Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

The Caul

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Moi c'est Bobby
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 09 Mar 2015
Posts: 14
Localisation: valhalla
Masculin

PostPosted: Wed 11 Mar 2015 - 14:52    Post subject: The Caul Reply with quote

Bonjour j'ai trouvé cette pasta: http://www.creepypasta.com/the-caul/ , je voudrais l'avis de ceux qui comprennent bien l'anglais pour savoir si elle vaut le coût d'être traduite.En attendant des réponses je commence le travail.
________________
"La folie ne s'empare que des esprits sains"


désolé si vous voyez des fautes dans mes commentaires
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 11 Mar 2015 - 14:52    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Creepypasteur Fr
Guest

Offline




PostPosted: Sun 15 Mar 2015 - 00:28    Post subject: The Caul Reply with quote

Je t'avouerai ne pas avoir lu l'histoire entièrement mais je te le dis il me semble avoir vu quelques erreurs syntaxiques. Fais attention à ça si tu envisages de la traduire jusqu'au bout Smile.
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sun 15 Mar 2015 - 15:55    Post subject: The Caul Reply with quote

J'ai la vague impression que son côté fictionnel est totalement assumé, ce qui est plus que problématique pour une pasta, mais après tout j'ai juste lu en diagonale. Toujours est-il que je me méfie pas mal de ce qui sort de la bouche de creepypasta.com, surtout quand on voit que Derpbutt ne corrige pas les fautes.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Meowski
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 30 Jun 2012
Posts: 1,045
Localisation: Nowhere
Féminin 牛 Buffle

PostPosted: Sun 15 Mar 2015 - 15:56    Post subject: The Caul Reply with quote

Tu ne comprends pas bien l'anglais et tu comptes la traduire...?
________________
Do me a favor and kill yourself.

Ça sert à Rien, tout se répète, tout ce que tu aimes bien c'est que dans ta tête.
Fais-le.
Back to top
Moi c'est Bobby
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 09 Mar 2015
Posts: 14
Localisation: valhalla
Masculin

PostPosted: Mon 16 Mar 2015 - 17:24    Post subject: The Caul Reply with quote

Si mais je voulais juste des avis de la part de ceux qui arrivent a comprendre l'anglais(je vais pas traduire ce que je comprends pas).Et pour vous répondre tripoda et creepypasta fr vous inquiétez pas je fais attention aux fautes mais je vais avancer un peu plus lentement parce que j’essaie de réussir mon 3ème trimestre scolaire (oui je raconte ma vie et alors?)
________________
"La folie ne s'empare que des esprits sains"


désolé si vous voyez des fautes dans mes commentaires
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,143
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Mon 30 Mar 2015 - 07:08    Post subject: The Caul Reply with quote

Quote:
Si vous ne pouvez pas traduire 75% du texte sans reverso/google trad (vérifier après coup grâce à un traducteur ou un dictionnaire (linguee est bien meilleur pour ça) et améliorer ou corriger n'est pas prohibé, mais imaginez-vous la différence à l'oral entre une personne qui parle une langue un peu pauvre mais largement compréhensible et une personne qui prend son dictionnaire pour chaque mot, et du coup non seulement fait quelques erreurs de vocabulaire, mais en plus chie complètement la grammaire), laissez ça au vrais traducteurs. Repasser derrière ceux qui en sont capable est suffisamment pénible, avoir un texte de reverso donne juste envie de balancer le texte et son auteur dans la cheminée.


Et en plus de ça, on n'omet jamais, au grand JAMAIS, des passages. Une traduction, on l'a fait entière, ou alors on s'abstient. C'est pas pour rien qu'il y a un grade de traducteur, ça implique de bosser ses langues étrangères de son côté, et pour le texte à traduire de se l'approprier, d'aller vérifier s'il n'y a pas d'expressions idiomatiques, de termes d'argot, de références culturelles qu'un Français ne pourrait pas comprendre, etc. Un travail de traduction correct peut prendre plusieurs heures voire journées pour qui n'est pas très bon en langue. Si ça ne respecte pas ce que j'ai dit, c'est bâclé, et de toute façon la personne qui passera derrière pour corriger ira beaucoup plus vite si elle traduit elle-même, parce que se baser sur du travail bâclé, ça implique une perte de temps énorme doublée d'une envie d’éviscérer la personne qui a eu le culot de le présenter comme accompli.

________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.




Back to top
Visit poster’s website
Démaniaque
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 03 May 2015
Posts: 21
Localisation: Facile à trouver
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon

PostPosted: Wed 6 May 2015 - 02:04    Post subject: The Caul Reply with quote

Demain je m'y mets. Deux mois après...




 doublée d'une envie d’éviscérer la personne qui a eu le culot de le présenter comme accompli.
Toi aussi tu veux planter une dizaine de couteaux à branches dans les yeux des traducteurs de séries, ou de certains avec un niveau CE1? 
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 4,143
Localisation: Loin, avec le respect
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Wed 6 May 2015 - 21:43    Post subject: The Caul Reply with quote

Tripoda wrote:
J'ai la vague impression que son côté fictionnel est totalement assumé, ce qui est plus que problématique pour une pasta, mais après tout j'ai juste lu en diagonale. Toujours est-il que je me méfie pas mal de ce qui sort de la bouche de creepypasta.com, surtout quand on voit que Derpbutt ne corrige pas les fautes.


Je ne sais pas si la traduction apportera grand-chose de plus que de l'entraînement pour toi.
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.




Back to top
Visit poster’s website
Démaniaque
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 03 May 2015
Posts: 21
Localisation: Facile à trouver
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon

PostPosted: Wed 6 May 2015 - 21:45    Post subject: The Caul Reply with quote

Okay merci magnosa
Je vais m'attaquer à quelque chose de plus sérieux alors
Back to top
Teru-Sama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 29 Jul 2013
Posts: 55
Féminin Verseau (20jan-19fev)

PostPosted: Fri 19 Jun 2015 - 17:22    Post subject: The Caul Reply with quote

Petite question, y-a-t-il encore quelqu'un là-dessus ? J'ai tout lu et ça me donne bien envie de la traduire, je ne ferais rien si quelqu'un est déjà (encore) sur le coup.
________________
???
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Fri 19 Jun 2015 - 17:34    Post subject: The Caul Reply with quote

Je crois qu'elle est libre. Mais comme dit plus haut, je m'en méfie : ça a vite fait les traits d'une nouvelle.
________________

Back to top
Visit poster’s website
Teru-Sama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 29 Jul 2013
Posts: 55
Féminin Verseau (20jan-19fev)

PostPosted: Fri 19 Jun 2015 - 17:51    Post subject: The Caul Reply with quote

Pas faux. Je vais essayer de trouver quelque chose de mieux, mais sinon je reviendrais là-dessus, au risque de tout me faire invalider o/
________________
???
Back to top
Teru-Sama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 29 Jul 2013
Posts: 55
Féminin Verseau (20jan-19fev)

PostPosted: Sat 27 Jun 2015 - 14:00    Post subject: The Caul Reply with quote

Petit udpate, je laisse tomber ce projet pour des raisons bien précises : rien d'effrayant là-dedans. C'est juste l'histoire d'un garçon éloigné du village parce qu'on croyait qu'il était maudit mais en fait, ô surprise, non. Niveau trad', les phrases sont longues pour ne rien dire (c'est pas forcément un défaut, mais pour le genre Pasta c'est raté), l'action est inexistante et il y a vraiment beaucoup de longueurs qui font qu'on s'endort. Bref je suggère qu'on supprime ce thread puisque de toute évidence ça n'a rien d'une creepypasta. C'est certes une histoire intéressante mais pas pour ce site je pense...
________________
???
Back to top
Aridow
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 20 Mar 2015
Posts: 2,116
Localisation: Mitakihara
Masculin Verseau (20jan-19fev) 兔 Lapin

PostPosted: Sat 27 Jun 2015 - 17:58    Post subject: The Caul Reply with quote

Tu peux mettre la partie que tu as traduite, si tu l'as sauvegardée ?
________________

Signatures et avatar par Koto Inari/Inu Curry/ARiKEM

Back to top
Visit poster’s website
Teru-Sama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 29 Jul 2013
Posts: 55
Féminin Verseau (20jan-19fev)

PostPosted: Sat 27 Jun 2015 - 20:45    Post subject: The Caul Reply with quote

Bien sûr, la voici.


Il était né coiffé. C’était tout ce que nous savions, et c’est tout ce qu’il y a besoin de savoir. Cela s’apparentait à une immonde difformité, une couche supplémentaire de peau qui couvrait son visage à la naissance et le marquait clairement pour ce qu’il était. Je n’ai jamais retenu son prénom, je ne suis même pas sûr qu’il n’en ait jamais eu un. Pour nous, c’était simplement le garçon à la coiffe.


Dans certains lieux, c’était un symbole de chance. Les gens disaient que cela amènerait à une richesse prédestinée, ou à une très longue vie. Certaines coiffes étaient offertes aux marins pour les protéger de la noyade. C’étaient des dons de Dieu, disaient les étrangers.
Mais nous savions tous que c’était faux.


C’était tout simplement le symbole du démon. C’était le symbole d’une créature si hideuse que même Dieu à sa vue s’en couvrirait le visage. Ses yeux étaient allongés et hypnotiques, ils s’enfonçaient dans votre regard comme des aimants et vous gelaient sur place. Ils rodaient dans votre âme pour voir tous vos secrets et vous posséder. Son discours était faux mais alléchant, il demandait votre attention pour vous faire plier et vous contrôler. Son esprit était vif, il n’avait pas la sagesse d’un homme mais la ruse d’un renard, destinée à vous faire tomber dans son piège fatal. Des centaines d’hommes tels que lui sont venus au monde, et des centaines de fois ils ont usés de ces traits pour tuer et détruire la vie des innocents. Pour toutes ces raisons notre Dieu a choisi de le cacher loin de nous, et de le marquer à jamais comme mauvais.


Quand il naquit ils ont jurés qu’il aurait dû mourir. Le Pasteur l’avait exigé, appelant la ville à le pourchasser dans la forêt et l’enterrer vivant. Ceci, ont-ils dit, était le seul moyen disponible pour qu’il retourne en Enfer. Tous ont acquiescé, et cerné la maison de ses parents. Ils ont allumé des torches et crièrent pour avoir l’enfant, exigeant de le leur remettre. Ils scandaient encore et encore, hurlant pour son sang. Ils n’accepteraient jamais une telle créature dans leur village, et tueraient quiconque se mettrait en travers de leur chemin. Si besoin, ils n’hésiteraient pas à brûler la maison et enterrer ses cendres. La mère pleurait, mais savait que c’était mieux ainsi. Ils le savaient tous, et acceptèrent ce destin. Ce garçon devait mourir.
***
Pour moi l’histoire commença un chaud dimanche d’aout. La messe se terminait, et la plupart des familles du bourg se rassemblaient pour la fête du village. Les douzaines de maisons et de bâtiments du village formaient un cercle autour d’un large champ, séparant la forêt de l’endroit où nous étions. L'église avec son haut clocher était au bout de la rue, et la seule route était juste en face de celle-ci. Le long de la route trônaient les fermes et les scieries où les gens gagnaient leur vie.


Le jour en question était une célébration annuelle. Sa date n’était pas gravée dans le marbre, on avait juste besoin d’un temps clément et tout se déroulait toujours un dimanche quand les fraises étaient bonnes. Des tas et des tas de ces fruits étaient disposés au milieu du champ central et partagées avec quiconque arrivait.


J’avais onze ans à l’époque, et j’étais très pressé de célébrer cela. Je m’étais habillé de mon mieux, d’une veste marron et de pantalons assortis, et me promenait, pendu à la main de la mère. J’avais déjà un gros sac de baies accroché à ma ceinture, je les mangeais lentement de ma main libre. Le jus rouge coulait de mes mains et de mon visage, tandis que nous marchions parmi la foule. Je suppose qu’il n’y avait pas tant de personnes que ça, mais pour moi c’était un événement important. Je pensais que quiconque digne de ce nom viendrait.


Cependant, je remarquais bien vite quelque chose que je n’avais pas vu avant. Par hasard mon regard s’est porté vers une maison sur le bord du village. Je la connaissais bien, mais n’étais jamais entré dedans. C’était la seule située hors du cercle, à moitié consumée par la verdure de la forêt. Plusieurs fois la nuit j’ai entendu des cris et des gémissements venir de celle-ci, des cris que chaque enfant entend mais qu’aucun adulte ne veut admettre. Je n’avais jamais vu quelqu’un entrer ou sortir de cette maison des onze ans que j’étais en vie.


Aujourd’hui était différent. J’ai regardé la plus haute fenêtre de la maison. Elle était fermée par d’épais volets, mais une fissure dans l’un d’entre eux me permettait de voir à travers. J’y ai vu un visage que je n’avais jamais vu avant. Il semblait avoir le même âge que moi, avec un visage fin mais d’épais cheveux marrons foncé. Il regardait avec envie la célébration, d’un regard attristé qui trahissait un désir profond de quelque chose que vous voulez mais n’aurez jamais.


J’ai tapoté la main de ma mère. C’était une jolie femme, avec des cheveux châtain clair, des yeux bleus et un visage aimable, habitué à sourire.
« Maman, je demandais, qui est ce garçon ? »


Elle m’a regardé avec un sourire. « De qui parles-tu, John ? »


« Le petit garçon à la fenêtre juste là. » J’ai pointé la dite fenêtre.


Un regard mortifié traversa les yeux de ma mère, elle avait pâli.


« Ca… ça n’était personne. N’en parle plus. »


-Mais il y avait quelqu’un à l’intérieur ! Regarde… » J’ai regardé à nouveau, mais il n’y avait plus rien. « Oui, il était bien là. 


-Eh bien c’est fini, il est parti. Oublie-le.


-Mais j’en suis sûr…


-Non », répondit-elle fermement. « Tais-toi, je ne veux plus en entendre parler ! » A la fin elle était presque en train de crier, des gens se retournaient pour observer la scène. Gênée, elle prit ma main et me ramena à la maison, sous mes protestations, je voulais toujours assister à la fête et je me demandais sérieusement ce que j’avais fait de mal. Elle me traîna dans ma chambre.
Mon père était juste derrière elle. C’était sans doute l’homme le plus costaud du village, il était large d’épaules et très musclé. Son regard coléreux suffisait à terrifier n’importe qui, et surtout moi. Il m’attrapa par l’épaule et me pointa du doigt. « Ecoute, bonhomme », dit-il, « tu ferais mieux d’oublier ce que tu as vu. Qu’il y ait eu une personne ou non, oublie tout ça. Sors-le de ta tête. » Il est parti, claquant la porte derrière lui.


Pourtant, je ne pouvais sortir ce visage de mon esprit. Il était gravé en moi, blessant mes pensées. Dès que je fermais les yeux je le voyais. Mes parents m’affirmaient qu’il n’y avait rien là-dedans, m’ordonnant de rester loin. Parfois j’aurais souhaité les avoir écoutés, ou même pouvoir les écouter. Mais je savais que j’avais vu quelque chose. Je voulais, je devais savoir ce que c’était, à tout prix.


Cette nuit je suis discrètement sorti de ma chambre. J’avais essayé de m’endormir, mais il ne voulait pas sortir de mon esprit. Cette pensée me possédait, m’attirait dans l’ombre derrière la fenêtre et vers le garçon qui était ou n’était pas derrière. J’avais pris ma décision. Bien que j’avais consciemment décidé de ne pas y aller, mon inconscient me hurlait de m’y rendre, et après des heures de combats, je fini par céder.


J’ai ouvert la porte de ma chambre et passé ma tête, à l'écoute. Rien ne bougeait, et j’ai supposé que mes parents étaient endormis. Je me suis faufilé hors de la chambre, dans les escaliers et suis sorti par la porte d'entrée.


Une fois dehors je me suis mis à courir, c’était dangereux d’être dehors la nuit, et tout particulièrement près de la forêt. Les animaux sauvages rôdaient et pouvaient vous attaquer à tout moment, vous réduire en pièce sans que personne ne vienne à votre secours. Il y avait des rumeurs de créatures pires que des animaux, des choses que Dieu ne pouvait regarder en face, et dont on devait à tout prix rester loin. Cependant cette nuit, je devais ignorer tout cela.


Je suis sorti du cercle de maisons et me suis dirigé vers l’orée de la forêt.  Mon cœur battait de plus en plus vite tandis que je courais, conscient du danger dans lequel je me mettais. Les ombres d’arbres cachaient la lune, me laissant dans une pénombre peu rassurante. Les branches m’encerclaient comme des griffes, prêtes à m’attraper et me tirer vers elles. Chaque mouvement me donnait l’impression qu’une créature m’observait.


J’ai couru encore et encore jusqu’à atteindre la fameuse maison. J’ai levé la tête, et comme la dernière fois la fenêtre du haut était barricadée. Je devais trouver un moyen d’entrer.
J’ai regardé autour de moi. L’une des branches de l’arbre le plus proche tapait à la fenêtre, j’ai couru vers le tronc et sans hésiter j’ai grimpé. Je me suis faufilé le long des branches et ai regardé à travers le volet. A l’intérieur, un noir d’encre régnait. J’ai essayé de retirer le loquet de la fenêtre, mais il était mis de telle façon qu’il était impossible de le faire bouger. Je suis descendu de l’arbre, ai ramassé une pierre avant de remonter de plus belle.


Tout ce que je savais sur cette maison me disait que c’était mal de faire cela. J’avais vu la peur dans les yeux de ma mère, la colère dans ceux de mon père. La chambre elle-même semblait préférer que je parte. La pénombre à l’intérieur ne me disait rien de bon, et je n’étais pas sûr de vouloir savoir ce qu’elle cachait. Mes parents insistaient sur le fait que je n’avais vu personne, et je ne savais pas ce que ça voulait sous-entendre.


Cependant je savais que j’avais bel et bien vu quelque chose, je devais savoir ce que c’était réellement.  J’ai frappé la pierre contre le loquet, encore et encore, jusqu’à ce qu’il cède et que je puisse l’ouvrir. J’ai poussé les volets avant de découvrir qu’ils étaient en plus liés avec de la corde. J’ai défait les nœuds, les défaisant un par un tandis que les bouts de corde tombaient sur le sol. Je me suis arrêté un moment. C’était clair, quelqu’un voulait à tout prix garder ces volets fermés. Il devait avoir vraiment peur de ce qui se trouvait à l’intérieur. Je suis resté là, tremblant sur l’arbre, pendant ce qui me semblait être une éternité. Chaque parcelle de raison qui m’habitait me prévenaient de la mauvaise nature de cette action, mais l’envie pris le dessus. Je me retournais vers la forêt : y retourner me terrifiait encore plus que d’entrer dans cette maison. En définitive, je n’y résistais pas. J’ai poussé les volets qui se mirent à grincer. J’ai regardé à l’intérieur.
La noirceur de cet endroit était impénétrable. La seule source de lumière était un petit carré de lune  partiellement bloqué par ma tête. Le reste de la chambre était impossible à voir. Je déglutis avant d’entrer finalement à l’intérieur.


Je regrettai instantanément cette décision. Je suis tombé en entrant, sentant mon visage heurter les planches de bois poussiéreuses. La panique me saisit petit à petit, tandis que j’essayais de me remettre sur mes pieds avant de trébucher sur un objet dans la pénombre. Je me suis cogné contre un mur, avant de me ramasser encore une fois, étourdi.
J’ai alors compris qu’il y avait quelque chose d’autre avec moi dans la pièce. Je ne pouvais pas le voir et je ne savais pas le moins du monde ce que c’était. J’avais juste le sentiment qu’il était là, et qu’il me regardait. Même si je ne pouvais pas le voir, j’en avais peur, et tout à l’intérieur de moi me disait qu’il était dangereux. Je ne savais pas quoi, mais il y avait quelque chose de mauvais avec lui.


J’ai entendu des pas, des pas légers, difficiles à saisir. Mon souffle devenait irrégulier, et j’ai regardé autour de moi dans la pénombre, essayant d’identifier l’origine de ces pas. Cependant, je ne repérais aucun signe de qui, ou quoi, produisait ces pas. J’étais immobilisé par la peur.


« Tu n’aurais pas dû venir », dit soudain une voix. Elle était grave et sombre, avec une côté haineux qui n’était pourtant qu’un murmure.
Instantanément j’ai rampé vers la fenêtre. J’ai rapidement entendu les volets grincer, et un instant ils s’étaient refermés. J’étais laissé dans une pénombre totale.
J’ai fermé les yeux très fort, priant pour que l’on vienne me sauver. J’ai prié pour qu’on m’absolve de mes pêchés, et ai souhaité de toute mes forces que ce ne soit qu’un rêve.
Une lumière m’éblouit alors. Pendant une seconde elle m’aveugla, mais mes yeux s’accrochèrent à cette vue. Je constatai que c’était la flamme d’une bougie.
La lumière se concentra sur le contour d'un corps qui tenait fermement un club, soulevé dans les airs au-dessus de moi. Son visage était celui que je l'avais vu plus tôt, et il me méprisait. Je me recroquevillais, levant mes mains et regardant loin de lui.


« S’il te plaît ne me fais pas de mal ! » je protestais, « Je suis juste venu voir où tu étais ! »


« MENTEUR ! » dit-il. « C’est encore un piège ! Que voulais-tu faire pendant que je dormais ? Que ce serait-il passé si je ne t’avais pas surpris ? »


« Rien ! Je… Je le jure ! »


« Non ! Tu es un voleur et un meurtrier ! Tu étais là pour me tuer, mais je vais te tuer en premier ! » Il me frappa à l’estomac, j’ai gémis à l’impact.


« Non, pitié ! Je le jure, je suis un ami ! » ais-je crié désespérément.


Je gisais là, attendant que le club retombe. Je me demandais avec horreur s’il fendrait mon crâne du premier coup. Je gémissais mais rien ne venait. J’ai levé les yeux, le garçon levait toujours son club au-dessus de ma tête mais restait interloqué.


« Un ami ? » demanda-t-il. « Pourquoi ? »


« Je… Je ne sais pas. Je t’ai vu plus tôt et je me demandais où tu étais. » ais-je répondu.


Il a lentement baissé l’objet. Tandis que mes yeux s’accoutumaient à l’obscurité, j’ai vu que c’était le pied d’une chaise cassée. L’objet sur lequel j’avais trébuché était un petit lit d’enfant détruit.
« Tu es sûr que ce n’est pas un piège ? » a-t-il demandé.


« Pourquoi est-ce que je voudrais te piéger ? » Je me suis soudain souvenu du sac de fraises que j’avais gardé de la fête. J’en ai sorti une et lui ai tendue. « Tiens, prends-là ! » ais-je dit.


Il l’a attrapée et l’a observé curieusement. Soudain il s’est de nouveau mis sur la défensive : « Menteur ! C’est encore un piège ! » Il m’a jeté la fraise et a relevé son club.
« Non ! C’est vrai ! 
________________
???
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group