Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Le clown qui vous veut du bien partie 1

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Halloween50
Guest

Offline




PostPosted: Wed 24 Dec 2014 - 10:37    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

Je m'appelle Camille Mercier. J'ai 23 ans. Ce que je vais vous raconter s'est passé il y a maintenant 6 ans. Cette année là, j'avais 17 ans. Et j'avais décidée de commencer le baby-sitting pour me faire un peu d'argent de poche. Ce jour là, le 14 novembre 2008, je devais gardé les enfants d'une famille aisée qui vivait dans une maison à deux pattés de maison de la mienne. La famille Moreau. Ce nom me restera toujours dans la tête. La nuit commençait à tomber, et je courrait comme une abrutit car j'étais partis trop tard de chez moi. Il était dix-huit heures et demi et j'avais rendez-vous pour dix-huit heures. Après être arrivé à destination, les parents des deux petits garçons m’accueillaient gentiment. Ces gents étaient adorable. Ils ne méritaient pas ça. Quand ils furent partis, je rencontra les deux petits garçons qui en ce moment là, regardaient la télévision. Le plus jeune s'appelait Théo. Il avait huit ans. Et l’aînée s’appelait Rémi, il avait dix ans. Je resta une bonne dizaines de minutes avec eux dans le salon. Le plus jeunes était scotché devant l'écran et le plus vieux me racontait sa vie. Il était tellement mignon. Pour pas les dérangés, j'ai décidé de visiter la maison. Et la première que je voulus explorer était la bibliothèque. Cette horrible bibliothèque. C'est là que tout à commencer. C'était une petite pièce dont les murs étaient couvert de bibliothèque. Cette famille avait une collection impressionnante de livre. Le paradis pour moi, car j'adore lire. J'ai voulus voire leurs livres de plus près. Il y avait de tout les genres. Classiques, romances, S-F, frissons et bien sûr les livres tout en haut qui ne sont as pour les enfants. Je suis tombée sur un livre que j'avais vraiment envie de lire. Une petite nouvelle écrit par un auteur peu connus qui raconte l'histoire d'une fille atteinte d'une tumeur maligne. Ça s’appelait la promesse de la vie 
. Je me suis assis alors dans ce jolie petite fauteuil pour commencer à le lire. Et là, à travers la fenêtre, je le vis. Ce clown qui me fixait. Il n'était pas du tout comme ça de  Stephen King, mais il était... comment dire..... plus glauque. Il était grand. Avait le visage pâle et était habillé dans une tenue rouge et jaune. Il avait deux touffes rouges des deux côtés de son crane chauve et un nez rouge. Il me regardait pas comme un clown ordinaire. Il me fixait avec son sourire sarcastique. Je posa mon livre et quitta la pièce pour atteindre le téléphone le plus proche. Et la première chose que j'ai fait, c'est d’appeler la police. Au début, ils me prenaient pour une folle. Mais pour être sûr, ils décidèrent d'envoyer un agent pour inspecter le terrain. 
J'attendis avec les enfants dans le salons, jusqu’à que l'officier arrive, inspecte et me fasse un contre rendu. Bien entendu, il me racontait qu'il n'avait pas vue de clown, que j'avais dus surement rêver. Comme quoi, la connerie humaine n'est pas que dans les films. Il croit quoi ? Que j'ai la capacité de faire des rêve alors que je suis réveille ?  A moins que j'ai pris es champignons hallucinogènes, je sais pas. Je luis faisais mon petit mon petit sourire forcée, en savant très bien que je devais ressembler à une cruche. Mais bon...
L'officier étant partit, je décida de verrouiller la porte d'entrée qui ne l'était pas depuis le début de la soirée, et rejoignis les deux petits au salon.
Tout ce passa bien pendant à peu près deux bonnes heures quand ce fit l'heures de coucher les enfants. Il monta tout les deux pour se brosser mes dents puis allât se coucher. J'étais toujours sur le canapé, à attendre qu'il m'appellent pour que j'aille leur faire le petit bisous du soir. Même si ils me connaissent depuis quelques heures. Je jetais quelques fois le regard vers la fenêtre pour voir si le clown n'était pas là, à m'observer. Dix minutes passèrent, et les deux enfants ne m'avaient toujours pas appeler. Je décida de monter à l'étage, et par flemmardise, laissa la télé allumée. Je longea le couloir et alla dans la première pièce que je voyais, car pour l'instant je 'avais visité que la bibliothèque. Il s'agissait de la chambre des parents. La pièce suivante devait être une chambre d'ami. Je referma la porte avant d'entendre un cris fort provenant du fond du couloir. C'était le cris d'un des deux garçonnets. Je courra à pleins poumons et entra en trombe dans la salle de bain. Rémi était dans un coins de la pièce, en pleure. Je me souviendrais toujours de la phrase qu'il me dit: il y avait un clown dans le couloir. Je l'ai vus grâce au miroir. Il marchait tout en me regardant. Et il se dirigeait vers nos chambres !
Je le prit par la main et nous allâmes touts deux dans la chambre des deux garçons. J'avait le cœur qui battait. J'avais qu'un crainte, c'est que le clown surgit de derrière la porte et nous tues tout deux. Nos pas craquait sur le parquait, rendant l'atmosphère plus angoissante. La porte était entrouverte. Je lâchas la main de Rémi, m'approcha de la porte puis d'un coup ouvra la porte et alluma la lumière. La pièce était vide. Aucune trace du clown et encore moins de Théo. Pour en être sûr, je regardas derrière la porte et sous les lits. Personnes !
Je me retournas vers Rémi, qui me regardait avec son regard terrifie. Je m’approcha de lui, lui posa un petit baisé sur la tête et lui dit de ne pas s'inquiéter. Qu'il allait rien leurs arriver, son frère et lui. Enfin j'espère. Nous nous dirigeâmes vers les escaliers, mais alors que nous étions en train de descendre les premières marches de l'escalier, le courant se coupa. Je sais très bien que se n'étais pas les plombs qu'avaient sautés. S'était le clown qu'avait coupé l’électricité. Mais comment avait t'il put passer de la chambre au sous-sol sans que nous l’apercevons ? Je ne sais pas et en ce moment même, je m'enffoutais complètement.  Je pris la main de Rémi et nous nous dirigeâmes vers les escaliers. Quand je regardais cette maison plongée dans l’obscurité, je me croyais dans un film digne de Tommy Lee Wallace, de Victor Salva ou même de John Simpson. Hélas nous n'étions pas dans un film d'horreur, mais dans la purs réalité.
Nous commençâmes à descendre les premières marches de l’escalier. Je sentais ses larmes couler sur ma main gauche. Je frissonnais, un peu écœuré. Quand nous arrivâmes au rez-de-chaussé, j’accompagnai Rémi dans la bibliothèque et lui donnai l'ordre de bloquer la porte avec le fauteuil, et d'attendre que je revienne le chercher: Comment je serais que c'est toi qui toquera à la porte ?
- Ne t'inquiète pas. Si tu entends toquer quatre fois, c'est moi. Mais si t'entend toquer moins ou plus, c'est pas moi. Tu retins bien ?
- Oui !
Je lui posai un baiser sur le front et sortis de la pièce. Maintenant, ma priorité n'étais pas de battre avec le clown, mais de retrouver Théo. Je me dirigeai vers la cuisine et pris le plus gros couteau du porte couteau. Un couteau avec une lame de vingt centimètre à peu près. Autant avoir un couteau en cas si le clown m'attaque.
Je commençai à regarder dans toute les pièces du rez-de-chaussé en commençant bien entendu par la cuisine.  Puis par le salon, la salle de bain du bas, les toilettes... Aucune traces de Théo. La panique commençait à monter. Je décidai donc de retourner à l'étage pour fouiller les pièces encore une fois. Je me dirigeai vers les escaliers et posai mes pieds délicatement sur la première marche pour éviter de la faire grincer. Je montai doucement les marches, en essayant de ne pas faire de bruits. Je m’arrêtai et regardai en haut. J'observai malgré l'obscurité l'étrange forme que je venais d’apercevoir. J'attendis quelques instant, pour que mes yeux habitus à l'obscurité. Bientôt, je découvris la véritable nature de cette forme immobile. C'était le clown qui m'observait de ses yeux pervers. Ma respiration devenait de plus en plus saccadée. Pendant quelque instant, je me suis dis que cette chose ne m'avait pas remarquée. Le clown commença à pencher doucement sa tête vers la droite, toujours en me fixant. Je reculais d'une marche en espèrent que celui-ci ne s'en aperçoit pas. C'est au moment où je voyais ce monstre descendre en trombe les escalier, que je me suis dit que c'était le moment de courir. Et même si j'avais un couteau, je savais très bien qui n'allait me servir à rien face à la manchette de ce monstre...
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 24 Dec 2014 - 10:37    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Entity
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 01 Sep 2014
Posts: 630
Localisation: Hjaalmarch
Masculin

PostPosted: Wed 24 Dec 2014 - 13:36    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

Ré-écriture? --> http://creepypasta.wikia.com/wiki/Nasty_the_Clown

Cohérence/vraisemblance de l'histoire :
Bon, alors les enfants, on prend Garry the Clown, un peu de Nasty the Clown et le clown de Poltergeist. Et voilà, on a ce texte! Plus sérieusement, ce sujet a déjà été exploité pas mal de fois, et ici à part dire "Un clown démon qui va nous tuer donc j'ai peur", c'est trop classique. Je vais te citer ton texte pour éclairer ta lanterne. "Autant avoir un couteau en cas si le clown m'attaque." Ça ne choque pas? Genre, le type nous dit ça de manière à ce qu'il affronte tout le temps des clons psychopathes, il a l'habitude on dirait.
"Je lui posai un baiser sur le front et sortis de la pièce." Version dialogue avec mon interprétation :
-Des centaines de personnes se fusillent dans les rues mon Commandant!
-Un instant! Je coiffe mon poney!
C'est ridicule comme exemple, mais ça reflète bien ce passage assez inutile.
"- Ne t'inquiète pas." Un clown habité par un démon qui veut te tuer, pas de quoi s'inquiéter.
"Et la première chose que j'ai fait, c'est d’appeler la police. " Elle a appelé la police à cause d'une poupée qu'elle trouve flippante? Laughing
Et puis rien que le début vaut "Je m'appelle machin, et j'ai vu ça de terrible et je vous dit c'est quoi".
Des incohérences, des éléments idiots, donc bouarf...

Cohérence des actions des/du personnage(s) : Le protagoniste est stupide ou paranoïaque ma foi. Appeler la police à cause d'une poupée étrange, dire bonne nuit à un gosse avec un clown tueur à côté et tout ça à cause d'un livre. Donc non. Et on suppose largement que le personnage est mort à la fin, donc comment il nous dit tout ça? C'est pas possible. D'ailleurs, les petits qu'elle garde ne semblent pas aussi apeurés. Aucune émotion non plus dans le texte. Donc non.

Moyen de transmission :
Inexistant.

Sentiment éveillé : De l'ennui, mais sinon rien.

Style d'écriture : SAUTE...DES...LIGNES! La première vue d'un texte donne l'envie (ou non) de lire un texte, et ton pavé non-espacé n'est pas vraiment propice à la lecture. De plus, tu nous balances pleins d'éléments parfois emmêlés, parfois inutiles, donc non.
Et tu as osé mettre du passé simple ._.

Lisibilité du texte : Il faut sauter des lignes, sinon c'est pas possible. Et pourquoi tu as changé la couleur de base, c'est trop lumineux à mes yeux en tant qu’ermite >.<
Sinon, il y a pas mal de fautes, (tu dois absolument retirer le passé simple qui fait saigner les yeux) et des incohérences. Donc bon.

Intérêt : Un Garry/Nasty the clown mal refait/plagié tout dépend du point de vue. De plus, du passé simple (ça passe mal ), des fautes et des personnages assez idiots, dont le protagoniste bat tous les records. Et puis, c'est un pavé tout blanc flashy, donc qui ne donne  vraiment pas envie de lire. Avec tous ces éléments, je ne sais pas si tu peux améliorer ton texte... Et le pire c'est que ce n'est que la première partie.
Ce que je peux faire, c'est te dire de demander la déplacement de ton texte dans la section inachevé par un admin, surtout si elle n'est pas complète.
Contre net.
________________
QUE LES DIEUX VOUS ACCORDENT DE MOURIR AVANT QUE LES GRANDS ANCIENS NE RÈGNENT A NOUVEAU SUR LA TERRE
Back to top
Visit poster’s website
Leaf
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 19 May 2014
Posts: 291
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

PostPosted: Wed 24 Dec 2014 - 23:48    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

Cohérence globale : M'bof. Pourquoi elle ne sort pas de la maison ? Pourquoi elle n'avertit pas les voisins ? Toussa toussa. Elle décide de ce battre contre un taré. Logique. Dans ces cas là, y'a d'autres solutions que de sortir comme un barge avec un pauvre couteau de cuisine. Puis un clown quoi... Un taré qui sort en clown...Non mais sérieusement ?

MdT : D'où ça vient ? Ce sont des souvenirs, ok. Mais c'est pas crédible, on sait pas du tout kécécé.

Ressenti : /


Style : Je sais si ce que je vais dire faire partie de cette "case" mais...LE SYSTÈME DU PASSÉ BON SANG !  "Ce que je vais vous raconter s'est passé il y a maintenant 6 ans. ". Donc, par conséquent, on adapte son récit à son temps. Enfin.


Lisibilité : Aïe...Des fautes, des fautes et encore des fautes... Un système mauvais pour les temps. J'ai même cru voir des a avec du passé simple à la première personne... Bon, j'aime pas le passé simple. Mais quand même. Dernière chose : espace ton texte ! Sinon, c'est très dur à lire, donc moins compréhensible. Oh, et aussi : les négations ! Je reprends un exemple que je recite après (recherches, recherches...) ceci : J'avais qu'un crainte, c'est que le clown surgit de derrière la porte et nous tues tout deux. ça donne Je n'avais qu'une crainte, c'était que le clown surgisse de derrière la porte et nous tue tous les deux. Oui, c'est le travail de la Waffe, mais j'explique tout de même, pour tes prochains textes. Et l'italique blanc, ça pue.


Intérêt : /

C'est assez cliché comme histoire. Je cite ce qui m'a marqué, mais globalement voilà ce qui va pas :


"J'avais qu'un crainte, c'est que le clown surgit de derrière la porte et nous tues tout deux."
Cliché. Qui te dit que le clown veut te tuer ? Non, ok, mais bon. C'est assez inutile de placer ce genre de phrases.


"Je sais très bien que se n'étais pas les plombs qu'avaient sautés. S'était le clown qu'avait coupé l’électricité. "
Pas très original.


"Bien entendu, il me racontait qu'il n'avait pas vue de clown, que j'avais dus surement rêver. Comme quoi, la connerie humaine n'est pas que dans les films. Il croit quoi ? "
Le policier débile. Peu cohérent. Puis le "bien entendu" devant qui laisse dire : "Bah vous attendiez à quoi ? Evidemment, qu'il va pas les aider !". En gros ça amène le cliché.


"Et là, à travers la fenêtre, je le vis. Ce clown qui me fixait." 
Et oui, il faut fermer ses volets ! Non, mais ce cliché du tueur qui regarde à la fenêtre, ça fait peur au début mais là...


Bon, et puis y'a la babysitter, le clown, qui sont un peu deux personnages types de l'horreur ; c'est-à-dire souvent présents dans les nouvelles, les films...


Donc voilà, je crois avoir tout résumé, bien que l'avis d'Entity soit plus développé que le mien, je poste tout de même.
Tu l'auras deviné, c'est CONTRE. 


Back to top
Rayniix
Guest

Offline




PostPosted: Thu 25 Dec 2014 - 00:35    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

J'ai pas grand chose à dire vu que je ne l'ai pas lu en entier... Ecrit en blanc sur noir, en italique, sans saut de ligne... ça risque de donné des tumeurs oculaires... 
Back to top
Dunkel
Guest

Offline




PostPosted: Thu 25 Dec 2014 - 01:27    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

Leaf wrote:
Cohérence globale : M'bof. Pourquoi elle ne sort pas de la maison ? Pourquoi elle n'avertit pas les voisins ? Toussa toussa. Elle décide de ce battre contre un taré. Logique. Dans ces cas là, y'a d'autres solutions que de sortir comme un barge avec un pauvre couteau de cuisine. Puis un clown quoi... Un taré qui sort en clown...Non mais sérieusement ?

MdT : D'où ça vient ? Ce sont des souvenirs, ok. Mais c'est pas crédible, on sait pas du tout kécécé.

Ressenti : /


Style : Je sais si ce que je vais dire faire partie de cette "case" mais...LE SYSTÈME DU PASSÉ BON SANG !  "Ce que je vais vous raconter s'est passé il y a maintenant 6 ans. ". Donc, par conséquent, on adapte son récit à son temps. Enfin.


Lisibilité : Aïe...Des fautes, des fautes et encore des fautes... Un système mauvais pour les temps. J'ai même cru voir des a avec du passé simple à la première personne... Bon, j'aime pas le passé simple. Mais quand même. Dernière chose : espace ton texte ! Sinon, c'est très dur à lire, donc moins compréhensible. Oh, et aussi : les négations ! Je reprends un exemple que je recite après (recherches, recherches...) ceci : J'avais qu'un crainte, c'est que le clown surgit de derrière la porte et nous tues tout deux. ça donne Je n'avais qu'une crainte, c'était que le clown surgisse de derrière la porte et nous tue tous les deux. Oui, c'est le travail de la Waffe, mais j'explique tout de même, pour tes prochains textes. Et l'italique blanc, ça pue.


Intérêt : /

C'est assez cliché comme histoire. Je cite ce qui m'a marqué, mais globalement voilà ce qui va pas :


"J'avais qu'un crainte, c'est que le clown surgit de derrière la porte et nous tues tout deux."
Cliché. Qui te dit que le clown veut te tuer ? Non, ok, mais bon. C'est assez inutile de placer ce genre de phrases.


"Je sais très bien que se n'étais pas les plombs qu'avaient sautés. S'était le clown qu'avait coupé l’électricité. "
Pas très original.


"Bien entendu, il me racontait qu'il n'avait pas vue de clown, que j'avais dus surement rêver. Comme quoi, la connerie humaine n'est pas que dans les films. Il croit quoi ? "
Le policier débile. Peu cohérent. Puis le "bien entendu" devant qui laisse dire : "Bah vous attendiez à quoi ? Evidemment, qu'il va pas les aider !". En gros ça amène le cliché.


"Et là, à travers la fenêtre, je le vis. Ce clown qui me fixait." 
Et oui, il faut fermer ses volets ! Non, mais ce cliché du tueur qui regarde à la fenêtre, ça fait peur au début mais là...


Bon, et puis y'a la babysitter, le clown, qui sont un peu deux personnages types de l'horreur ; c'est-à-dire souvent présents dans les nouvelles, les films...


Donc voilà, je crois avoir tout résumé, bien que l'avis d'Entity soit plus développé que le mien, je poste tout de même.
Tu l'auras deviné, c'est CONTRE. 







+1, je pense comme toi Leaf. Sauf les fautes, vu que moi même j'en fais plein é_è
Back to top
Vauund
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Nov 2014
Posts: 184
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

PostPosted: Thu 25 Dec 2014 - 10:24    Post subject: Le clown qui vous veut du bien partie 1 Reply with quote

Cohérence : Y'en a pas vraiment elle appelle les flics pour un truc annexe , le clown on s'en balance le steak.

MdT : Y'en a pas


Ressenti : énervement


Style : Banal

Lisibilité : Espace punaize !


Intérêt : Aucun

Du cliché sur connerie avec encore un coulis de cliché . Contre
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group