Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Ronald Mc Donald House

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sun 28 Sep 2014 - 11:26    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Avis variés mais nombreux (52 commentaires en date du 28/9/2014) sur ce texte. Considérez comme probable qu'il soit d'une qualité correcte, et il me semble qu'il peut au moins être qualifié de "notable". Donc à traduire.

De plus c'est un gars qui l'a suggéré sur facebook, il est encore temps de montrer à nos lecteurs qu'on peut, parfois, répondre à leurs attentes!

http://creepypasta.wikia.com/wiki/Ronald_McDonald_House


I'm sure you've heard of the Ronald McDonald House charity. They provide housing for families of sick kids when they're in the hospital. Seems pretty innocent, right?

Well, there's another side to the charity. There's another type of Ronald McDonald House, one that not many people know about.

There's one in most big cities. You won't find it by looking for it. It doesn't have an address. It doesn't have a sign above the door. It doesn't even have windows.

No, the only way you'll find it, is if you're taken there.

That's how I found it.


I've never met my real parents. I've been in and out of foster families and group homes here in Detroit since I was a kid. I'm 15 now, and I'm what they refer to as a BAD KID.

Always causing trouble, always getting thrown out and placed with another unsuspecting do-gooder who thinks they can help me. I always prove them wrong.

My caseworker sat across the black metal table, looking weary and frazzled. On the table between us was a thick letter-sized brown envelope; my case file.

"Well, your reputation has preceded you," she said. "And now you only have two options; military school in Lansing, or the Ronald McDonald house, which has miraculously cleared you for acceptance."

I don't have the patience for drill sergeants and 5 AM reveille. And how bad could a halfway house named after a fast food clown possibly be? Ronald McDonald House, it was.

Dark clouds loomed above me the day I climbed into the back of my caseworker's town car. My few belongings in a backpack and the clothes on my back; that's all I could take. One of the few belongings I had was a photo album, filled with pictures of all the foster families I had been with. It was nice to remember some of them, even though I had royally fucked it up each time.

"I've had a few cases who went through the Ronald McDonald House," the caseworker said from the front seat. "Things went so well for those kids, I never had to transfer them anywhere else. In fact, the House took over their case files and everything."

We drove into downtown Detroit, past all the familiar landmarks. I had been thrown out of one foster home just outside town because I snuck into downtown Detroit with some neighbor kids to sneak into a dive bar. Good times.

"Well, here we are." The car came to a stop.

I looked out the window. We had parked in front of a tall, gray, windowless building, sandwiched between two other industrial buildings on a narrow city street. I noticed there was an address on the building to my left, and one on the right, but none on this particular building. Not even a sign.

"Are you sure?" I asked, hesitating as I opened the car door and climbed out of the back seat. I slung my backpack over my shoulder, clinging tightly to the strap, and followed the caseworker up to the windowless metal doors. She pressed a buzzer and spoke to someone inside, and the doors clicked to unlock. We walked in.

As soon as the metal doors closed behind us, I noticed the pin-drop silence. It was that sort of silence that is so oppressive and empty it almost deafens you.

Across the dimly lit lobby, there was a glass window with someone inside. A secretary. She was turned away, typing something intently. We walked over to the window. The caseworker rang a bell on the counter, and the secretary spun around in her chair.

Her face was painted like a clown.

Like Ronald McDonald, in fact.

She even had the short, curly red hair. Otherwise, she wore a typical white nurse's dress.

I wanted to laugh at how bizarre it was, but I couldn't. A chill swept down my spine. Something was not right. I watched as the nurse and my caseworker interacted; paperwork was passed through the window. The caseworker slid my case file under the glass, as the nurse slid her some papers to sign.

As my caseworker signed the papers, the nurse looked at me. Her smile should have been warm and welcoming....but all I saw in her eyes was hunger.

"I can't stay here," I stammered loudly. "Take me to the military school in Lansing. PLEASE."

"What's the matter sweetie?" The nurse asked, her voice muffled slightly by the glass. "Afraid of clowns?"

I looked into her hungry eyes. Now there was a malicious glint as she laughed. My caseworker laughed too, obliviously, and said, "Now now. Don't overreact! You'd hate the military school. Besides, this will be good for you!"

"Yes," said the clown nurse, "this will be good for you."

Before I could object, I heard a SLAM behind me.

I spun around to see an open door in the far corner of the lobby, to the left of the front desk window. There was no one there, just the light that flooded in from the door.

Then the creeping shadows. Shrill, echoing laughter and growing shadows along the wall inside the door.

"Oh!" said the caseworker, "here comes the welcome committee!"

As I stared in horror, clutching the strap of my backpack, my caseworker patted me on the shoulder for the last time. "Don't worry honey. It'll be different this time. You'll feel right at home here, I promise!"

She turned to leave. I felt bile churning in my stomach.

"No!" I said desperately. "You can't leave me here!"

"Oh no, I've got to get going. I never did like clowns!"

And with that, she left me there. The metal doors slammed behind her, and I was alone.

I faced the open doorway by the front desk again. The shadows had almost entered the room and the piercing laughter was filling the lobby with sound.

I ran for the front doors. Pounded and yanked and pushed and screamed. Screamed for help, screamed for my caseworker, screamed for ANYONE PLEASE GOD.

I turned to see the nurse behind the glass smiling at me again.

And then, they entered, laughing all the while.

A whole group of laughing nurses with clown faces and red hair. Some male, some female, but all with the same terrifying Ronald McDonald makeup. And in the dim light of the lobby, I could see the glint of metal tools in their hands. Coming up the rear was a pair of clown nurses rolling a metal table, complete with restraints.

"Get the fuck away from me!" I screamed. I pounded at the metal doors again. "Let me out of here!!"

They surrounded me. Grabbing me as I thrashed and screamed and tried to tear myself away. Laughing as I kicked and squirmed. They slammed me onto the rolling table and strapped me down.

I looked around wildly. I was surrounded.

"LET ME GO!!!" I screamed, twisting and turning and pulling at the restraints.

They rolled me through the open doorway and down a seemingly endless white hallway. They laughed and laughed and laughed. They waved their shiny scalpels and razors and needles mere inches from my face, just to make me flinch and scream. This made them laugh even harder.

The last thing I remember, before one of them finally injected me, was the hands. Gloved fingers prodding inside my mouth and pulling at the sides of my mouth, distorting my screams and forcing an unnatural grin onto my tear-streaked, sweaty face. Hot, rancid breath in my face. And the whispered, perverted voice speaking the words, "We love to see you smile!"

Then, as the maniacal laughter seemed to warp and wind down like a dying record player, everything faded to black.


I opened my eyes, and I was blinded by bright lights above. Shielding my groggy eyes from the fluorescent bulbs, I turned on my side and looked around.

A cell. Tall white walls, covered in scratch marks and stains. A small drain in the corner of the floor; my toilet perhaps. A door with no windows. And on the floor by the door, my backpack.

I tried to sit up. My body ached and the moment I sat upright, my vision started spinning. Wonder what they drugged me with.

I realized I was shivering. I looked down. I wasn't wearing my own clothes anymore. I was wearing a dirty, ripped hospital gown, bright yellow with a pattern of Ronald McDonald heads all over. Nothing underneath.

I heard faint, muffled sounds from somewhere in the building. It sounded like screams.

I tried to stand, but couldn't keep my balance. My vision was beginning to stabilize, but my body still felt like rubber. I sank to my knees and crawled over to my backpack.

Before I got there, I tried to open the door. As expected, it was locked.

I slumped onto the floor beside my backpack and unzipped it.

All that remained inside was the photo album. They had taken my notebooks and pens and my cell phone. Of course they did.

I wearily opened the photo album. But instead of the photos that had been in there....photos of myself with my previous foster families, photos where I had attempted to look happy and hopeful even though I knew I wouldn't be there for long.....instead of those photos......they were like crime scene photos. And in each one, I recognized one of my former foster families, brutally murdered and covered in blood.

My heart raced and my stomach churned. I began to turn the pages quicker. Each page, a new photo, a new family, new carnage. I recognized their faces and the inside of their homes. I had lived with all these people. And now they were all dead.

I came to the last few pages. A photo of a house at night. Then a window of that house. Then inside the house, a dark hallway with light coming from one doorway. Then, a photo of my caseworker, brushing her teeth at her bathroom mirror. Then a photo of her looking at the camera in horror. Then a photo of the caseworker, naked, covered in her own blood, contorted into an unnatural position in her bathtub.

I turned to the last page. Written inside the back cover of the photo album were three words.

YOU
NEVER
EXISTED

I felt bile rising in my stomach. I threw the book to the ground and crawled over to the hole in the floor, and vomited.

They were right. Having killed everyone who ever knew me, it was as though I never existed.

I heard more faint screaming in the distance. I knew I had to get out.

I wiped the vomit off my face with my hospital gown and crawled back over to my backpack. Hopefully they hadn't found my secret weapon. I unzipped the front pocket and reached down into the very bottom, my fingers scraping the fabric. Sure enough, there they were, flush with the seams in the bag, nearly undetectable. The pins I used for picking locks. I told you, I'm a bad kid.

I leaned against the door and listened. I could hear footsteps approaching. But just as soon as they had come, they faded in the other direction. I knew I had to work fast. I jiggled the handle with one hand and picked the lock with the other hand. It was surprisingly simple.

Holding the handle, I slowly pulled myself to my feet. I could maintain my balance now. I pulled the door open just a crack.

A clown nurse darted past. My heart almost stopped. But his footsteps didn't slow or change and soon faded; he didn't notice me.

I poked my head out the door. Seemingly endless white hallways in either direction. The distant screams were louder now, coming from all around.

Taking a deep breath, I stepped into the hallway and closed the door behind me. I decided to go to the right. Passing doors, identical to the door I had been behind, I heard the screams and sobbing coming from behind each one. I stopped for a moment at one door. I heard the crying of a child inside. I jiggled the handle to see if I could let him out. Locked.

I kept moving, looking behind me every few seconds to make sure no nurses had come into the hallway. Then I passed a set of white double doors. I stopped for a moment.

The word PLAYPLACE was written in tall, thin letters across the width of both doors. I heard more screaming coming from within, the screams of multiple people. And laughter. The insane, shrill laughter of the clown nurses. I shuddered. I was afraid to find out what sort of torture was happening inside. And I knew I had to keep moving.

I saw a door ahead with a stairway symbol. I headed for it.

As I opened the door, I glanced behind me and saw two clown nurses emerging from the PlayPlace room. Their white nurse outfits were covered in streaks of blood. I quickly shut myself into the stairwell, hoping they hadn't noticed me.

The stairwell was dimly lit, with cement walls and rusty railings. I looked behind at the door I had just closed. There was a red number 5 on the door; so I must be on the 5th floor. I decided I had to get to the ground level.

Each footstep echoed as I began to descend the stairs. I couldn't hear the screaming anymore; just a low, deep humming sound, like pipes in the walls. It was a welcome respite.

I finally came to the door numbered 1. The staircase seemed to descend a few floors lower, but I stopped here and slowly peeked through the door. More white hallways. No clown nurses to be seen. So far, so good.

I stepped through the door and walked into the hallway. I noticed I couldn't hear any screaming on this floor. Just the buzz of the fluorescent tube lights above.

I came to the end of the hallway and another set of double doors. A large red cross--the kind you'd see on a lifeguard stand or a first aid kit--was painted across the width of the doors. I pressed my ear to the door. All I heard was a slow, rhythmic pulse like a machine at work. And, faintly, a beeping sound....like you'd hear in a hospital room.

I knew I shouldn't open the door. I knew this wasn't the exit, I knew I should keep looking.

But I had to see.

I turned the handle. It wasn't locked. I peeked inside.

It was a cavernous white room. Fluorescent lights flickered and buzzed. I saw wires hanging all around.....

And...hanging from the ceiling, in rows.....

Kids. Kids in hospital gowns like mine, attached to white wooden crosses affixed to the ceiling. Literally crucified.

They were silent. Their heads drooping forward, their eyes either closed or staring at nothing. Some seemed to twitch a bit but most were still. Their crosses swung back and forth very slightly.

And the hanging wires...they weren't wires. They were intravenous tubes attached to the kids' wrists. Tubes sucking out their blood.

I almost vomited again right then and there.

In the very center of the room, amidst the rows of hanging crosses, I could see where the rhythmic pulsing sound came from. A huge steel cylinder, which seemed to be collecting the blood from all of the tangled tubes that dangled from the kids' wrists.

I opened my mouth to....to scream? To cry out in anger?

All I could say was, "What the fuck?"

That's when the alarms began to sound. Loud, piercing, like the police sirens of hell. They must have realized I was missing.

I shut the doors and frantically glanced around the hallway to see if anyone was coming. No signs yet. I ran for the stairwell.

As soon as I entered the stairwell, I heard laughter from above. Echoing and reverberating throughout the stairwell. The clown nurses were coming.

I stumbled down the stairs as fast I could. I must have gone down another three stories before I reached the basement. I found myself running through a dark, sewer-like hallway, with small light bulbs overhead every 10 yards or so. The smell of decay and rotting flesh grew more and more pungent as I ran.

The laughter continued behind me. I managed to glance behind and see a group of them running after me. I saw them come into the light and then become silhouettes again, their smiling faces and gleaming knives and needles pushing my adrenaline to the max. I ran past alcoves full of stacked, rotting corpses. But I couldn't stop. I couldn't think of anything but escape.

I turned a corner and found myself facing the metal rungs of a ladder in the wall. I climbed until my head smacked the ceiling.

Below me, the shadows and laughter grew closer. Their footsteps slowed. They were close and they knew it.

I pushed at the ceiling above me, heaving upward and panting and screaming. The clowns were below me, laughing and waving their scalpels. Something cut my leg. I screamed and pushed one last time--

The ceiling gave way as a manhole cover slammed onto asphalt above. A circular opening. I climbed out and frantically pushed the manhole cover back over the hole, blocking out the laughter of the clown nurses below.

I laid there on top of the manhole cover for a few minutes as I caught my breath. Rain fell onto my skin. The turbulent night sky above was a welcome sight.

I looked around. Abandoned buildings, broken glass. No lights. No cars. No signs of any life at all.

A police siren somewhere in the distance. Then, silence.

I climbed to my feet. Pain shot through my leg. I looked down and saw the cut on my ankle where a clown nurse had slashed me. Bastards.

Limping the best I could, I started to walk.

"Hello?" I called out. The only answer was a distant roll of thunder. "Somebody HELP ME PLEASE!!!"

My foot fell on something soft and mushy. I looked down. A newspaper. I peeled it off the wet asphalt. Most of the ink had faded, but I was able to make out the date: July, 13, 1992.

I dropped it, an icy dread filling my stomach. I kept walking.

"CAN ANYONE HEAR ME?!" I screamed. "PLEASE!!! Anyone.....please...."

My words faded into delirious sobs. I stood still for a moment. The rain had soaked through my thin hospital gown. I shivered as the wind blew.

Then, I saw a light in the distance. It was a big, yellow "M" in the sky. A McDonalds. Of course. I limped toward it.

When I came to the McDonalds, I saw that apart from the M, the rest of the building was completely dark. I walked cautiously toward the broken windows and looked in. Darkness.

I turned and surveyed the PlayPlace outdoor playground. Ten foot tall structures of colored tubes for kids to crawl through. Sitting at one of the benches was a familiar figure. The Ronald McDonald statue. You know, the one where you could sit beside him and it looks like he's got his arm around your shoulders. Every kid has seen it.

I shuddered at the sight.

The doors were unlocked. I walked in, out of the rain. Silence. Darkness.

I noticed that the decor wasn't like the modern McDonalds' you see. It was still the same as it was in the 80's, with the white plastic booths and the red and yellow tiles. The wind seemed to whisper through the broken windows.

I noticed something on the front counter. A black rectangle. I got closer. A laptop. A nearly new laptop. I let out a soft, delirious laugh. I knew what I was supposed to do.

So I took the laptop outside and sat beside the Ronald statue. I opened the laptop and began to type this story. The rain is falling on the keys but I don't care. There's nothing left to do now but wait.

Because I've been noticing, out of the corner of my eye....Ronald is trying to look over my shoulder.

He's laughing now.

All I can do is join him.


________________

Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Sun 28 Sep 2014 - 11:26    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
BlackHermit
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 18 Oct 2014
Posts: 36
Localisation: France
Masculin

PostPosted: Thu 23 Oct 2014 - 21:52    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Je peux m'y coller, mais ça va me prendre un jour ou deux. J'ai pas vraiment beaucoup de temps pour moi ces derniers jours.
________________
Back to top
Visit poster’s website
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Tue 25 Nov 2014 - 18:22    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Je suis sûr que vous avez déjà entendu parlé de l’aide caritative « Maison de Ronald McDonald ». Elle prodigue des hébergements pour les familles des enfants malades qui sont à l’hôpital. Ça semble totalement innocent n’est ce pas ?

Ce que vous ne connaissez pas, c’est l’autre visage de cette œuvre de charité, l’autre sorte de Maison de Ronald McDonald. Mais peu de personnes connaissent.
Il y en a une dans chaque grande ville, mais vous ne la trouverez pas en la cherchant. Elle n’a pas d’adresse. Pas de signe sur la porte. Il n’y a même pas de fenêtre.

Non, la seule façon de la trouver c’est d’y être emmené. C’est comme ça que je l’ai connue.

Je n’ai jamais rencontré mes vrais parents. J’ai été déplacé de familles d’accueil en orphelinat depuis que je suis tout gosse. Maintenant j’ai 15 ans, et je suis ce qu’on peut appeler un « voyou».
Toujours a chercher des embrouilles, à me faire virer d’une famille pour me faire placer chez de nouveaux imbéciles bien pensant qui s’imaginent pouvoir m’aider. Je leur prouvais à chaque fois qu’ils avaient torts.

Mon assistante sociale était assise en face de moi, accoudée à la table noire en métal, elle avait l’air lasse et épuisée. Entre nous il y avait cette fine enveloppe en papier kraft : mon dossier.
‘’ Eh bien, ta réputation te précède ’’ dit-elle. ‘’Maintenant tu n’as plus que deux options : Une école militaire à Lansing, ou la Maison de Ronald McDonald qui a, miraculeusement, accepté de te recevoir’’
Je n’ai pas la patience de supporter l’autorité d’un sergent, et encore moins l’envie de me réveiller tous les jours à 5 heures du mat’, et puis, de toute façon, une maison qui porte le nom d’un clown de fast food ça doit être cool, non ?
J’optai donc pour Ronald McDonald.

Le jour où l’assistante vint me chercher, de lourds nuages noirs surplombaient le ciel. Je grimpai à l’arrière de sa voiture, mes quelques possessions dans un sac à dos et les vêtements que je portais : c’était tout ce que j’avais le droit d’emporter.
Un des objets que j’avais pris était un album photo de toutes les familles d’accueil dans lesquelles j’avais été. Ca faisait du bien de me rappeler de certaines d’entre elles, même si je faisais royalement tout foirer à chaque fois.
‘’J’ai entendus parler de certains cas d’enfant qui sont allé à la Maison de Ronald McDonald’’ me dit mon assistante sociale depuis le siège avant, ’’les choses se sont tellement bien passées pour eux qu’ils n’ont jamais été transféré autre part. En fait, la Maison a même récupéré leur dossier.’’
On roulait vers le centre de Detroit, dépassant tous mes repères et les maisons dans lesquelles j’avais été. Je me souviens de cette famille d’accueil dont j’avais été viré parce que j’avais fait le mur avec les enfants des voisins. On avait réussi à rentrer dans un bar du quartier. C’était le bon temps.
‘’C’est bon, on y est !’’ La voiture s’était arrêtée.
Je regardai à travers la fenêtre, on était garés devant un immense immeuble gris, sans fenêtre. Il était situé entre deux autres bâtiments industriels dans une rue étroite. Contrairement aux buildings entre lesquels il était, il n’y avait pas d’adresse. Pas de signe. Rien.
‘’Tu es sûre que c’est là ?’’ demandai-je hésitant alors que j’ouvrais la portière. Je jetai le sac sur mes épaules, m’agrippant fermement aux lanières. L’assistante s’avança vers la grosse porte en métal. Elle appuya sur une sonnette et parla avec quelqu’un à travers l’interphone. La lourde porte s’ouvrit en un clic. On entrait.

Au moment où la porte se refermait, je remarquais le lourd silence qui régnait dans ce hall peu éclairé. Le genre de silence si oppressant et vide qu’il en devenait assourdissant. Au fond du hall il y avait une cage en verre avec quelqu’un à l’intérieur. Une secrétaire, de dos, qui tapait sans s’arrêter. On avança alors vers la vitre mon assistance sociale sonna et la secrétaire se retourna vers nous.
Elle était maquillée, comme un clown.
Comme Ronald en fait.
Elle avait même les cheveux rouges et bouclés comme lui. Pour le reste elle avait une tenue d’infirmière basique.
J’aurais voulu rire de l’absurde de la situation mais je n’y arrivais pas. Un frisson me parcourait l’échine, quelque chose n’allait pas. Je regardais l’infirmière et l’assistante parler et se passer les dossiers à travers la fente de la vitre. Pendant que mon assistante sociale signait, l’autre me regardait. J’imagine que son sourire aurait du être accueillant et chaleureux, mais la seule chose que je voyais dans ces yeux c’était… la faim.

‘’ Je ne peux pas rester ici, balbutiai-je, emmène moi à l’école militaire je t’en SUPPLIE. ‘’
‘’Qu’est ce qu’il y a mon chou, on a peur des clown ?’’ l’infirmière me parlait. Je la regardais droit dans ces yeux affamés, il y avait maintenant une lueur malsaine quand elle se mit à rire. L’assistante commença à rire elle aussi.
‘’C’est bon, calme toi, tu ne supporterais pas l’école militaire de toute façon, et puis ça sera bénéfique pour toi !’’ me dit-elle.
‘’Oui, répéta l’infirmière, ça sera bénéfique’’
Je m’apprêtai à répondre lorsque j’entendis une porte claquer derrière nous. Je me retournai mais il n’y avait pas de porte de visible, juste une lumière qui venait de s’allumer au loin, les ombres qui rampaient sur le mur, et un rire strident qui résonnait dans le hall.
‘’Eh bien, me dit mon assistante, j’imagine que c’est le comité d’accueil qui arrive’’

Je restai immobile, serrant les lanières de mon sac comme si ma vie en dépendait, mon assistante sociale me tapota sur l’épaule une dernière fois.
‘’Ne t’inquiète pas, tout se passera bien, tu te sentiras très bien ici, je te promets’’
Elle se retourna pour partir, j’eus un haut le cœur.
‘’Non !’’ criai-je désespérément ‘’Ne me laisse pas tout seul ici’’
‘’ Oh, arrête maintenant. Je dois y aller. Et puis je n’ai jamais trop aimé les clowns’’
Elle me laissa là. La porte d’entrée claqua, j’étais seul.
Les ombres avançaient, elles étaient presque entrées dans la pièce, le rire strident remplissait le hall. Je courrai vers la porte.
Tapai, poussai et hurlai, j’appelai mon assistante sociale, j’appelai à l’aide. Pitié, aidez moi, laissez moi sortir, MON DIEU JE VOUS EN SUPPLIE.

L’infirmière dans la cage en verre me souriait.

C’est là qu’ils sont entrés, en riant. Un immense groupe d’infirmières avec la tête et les cheveux de Ronald, il y avait des hommes et des femmes, mais ils avaient tous ce maquillage horrible. Et sous la faible lumière du hall je pouvais voir l’éclat d’instruments en métal dans leurs mains. Derrière eux, deux infirmiers qui poussaient une table en métal roulante.
‘’Me touchez pas bordel !’’ J’hurlai en tabassant la porte d’entrée, ‘’Laissez moi partir !!’’
Ils m’entouraient, m’attrapèrent alors que j’essayais de m’échapper. Je criai, je donnais des coups de pieds dans le vide, et ça les faisait rire plus fort.

Ils me balancèrent sur la table. Je regardais dans tous les sens. J’avais les yeux fous d’un animal pris au piège. ‘’LAISSEZ MOI !!’’ Je tournai sur moi même en essayant de me dégager de leur étreinte, mais ils passèrent mes poignets dans les lanières en cuir. Mes hurlements les faisaient hurler de rire.

Ils me poussèrent à travers le lobby puis dans un grand couloir blanc. Ils riaient, riaient, riaient. Ils s’amusaient à faire tournoyer leurs instruments au dessus de mon visage, des rasoirs, scalpels et autres aiguilles de 10 centimètres, juste pour me voir sursauter et crier.
La dernière chose dont je me souviens avant qu’on m’injecte un produit pour m’endormir, c’était ces mains gantées dans ma bouche, me tirant les lèvres, distordant mes cris. Cette haleine rance et chaude sur mon visage qui chuchota, d’une voix perverse : ‘’On adore quand tu souris’’.
Puis son rire maniaque sembla se répéter dans le couloir, grinçant comme un vinyle rayé. Et tout devint noir.

Lorsque je me réveillai, mes yeux furent aveuglés par la violente lumière juste au dessus de moi. Protégeant de mes mains mes yeux douloureux des lampes en néons, je me retournai pour regarder autour de moi. Une cellule. Des grands murs blancs. Un petit siphon dans un coin, mes toilettes sans doute. Une porte sans fenêtre. Et sur le sol, pas loin de la porte, mon sac à dos.
Je tentai de m’asseoir mais mon corps était douloureux, ma vision se troubla. Je me demandai avec quoi ils avaient pu me droguer.
Je réalisais que je tremblais. On avait échangé mes vêtements contre une blouse d’hôpital jaune vif, la tête de Ronald imprimé dessus. Je n’avais rien en dessous.

J’entendis des sons faibles et étouffés venant d’autre part dans l’immeuble. Des hurlements ?
J’essayai de me lever, mais même si ma vision se stabilisait, mon corps était aussi mou que du caoutchouc, je décidai alors de ramper jusqu’à mon sac, en essayant tout de même d’ouvrir la porte. Verrouillée évidemment.
La seule chose qui restait dans mon sac était mon album de famille, plus de carnets, stylos et plus de téléphone. Bien sûr.
J’ouvris alors doucement l’album. Mais à la place des photos joyeuses et insouciantes de mes familles d’accueil il y avait… on aurait dit… des photos de scène de crime… Je reconnaissais des membres des familles dans lesquelles j’avais été, horriblement assassinés et couverts de sang.

Mon cœur se mettait à battre à tout rompre et je me sentais mal. Je commençais à tourner les pages, de plus en plus vite. J’entendais le sang tambouriner dans mes tympans. Chaque page une photo, une autre famille, un autre carnage. J’avais vécu avec eux, et maintenant ils étaient morts.
Sur les dernières pages il y avait la photo d’une maison, de loin pendant la nuit. De plus près. Puis dans la maison. La lumière d’une pièce au fond du couloir. Puis une photo de mon assistante sociale se brossant les dents en se regardant dans le miroir. Elle regardait maintenant l’objectif avec terreur. La dernière photo elle était morte, couverte de sang, et tordue dans une position pas naturelle dans la baignoire.
Sur la dernière page, 4 mots :

TU
N’AS
JAMAIS
EXISTÉ

Je sentais le goût de la bile au fond de ma gorge. Je jetai l’album loin de moi, je rampais près du trou sur sol pour y vomir. Ils avaient raison, ils avaient tué tous ceux qui me connaissaient, je n’existais plus.
J’entendis de nouveau des cris au loin. Je devais sortir d’ici !

Je nettoyais le vomi de mon visage avec ma blouse et rampais de nouveau vers mon sac. Ils n’avaient heureusement pas trouvé mon arme secrète. J’ouvrais la poche avant de mon sac, au fond, cousu dans la doublure, presque indétectable, les aiguilles que j’utilisais pour ouvrir les verrous. Je vous ai dit que j’étais un voyou.
Je m’appuyai contre le mur pour écouter. J’entendais des pas approcher, mais aussi rapidement qu’ils étaient venus ils se tournèrent vers l’autre direction. Je devais faire vite. Je plantais le premier outil dans le verrou et utilisai l’autre pour déjouer les mécanismes. La porte s’ouvrit avec un déclic. C’était trop facile. Je tenais la poignée, j’arrivais enfin à rester debout.

Un infirmier-clown passa devant la porte. Mon cœur fit un bon. Mais ces pas ne s’arrêtèrent pas, il continua son chemin et le son s’étouffa jusqu’à disparaître totalement : il ne m’avait pas remarqué.
Je passai ma tête à travers l’entrebaillement de la porte. Le couloir blanc semblait interminable des deux côtés. Les sons de hurlement était beaucoup plus fort et venaient de tout autour de moi. Prenant une grande respiration, je m’avançai dans le couloir et fermai la porte derrière moi. Je décidai d’aller à droite, il y avait des portes le long du mur, exactement les mêmes que celle de ma cellule, j’entendais des cris et des gémissements derrière chacune d’entre elle. Je m’arrêtai un moment devant une des portes, il y avait les pleurs d’un enfant juste derrière. J’essayais d’ouvrir. Verrouillée.

Plus loin, les mots « AIRE DE JEU » étaient écrits en grandes et fines lettres, sur la largeur des deux portes. J’entendais plus de cris venant de là, les cris de plusieurs personnes. Et le rire. Ce rire malsain des infirmier-clowns. Je tremblais. Je ne voulais pas savoir ce qui se passait là dedans. Je devais continuer d’avancer.
Je vis une porte devant moi, avec le signe ‘escalier’ dessus.
Pendant que j’ouvrais la porte je regardais derrière moi et vis deux infirmières sortir de l’ « AIRE DE JEU ». Leur blouse était couverte de trainées de sang. Je refermai vite la porte derrière moi en espérant que personne ne m’avait remarqué.
L’escalier était peu lumineux, les murs en ciment et les grilles rouillées. Je regardai vers la porte que je venais de fermer. Il y avait le numéro 5 écrit dessus. Je devais donc être au 5ème étage. Je décidai de descendre.
Chacun de mes pas résonnaient, je descendais lentement. Je n’entendais plus les cris, juste le bourdonnement sourd de la tuyauterie dans le mur. C’était un repos bienvenu. J’arrivais enfin devant la porte du rez-de-chaussée. L’escalier continuait bien plus bas mais je décidai de m’arrêter là. J’ouvrai doucement la porte. Pas d’infirmier clown, tout va allait jusque là.

Je passai la porte et marchai dans le couloir. Il n’y avait plus aucun hurlement, juste le buzz des tubes de néon. J’arrivais à la fin du couloir. Il y avait une double porte avec une grosse croix rouge, le genre de croix qu’il y a sur la trousse de premier secours. Elle était verrouillée, alors je pressais mon oreille, il y avait un battement lent et rythmé, un bruit de machine en marche. Et, derrière, un bip régulier, un bruit d’hôpital quoi.

Je savais que je n’aurais pas du ouvrir la porte. Je savais que ça n’était pas la sortie,, j’aurais dû continuer à chercher. Mais je devais voir. Je tournais la poignée, elle n’était pas verrouillée, alors je jetais un coup d’œil. C’était une grande salle blanche, des lumières en néon crépitaient et buzzaient. Il y avait des câbles partout.
Et… pendu au plafond, en rang…
Des enfants. Des enfants en chemise d’hôpital comme la mienne, attaché à des grosse croix qui pendaient du plafond. Littéralement crucifié.
Ils étaient silencieux. Leur tête penchait en avant. Leurs yeux étaient fermés ou regardaient dans le vide. Certains bougeaient un peu mais la plupart étaient immobiles. Leur croix se balançaient légèrement d’avant en arrière. Et les câbles… n‘étaient pas des câbles. C’était des tubes intraveineux attaché aux poignets des enfants. Ils pompaient leur sang.
Je faillis vomir à nouveau.

Au centre de la pièce, entre les croix en rang, je voyais d’où venait le son. Une immense roue en cylindre qui collectait tout le sang des tubes qui pendaient aux bras des enfants.

J’ouvrai ma bouche. Pour… Pour crier ? Pour pleurer de colère ? La seule chose que j’arrivais à dire c’était ‘’C’est quoi ce bordel ?’’

C’est à ce moment là que l’alarme commença à sonner. Forte, stridente, comme une putain de sirène de police. Ils ont dû se rendre compte que je manquais.

Je fermai la porte et regardai partout autour de moi pour voir si personne ne venait. Pas de signe pour l’instant. Je courais vers les escaliers.
Dès que j’entrais, j’entendis des rires du dessus. L’écho se répercutait le long des murs. Ils arrivaient.

Je dévalais les marches le plus rapidement possible. J’ai du descendre encore 3 étages avant d’arriver à la cave. Je courrais maintenant à travers un sombre couloir qui ressemblant à des égouts. Il y avait des petites ampoules qui éclairaient le couloir tous les 10 mètres environ. L’odeur de pourriture et de chair en décomposition devenait de plus en plus forte. Le rire continuait derrière moi.

Je réussis à jeter un coup d’œil derrière mon dos et je les voyais courir après moi. Ils apparaissaient sous la lumière puis redevenaient des silhouette dans l’ombre. Leur sourire et les couteaux qu’ils balançaient au dessus de leur tête poussa l’adrénaline au max. Je passai devant des alcôves remplies de corps en train de pourrir. Mais je ne pouvais pas m’arrêter. Je ne pensais à rien d’autre que courir. Je tournai au coin, il y avait une vieille échelle rouillée sur le mur, je grimpai jusqu’à ce que ma tête cogne le plafond. Derrière moi les ombres et les rires se rapprochaient. Devenaient plus fort. Ils étaient près et ils le savaient.

Je poussais au dessus de moi, en soufflant et criant. Les clowns étaient tout près avec leurs scalpels. Quelque chose me coupa la jambe. Je criais. Et poussai une dernière fois.
Le plafond céda et je décalai la plaque d’égout. Je grimpai à l ‘extérieur et rebouchai le trou, bloquant le rire et les clowns en dessous.

Je restais allongé au dessus de la bouche d’égout pendant plusieurs minutes pour récupérer mon souffle. La pluie tombait sur ma peau. Le ciel noir aurait du avoir l’air menaçant était une bénédiction.
Il n’y avait personne autour de moi. Que des immeubles abandonnés et des vitres cassées. Pas de lumière. Pas de voitures. Aucun signe de vie. Une sirène de police, quelque part, loin. Puis. Le silence.

Je me remis sur pieds et la douleur frappa ma jambe. Je la regardai et vis une large entaille au niveau de ma cheville, là où le clown m’avait blessé, ce connard.
En me tenant du mieux que je pouvais je recommençais à marcher.

‘’Y a quelqu’un ? ‘’ La seule réponse que je reçu fut le roulement du tonnerre.
‘’S’il vous plait aidez moi !’’

Je marchai sur quelque chose de mou et de moelleux. Je regardais en bas. Un journal. Je le décrochai de l’asphalt mouillé, la plupart de l’encre s’était effacée mais j’arrivais à lire la date : 13 Juillet 1992

Je le laissais tomber, une peur glacée me pris la gorge. Je continuais de marcher.
‘’Quelqu’un m’entend ?’’ je criai ‘’ PITIÉ !!!, Quelqu’un, s’il vous plait…
Mes mots disparaissaient dans un sanglot hystérique. Je m’arrêtais un moment. L’eau avait trempé ma simple chemise d’hôpital. Je tremblais lorsque le vent souffla.
Enfin, je vis une lumière au loin. Un grand ‘’M’’ jaune de McDonald. Un McDonald. Bien sur. Je boitais dans cette direction.

Lorsque j’arrivais devant le bâtiment je vis qu’à part le M lumineux, tout était complètement sombre. Je marchais lentement entre les bouts de verre cassés et entrai. Ténèbres.

Je regardai l’ « AIRE DE JEU » extérieure. Des structures de 3 mètres en plastique de toutes les couleurs pour les enfants.
Assis sur un des bancs, une figure familière. La statue de Ronald McDonald. Vous savez, celle à côté de laquelle vous pouvez vous asseoir, et il tient son bras comme s’il le mettait sur votre épaule. Tous les enfants connaissent.
Je tremblais en le regardant.
Les portes étaient ouvertes.
Ténèbres.

Ça n’était pas un McDonald moderne, c’était un qu’on aurait pu voir dans les années 80, avec les sièges en plastiques et tout en rouge et jaune. Le vent soufflait à travers les fenêtres.

Sur le comptoir, un rectangle noir. Je m’approchai. Un laptop ! Un tout nouveau laptop. Je laissai s’échapper un gloussement hystérique. Je savais ce que je devais faire.
Je pris alors l’ordinateur et m’asseyai à côté de Ronald. Je l’ouvrai pour écrire cette histoire. La pluie tombait sur le clavier mais je m’en foutais. Il n’y avait rien d’autre à faire qu’attendre.

Parce que j’ai vu. J’ai remarqué que du coin de l’œil, Ronald essayait de lire par dessus mon épaule.

Il rit maintenant.

La seule chose que je peux faire, c’est le rejoindre.
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Vauund
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Nov 2014
Posts: 184
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

PostPosted: Tue 25 Nov 2014 - 22:57    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : A moitié logique, bien que sa soit un traquenard il arrive a s'échapper du premier secteur, ensuite bah il faut voir le moyen de transmission pour voir ce qui me dérange encore.

-cohérence des actions du ou des personnages : Logique

-sentiment éveillé chez le lecteur : Nom de Dieu que c'est long !!!

-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Pas vraiment logique je trouve, Ronald attendrait qu'il finissent sont histoire ? Non car elle est longue quand même et la il parle au présent au dernier moment, mais le temps de l'écrire c'est passé.

-style d'écriture : Banal.

-lisibilité du texte : Bonne.

-intérêt de l'histoire : Aucun c'est une histoire de psycho assez classique mais incohérente.

Bon entre les clichés, les incohérences et aussi le moyen de transmission je peut que être CONTRE.
Back to top
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Wed 26 Nov 2014 - 11:37    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Quand on traduit on doit réécrire un peu ou pas du tout ?
Parce que j'ai déjà corrigé une petite incohérence qui m'a énervée... Mais j'ai pas osé aller plus loin.

J'aimerais bien améliorer cette histoire (la trad a sauté- merci word- alors que j'avais presque fini, j'ai écrit ce texte deux fois et je suis bien dedans) donc si t'as des conseils...

Merci
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Vauund
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Nov 2014
Posts: 184
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

PostPosted: Wed 26 Nov 2014 - 12:47    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

J'avoue ne pas savoir si l'on peut ce permettre une réécriture :/ essaye de choper quelqu'un sur la Chatbox pour lui demander ( ou un mp a tripoda aussi ).
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sat 29 Nov 2014 - 13:25    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Cohérence de l'histoire: En effet c'est un peu gros, mais c'est plus ou moins inhérent au genre. Je pense qu'une fois rentré dedans, on n'y prête plus trop attention. Du coup on n'en sort pas autrement qu'en pensant à un fake particulièrement grossier, mais bon... y en a des très bonnes qui font ça!

Cohérence des actions des personnages: La transition j'arrive dans un endroit louche → je me fais kidnapper qui est carrément grotesque. C'est bien simple, j'ai eu l'impression que son assistante sociale était encore là au moment où une horde de clowns se jetait sur lui! Sauf respect à l'auteur de l'originale je pense qu'il y aurait moyen d'arranger légèrement certains détails, je vais voir si je peux m'en charger.

Sentiment éveillé: c'est totalement grotesque mais la fin est cool. Un peu comme "Abandonned by Disney" en plus cliché, en fait.

Style: je le trouve plutôt bon, ça arrive à créer une certaine empathie pour le personnage.

Lisibilité: RAS.

Intérêt: c'est carrément grotesque, certes, mais il se trouve que j'aime bien. On entre assez facilement dans le texte, et même si tout est tellement tiré par les cheveux qu'on finit scalpé avant la fin de la lecture, le final est je trouve suffisamment oppressant pour finir sur une note positive. J'ajoute à ça: réputation de dimensions moyennes chez les anglophones, demandée à la traduction il y a fort fort longtemps. J'y mets un petit pour.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Sat 29 Nov 2014 - 13:35    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Une des choses que je trouve le plus wtf c'est le fait qu'ils ont massacrés toutes les familles d'accueil du garçon + son assistance sociale. S'ils faisaient ça a chaque fois qu'ils avaient un nouveau résident ils ont quand même du finir par se faire remarquer. Si je devais supprimer un passage ça serait celui la. Dire qu'au lieu des photos des familles ils ont juste gribouillés son visage dessus. Ou découpé sa tête. 
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sat 29 Nov 2014 - 16:57    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Fais donc, si tu penses que c'est bon. Après y a toujours le problème du "comment ils effacent la mémoire des gens", mais à mon avis ça passe.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Sun 30 Nov 2014 - 14:32    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Pourquoi effacé la mémoire des gens ? Parce qu'en soit l'assistante sociale elle pense juste que la Maison est tellement cools que les enfants veulent pas partir et restent bosser la bas. A mon avis faudrait faire un dialogue avec la secrétaire qui explique que les enfants dont très bien traités et qu'ils bossent pour devenir des manager a McDo. Ou un embobinage dans le style. Comme ça elle a la conscience tranquille. Ou sinon elle est au courant du carnage et elle en peut plus de ce gamin insupportable qui la ridiculise en se faisant virer de toutes les familles d'accueil.
Dans ce second cas il pourrait écrire a la fin quelque chose comme : pourquoi mon assistante sociale m'a laissé ici ? 


Bref sinon pour ma traduction de 1999 je suis pas chez moi et j'ai pas accès a mon ordinateur :/ mais je l'envoie des que possible.  
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,160
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Sat 6 Dec 2014 - 20:52    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Il y a un truc qui me chagrine par rapport aux textes comme celui-ci, c'est qu'on s'acharne à ne pas vouloir publier de nouvelles et textes du genre, mais quand on en trouve comme celles-ci, sous prétexte que c'est Disney/McDonalds/un truc d'enfant et que ça vient d'un site anglophone, on oublie toutes nos lois et on lui fait une grande place. Je veux pas priver les lecteurs de ce texte qui est agréable à lire (même si le coup de tuer tous les gens qu'il connaît et que les autres enfants connaissent est plus que gros, parce que c'est pas faisable discrètement), mais ce serait mieux sur les pages sombres, comme tous les autres du même genre d'ailleurs. Le simple fait qu'on parle de genre et pas de type de pasta devrait mettre la puce à l'oreille, vous ne pensez pas ?
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.




Back to top
Visit poster’s website
Jiszero
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 01 Dec 2013
Posts: 733
Localisation: Lavanville-sur-Marne
Masculin Taureau (20avr-20mai)

PostPosted: Tue 16 Dec 2014 - 23:12    Post subject: Ronald Mc Donald House Reply with quote

Avant de commencer, parole de chieur:
Treize wrote:

Pas d’infirmier clown, tout va allait jusque là.


Cohérence de l'histoire: Pas de problème, même si la fin me déplaît un peu et que le fait que toutes les familles d’accueil soient mortes et tout est un peu inutile et très peu réaliste (enfin je sais que c'est horrifique donc le réalisme on s'en moque mais quand même, la c'est nul)
Cohérence des actions du personnage: Pas de problème sauf pour la fin encore une fois
Sentiment éveillé: Je me suis bien imaginé la scène des croix qui se balancent un peu avec des gémissements et tout, pas mal
Vraisemblance du moyen de transmission: NUL, clairement
Style: Pas de problème
Lisibilité: Non plus
Intérêt: Bah un personnage connu a toujours son petit effet

Je donne un CONTRE car la fin est naze, tout simplement parce que c'est con, et aussi et surtout parce qu'on a tendance à lâcher le texte en cours de route tellement on a d'éléments inutiles.
________________
De l'humour ? Une belle mise en page ? Une utilité ? Ce qu'il faut pas entendre, j'vous jure... www.creepypastafromthecrypt.com/t2635-Le-Tripoda-Banned.htm

"Vziouuu boum boum vziou zla wooiiiinnngggg"
-Ratatat-


Les pasta ça va ça vient c'est comme l'argent faut pas s'en faire et mon cul, les pasta ça va et ça vient et ça revient pas comme ça bien sûr qui faut s'en faire


Je t'aime
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group