Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

NoEnd House
Goto page: 1, 2  >
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
LordKraquinet
Guest

Offline




PostPosted: Tue 24 Jun 2014 - 23:30    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Ma première traduction ! Me taper pas trop fort !
 
Elle est pas terminé, et puis c'est un peu une oneshot traduction, ça mérite de la correction.

Sans plus vous faire languire, l'originelle : http://creepypasta.wikia.com/wiki/NoEnd_House


Let me start by saying that Peter Terry was addicted to heroin.
We were friends in college and continued to be after I graduated. Notice that I said "I". He dropped out after two years of barely cutting it. After I moved out of the dorms and into a small apartment, I didn't see Peter as much. We would talk online every now and then (AIM was king in pre-Facebook years). There was a period where he wasn't online for about five weeks straight. I wasn't worried. He was a pretty notorious flake and drug addict, so I assumed he just stopped caring. Then one night I saw him log on. Before I could initiate a conversation, he sent me a message.
"David, man, we need to talk."
That was when he told me about the NoEnd House. It got that name because no one had ever reached the final exit. The rules were pretty simple and cliche: reach the final room of the building and you win $500. There were nine rooms in all. The house was located outside the city, roughly four miles from my house. Apparently Peter had tried and failed. He was a heroin and who-knows-what-the-fuck addict, so I figured the drugs got the best of him and he wigged out at a paper ghost or something. He told me it would be too much for anyone. That it was unnatural.
I didn't believe him. I told him I would check it out the next night and no matter how hard he tried to convince me otherwise, $500 sounded too good to be true. I had to go. I set out the following night.
When I arrived, I immediately noticed something strange about the building. Have you ever seen or read something that shouldn't be scary, but for some reason a chill crawls up your spine? I walked toward the building and the feeling of uneasiness only intensified as I opened the front door.
My heart slowed and I let a relieved sigh leave me as I entered. The room looked like a normal hotel lobby decorated for Halloween. A sign was posted in place of a worker. It read, "Room 1 this way. Eight more follow. Reach the end and you win!" I chuckled and made my way to the first door.
The first area was almost laughable. The decor resembled the Halloween aisle of a K-Mart, complete with sheet ghosts and animatronic zombies that gave a static growl when you passed by. At the far end was an exit; it was the only door besides the one I entered through. I brushed through the fake spider webs and headed for the second room.
I was greeted by fog as I opened the door to room two. The room definitely upped the ante in terms of technology. Not only was there a fog machine, but a bat hung from the ceiling and flew in a circle. Scary. They seemed to have a Halloween soundtrack that one would find in a 99 cent store on loop somewhere in the room. I didn't see a stereo, but I guessed they must have used a PA system. I stepped over a few toy rats that wheeled around and walked with a puffed chest across to the next area.
I reached for the doorknob and my heart sank to my knees. I did not want to open that door. A feeling of dread hit me so hard I could barely even think. Logic overtook me after a few terrified moments, and I shook it off and entered the next room.
Room three is when things began to change.
On the surface, it looked like a normal room. There was a chair in the middle of the wood paneled floor. A single lamp in the corner did a poor job of lighting the area, casting a few shadows across the floor and walls. That was the problem. Shadows. Plural.
With the exception of the chair's, there were others. I had barely walked in the door and I was already terrified. It was at that moment that I knew something wasn't right. I didn't even think as I automatically tried to open the door I came through. It was locked from the other side.
That set me off. Was someone locking the doors as I progressed? There was no way. I would have heard them. Was it a mechanical lock that set automatically? Maybe. But I was too scared to really think. I turned back to the room and the shadows were gone. The chair's shadow remained, but the others were gone. I slowly began to walk. I used to hallucinate when I was a kid, so I wrote off the shadows as a figment of my imagination. I began to feel better as I made it to the halfway point of the room. I looked down as I took my steps and that's when I saw it.
Or didn't see it. My shadow wasn't there. I didn't have time to scream. I ran as fast as I could to the other door and flung myself without thinking into the room beyond.
The fourth room was possibly the most disturbing. As I closed the door, all light seemed to be sucked out and put back into the previous room. I stood there, surrounded by darkness, not able to move. I'm not afraid of the dark and never have been, but I was absolutely terrified. All sight had left me. I held my hand in front of my face and if I didn't know what I was doing, I would never have been able to tell. Darkness doesn't describe it. I couldn't hear anything. It was dead silence. When you're in a sound-proof room, you can still hear yourself breathing. You can hear yourself being alive.
I couldn't.
I began to stumble forward after a few moments, my rapidly beating heart the only thing I could feel. There was no door in sight. Wasn't even sure there was one this time. The silence was then broken by a low hum.
I felt something behind me. I spun around wildly but could barely even see my nose. I knew it was there, though. Regardless of how dark it was, I knew something was there. The hum grew louder, closer. It seemed to surround me, but I knew whatever was causing the noise was in front of me, inching closer. I took a step back; I had never felt that kind of fear. I can't really describe true fear. I wasn't even scared I was going to die; I was scared of what the alternative was. I was afraid of what this thing had in store for me. Then the lights flashed for a second and I saw it.
Nothing. I saw nothing and I know I saw nothing there. The room was again plunged into darkness and the hum became a wild screech. I screamed in protest; I couldn't hear this goddamn sound for another minute. I ran backwards, away from the noise, and fumbled for the door handle. I turned and fell into room five.
Before I describe room five, you have to understand something. I am not a drug addict. I have had no history of drug abuse or any sort of psychosis short of the childhood hallucinations I mentioned earlier, and those were only when I was really tired or just waking up. I entered the NoEnd House with a clear head.
After falling in from the previous room, my view of room five was from my back, looking up at the ceiling. What I saw didn't scare me; it simply surprised me. Trees had grown into the room and towered above my head. The ceilings in this room were taller than the others, which made me think I was in the center of the house. I got up off the floor, dusted myself off, and took a look around. It was definitely the biggest room of them all. I couldn't even see the door from where I was; various brush and trees must have blocked my line of sight with the exit.
Up to this point, I figured the rooms were going to get scarier, but this was a paradise compared to the last room. I also assumed whatever was in room four stayed back there. I was incredibly wrong.
As I made my way deeper into the room, I began to hear what one would hear if they were in a forest; chirping bugs and the occasional flap of birds seemed to be my only company in this room. That was the thing that bothered me the most. I heard the bugs and other animals, but I didn't see any of them. I began to wonder how big this house was. From the outside when I first walked up to it, it looked like a regular house. It was definitely on the bigger side, but this was almost a full forest in here. The canopy covered my view of the ceiling, but I assumed it was still there, however high it was. I couldn't see any walls, either. The only way I knew I was still inside was that the floor matched the other rooms: the standard dark wood paneling.
I kept walking, hoping that the next tree I passed would reveal the door. After a few moments of walking, I felt a mosquito fly onto my arm. I shook it off and kept going. A second later, I felt about ten more land on my skin at different places. I felt them crawl up and down my arms and legs and a few made their way across my face. I flailed wildly to get them all off but they just kept crawling. I looked down and let out a muffled scream - more of a whimper, to be honest. I didn't see a single bug. Not one bug was on me, but I could feel them crawl. I heard them fly by my face and sting my skin but I couldn't see a single one. I dropped to the ground and began to roll wildly. I was desperate. I hated bugs, especially ones I couldn't see or touch. But these bugs could touch me and they were everywhere.
I began to crawl. I had no idea where I was going; the entrance was nowhere in sight and I still hadn't even seen the exit. So I just crawled, my skin wriggling with the presence of those phantom bugs. After what seemed like hours, I found the door. I grabbed the nearest tree and propped myself up, mindlessly slapping my arms and legs to no avail. I tried to run, but I couldn't; my body was exhausted from crawling and dealing with whatever it was that was on me. I took a few shaky steps to the door, grabbing each tree on the way for support.
It was only a few feet away when I heard it. The low hum from before. It was coming from the next room and it was deeper. I could almost feel it inside my body, like when you stand next to an amp at a concert. The feeling of the bugs on me lessened as the hum grew louder. As I placed my hand on the doorknob, the bugs were completely gone but I couldn't bring myself to turn the knob. I knew that if I let go, the bugs would return and there was no way I would make it back to room four. I just stood there, my head pressed against the door marked six and my hand shakily grasping the knob. The hum was so loud I couldn't even hear myself pretend to think. There was nothing I could do but move on. Room six was next, and room six was Hell.
I closed the door behind me, my eyes held shut and my ears ringing. The hum was surrounding me. As the door clicked into place, the hum was gone. I opened my eyes in surprise and the door I had shut was gone. It was just a wall now. I looked around in shock. The room was identical to room three - the same chair and lamp - but with the correct amount of shadows this time. The only real difference was that there was no exit door and the one I came in through was gone. As I said before, I had no previous issues in terms of mental instability, but at that moment I fell into what I now know was insanity. I didn't scream. I didn't make a sound.
At first I scratched softly. The wall was tough, but I knew the door was there somewhere. I just knew it was. I scratched at where the doorknob was. I clawed at the wall frantically with both hands, my nails being filed down to the skin against the wood. I fell silently to my knees, the only sound in the room the incessant scratching against the wall. I knew it was there. The door was there, I knew it was just there. I knew if I could just get past this wall -
"Are you alright?"
I jumped off the ground and spun in one motion. I leaned against the wall behind me and I saw what it was that spoke to me; to this day I regret ever turning around.
There was a little girl. She was wearing a soft, white dress that went down to her ankles. She had long blonde hair to the middle of her back and white skin and blue eyes. She was the most frightening thing I had ever seen, and I know that nothing in my life will ever be as unnerving as what I saw in her. While looking at her, I saw something else. Where she stood I saw what looked like a man's body, only larger than normal and covered in hair. He was naked from head to toe, but his head was not human and his toes were hooves. It wasn't the Devil, but at that moment it might as well have been. The form had the head of a ram and the snout of a wolf.
It was horrifying and it was synonymous with the little girl in front of me. They were the same form. I can't really describe it, but I saw them at the same time. They shared the same spot in that room, but it was like looking at two separate dimensions. When I saw the girl I saw the form, and when I saw the form I saw the girl. I couldn't speak. I could barely even see. My mind was revolting against what it was attempting to process. I had been scared before in my life and I had never been more scared than when I was trapped in the fourth room, but that was before room six. I just stood there, staring at whatever it was that spoke to me. There was no exit. I was trapped here with it. And then it spoke again.
"David, you should have listened."
When it spoke, I heard the words of the little girl, but the other form spoke through my mind in a voice I won't attempt to describe. There was no other sound. The voice just kept repeating that sentence over and over in my mind and I agreed. I didn't know what to do. I was slipping into madness, yet couldn't take my eyes off what was in front of me. I dropped to the floor. I thought I had passed out, but the room wouldn't let me. I just wanted it to end. I was on my side, my eyes wide open and the form staring down at me. Scurrying across the floor in front of me was one of the battery-powered rats from the second room.
The house was toying with me. But for some reason, seeing that rat pulled my mind back from whatever depths it was headed and I looked around the room. I was getting out of there. I was determined to get out of that house and live and never think about this place again. I knew this room was Hell and I wasn't ready to take up a residency. At first, it was just my eyes that moved. I searched the walls for any kind of opening. The room wasn't that big, so it didn't take long to soak up the entire layout. The demon still taunted me, the voice growing louder as the form stayed rooted where it stood. I placed my hand on the floor, lifted myself up to all four and turned to scan the wall behind me.
Then I saw something I couldn't believe. The form was now right at my back, whispering into my mind how I shouldn't have come. I felt its breath on the back of my neck, but I refused to turn around. A large rectangle was scratched into the wood, with a small dent chipped away in the center of it. Right in front of my eyes I saw the large seven I had mindlessly etched into the wall. I knew what it was: room seven was just beyond that wall where room five was moments ago.
I don't know how I had done it - maybe it was just my state of mind at the time - but I had created the door. I knew I had. In my madness, I had scratched into the wall what I needed the most: an exit to the next room. Room seven was close. I knew the demon was right behind me, but for some reason it couldn't touch me. I closed my eyes and placed both hands on the large seven in front of me. I pushed. I pushed as hard as I could. The demon was now screaming in my ear. It told me I was never leaving. It told me that this was the end but I wasn't going to die; I was going to live there in room six with it. I wasn't. I pushed and screamed at the top of my lungs. I knew I was going to push through the wall eventually.
I clenched my eyes shut and screamed, and the demon was gone. I was left in silence. I turned around slowly and was greeted by the room as it was when I entered: just a chair and a lamp. I couldn't believe it, but I didn't have time to well. I turned back to the seven and jumped back slightly. What I saw was a door. It wasn't the one I had scratched in, but a regular door with a large seven on it. My whole body was shaking. It took me a while to turn the knob. I just stood there for a while, staring at the door. I couldn't stay in room six. I couldn't. But if this was only room six, I couldn't imagine was seven had in store. I must have stood there for an hour, just staring at the seven. Finally, with a deep breath, I twisted the knob and opened the door to room seven.
I stumbled through the door mentally exhausted and physically weak. The door behind me closed and I realized where I was. I was outside. Not outside like room five, but actually outside. My eyes stung. I wanted to cry. I fell to my knees and tried but I couldn't. I was finally out of that hell. I didn't even care about the prize that was promised. I turned and saw that the door I just went through was the entrance. I walked to my car and drove home, thinking of how nice a shower sounded.
As I pulled up to my house, I felt uneasy. The joy of leaving NoEnd House had faded and dread was slowly building in my stomach. I shook it off as residual from the house and made my way to the front door. I entered and immediately went up to my room. There on my bed was my cat, Baskerville. He was the first living thing I had seen all night and I reached to pet him. He hissed and swiped at my hand. I recoiled in shock, as he had never acted like that. I thought, "Whatever, he's an old cat." I jumped in the shower and got ready for what I was expecting to be a sleepless night.
After my shower, I went to the kitchen to make something to eat. I descended the stairs and turned into the family room; what I saw would be forever burned into my mind, however. My parents were lying on the ground, naked and covered in blood. They were mutilated to near-unidentifiable states. Their limbs were removed and placed next to their bodies, and their heads were placed on their chests facing me. The most unsettling part was their expressions. They were smiling, as though they were happy to see me. I vomited and sobbed there in the family room. I didn't know what had happened; they didn't even live with me at the time. I was a mess. Then I saw it: a door that was never there before. A door with a large eight scrawled on it in blood.
I was still in the house. I was standing in my family room but I was in room seven. The faces of my parents smiled wider as I realized this. They weren't my parents; they couldn't be, but they looked exactly like them. The door marked eight was across the room, behind the mutilated bodies in front of me. I knew I had to move on, but at that moment I gave up. The smiling faces tore into my mind; they grounded me where I stood. I vomited again and nearly collapsed. Then the hum returned. It was louder than ever and it filled the house and shook the walls. The hum compelled me to walk.
I began to walk slowly, making my way closer to the door and the bodies. I could barely stand, let alone walk, and the closer I got to my parents the closer I came to suicide. The walls were now shaking so hard it seemed as though they were going to crumble, but still the faces smiled at me. As I inched closer, their eyes followed me. I was now between the two bodies, a few feet away from the door. The dismembered hands clawed their way across the carpet towards me, all while the faces continued to stare. New terror washed over me and I walked faster. I didn't want to hear them speak. I didn't want the voices to match those of my parents. They began to open their mouths and the hands were inches from my feet. In a dash of desperation, I lunged toward the door, threw it open, and slammed it behind me. Room eight.
I was done. After what I had just experienced, I knew there wasn't anything else this fucking house could throw at me that I couldn't live through. There was nothing short of the fires of Hell that I wasn't ready for. Unfortunately, I underestimated the abilities of NoEnd House. Unfortunately, things got more disturbing, more terrifying, and more unspeakable in room eight.
I still have trouble believing what I saw in room eight. Again, the room was a carbon copy of rooms three and six, but sitting in the usually empty chair was a man. After a few seconds of disbelief, my mind finally accepted the fact that the man sitting in the chair was me. Not someone who looked like me; it was David Williams. I walked closer. I had to get a better look even though I was sure of it. He looked up at me and I noticed tears in his eyes.
"Please... please, don't do it. Please, don't hurt me."
"What?" I asked. "Who are you? I'm not going to hurt you."
"Yes you are..." He was sobbing now. "You're going to hurt me and I don't want you to." He sat in the chair with his legs up and began rocking back and forth. It was actually pretty pathetic looking, especially since he was me, identical in every way.
"Listen, who are you?" I was now only a few feet from my doppelgänger. It was the weirdest experience yet, standing there talking to myself. I wasn't scared, but I would be soon. "Why are you-"
"You're going to hurt me you're going to hurt me if you want to leave you're going to hurt me."
"Why are you saying this? Just calm down, alright? Let's try and figure this-" And then I saw it. The David sitting down was wearing the same clothes as me, except for a small red patch on his shirt embroidered with the number nine.
"You're going to hurt me you're going to hurt me don't please you're going to hurt me..."
My eyes didn't leave that small number on his chest. I knew exactly what it was. The first few doors were plain and simple, but after a while they got a little more ambiguous. Seven was scratched into the wall, but by my own hands. Eight was marked in blood above the bodies of my parents. But nine - this number was on a person, a living person. Worse still, it was on a person that looked exactly like me.
"David?" I had to ask.
"Yes... you're going to hurt me you're going to hurt me..." He continued to sob and rock.
He answered to David. He was me, right down to the voice. But that nine. I paced around for a few minutes while he sobbed in his chair. The room had no door and, similarly to room six, the door I came through was gone. For some reason, I assumed that scratching would get me nowhere this time. I studied the walls and floor around the chair, sticking my head underneath and seeing if anything was below. Unfortunately, there was. Below the chair was a knife. Attached was a tag that read, "To David - From Management."
The feeling in my stomach as I read that tag was something sinister. I wanted to throw up and the last thing I wanted to do was remove that knife from under that chair. The other David was still sobbing uncontrollably. My mind was spinning into an attic of unanswerable questions. Who put this here and how did they get my name? Not to mention the fact that as I knelt on the cold wood floor I also sat in that chair, sobbing in protest of being hurt by myself. It was all too much to process. The house and the management had been playing with me this whole time. My thoughts for some reason turned to Peter and whether or not he got this far. If he did, if he met a Peter Terry sobbing in this very chair, rocking back and forth... I shook those thoughts out of my head; they didn't matter. I took the knife from under the chair and immidately the other David went quiet.
"David," He said in my voice, "What do you think you're going to do?"
I lifted myself from the ground and clenched the knife in my hand.
"I'm going to get out of here."
David was still sitting in the chair, though he was very calm now. He looked up at me with a slight grin. I couldn't tell if he was going to laugh or strangle me. Slowly, he got up from the chair and stood, facing me. It was uncanny. His height and even the way he stood matched mine. I felt the rubber hilt of the knife in my hand and gripped it tighter. I don't know what I was planning on doing with it, but I had a feeling I was going to need it.
"Now," his voice was slightly deeper than my own. "I'm going to hurt you. I'm going to hurt you and I'm going to keep you here." I didn't respond. I just lunged and tackled him to the ground. I had mounted him and looked down, knife poised and ready. He looked up at me, terrified. It was like I was looking in a mirror. Then the hum returned, low and distant, though I still felt it deep in my body. David looked up at me as I looked down at myself. The hum was getting louder and I felt something inside me snap. With one motion, I slammed the knife into the patch on his chest and ripped down. Blackness fell on the room and I was falling.
The darkness around me was like nothing I had experienced up to that point. Room four was dark, but it didn't come close to what was completely engulfing me. I wasn't even sure if I was falling after a while. I felt weightless, covered in dark. Then a deep sadness came over me. I felt lost, depressed, and suicidal. The sight of my parents entered my mind. I knew it wasn't real, but I had seen it and the mind has trouble differentiating between what is real and what isn't. The sadness only deepened. I was in room nine for what seemed like days. The final room. And that's exactly what it was: the end. NoEnd House had an end and I had reached it. At that moment, I gave up. I knew I would be in that in-between state forever, accompanied by nothing but darkness. Not even the hum was there to keep me sane.
I had lost all senses. I couldn't feel myself. I couldn't hear anything. Sight was completely useless here. I searched for a taste in my mouth and found nothing. I felt disembodied and completely lost. I knew where I was. This was Hell. Room nine was Hell. Then it happened. A light. One of those stereotypical lights at the end of the tunnel. I felt ground come up from below me and I was standing. After a moment or two of gathering my thoughts and senses, I slowly walked toward that light.
As I approached the light, it took form. It was a vertical slit down the side of an unmarked door. I slowly walked through the door and found myself back where I started: the lobby of NoEnd House. It was exactly how I left it: still empty, still decorated with childish Halloween decorations. After everything that had happened that night, I was still wary of where I was. After a few moments of normalcy, I looked around the place trying to find anything different. On the desk was a plain white envelope with my name handwritten on it. Immensely curious, yet still cautious, I mustered up the courage to open the envelope. Inside was a letter, again handwritten.
David Williams,
Congratulations! You have made it to the end of NoEnd House! Please accept this prize as a token of great achievement.
Yours forever,
Management.

With the letter were five $100 bills.
I couldn't stop laughing. I laughed for what seemed like hours. I laughed as I walked out to my car and laughed as I drove home. I laughed as I pulled into my driveway. I laughed as I opened my front door to my house and laughed as I saw the small ten etched into the wood.
 
La traduction ! :
 
Laissez moi commencer par dire que Peter Terry été addicte a l’héroïne.
 
Nous étions amis à l’université et nous avons continués après que j’ai eu mon diplôme, car il a arrêté après deux années qu’il passât de justesse. Après être sortit du campus dans un petit appartement, je n’ai plus vu Peter autant. Nous parlions sur internet de temps en temps. Il y a eu une période ou il n’as plus été en ligne pour cinq semaine d’affilées. Je n’étais pas inquiet. Il était connu pour  se ficher un peu de tout et j’ai pensé qu’il ne s’en occupait juste pas. Puis une nuit je l’ai vu se connecté. Avant que je puisse lancer une conversation, il m’a envoyé un message.
 
« David, mec, il faut qu’on se parlent »
 
C’est quand il m’a parlé de la « HOME NAME ». Elle a ce nom car personne n’a jamais atteint la sortie. Les règles était assez simples et clichée : atteindre la dernière pièce de la maison pour gagner 500$ . Il y avait 9 pièces en tout. La maison était située hors de la ville, a peu près 4 kilomètres de ma maison. Apparemment Peter avait essayé et perdu. C’était un addicte a l’héroïne et je-ne-sais-quoi encore, donc j’ai supposé qu’il était défoncé et qu’il a eu peur d’un fantôme en papier ou un truc du genre. Il m’a dit que c’était trop pour n’importe qui. Que ce n’était pas naturel.
 
Je ne l’ai pas cru. Je lui ai dit que j’allais voir le lendemain soir et que peu importe comment il essaierait de me convaincre de ne pas le faire, 500$ était trop beau pour être vrai. Je devais y aller.
 
Quand je suis arrivé ; j’ai immédiatement sentit quelque chose d’étrange a propos de la maison. N’avez vous jamais vu ou lit quelque chose qui ne devrait pas être effrayant et qui pourtant un frisson remonte le long de votre échine ? J’ai marché vers le bâtiment et le malaise s’est intensifié quand j’ai ouvert la porte.
 
Mon cœur ralentit et j’ai laissé un soupir de soulagement en entrant. La pièce ressemblai à un hall d’hôtel normal décoré pour halloween. Un panneau disait : « Première pièce par ici. Huit suivent. Atteignez la fin et vous gagner ! » J’ai ricané et je suis allé vers la première porte.
 
La première zone était ridicule. Le décor ressemblait a l’allée « Halloween » d’un supermarché, avec des draps-fantôme et des zombies articulé qui laissaient échappé un grognement enregistré quand on passer devant. Tout au bout il y avait une sortie ; c’était la seul porte excluant celle par laquelle j’était entré. Je suis passé a travers les fausses toiles d’araignées et me suis dirigé vers la seconde pièce.
Un brouillard m’a accueilli en ouvrant la porte de la pièce. Elle était d’un autre niveau en termes de technologie. Non seulement il y avait une machine a brouillard, mais une chauve souris était suspendue au plafond et volait autour de la pièce. Effrayant. Il y avait une bande-son d’Halloween médiocre qui passait en boucle dans la pièce. J’ai marché sur quelque rat en plastique qui roulait autour et j’ai marché vers la prochaine zone en gonflant ma poitrine.
 
En atteignant la poignée et mon cœur s’est enfoncé dans ma poitrine. Je ne voulais pas ouvrir cette porte. Le sentiment d’effroi qui m’a atteint était si fort que je pouvais a peine penser. Après un moment terrifié la logique a pris le dessus, je me suis secoué et je suis entré dans la prochaine pièce.
 
C’est dans cette pièce que les choses on commencer à changer.
 
Elle ressemblait a une pièce normale, il y avait une chaise au milieu du plancher en bois. Une lampe dans un coin éclairait pauvrement la pièce, lançant  quelques ombres sur le sol et les murs. C’était le problème. Des Ombres. Plusieurs.
Avec l’exception de la chaise il y en avait d’autres, J’était a peine entré dans la pièces et j’était deja terrifié. C’est a ce moment que j’ai su qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. J’ai n’ai même pas pensé que j’essayé automatiquement d’ouvrir la porte. Elle était fermée de l’autre coté.
 
Y avait-il quelqu’un qui fermé les portes derrière moi ? Pas possible. Je l’ai aurait entendu. Il y avait une sorte de mécanisme automatique  ? Peut-être. Mais j’était trop effrayé pour pensé. Je me suis retourné et les ombres étaient parties. Celle de la chaise restait, mais les autres n’était plus la. J’ai commencé a lentement marcher. J’avait eu des hallucinations quand j’était petit, donc j’ai pensé que les ombres était un fruit de mon imagination. Je commençais a me sentir mieux arrivé a la moitié de la pièce. J’ai regardé le sol en marchant et c’est la que je l’ai vu.
 
Ou que je ne l’ai pas vu. Mon ombre n’était pas la. Je n’avais pas le temps de crier. J’ai couru aussi vite que j’ai pu jusqu'à l’autre porte et sans pensé j’ai sauté dans la prochaine salle.
La quatrième pièce était sans doute la plus dérangeante. En fermant la porte, toute la lumière a eu l’air de se faire aspiré dans la pièce précédente. Je me suis tenu la, encerclé pas l’obscurité, sans bougé. Je n’ai pas et n’a jamais eu peur du noir, mais j’étais absolument terrifié. Toute vision m’était retirée. J’ai mis ma main en face de mon visage et si je ne savais pas que le faisait je n’aurais pas pu dire qu’elle était la. Obscurité ne le décrit pas. Je ne pouvais rien entendre. C’était un silence mort. Quand on est dans une pièce isolé, on peut s’entendre respirer. On peut s’entendre être en vie.
Je ne pouvais pas.
J’ai commencé a titubé vers l’avant après un moment. Il n’y avait pas de porte en vue. Je n’était même pas sur si il y en avait une cette fois. Le silence a été brisé par un faible bourdonnement.
 
J’ai senti quelque chose derrière moi. Je me suis retourné violement mais je ne pouvais même pas voir mon nez. Mais je savais que c’était la. La bourdonnement s’est amplifié, rapproché. Il semblait m’encerclé. Mais je savais que c'était la fin de cette traduction.
 
Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 24 Jun 2014 - 23:30    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 862
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Wed 25 Jun 2014 - 11:06    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Dans la partie trad' t'as mis "« HOME NAME ». Elle a ce nom car personne n’a jamais atteint la sortie."
Je vois pas trop le rapport entre le nom et la phrase d'après... Si t'avais laissé comme dans l'original CàD "NoEnd House",
là on aurait compris. Laughing

Aussi : "N’avez vous jamais vu ou lit", c'est lu.  Very Happy + d'autres mini fautes de rien du tout qui ont BRULER MES OCCLUSIONS RETINIENNES.
Mais si t'as fait cette trad' en une fois c'est pas trop grave. Un peu quand même.
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ





Ar. Do.

⠨⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠺ ⠏⠥⠝⠺⠚⠚⠑⠁ ⠵⠟ ⠕⠺⠚⠉⠂ ⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠄⠺⠚⠽⠑⠚⠚⠁ ⠃⠺⠑⠭⠓⠁⠕⠕⠁ ⠵⠁ ⠓⠄⠅⠝⠲
⠶⠨⠕⠅⠥⠅⠚⠕ ⠝⠁⠺⠓⠑⠕⠏⠁⠕⠂ ⠁⠞⠑⠉⠁⠅⠚⠕ ⠓⠄⠑⠊⠇⠅⠕⠪⠭⠓⠁⠲⠶






Back to top
Visit poster’s website
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,139
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Tue 8 Jul 2014 - 09:43    Post subject: NoEnd House Reply with quote

On attend la suite de la traduction, perso je ne lis que les textes complets quand ils sont aussi longs, parce que ça prend énormément de temps.
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.




Back to top
Visit poster’s website
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,606
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Sun 30 Apr 2017 - 20:01    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Je m'en occupe !
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sat 16 Sep 2017 - 17:53    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Bonsoir

À l'occasion de la sortie de la deuxième saison de Channel Zero, qui portera sur NoEnd House, je récupère cette traduction. Le spoiler suivant contient mon taf + la correction de ce qu'a fait LordKraquinet. La suite arrive dans les jours à venir.

Pour commencer, je me dois de préciser que Peter Terry était addict à l'héroïne.

Nous étions amis à l'université, et nous avons continué de nous voir après que j'ai eu mon diplôme. J'insiste sur le "je". Il a abandonné la fac après deux années passées de justesse. Après avoir quitté ma chambre du campus pour un petit appartement, je n’ai plus vu Peter autant qu'avant. Nous parlions par messagerie de temps en temps (AIM était roi à l'époque, avant que Facebook s'implante). Il y a eu une période où il n’a plus été en ligne pendant cinq semaines d’affilée, mais je ne m'en inquiétais pas. Toxico qu'il était, il était connu pour se ficher un peu de tout, je supposais qu'il m'avait oublié. Puis, une nuit, je l’ai vu se connecter. Il m’a envoyé un message avant que je puisse lancer la conversation.

« David, mon vieux, il faut qu’on parle. »

C’est là qu'il m’a parlé de NoEnd House. On l'appelle comme ça parce que personne n’a jamais atteint la sortie. Les règles était assez simples et plutôt cliché : si tu arrives jusqu'à la dernière pièce de la maison, tu empoches 500$. Il y avait 9 pièces en tout. La maison était située hors de la ville, à plus ou moins 6 bornes de chez moi. Apparemment, Peter avait essayé et perdu. Il était accro à l’héroïne et sans doute d'autres substances, donc j’ai supposé qu’il était défoncé et qu’il avait pris peur devant un fantôme en carton ou un truc du genre. Il m’a dit que c’était beaucoup trop dur pour être réussi par qui que ce soit. Que ce n’était pas naturel.

Je ne l’ai pas cru. Je lui ai dit que j’allais y jeter un oeil le lendemain soir. Il a essayé désespérément de me convaincre de ne pas le faire, mais sur le moment, 500$, ça me paraissait trop beau pour être vrai. Je devais y aller. Je me suis mis en route le lendemain soir.

Quand je suis arrivé, j’ai immédiatement senti qu'il y avait quelque chose d’étrange à propos de cette maison. Vous avez déjà vu ou lu quelque chose qui ne devrait pas être effrayant, et qui pourtant vous provoque un méchant frisson dans le dos ? C'était ça. J’ai marché vers le bâtiment et le malaise s’est intensifié quand j’ai ouvert la porte.

Mon cœur a ralenti et j’ai lâché un soupir de soulagement en entrant. La pièce ressemblait à un simple hall d’hôtel décoré pour Halloween. Aucun employé n'était présent. À la place, un panneau qui disait : « Première pièce par ici. Huit suivent. Atteignez la fin et vous gagnez! » J’ai ricané et je suis allé vers la première porte.

La première pièce était presque risible. Le décor ressemblait au rayon Halloween d’un supermarché, avec des draps suspendus tenant lieu de fantômes et des zombies animatroniques qui laissaient échapper un grognement enregistré quand on passait devant. Tout au bout de la pièce se trouvait une sortie ; c’était la seule porte, excluant celle par laquelle j’étais entré. Je suis passé à travers les fausses toiles d’araignée et me suis dirigé vers la seconde pièce.

Un brouillard m’a accueilli en ouvrant la porte de la deuxième pièce. Elle était d’un autre niveau en termes de technologie. Non seulement il y avait une machine à brouillard, mais une chauve-souris était suspendue au plafond et volait en cercle. Effrayant. Il y avait une bande-son d’Halloween médiocre, du genre qu'on trouverait dans un Tout à 1€, qui passait en boucle dans la pièce. Je n'ai pas repéré de chaîne stéréo, mais je suppose que des enceintes étaient dissimulées quelque part. J'ai marché au milieu des rats mécaniques qui parcouraient la pièce et je me suis dirigé vers la porte en gonflant ma poitrine.

J'ai posé la main sur la poignée et j'ai immédiatement senti mon coeur s'emballer. Je ne voulais pas ouvrir cette porte. Le sentiment d’effroi qui m’a atteint était si fort que je pouvais à peine réfléchir clairement. Après quelques instants terrifiés, la logique a repris le dessus, je me suis ragaillardi et je suis entré dans la pièce suivante.

C’est dans cette pièce que les choses ont commencé à changer.

A priori, elle ressemblait à une pièce normale. Entièrement vide, une chaise était simplement posée au milieu du plancher en bois. Une lampe dans un coin éclairait pauvrement la pièce, lançant quelques ombres sur le sol et les murs.

C’était ça le problème. Des ombres. Plusieurs.

Il y avait d’autres ombres que celle de la chaise. J’était à peine entré dans la pièce et j’étais déjà terrifié. C’est à ce moment que j’ai su qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Sans même y réfléchir, j'ai immédiatement tenté de rouvrir la porte par laquelle j'étais entré. Mais elle était verrouillée de l’extérieur.

J'étais ébranlé. Y avait-il quelqu’un qui fermait les portes derrière moi? Pas possible. Je l’aurais entendu. Il y avait une sorte de mécanisme automatique, peut-être? C'était possible. Mais j’était trop effrayé pour y penser plus que ça. Je me suis retourné et les ombres étaient parties. Celle de la chaise restait, mais les autres n’étaient plus là. Je me suis lentement remis en marche. J’avais déjà eu des hallucinations quand j’étais petit, donc j’ai pensé que les ombres n'étaient que le fruit de mon imagination. J'ai commencé à me sentir mieux arrivé à la moitié de la pièce. Je regardais le sol tandis que j'avançais, et c’est là que je l’ai vue.

Ou plutôt, que je ne l’ai pas vue. Mon ombre n’était pas là. Je n’avais pas le temps de crier. J’ai couru aussi vite que j’ai pu jusqu'à l’autre porte et je me suis engouffré sans réfléchir dans la salle suivante.

La quatrième pièce était peut-être la plus dérangeante. Alors que je fermais la porte, toute la lumière a eu l’air de se faire aspirer dans la pièce précédente. Je me tenais là, entouré d'obscurité, incapable d'esquisser un mouvement. Je n’ai pas et n’ai jamais eu peur du noir, mais j’étais absolument terrifié. Toute vision m’était retirée. J’ai tendu la main devant mon visage, et si je n'avais pas su que je le faisais, je n’aurais pas pu dire qu’elle était là.

"Obscurité" n'est pas le mot. Je ne pouvais rien entendre non plus. C’était un silence de mort. Même dans une pièce insonorisée, on peut encore s’entendre respirer. On peut encore entendre qu'on est en vie.

Je ne pouvais pas.

Après un moment, j’ai commencé à tituber droit devant moi, ma seule perception restante étant mon coeur qui battait la chamade. Il n’y avait pas de porte en vue. Je n’étais même pas sûr qu'il y en avait une cette fois.

Et puis, un bourdonnement à peine perceptible est venu perturber le silence.

J’ai senti quelque chose derrière moi. Je me suis retourné d'un coup, mais je pouvais à peine voir le bout de mon nez. Mais je savais que c’était là. Le bourdonnement s’est amplifié, rapproché. Il semblait m’encercler, mais je savais que ce qui causait ce bruit se trouvait juste devant moi, avançant à pas feutrés. J'ai fait un pas en arrière; je n'avais jamais ressenti une telle frayeur. Je ne saurais pas vraiment la décrire. Ce n'est même pas que j'avais peur de mourir: j'avais peur de ce qui m'arriverait si ce n'était pas la mort. J'avais peur de ce que cette chose me réservait. Et puis, les lumières se sont allumées, et pendant une seconde, j'ai vu.

Rien. Je n'ai rien vu, et je sais qu'il n'y avait rien. Alors que l'obscurité regagnait la pièce, le bourdonnement s'est mué en un crissement affreux. J'ai crié; je ne voulais pas entendre ça une seconde de plus. J'ai avancé vers le fond en faisant face à la première porte, le plus loin possible du son, et j'ai cherché à tâtons la poignée de la porte suivante. Je me suis retourné, et je suis tombé dans la cinquième pièce alors que la porte cédait.

Avant de décrire la cinquième salle, laissez-moi insister sur un point. Je ne suis pas un toxicomane. Je n'ai jamais fait un usage abusif de drogues et je n'ai jamais eu d'épisode psychotique à part les hallucinations dont je parlais plus haut, et ces dernières ne survenaient que sous l'effet de la fatigue ou au réveil. J'avais l'esprit parfaitement clair en pénétrant dans NoEnd House.

Étendu sur le sol, c'est le plafond de la cinquième pièce que j'ai vu en premier. Ce que j'ai vu ne m'a pas vraiment effrayé; c'était plutôt surprenant. Des arbres poussaient dans la salle et formaient une frondaison épaisse au-dessus de ma tête. Le plafond était plus haut que dans les pièces précédentes, ce qui laissait penser que j'étais au centre de la maison. Je me suis relevé, j'ai épousseté mes vêtements, et j'ai regardé autour de moi. Aucun doute, c'était la pièce la plus grande dans le bâtiment. Je ne pouvais même pas voir la porte vers la salle suivante là d'où j'étais; des buissons et des arbres devaient se trouver entre la sortie et moi.

Jusque là, je supposais que les salles suivraient une progression dans l'horreur, mais celle-ci était un vrai paradis comparée à la précédente. Je supposais aussi que la chose qui était avec moi juste avant était restée là-bas. J'avais tort, terriblement tort.

Pendant que je m'enfonçais dans la pièce, j'ai commencé à entendre les bruits typiques de la forêt; les chants des grillons et, parfois, les battements d'aile d'un oiseau, semblaient être ma seule compagnie ici. C'était la chose qui me dérangeait le plus. J'entendais des insectes, des oiseaux et d'autres animaux, mais je n'en voyais aucun.

J'ai commencé à me demander à quel point cette maison était grande. Vue de l'extérieur, elle semblait plutôt normale. Sûrement plus grande qu'un pavillon de banlieue, certes, mais c'était une forêt entière qui s'étendait à l'intérieur. La canopée m'empêchait de voir le plafond, mais je supposais qu'il était toujours là, peu importe sa hauteur. Je ne voyais plus les murs, non plus. Le seul élément qui m'indiquait que j'étais encore en intérieur était le sol, le même que précédemment: un simple plancher de bois à la patine sombre.

J'ai poursuivi ma marche, espérant chaque fois trouver la sortie derrière l'arbre suivant. Après un moment à marcher, j'ai senti un moustique se poser sur mon bras. Je l'ai secoué pour le faire fuir tout en continuant à avancer. Une seconde après, c'était une dizaine de plus qui me tombaient dessus dans différents endroits. Je les sentais qui rampaient sur mes bras et mes jambes, et j'en entendais quelques-uns voleter juste devant mon visage. J'ai battu l'air vivement pour les faire partir, mais rien n'y faisait. J'ai regardé mes bras et j'ai laissé échapper un cri étouffé - enfin, plus un gémissement, pour être honnête. Je ne voyais aucun moustique. Pas un seul moustique n'était posé sur moi, mais je les sentais. J'entendais le sifflement de leurs ailes près de mes oreilles, et je les sentais me piquer, mais je ne pouvais pas les voir. Je me suis couché par terre et j'ai commencé à rouler sur le sol. C'était désespéré. J'avais toujours détesté les insectes, en particulier ceux que je ne voyais pas ou que je ne pouvais pas atteindre. Mais ces insectes pouvaient m'atteindre, et ils étaient partout.

J'ai commencé à ramper. Je n'avais aucune idée d'où j'allais; l'entrée n'était plus visible et la sortie n'étaient toujours pas en vue. Je rampais, ma peau tressaillant sous les assauts de centaines d'insectes fantômes. Après ce qui m'a semblé être des heures, j'ai fini par trouver la porte. J'ai empoigné l'arbre le plus proche et, m'appuyant dessus, je me suis relevé, fouettant en vain mes bras et mes jambes. J'ai tenté de courir, mais je ne pouvais pas, épuisé de ramper et de lutter contre ce qui me harcelait. J'ai atteint la porte en quelques pas chancelants, m'appuyant sur chacun des arbres qui m'en séparaient.

J'étais seulement à un ou deux mètres quand je l'ai entendu. Le bourdonnement de la pièce précédente. Il venait de derrière la porte, plus grave que la première fois. Je pouvais presque le ressentir à l'intérieur de mon corps, comme quand on se tient près des caissons de basses à un concert. La sensation des insectes rampant sur ma peau s'atténuait tandis que le bourdonnement gagnait en intensité. Alors que je posais ma main sur la poignée, les insectes étaient totalement partis, mais je n'arrivais pas à me résoudre à tourner le bouton. Je savais que si je retournais en arrière, les insectes me retomberaient dessus, et que je ne pourrais de toutes façons pas regagner la quatrième salle. Je suis resté, hésitant, la tête collée contre la porte frappée d'un six, la main tremblant sur la poignée qu'elle serrait. Le bourdonnement était si fort que je ne m'entendais même plus penser. Je ne pouvais rien faire d'autre qu'avancer. La sixième pièce était la suivante, et c'était un enfer.

J'ai repoussé la porte derrière moi, les yeux fermement clos et les oreilles douloureuses. Le bourdonnement était tout autour de moi. Alors que la porte se verrouillait dans ses gonds, le bourdonnement s'est évanoui. J'ai ouvert les yeux, pour me rendre compte que la porte que je venais de fermer avait disparu. À la place, un mur. J'ai regardé autour de moi, choqué. La pièce était identique à la troisième salle - la même chaise, la même lampe - mais cette fois, rien d'anormal avec les ombres. La seule vraie différence était qu'il n'y avait pas de porte de sortie, et celle par laquelle j'étais entré venait de disparaitre. Comme je l'ai dit plus haut, je n'avais jamais eu de problèmes d'instabilité mentale jusque là, mais c'est à ce moment que j'ai sombré dans ce qu'on pourrait appeler de la folie. Je n'ai pas crié. Je n'ai pas émis un son.

Au début, j'ai doucement gratté le mur. Il était solide, mais je savais que la porte était quelque part. Elle devait être quelque part. J'ai gratté, plus insistant, là où devait se trouver la poignée. J'ai griffé de mes deux mains, maintenant frénétique, cassant, retournant mes ongles contre le bois du mur. Je me suis mis à genoux, seuls mes grattements perturbant le silence parfait de la chambre. La porte était là, je savais qu'elle était là. Si je pouvais seulement traverser ce mur. Et puis...

« Est-ce que ça va? »

Je me suis mis debout et retourné d'un geste. Je me suis adossé au mur derrière moi et j'ai vu qui venait de parler; aujourd'hui, je regrette de m'être seulement retourné.

C'était une petite fille. Elle portait une robe blanche légère, qui lui descendait aux chevilles. Ses cheveux blonds lui arrivaient au milieu du dos, sa peau était pâle et ses yeux étaient bleus. Elle était sûrement la chose la plus effrayante que j'avais jamais vue - pas la fillette en elle-même, mais ce que j'ai vu en elle.
En regardant attentivement, j'ai vu autre chose. Là où elle se tenait, il y avait ce qui ressemblait au corps d'un homme, si ce n'est plus grand que la normale et couvert de poils. Il était nu des pieds à la tête, mais sa tête n'était pas celle d'un homme et ses pieds étaient des sabots. Ce n'était pas le diable, mais au point où j'en étais, ça aurait très bien pu l'être. La forme avait la tête d'un bélier et le museau d'un loup.

Cette chose et la fillette, c'était la même forme. Je n'arrive pas à le décrire clairement, mais je voyais les deux simultanément. Ils se tenaient au même endroit dans la pièce, mais c'était comme regarder deux dimensions séparées. Quand je voyais la fille, je voyais l'autre forme, et quand je voyais l'autre forme, je voyais la fille. Je ne pouvais pas parler. Je pouvais à peine voir. Mon esprit luttait contre ce qu'il cherchait à appréhender. J'avais déjà connu la peur au cours de ma vie et je n'avais jamais eu autant peur que dans la quatrième salle, mais ça, c'était avant la sixième. Je suis resté immobile, fixant du regard la chose qui venait de me parler. Il n'y avait pas de sortie. J'étais piégé avec elle. Et puis, elle a de nouveau parlé.

« David, tu aurais dû écouter. »

C'était la voix d'une fillette que j'entendais. Mais simultanément, la voix de l'autre forme résonnait dans mon esprit, une voix que je ne tenterai même pas de décrire. Aucun autre bruit. La voix continuait de répéter cette phrase, encore et encore dans ma tête - et j'approuvais. Je ne savais pas quoi faire. J'étais en train de glisser dans la folie, mais je ne pouvais pas quitter des yeux ce qui se trouvait devant moi. Je croyais que j'allais perdre connaissance, mais la salle ne m'aurait jamais laissé le faire. J'étais étendu sur mon flanc, priant pour que ça s'arrête sous le regard de la forme. Devant moi, roulant sur le sol, se trouvait un des rats mécaniques de la deuxième salle.

La maison se jouait de moi. Mais sans que je sache vraiment pourquoi, le fait de voir ce rat a arraché mes esprits de l'abîme dans lequels la chose les précipitait, et j'ai jeté un regrd circulaire sur la chambre. J'allais sortir d'ici. J'allais sortir de cette baraque, j'allais survivre à cette épreuve et ne plus jamais en parler. Je savais que j'étais en enfer et je n'étais pas prêt à prendre ma clé. Au début, seuls mes yeux ont bougé. J'ai scruté les yeux à la recherche de la moindre ouverture. La pièce n'était pas si grande, aussi ça ne m'a pas pris longtemps de faire le tour de ce que je pouvais voir sans me déplacer. Le démon me toisait toujours, comme vissé à sa place, mais sa voix devenait plus forte. J'ai posé la main sur le plancher, je me suis relevé péniblement, et je me suis retourné pour examiner le mur qui se trouvait derrière moi.

Et puis, j'ai vu quelque chose que je n'arrivais pas à croire. La chose se trouvait juste derrière moi, murmurant toujours à mon esprit que je n'aurais jamais dû venir. Je sentais son souffle sur mon dos, mais j'ai refusé de me tourner vers elle. Un grand rectangle était découpé dans le bois, une petite entaille pratiquée en son centre. Juste devant moi, se trouvait le grand "7" que j'avais griffé sans le savoir peu avant. Je savais ce que c'était: la septième pièce était juste derrière ce mur, là où se trouvait la cinquième il y a quelques minutes.

Je ne savais pas comment j'avais fait ça - peut-être le sentiment d'urgence - mais je venais de créer la porte. Dans ma folie, j'avais creusé dans le mur ce dont j'avais le plus besoin: une sortie. La septième pièce était toute proche. Je savais que le démon était juste derrière moi, mais pour une raison ou une autre, il ne pouvait pas me toucher. J'ai fermé les yeux et j'ai placé mes deux mains sur le sept. J'ai poussé, poussé de toutes mes forces. Le démon, à présent, criait dans mes oreilles. Il me disait que je ne partirais jamais. Il me disait que c'était la fin, mais que je n'allais pas mourir. Que j'allais vivre pour toujours avec lui dans la sixième salle.
J'ai refusé. J'ai poussé, j'ai crié de toutes mes forces. Je savais que j'allais finir par faire céder le mur.

J'ai gardé les yeux fermés, j'ai hurlé, et le démon a disparu. Le silence est retombé sur la salle. Je me suis retourné, lentement, et je n'ai vu que la chambre, telle qu'elle était quand j'y suis entré: une lampe dans un coin, une chaise solitaire au milieu du plancher. Je n'arrivais pas à croire ce que je voyais, mais je n'avais de toutes façons pas le temps d'y penser plus que ça. Je me suis retourné vers le sept, faisant un petit bond en arrière.
C'était maintenant une porte qui se trouvait devant moi. Ce n'était pas celle que j'avais pratiquée, mais une porte ordinaire frappée d'un grand sept. Mon corps tremblait tout entier. Ça m'a pris un moment pour oser tourner la poignée, et je suis resté là un moment, hésitant à poursuivre mon avancée. Je ne pouvais pas rester dans la sixième pièce, mais après ce que je venais de traverser, je n'osais pas imaginer ce que la septième me réservait. J'ai dû rester planté là une bonne heure, regardant la porte, angoissé. Finalement, avec une profonde inspiration, j'ai tourné le bouton et j'ai ouvert la porte de la septième salle.

J'ai franchi le chambranle, à bout de forces et mentalement exténué. La porte s'est refermée derrière moi et j'ai réalisé où je me trouvais. J'étais dehors. Non pas dehors comme dans la cinquième salle, mais bel et bien dehors. Mes yeux me piquaient. J'avais envie de pleurer. Je suis tombé à genoux, j'ai voulu laisser les larmes couler, mais je n'y arrivais pas. J'étais finalement sorti de cet enfer. Je ne me souciais même pas du prix que j'étais censé recevoir. Je me suis retourné, et je me suis aperçu que la porte que je venais de franchir n'était autre que la porte d'entrée.

Je me suis dirigé vers ma voiture et je suis rentré chez moi, pensant à prendre une bonne douche en arrivant.



Alors que je me rapprochais de ma maison, je me suis senti mal à l'aise. La joie de sortir de NoEnd House s'était estompée et une terreur sourde grandissait en moi. J'ai tenté de me rassurer, ce n'était peut-être qu'un contrecoup de cette expérience éprouvante. J'ai franchi le seuil, et je me suis dirigé aussitôt vers ma chambre. Sur mon lit m'attendait mon chat, Baskerville. C'était le premier être vivant que je croisais de toute la nuit. Je me suis approché pour le caresser.
Il a alors feulé, tendant les griffes vers ma main. J'ai reculé, surpris; il ne se comportait jamais comme ça avec moi. Sur le moment, j'ai juste mis ça sur le compte de son grand âge, je suis entré dans la cabine de douche et je me suis préparé pour ce qui serait sûrement une nuit sans sommeil.

Après la douche, je suis allé à la cuisine dans l'idée de me faire à manger. J'ai descendu les escaliers et je suis passé devant le salon; ce que j'ai vu, cepedant, restera marqué au fer rouge dans ma mémoire.
Mes parents étaient étendus sur le sol, nus et ensanglantés. Mutilés au point qu'ils étaient à peine reconnaissables. Leurs membres avaient été tranchés et se trouvaient alignés aux côtés de leurs corps. Leurs têtes, tranchées également, avaient été posées sur leurs poitrines, me faisant face. Souriantes, comme s'ils étaient contents de me voir.

J'ai chancelé sous le choc. Pris de nausée, j'ai rendu mon dernier repas sur le sol et me suis écroulé à genoux, sanglotant. Je ne savais pas ce qui avait pu se passer; ils ne vivaient même pas avec moi à l'époque.

C'est là que je l'ai aperçue: une porte qui n'aurait pas dû être là. Une porte frappée d'un grand huit, tracé avec du sang.

J'étais toujours dans la maison. Je me trouvais dans mon salon, mais j'étais dans la septième pièce. Le sourire qu'affichaient mes parents s'élargissait à mesure que je le réalisais. Ce n'étaient pas mes parents; ça ne pouvait pas être eux. Mais ils leur ressemblaient beaucoup trop. La porte était de l'autre côté de la pièce, les corps placés entre elle et moi. Je savais que je devais continuer, mais sur le moment, j'avais abandonné. Les visages souriants me mettaient à terre, ils se délectaient de ma détresse. J'ai vomi une fois de plus, à deux doigts de tomber dans les pommes. Et puis, le bourdonnement est revenu. Plus fort que jamais, il enveloppait entièrement la chambre, faisait trembler les murs. Le bourdonnement m'ordonnait d'avancer.

J'ai lentement commencé à marcher, me rapprochant de la porte et des corps. Je tenais à peine debout, et plus je m'approchais de mes parents, plus je voulais en finir. Les murs tremblaient maintenant si fort qu'ils seblaient sur le point de s'effondrer, mais les visages n'avaient pas cessé de me sourire. J'étais maintenant tout près d'eux et je pouvais voir leurs yeux suivre mon déplacement. J'étais maintenant entre eux deux, à un ou deux mètres de la porte. Les mains tranchées de mes parents se joignirent en travers du tapis, sans que les têtes me quittent des yeux. Une terreur nouvelle s'est emparée de moi, et j'ai pressé le pas. Je ne voulais pas les entendre parler. Je ne voulais pas entendre leurs voix et me rendre compte que c'étaient bel et bien celles de mes parents. J'ai vu leurs bouches qui commençaient à s'ouvrir, et leurs mains se rapprochaient de mes chevilles. Dans un élan désespéré, je me suis précipité sur la porte, je l'ai ouverte d'un coup, et je l'ai claquée derrière moi. Huitième salle.



C'était bon. Après ce que je venais de vivre, aucun doute, cette maison ne pourrait rien me faire subir que je ne saurais pas traverser. À moins que la baraque me confronte directement aux flammes de l'enfer, elle ne pourrait plus m'infliger une épreuve à laquelle je n'étais pas préparé.
Malheureusement, je sous-estimais grandement les capacités de NoEnd House. Malheureusement, les choses sont devenues plus dérangeantes et plus indescriptibles encore dans la huitième salle.

J'ai encore du mal à croire ce que j'ai vu dans cette pièce. Encore une fois, c'était une copie conforme des troisième et sixième salle, à ceci près qu'un homme était assis sur la chaise habituellement vide. Après quelques secondes à essayer de nier ce que je voyais, j'ai finalement accepté: l'homme qui se tenait au centre de la pièce, c'était moi. Pas quelqu'un qui me ressemblait; c'était moi, David Williams. Je me suis rapproché. Je devais voir ça de plus près, quand bien même j'étais sûr de moi. Il a relevé la tête, et j'ai remarqué que ses yeux étaient humides.

« Pitié... Pitié, pas ça. Ne me fais pas de mal. »

« Pardon? Qui êtes-vous? Je ne vais pas vous faire de mal. »

« Si. » Il sanglotait à présent. « Tu vas me faire du mal, et je veux pas que tu me fasses du mal. » Il s'est recroquevillé sur sa chaise et s'est mis à se balancer d'avant en arrière. Un spectacle d'autant plus pathétique que c'était moi en tout point.

« Écoutez-moi. Qui êtes-vous? » J'étais maintenant à un mètre de mon double. C'était l'expérience la plus bizarre que j'avais faite jusque là, seul dans cette chambre à me parler à moi-même. « Qu'est-ce qui... »

« Tu vas me faire du mal, tu vas me faire du mal, je sais que tu veux sortir alors tu vas me faire du mal! »

« Pourquoi vous dites ça? Calmez-vous, ça va aller, d'accord? Essayons de clarifier les choses et... »

Puis je l'ai aperçu: le David qui était assis devant moi portait les mêmes vêtements que moi, à l'exception d'une pièce de tissu rouge cousue sur sa chemise, un "9" blanc brodé dessus.

« Tu vas me faire du mal, tu vas me faire du mal, pitié non, ne me fais pas de mal... »

Mes yeux n'arrivaient pas à se détacher du nombre brodé sur sa poitrine. Je savais parfaitement ce que ça voulait dire. Les premières pièces étaient simples et directes, mais les suivantes sont devenues de plus en plus ambigues. Le sept était apparu sur le mur, mais c'était moi qui l'avais tracé; le huit était écrit avec du sang au-dessus des corps de mes parents. Mais le neuf - le neuf était apposé sur une personne, une personne bien vivante. Pis, c'était une personne qui me ressemblait trait pour trait.

« David? »

« Oui... tu vas me faire du mal, tu vas me faire du mal... » Il continuait de se balancer en sanglotant.

C'était moi, dans les moindres détails, jusqu'à sa voix. Mais, ce neuf... J'ai marché nerveusement devant lui tandis qu'il sanglotait. Sans vraiment comprendre comment, j'ai su que gratter les murs ne me mènerait nulle part cette fois-ci. Il n'y avait pas de porte de sortie, et, comme dans la sixième salle, la porte d'entrée avait également disparu. J'ai examiné les murs et le plancher autour de la chaise, y passant la tête pour voir si rien n'était caché dessous. Malheureusement, c'était le cas. Sous la chaise se trouvait un couteau. Une note l'accompagnait: « Pour David - De la part de la direction. »

J'ai senti mon estomac se nouer en lisant ces mots. J'avais envie de vomir. Prendre ce couteau était la dernière chose que je voulais faire. Sur la chaise, les sanglots de David étaient maintenant incontrôlables. Mon esprit tourbillonnait dans un fouillis de questions sans réponse - qui l'avait posé là et comment connaissaient-ils mon nom? Sans compter qu'en même temps que je m'agenouillais sur le froid plancher, j'étais assis sur une chaise à pleurnicher, terrifié à l'idée du traitement que je me réservais. C'était trop pour moi. La maison et ceux qui la tenaient s'amusaient à me faire souffrir depuis des heures. Pendant un moment, mes pensées se sont dirigées sur Peter, et je me demandais s'il était arrivé si loin dans l'épreuve. Si c'était le cas, s'il s'était retrouvé face à un Peter Terry implorant sa pitié dans cette même chaise, se balançant convulsivement d'avant en arrière... J'ai chassé ces pensées de ma tête; ce n'était pas important. J'ai pris le couteau, et au moment même où je l'ai touché, l'autre David s'est calmé.

« David », c'était ma voix que j'entendais, « Qu'est-ce que tu vas faire? »

Je me suis levé, empoignant fermement le couteau.

« Je vais me sortir de là. »

David était toujours assis, mais il était parfaitement calme à présent. Il a levé les yeux vers les miens avec un petit sourire. Je n'aurais pas su dire s'il allait se mettre à rire ou se jeter sur moi pour m'étrangler. Lentement, il s'est levé de sa chaise et m'a fait face de toute sa hauteur.

La scène était profondément dérangeante. Sa taille, et même sa posture me correspondaient exactement. Je sentais le manche du couteau dans ma main, et j'ai resserré mon étreinte dessus. Je ne savais pas ce que j'allais faire avec, mais j'avais le sentiment que j'allais en avoir besoin.

« Très bien. » Sa voix était devenue un peu plus grave que la mienne. « C'est moi qui vais te faire du mal. Je vais te faire du mal, et je vais te garder ici avec moi. »

Je n'ai pas répondu. Je me suis juste rué sur lui, le taclant pour le mettre à terre. J'étais sur lui, ma lame tendue vers le bas, prête à frapper. Il m'a regardé, terrifié. C'était comme si je me regardais dans un miroir. Puis, le bourdonnement est revenu - faible, lointain, même si je le sentais au plus profond de mon propre corps. David regardait vers moi tandis que je regardais vers lui. Le bourdonnement s'est rapproché, et j'ai senti quelque chose se rompre en moi. D'un geste, j'ai abattu le couteau sur sa poitrine et j'ai élargi la plaie vers le bas. Toutes les lumières se sont éteintes, et je me suis senti tomber.



L'obscurité autour de moi était telle que je n'en avais jamais vue jusqu'ici. La quatrième salle était sombre, mais loin d'être aussi sombre que les ténèbres qui m'engouffraient ici. Passé un temps, je n'étais même plus sûr de tomber. Je me sentais comme si je ne pesais plus rien, enveloppé dans le noir. Une profonde tristesse s'est abattue sur moi. Je me sentais perdu, seul, déprimé. Prêt à en finir. La vision de mes parents m'est revenue. Je savais que ce n'était pas réel, mais je l'avais vu, et je ne pouvais plus l'ignorer. Mon désespoir grandissait sans cesse.

Je suis resté dans la neuvième salle pendant ce qui m'a semblé des jours. La dernière salle. La fin. Et c'est précisément ce qu'elle était: la fin. NoEnd House avait une fin, et je l'avais atteinte. Arrivé là, j'ai abandonné. Je savais que j'allais rester pour toujours dans cet entre-deux, avec les ténèbres pour seule compagnie. Le bourdonnement n'était même plus là pour maintenir mes sens éveillés.

J'avais perdu toute perception. Je n'étais même plus conscient de mon propre corps. Je ne pouvais plus rien entendre. La vue m'était totalement inutile ici. J'ai recherché le goût de ma salive dans ma bouche, en vain. Je n'avais plus de corps, et j'étais totalement perdu. Je savais où j'étais. C'était l'enfer. La neuvième salle était l'enfer.



Puis c'est arrivé. Une lumière. L'image d'Épinal de la lumière au bout du tunnel. J'ai senti peu à peu un sol se poser sous mes pieds, puis le poids de mon corps qui grandissait. Après un moment à reprendre connaissance de mes perceptions et de mes pensées, je me suis lentement mis en marche vers la lumière.

Alors que je m'approchais de la source de la lumière, elle a commencé à prendre forme. C'était un rai vertical, le côté d'une porte qui n'était marquée d'aucun chiffre. J'ai lentement poussé la porte, et je me suis retrouvé là où j'avais commencé: le hall de NoEnd House. Il était exactement tel qu'il était quand j'ai passé la première porte: toujours vide, et décoré de puérils articles d'Halloween.



Après tout ce que j'avais traversé cette nuit-là, je m'attendais encore au pire. Laissant passer quelques instants sans qu'il se passe rien, j'ai regardé autour de moi, à la recherche du moindre détail étrange, et j'ai fini par apercevoir, sur le guichet, une enveloppe blanche portant mon nom. Curieux, mais toujours prudent, j'ai rassemblé mon courage et j'ai ouvert l'enveloppe. À l'intérieur, un feuillet manuscrit.

David Williams,

Félicitations! Vous êtes arrivé au bout de NoEnd House! Veuillez accepter ce prix en gage de votre exploit.

À jamais vôtre,

La direction.


L'enveloppe contenait cinq billets de cent dollars.



Je ne pouvais pas m'arrêter de rire. J'ai ri pendant ce qui m'a semblé des heures. Je riais quand je suis retourné à ma voiture, je riais sur la route vers chez moi. Je riais pendant que je garais ma voiture dans l'allée. Je riais pendant que je tournais la clé dans la serrure.
Et je riais quand j'ai aperçu le "dix" gravé sur la porte d'entrée.

________________



Last edited by Tripoda on Tue 19 Sep 2017 - 16:39; edited 10 times in total
Back to top
Visit poster’s website
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sun 17 Sep 2017 - 18:23    Post subject: NoEnd House Reply with quote

La traduction est terminée Okay


Si les autorités compétentes veulent bien déplacer le topic et soumettre ce texte aux votes...
________________

Back to top
Visit poster’s website
Jidanol
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2017
Posts: 536
Localisation: Somewhere over the rainbow
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 兔 Lapin

PostPosted: Sun 17 Sep 2017 - 19:26    Post subject: NoEnd House Reply with quote

C'est très long .___. J'espère que ça va valoir le coup que je la lise >.>
________________
"We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep" _ Shakespeare, La Tempête
Back to top
Visit poster’s website
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Mon 18 Sep 2017 - 11:22    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des personnages : C'est ok.

Moyen de transmission : Témoignage

Sentiments éveillés : J'ai adoré du début à la fin

Style/lisibilité : C'est fluide à lire, je laisserais peut-être le "tout à 1$" plutot que "tout à 1€" mais c'est un détail.

Intérêt : C'est tout bon pour moi, ça sera donc un gros pour.
Back to top
Mushroom
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 11 Mar 2017
Posts: 585
Localisation: Dan 1 endrwa sombr krkrkrrrrr
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 蛇 Serpent

PostPosted: Tue 19 Sep 2017 - 18:37    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des personnages : Bonne

Moyen de Transmission : Témoignage

Sentiments éveillés, De l'angoisse et de la curiosité

Style/Lisibilité : Bien aéré, il y a juste une faute mais j'ai oublié où

Intérêt : L'histoire est super cool malgré sa longueur

Pour
________________
"C'est écrit gris clair sur gris foncé"
-Hugo A.
"Je te jute"
-Moi bourré
Back to top
Visit poster’s website
fangirldejeff:)
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 05 Feb 2016
Posts: 104
Localisation: Sur les chemins boueux, sombres et humides des forêt.
Féminin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

PostPosted: Fri 22 Sep 2017 - 11:54    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Cohérence de l'histoire: Plutôt bien, le seul truc que je n'ai pas compris c'est pour David n'a pas pu partir plus, si personne n'est arrivé à la fin de  cette maison c'est bien parce qu'il sont sortis avant non? Sinon le personnage saurait que personne n'est revenu vivant de la maison, mais ça n'a pas l'aire d'être le cas. J'ai pas l'impression qu'il y a eu des morts. Bref voilà 




Moyen de transmission: témoignage je suppose même si apparemment le personnage n'est pas sorti de la maison. Donc au final comment ça nous parvient ? ( bref je vais faire genre j'ai rien vu parceque la fin est tout de même plus intéressante comme ça).


Sentiment éveillé : Du malaise. Mon dieu j'avais pas ressenti de malaise en lisant une creepy depuis mes premières lectures (#2 ans). Et j'était à fond dans l'histoire en plus O_O


Style/ Lisibilité : Très bien, comme je l'ai dit haut j'étais à fond dans l'histoire. Si je devais vous donner un conseil. Ne la lisez pas sur téléphone. J'me suis pété les yeux X)


Intérêt : Ça fait très longtemps que j'avais pas lu une creepy de ce niveau. J'veux j'étais à fond dans l'histoire, la manière dont c'est détaillé est super et c'est même dérangeant à lire. J'avais même du suspense, j'avais limite peur de ce qui aller arriver dans chaque nouvelle salle XD.






BREF. Tout ça pour dire que je suis TRÈS POUR X)
________________
Je suis une écervelée :3 Youhou!



Rose,
Pétale,
Pic d'argent,
Goutte rubis,
Rire cristallin,
Transcendant notre voie,
Il y a toujours un prix.


Blême,
Poème,
Griffonnant,
Une manie,
Sur peau de satin,
Virtuose pour soi,
Il y a toujours un prix.


Feu,
Peureux,
chatoyant,
Plus de sursis,
S'amuser sans fin,
Laisser vibrer sa foi,
Il y a toujours un prix.

Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Fri 22 Sep 2017 - 18:38    Post subject: NoEnd House Reply with quote

fangirldejeff:) wrote:
Moyen de transmission: témoignage je suppose même si apparemment le personnage n'est pas sorti de la maison. Donc au final comment ça nous parvient ? ( bref je vais faire genre j'ai rien vu parceque la fin est tout de même plus intéressante comme ça).

C'est le point qui me fait flipper de voir mon travail partir sur le nécronomorial (alors que, quand même, c'est un classique des creepypastas qui existait bien avant qu'on se mette à théoriser sur les creepypastas), mais je me permets de supposer que, dans le simulacre de monde réel qu'est la chambre dix, il a encore les moyens de trouver de quoi écrire, et laisser son récit quelque part...
________________

Back to top
Visit poster’s website
Chucky
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 15 Apr 2013
Posts: 2,843
Localisation: Dehors, et toi ? :)
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

PostPosted: Sat 23 Sep 2017 - 10:35    Post subject: NoEnd House Reply with quote

 Oui bon on va pas attendre un troisième vote pour l'accepter.
Back to top
Jidanol
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2017
Posts: 536
Localisation: Somewhere over the rainbow
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 兔 Lapin

PostPosted: Sat 23 Sep 2017 - 10:46    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Et si je vote contre ?


EDIT : Je peux pas voter contre en fait, même s'il y a quelques détails inconfortables au niveau de la cohérence, on est tellement happé dans le texte qu'on ne peut pas ne pas aller au bout. Ce texte est vraiment excellent. Je vote bien évidemment pour.
________________
"We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep" _ Shakespeare, La Tempête


Last edited by Jidanol on Sat 23 Sep 2017 - 11:07; edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
Chucky
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 15 Apr 2013
Posts: 2,843
Localisation: Dehors, et toi ? :)
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

PostPosted: Sat 23 Sep 2017 - 10:48    Post subject: NoEnd House Reply with quote

 Bah lis le texte et tu voteras pour.
Back to top
Jidanol
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2017
Posts: 536
Localisation: Somewhere over the rainbow
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 兔 Lapin

PostPosted: Sat 23 Sep 2017 - 11:09    Post subject: NoEnd House Reply with quote

Tripoda wrote:
fangirldejeff:) wrote:
Moyen de transmission: témoignage je suppose même si apparemment le personnage n'est pas sorti de la maison. Donc au final comment ça nous parvient ? ( bref je vais faire genre j'ai rien vu parceque la fin est tout de même plus intéressante comme ça).



C'est le point qui me fait flipper de voir mon travail partir sur le nécronomorial (alors que, quand même, c'est un classique des creepypastas qui existait bien avant qu'on se mette à théoriser sur les creepypastas), mais je me permets de supposer que, dans le simulacre de monde réel qu'est la chambre dix, il a encore les moyens de trouver de quoi écrire, et laisser son récit quelque part...


Ah j'avais compris que la NoEnd House était dans sa tête ou un truc comme ça, mais que du coup il était de retour dasn la réalité sans avoir quitté le jeu.
Chucky wrote:
 Bah lis le texte et tu voteras pour.


Hu Hu
________________
"We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep" _ Shakespeare, La Tempête
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2  >
Page 1 of 2

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group