Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Le bois blanc

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Nasharime
Guest

Offline




PostPosted: Sat 6 Sep 2014 - 15:31    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

...je poste ma première Creepypasta, à mon avis elle ne sera pas validé néanmoins j'aimerais bien avoir des conseils pour m'améliorez.
PS: Désolé pour les fautes d'orthographe et de conjugaison.

Bois blanc:
Vous savez, je pense que la connaissance est l'arme la plus puissante contre les horreurs du monde. C’est ainsi que d'une une main tremblante je vous décris l'étrange histoire qui m’est arrivé.


 
 
1. Aer Questus

J’étais sorti avec mes amis par un mois de novembre il y a maintenant onze ans. On était allés dans le bois de Paimpont que l'on surnomme la forêt blanche car près de chez nous une grande variété d'arbres à écorce blanche pousse. C'est assez inhabituel mais c'est plutôt joli. On était allés dans les profondeurs de la forêt pour camper pendant le Week-end.


 
 


2. Die Venit

Le vendredi soir, nous avons pris le transporteur de Fred. Nous avons roulé pendant 45 minutes. Je me souviens qu'on imaginait déjà les activités qu'on allait faire plus ou moins «légalement». Et puis la voiture s'est arrêtée devant la vaste étendue d'arbres sans feuilles à la peau blanche comme celle d'un mort.  On s’est ensuite enfoui au fin fond de cette forêt.
Habituellement la forêt de Paimpont possède des arbres plutôt distants entre eux. Ce n'était pas le cas de cette partie de la forêt où les arbres étaient serrés les uns près des autres créant un labyrinthe d'ivoire. Cela rendait la forêt encore plus blanche que le reste de celle-ci. Nous avons marché pendant des heures, observant la silencieuse forêt. Parfois un écureuil, ou un oiseau au plumage blanc, passait vite fait près de notre inexistant chemin. Nous avions rarement le temps de voir l'animal car celui-ci allait à une vitesse vertigineuse que ce soit en courant, sautant ou volant. Des écureuils et des oiseaux, voilà les seuls animaux que nous vîmes sur notre chemin, à la grande déception d’Alex qui aurait souhaité voir des cerfs et des biches. Arno lui dit que de toute façon, on aurait tout le week-end pour cela. 


Mais je dois avouer que le silence de la forêt était presque troublant. Je n'avais pas rencontré la moindre toile d'araignées malgré le fait que nous nous promenions dans un endroit plutôt apte à leur vie. 


Quand le soleil commença à se coucher, on s’est dit qu'il était temps de préparer notre cher petit camping illégal. Nous avions trouvé un coin où les arbres étaient assez éloignés entre eux, chose rare dans cette partie la forêt. Nous avons mis nos six tentes et préparé notre feu de camp, malgré qu’il soit interdit en ce lieu. De toute façon, si on avait pris ce coin là, c'est parce qu’on savait que les gardes forestiers  s'y aventuraient rarement.


Après avoir préparé le campement, le soleil allait se coucher et la nuit allait tomber. Nous avons allumé notre feu de camp et préparé quelques saucisses emportées. 
La soirée fut riche en beuveries, blagues vaseuses, discussions politiques toutes sauf sérieuses et enfin histoires qui font peur. Em racontait une histoire de sa propre concoction au sujet d'une marionnette armée d'un hachoir. Imitant les mouvements saccadés de la marionnette au fil de l'histoire avec un grand sourire, il nous avait fait un peu frissonner et beaucoup rire. Puis Arno raconta une histoire d'horreur au sujet de saucisses mutantes. Abi, sa petite amie fit exagérément semblant d'avoir peur à nos grands éclats de rire. Puis Alex raconta une histoire assez flippante au sujet de morts qui marchent et d'innombrables êtres d’outre-mondes. Jac, son petit ami, se moquait plus ou moins méchamment de son histoire.  Ces deux là ne s’entendaient pas bien. Jac lui-même raconta une parodie de l'histoire d'Alex qui ne fit ni rire ni frissonner personne.
 
Finalement j’étais sur le point de raconter mon histoire quand Fred m’interrompit brusquement pour dire:
-Regardez, un écureuil !

Il pointa du doigt la tente d'Alex et de Jac. Et en effet, on pouvait voir un écureuil dans la pénombre. Pas très bien mais on distinguait vaguement sa silhouette se dessiner dans l’obscurité. Sûrement à la recherche de quelques glands et autres provisions pour l'hiver venant. Emma tenta de l'amadouer en lui envoyant un morceau de pain, mais cela le fit fuir brusquement. 
-Merde, tu peux pas faire attention ! -Gémit Fred.

Puis on parla de la maltraitance des animaux, puis de politique, puis encore d’autre chose. A la fin on était tous crevés et plus ou moins bourrés. On est revenus confus, dans la première tente qui nous est passée à portée de vue et on s'est endormis.



 
 
3. Die Saturni

Je me suis réveillé avec, pour compagnie, Fred, Emma et Jac, on était tous allés dans la même tente. On s'est levés avec difficulté.  Puis je suis sorti fouiller dans les réserves pour faire un œuf à la coque. Et là, j'ai vu que le coffre était ouvert. Je me suis souvenu, alors, difficilement, qu’Arno était allé nous réapprovisionner en bières, et le con complètement bourré qu'il était devait avoir oublié de le refermer. La glacière était ouverte et pas de doute, la plupart des éléments étaient devenus immangeables. Pareil pour la réserve, même si je n'avais pas souvenir qu’Arno avait amené autre chose que de la bière.  L'un de nous avait probablement grignoté quelque chose pendant la nuit.  En tout cas les animaux s’en étaient donnés à cœur joie de voler cerises et petits pains. Bon, on avait encore assez de nourriture pour les deux derniers jours mais quand même. 


Je suis revenu à notre campement. Arno, Abi et Nico étaient debout. J’expliquais à Arno qu'il devait faire gaffe mais celui-ci me répondit qu'il avait fermé la porte du transporteur. Je lui ai ri au nez avant de demander:
-Vous savez où est Alex?
-Sûrement encore en train de dormir, me répondit Jac, si vous saviez la paresseuse qu'elle est.
On ne pouvait, bien sûr, pas commencer à explorer le bois sans elle. Nous avons donc pris un «petit déjeuner» et on a parlé, et encore parlé. Puis 30 minutes se sont passées, puis une heure. Finalement au bout d’une heure et quarante-cinq minutes, nous avons décidé d'aller la réveiller. Nous avons fouillé chaque tente, non sans inquiétude. Alexia ne se trouvait dans aucune des tentes.
-Elle a dû dormir dehors. Avec le nombre de bouteilles et de canettes qu'on a vidées, il fallait obligatoirement que l'un de nous dorme dehors, non? -Hésita Arno.
-Oui sûrement. -Dit Jac d'une voix encore plus hésitante.

Nous sommes partis à sa recherche. Jac suait à grosses gouttes et sa voix dubitative ne l'aidait pas. Je ne sais pas combien de fois, durant notre recherche, il cria «Alex!», au début avec une voix suppliante. Notre supplice virait en panique quand la montre indiqua 15 heures et que nous ne l’avions toujours pas découverte. 


Finalement nous revenions au camp, pensant ne pas avoir pris la bonne direction. Merci l’application Apple qui permettait de se localiser ! Nous avons donc fait demi-tour et en effet, on n'avait pas pris la bonne direction. Dans la direction inverse, on a fini par trouver Alex, au bout d’une heure de recherches, mais pas comme on l’aurait voulu. 


D'abord Fred découvrit des traces de sang sur un arbre. De grosses taches de sang comme si un blessé s'était reposé sur l'arbre blanc. Sang rouge sur arbre blanc. Jac poussa en cri et nous nous dépêchâmes de suivre la trace sanglante. Finalement nous avons retrouvé Alex dans un état des plus méconnaissables. Une énorme blessure au ventre. La bouche en sang. Jac, en voyant ça, courut vers elle. 

«-Alex non, non, non! Non, Alexia ce n'est pas possible!» 
Jac s'effondra sur son épouse et pleura à chaudes larmes.
 
Après avoir repris mon sang-froid devant ce macabre spectacle, j’essayai de comprendre ce qui avait pu causer sa mort. En l’examinant de plus près, je fus d'abord surpris par l’absence de mouches autour du cadavre, et puis cette grosse plaie en ventre… Je n'arrivais pas à trancher sur quel animal ou quelle chose avait pu faire une plaie si grosse. Le contour allait en faveur de la morsure mais l’étendue, plutôt à celle du psychopathe sadique. 


Finalement nous allâmes au camp, abattus et terrifiés. A 18h 30 nous étions au camp, Jac avait pris le cadavre d’Alex et avait ralenti notre marche par le poids du corps car il avait refusé qu’on l'aide, comme un bulldog gardant son os. 


Nous avons longuement débattu sur ce qui avait pu causer sa mort, Fred était pour une bête inconnue et Emma pour un violeur psychopathe. Finalement Nic recommença à pleurer. Nous avons arrêté de débattre et j’essayais d’appeler d'abord la police, mais personne ne répondait au bout du fil, pareil pour l'ambulance et la garde forestière. Je commençais à trouver vraiment cet endroit louche, mais nous ne partions pas immédiatement, de peur de nous retrouver dans le noir, les lampes de poches comme seules sources de lumière.


Après un repas rapide, nous sommes endormis dans le désordre de nos tentes. J’étais avec Emma. Pour pouvoir dormir nous avions bu de la bière en abondance, nous nous embrassions puis nous baisions avec tendresse afin de réussir à dormir. 


 
 
 
 
4. Die Deus
Je me suis réveillé à environ
 10 heures. Avec Emma à mes cotés. Je sortis de la tente et alors je poussai un hurlement. Deux des tentes étaient détruites, et de longues pistes sanglantes allaient vers le nord, dans les profondeurs de la forêt. J'alertai les autres, qui se réveillèrent.
Nous n'étions plus que 4, Emma, Fred, Jac et moi. Nous nous sommes mis d'accord pour partir le plus vite d'ici, de cet endroit. Nous avions pris un peu de nourriture, Fred arma le fusil de chasse qu’il n’avait pas montré jusque là et chacun de nous s’équipa des meilleurs couteaux. C'est alors qu’en voulant utiliser mon Iphone, je découvrais avec effroi que j'avais oublié de le mettre en veille ! La batterie était à plat ! Quel con je faisais. Nous avons décidé de prendre le chemin inverse de la piste sanglante. Nous marchions et courrions plusieurs fois. 


Finalement alors que je pensais être sorti d'affaire, un écureuil m'attaqua, il me griffa le visage et je faillis tomber. Je lui ai asséné une claque puissante mais maladroite, qui l’a fait voler. Je découvris avec stupéfaction que l'écureuil était dépourvu d’yeux. A la place des yeux, des orbites vides et noires, où du sang séché formait de longue traînée rouge larmoyante. Cela nous remis un coup d'adrénaline mais ce ne fut plus aussi facile qu'avant, des écureuils et des oiseaux sans yeux nous attaquèrent. 


Maintenant en y repensant, je crois qu'on avait dû se tromper de chemin et nous allions droit dans la gueule du loup, les animaux nous guidant de leur manière vers leur «maître».

Finalement l’inévitable se produit, une créature de blanc et de rouge apparut et attrapa Jac, sans avoir le temps de réagir ou de voir la chose. Mais le peu que j'avais vu m'avait déjà fait froid dans le dos. Après quelques hésitations, Fred a finalement courut vers la lointaine créature, arme à la main. Nous le suivions. Ce n'était pas très compliqué, la créature laissait un sillon sanglant là où elle passait. Nous l'avons trouvé, en train de manger Jac, encore vivant. Ses cris d'agonie resteront à jamais graver dans ma mémoire. Mais, encore plus que ses cris, c'est bien la créature elle même. 


Comment vous la décrire ? Il s'agissait d'une sorte de serpent géant, non, pas un serpent. Plutôt une sorte de chenille ou de limace. Une chenille géante constituée d'os divers. De petit os de mammifères et d'oiseaux et de plus grand os appartenant à l’espèce humaine. Du sang coulant en permanence de ses entrailles, cette créature était un geyser pourpre. 


«-Hé bâtard !» -Cria Fred avec une voix qui se voulait menaçante.
La créature se désintéressa de son repas puis tourna sa masse vers nous. Son visage... Oh à cet instant, je ne voulais pas savoir de quoi était fait son visage même si je le voyais devant moi, de peur de devenir fou.


Elle commença à marcher lentement vers notre direction (pourquoi elle ne courut pas comme elle l'avait fait avec Jac, je ne le saurais le dire), mais à cet instant, Fred tira. La balle n’eut visiblement aucun effet mais la créature s’arrêta, prudente. 


Puis au bout d'une minute où seules nos respirations troublaient le silence, la créature repris sa marche aussi lentement. Fred rechargea rapidement et tira. Encore le même manège, je n’en pouvais plus, je poussai un cri et m’enfuis en courant rapidement, rejoint par Emma. Nous courûmes pendant je ne sais combien de temps avant d'arriver, à notre plus grande surprise, au abord d'une cabane. Une putain de cabane dans cette forêt. Mais, bizarrement, ça nous donna un bref soulagement, enfin un signe de vie humaine ! 


Nous rentrâmes dans la blanche cabane et fûmes accueillis par un squelette à moitié détruit. Nous avons dû user du peu de force mentale qui nous restait pour ne pas partir en hurlant.
Bientôt, grâce à la fenêtre de cette cabane, je vis ce qu’il y avait dedans, squelette mis à part. 4 croix noires, de pierre visiblement, pour en enterrement. Sur la seul table se trouvaient deux livres et une bougie, un livre à la couverture de couleur chair (et peut être fait de chair) écrit dans une écriture que je n'avais jamais vue et un autre, plus modeste à la couverture de cuire noir et écrit en français. Les deux datés. Je ne peux pas vous dire tout ce que j'ai lu dans le deuxième mais voici le principal car ce livre trônent encore sur de mes étagères, l'ayant emporté.


 
«18/06 Nous pensons que la forêt que nous appelons communément forêt blanche était un ancien site de sacrifice druidique. Bien que les chercheurs pensent que les druides vénéraient des dieux et des ancêtres idéalisés, je reste persuadé qu'ils priaient le porteur de lumière.

24/07 Après maintes fouilles nous avons pu trouver l'ancien sanctuaire, l'un des seuls sanctuaires de pierres du monde, les druides préférant le bois pour construire leurs temples.


26/07 D'étranges runes ont été découvertes sur les pierres, si le porteur de lumière est avec nous, Adam pourra les déchiffrer.


02/08 Nous avons réussi ! Loué soit-il!

04/08 Nous somme prêts pour le sacrifice. Le jeune sera le seul à rester en vie pour enterrer nos dépouilles. Que le porteur de lumière soit avec nous !»


 
Voila, je vous avais dit que la connaissance est bien utile.


Après avoir vaguement lu ces passages dans la cabane, Emma m'appela pour me montrer les croix, je vis avec horreur que, pour lire les inscriptions tombales, les croix devaient être mises à l'envers ! Et c’était fait pour être mis à l'envers ! Nous étions stupéfaits quand un cri retentit. Un cri de Fred ! Et en effet Fred arrivait en courant, blessé et saignant, son fusil à la main. 
Quand nous arrivâmes, il cria:


«-Non ! Partez, elle n'est pas loin!»


Et en effet elle était proche. Elle me sauta littéralement dessus à une vitesse stupéfiante malgré sa masse. J'entendis un de mes os se briser, puis une main osseuse sortit de l'amas blanc et commença à m'étrangler. Je vis le visage de la créature, ce visage qui restera gravé dans ma mémoire. Un visage fait de cinq crânes humains souriants lugubrement. Celui au centre était à moitié détruit et sa bouche ouverte vomissait du sang. Cela aurait pu être les dernières images de ma vie si un «Meurs !» et un coup de feu n'avaient pas obligé la créature à relâcher l'étreinte et à se retourner. Je vis Emma, armée du fusil de Fred, Fred lui même agonisant par terre, la bouche pissant le sang.


«Cours !» me dit Emma. Et j'ai couru, couru comme je ne l'avais jamais encore fait, couru malgré un os brisé et une blessure sanglante. Courir, toujours courir, pour échapper à la folie, à la mort, à la chose. Après un temps indéterminé, j’arrivais à un grillage que je ne connaissais pas. Ce grillage était en fait une frontière entre le bois blanc et la forêt de Paimpont elle même. Je réussi à escalader le grillage, après plusieurs chutes, pour arriver dans la forêt. Mais j'ai continué à courir jusqu'à que je m’évanouisse de fatigue et de folie. Un garde forestier me retrouva à l'aube et m’amena, alors que j’étais à moitié endormi, au poste le plus proche. On ne me posa pas beaucoup de questions, et, pour la seule qu’on me posa, je répondis par un silence cassant. Finalement à cause de mon état grave, on m’amena à l'hôpital le plus proche où je fus soigné.
Bon dieu que j’étais heureux que le seul endroit où là chose pouvait m’attaquer était dans mes rêves. Je ne revis jamais Fred. Peut être que désormais ses ossements ont rejoint ceux de la créature. Je n'en sais foutrement rien et je ne veux pas le savoir même si celle-ci est la clé contre les horreurs.

J'ai en revanche revu Emma plusieurs semaines après. Elle avait été amenée à un hôpital pour malades mentaux. Elle n'y resta pas plus d'une semaine. Je la revis et après maintes étreintes nous avons reconstruit nos vies ensembles. Maintenant, en ce moment, j’écris ces lignes, et cela fait 11 ans que cette histoire s'est produite, je suis père de deux petites têtes blondes et je n'ai pas envie de me séparer d’Emma pour le moindre du monde. Mais depuis l'arrivée du deuxième, nous avons déménagé dans la campagne près de la forêt. Bon, certes à l’extrême opposé du bois blanc mais près de la forêt quand même. Et c'est avec douleur que j’écris ces derniers mots et que j'envoie cette histoire sur Internet. Libre à vous de la prendre au sérieux mais si j’étais vous, je me méfierais des bois, surtout du bois blanc. Oui, surtout de celui là.





Approuvé par la Waffe
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 6 Sep 2014 - 15:31    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,160
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Mon 8 Sep 2014 - 08:49    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

Bordel, pourquoi personne ne se donne la peine de lire un minimum ? Ce texte était certes extrêmement long, mais vous auriez au moins pu lire en diagonale (ce que j'ai fait après avoir repéré un élément bien particulier que je vais faire figurer ci-après).

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : Globalement cohérent.

-cohérence des actions du ou des personnages : Globalement cohérent, même si un peu moins que pour l'histoire. L'un d'entre eux meurt et aucun n'a le bon sens de se barrer et d'appeler la police. Pour le dernier point, j'avoue que ça peut sortir de la tête sur le coup, mais le premier réflexe qu'un être humain va avoir est de sauver sa vie, pas d'épiloguer sur la manière dont la personne a pu être tuée. À la rigueur, on fait ça dans la voiture, en route vers un endroit plus sûr. Et concernant le fait que le camping sauvage est illégal, je préfère me faire passer un savon par les forces de l'ordre et rester en vie.

-sentiment éveillé chez le lecteur : Assez peu de choses je dois dire.

-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Voilà, on arrive au moment fatidique. C'est une nouvelle et non une creepypasta, même si ta conclusion voulait reprendre la forme d'un témoignage. Il y a un bon nombre de nouvelles qui sont écrites comme ça d'ailleurs, avec le même genre de phrase d'intro. Tu écris bien, mais la forme de ton texte est bien trop littéraire, encore plus avec tes annotations en latin.

-style d'écriture : Tu as un bon style d'écriture.

-lisibilité du texte : Assez bonne.

-intérêt de l'histoire : Autant la créature pourrait être intéressante, autant le coup des animaux sans yeux fait assez cliché. Et puis la fin me rappelle un peu trop la pasta L'Orphelin (pour laquelle on avait hésité car elle était également fort littéraire, mais était du bon côté de la frontière), j'ai l'impression que ça commence à devenir à la mode de découvrir quelque chose d'horrible et d'être envoyé en hôpital psychiatrique mais de vouloir tout de même raconter son histoire sur internet. Serait-ce l'apparition d'un nouveau lieu-commun ?



Conclusion : Comme les nouvelles horrifiques sont hors-sujet pour le site, je dois malheureusement mettre contre.
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.




Back to top
Visit poster’s website
RedRaven★
Guest

Offline




PostPosted: Mon 8 Sep 2014 - 16:19    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

Cohérence/vraisemblance de l'histoire : Bonne
Cohérence des actions du ou des personnages : Bonne. Le moment que j'ai pas trouvé trop cohérent, c'est quand ils ont poursuivi la créature, ça aurait été plus cohérent de chercher à s'enfuir je pense
Sentiment éveillé chez le lecteur : Aucun
Vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Nouvelle
Style d'écriture : Bon
Lisibilité du texte : Bonne
Intérêt de l'histoire : Ben, malheureusement c'est une nouvelle


Contre, donc
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Mon 8 Sep 2014 - 21:59    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

Cohérence globale: j'aurais eu des trucs à dire sur certains détails mais je conteste plus bas un critère vraiment essentiel qui rend tout le reste quelque peu inutile. Peut-être prochainement dans un edit.

Sentiment éveillé: j'entends voler les mouches!

Vraisemblance transmission: il y a une tentative de justifier le tout à la fin, mais vraiment vite fait quoi...

Style: assez souvent pompeux et très souvent mal maîtrisé, genre répétitions inutiles et formulations tordues.T'es sans doute sur la bonne voie pour bien écrire, mais il y a encore du travail.
Quote:
Cela rendait la forêt encore plus blanche que le reste de celle-ci.

Puis le passage du journal est tellement concis qu'il en devient risible!

Enfin les titres latins (qu'est-ce qu'ils font là?) ont des fautes, n'oublions pas nos déclinaisons. Die Dei.

Lisibilité: correcte.

Intérêt: Nouvelle. Mais même en tant que nouvelle, sans vouloir te vexer, c'est pas tip-top. Sans en altérer la qualité de texte littéraire, il y aurait pas mal de travail à fournir sur le style pour en faire une lecture réellement agréable. Mais avec un peu de travail ça pourrait être une nouvelle sympa.


Quoiqu'il en soit, c'est pas une pasta. Contre.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Tabbender
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 13 Jun 2013
Posts: 1,743
Localisation: Okuushima. J'espère que je vais vivre longtemps !
Masculin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

PostPosted: Mon 8 Sep 2014 - 23:05    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : Bon.

-cohérence des actions du ou des personnages : Ok.

-sentiment éveillé chez le lecteur : J'ai pas mal stressé à certains moments.

-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Ca va.

-style d'écriture : Ok.

-lisibilité du texte : Ok.

-intérêt de l'histoire : C'est franchement pas mal, le seul problème est que comme dit plus haut c'est pas une creepypasta.


Je suis contre la publication même si j'ai bien aimé.
________________

You cannot grasp the true form of my Mastersword ! My life for Hyrule !





Le Tabbender's Challenge, vaincu une seule fois depuis 2014 (GG à The Dude ).
http://www.creepypastafromthecrypt.com/t3099-Tabbender-s-Challenge.htm
495 graze it easy m⑨


ティト・ディック「ディックマン」、赤ちゃん!
Back to top
Visit poster’s website
Nasharime
Guest

Offline




PostPosted: Sat 13 Sep 2014 - 22:26    Post subject: Le bois blanc Reply with quote

Merci, de toute façon étant donner que c'était mon premier texte je savais plus ou moins qu'elle n'allait pas être accepté, je voulais surtout que vous me donniez votre avis pour que je m'améliore.
Tabbender tu pourrais me cité le passage qui t'as stressé? Ca me permettrais de m'amélioré.
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group