commencé à se faire entendre depuis les buissons. Le grognement est devenu plus fort lorsque j’ai dégainé mon arme… Un Smith & Wesson à calibre .38 Special. Mais je savais que ça ne changerait rien. Comme la peur m’envahissait, je me suis mis à courir dans la direction opposée tandis que les grognements devenaient plus intenses. Un cri strident et, semble-t-il, plus fort que ce que je n’avais jamais entendu a retenti au-dessus de moi et, alors que je levais les yeux, la seule chose que j’ai pu voir était une masse gris-noire qui volait pratiquement d’arbre en arbre. J’ai alors aperçu la cabane environ 150 mètres plus loin et j’ai donné tout ce que j’avais dans un effort désespéré de l’atteindre. L’adrénaline parcourait mes veines, je ne me rappelle de rien après cela… Juste de m'être réveillé dans la cabane.


Mon ami m’observait d'un air inquiet.


– Je pensais que tu étais mort, a-t-il dit sur un ton sombre.
– Qu’est-ce qui se passe, bordel ?
– Comme si je le savais. Je me souviens juste qu’après que tu sois arrivé en t’écrasant sur le sol, j’ai regardé par la fenêtre et… ÇA… ça faisait simplement les cent pas… ça attendait… Je vais aller voir si c’est toujours là, a-t-il dit en se levant.
– Fais ce que tu veux, ai-je répondu d’un air maussade.
Il a ouvert la fenêtre et les volets et moins d’une minute après cela, j’ai entendu un bruit de suffocation venant de lui. Inquiet, je suis allé vers lui et… j’ai hésité. Je savais que quelque chose n’allait pas et, d’une certaine manière, je savais aussi que ce que j’allais voir était la chose la plus affreuse que je verrais dans ma vie entière. Mes mains tremblaient. J’ai tiré mon ami en arrière et j’ai vu avec horreur qu’il n’avait plus de visage. Il semblait avoir été simplement arraché. Des morceaux de chair sont tombés et se sont mis à pendre. Les veines et les artères continuaient de saigner, le sang a produit un affreux « ploc » lorsqu’il a touché le sol en bois de la cabane. J’étais terrifié, mais j’avais encore davantage peur de regarder à travers la fenêtre, car je savais que ça allait être là.


Je n’ai pas pu tenir et j’ai fini par regarder, et je n’ai même pas été surpris de voir que ça m’observait. La bouche béante et une masse de viande dans ses mains, elle semblait se délecter de ce qu’elle venait de faire. Je n’arrivais pas à me défaire de son regard. Puis, instinctivement, j’ai claqué les volets, refermé la fenêtre et me suis blotti dans le coin le plus éloigné. Tout a alors commencé à trembler… Le volet s’ouvrait et se fermait, et se rouvrait et se refermait, presque en rythme, et frappait violemment contre la fenêtre de la cabane. Au dehors, je pouvais voir la… chose… qui se tenait simplement devant, avec sa bouche, sa fichue bouche qui ressemblait plutôt à une fosse noire, grande ouverte, à une taille impossible. La porte vibrait et j’avais peur qu’elle sorte de ses gonds. Et tout s’est arrêté. Sans réfléchir, j’ai déboulé hors de la cabane et ai couru sans m’arrêter. Je pouvais entendre le grognement provenant de chaque buisson et de chaque arbre. Je ne pouvais rien faire d’autre que prier. L’épreuve me faisait devenir tout d’un coup de plus en plus religieux. La seule chose dont je me souviens ensuite est de m’être retrouvé étendu sur le trottoir… de nouveau sans pouvoir dire comment j’étais arrivé là. C’est à ce moment que j’ai décampé d’Elmridge, et je n’ai jamais lancé un regard en arrière.


Apparemment, on n’est pas en sûreté même quand on arrive à ne pas se retrouver séparé. 





Voila pour ma première correction. biz
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sat 29 Mar 2014 - 16:38    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Ça ira, 1/5.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Kaelan
Guest

Offline




PostPosted: Sun 30 Mar 2014 - 03:23    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Bah, c'est pour ça que j'avais bien préciser "modifier la forme" en fait... M'enfin bref ...
Back to top
Earl
Guest

Offline




PostPosted: Sun 30 Mar 2014 - 19:20    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

J'aime bien, pas de clichés, c'est bien écrit et prenant.
Je vais mettre un Pour pour ma part.


P.S: En effet, c'est toujours les même membres qui votent les Pastas, c'est bizarre ^^
On est plus de 300 et on peine à recueillir une dizaine de votes sur une Pasta X)
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sun 30 Mar 2014 - 19:26    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Kaelan, si tu veux le faire, à ton aise: on verra bien ce que ça donne!
________________

Back to top
Visit poster’s website
Kaelan
Guest

Offline




PostPosted: Mon 31 Mar 2014 - 16:59    Post subject: Dark Woods: The Elmridge Grasp Reply with quote

Non bah non,


  J'ai pas envie de retarder de plus la publication de la Creepy, je sais que les lecteurs sont exigeants surtout en ce moment ! Mais je serais ravie d'en faire une autre quand l'occasion se représentera ! Wink 
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2  >
Page 1 of 2

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group