Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Au lit (Bedtime)

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Wed 23 Sep 2015 - 15:45    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

L’heure du coucher est un événement assez heureux pour les enfants en général. Pour moi c’était terrifiant. Pendant que certains enfants se plaignent d’être mis au lit avant la fin de leur film ou parce qu’ils jouent à leurs jeux vidéo, pour moi la nuit était quelque chose qui me faisait vraiment peur. Et quelque part, c’est toujours le cas, même aujourd’hui.

En tant que scientifique, je ne peux pas prouver que ce que j’ai vécu était objectivement vrai, mais je peux vous assurer que ce que j’ai ressenti c’était de la pure terreur. Une peur qui, heureusement, n’a plus jamais été égalée.
Je vais essayer de retranscrire, du mieux que je peux, ce que j’ai vécu. Faites ce que vous en voulez. J’ai juste besoin de sortir ça de mon esprit.

Je ne peux pas me rappeler exactement quand ça a commencé. Mais l’appréhension à m’endormir correspond au moment où j’ai eu ma propre chambre. J’avais 8 ans. Avant ça je partageais ma chambre avec mon grand frère. De façon assez compréhensive, surtout pour un garçon de 5 ans mon aîné, mon frère avait fini par demander une chambre pour lui tout seul. On m’avait donc transféré dans la chambre à l’arrière de la maison.
Elle était petite, étroite et étrangement longue. Assez large pour un lit et quelques armoires mais pas beaucoup plus.
Je ne pouvais pas me plaindre parce que, même à mon âge, je savais qu’on n’avait pas une très grande maison et j’avais pas vraiment de raison d’être déçu. Mes parents étaient attentionnés. Mon enfance était heureuse, du moins, pendant la journée.
Dans cette chambre il n’y avait qu’une seule fenêtre, verrouillée, dirigée vers notre jardin à l’arrière de la maison. Rien de très extraordinaire. Mais même pendant la journée la lumière qui se glissait dans ma chambre semblait presque hésitante.
Comme on avait donné un nouveau lit à mon frère, j’avais récupéré les lits superposés qu’on utilisait dans notre ancienne chambre. Même si j’étais triste de dormir seul, j’étais quand même très excité de pouvoir utiliser le lit du haut, ce qui était une super aventure pour moi.

Dès la première nuit j’ai eu un sentiment de malaise. J’étais allongé dans le lit du haut, observant les figurines et les petites voitures qui trainaient sur le tapis bleu-vert. Pendant que des batailles imaginaires et d’incroyables aventures prenaient place dans mon esprit j’avais l’impression que mes yeux étaient attirés par le lit du dessous, comme si quelque chose bougeait, quelque chose qui ne souhaitait pas être vu.

Le lit était vide, impeccablement fait avec sa couverture bleue nuit bien coincée sous le matelas et recouvrant partiellement deux oreillers blancs. Je n’y pensais plus trop à ce moment, j’étais un enfant, et le son de la télé que mes parents regardaient dans la pièce à côté me berçait dans un chaleureux et doux sentiment de sécurité et de bien-être.

Quand on se réveille à cause d’un mouvement ou d’un bruit, on met quelques temps à se rendre compte de ce qui se passe. La brume du sommeil reste suspendue aux paupières et aux oreilles, même lorsque l’on redevient lucide.
Quelque chose bougeait dans la chambre, il n’y avait aucun doute.
Au début je n’étais pas vraiment sûr de ce que c’était. Tout était sombre, mais il y avait assez de lumière qui se glissait depuis la fenêtre pour éclairer cette pièce pesante. Deux pensées sont alors apparues dans mon esprit : la première c’était que la maison était plongée dans le noir et le silence, donc mes parents étaient allés se coucher. La deuxième c’était le bruit, ce bruit qui m’avait apparemment réveillé.
Pendant que le brouillard du sommeil quittait mon cerveau engourdi, je commençais à reconnaître cette sonorité qui m’étais familière. Parfois ce sont les sons les plus simples qui sont les plus troublants, le vent froid qui souffle dans les branches d’un arbre, les bruits de pas d’un voisin qui semble un peu trop proches, ou, dans ce cas, le simple bruit de d’un drap qui se froisse dans la nuit.
On y était, c’était ça. Le bruit de quelqu’un qui tente de s’installer confortablement dans le lit du bas.
Je restais allongé, immobile, en espérant que le son ne provenait que de mon imagination, ou peut-être le chat qui avait trouvé un nouvel endroit pour dormir. Puis j’ai remarqué la porte, fermée, comme lorsque je me suis endormi. Je me suis dit que ma mère était venue me border, laissant rentrer l’animal à ce moment là.

Oui, ça devait être ça. J'ai retourné mon visage contre le mur. Fermant les yeux en espérant que j’allais me rendormir. Au moment où j’ai bougé, le bruit en dessous de moi a cessé. J’ai d’abord pensé que j’avais dérangé mon chat mais je me suis vite rendu compte que mon « visiteur » était beaucoup moins banal que mon animal de compagnie, et beaucoup plus sinistre.
Comme s’il avait été alerté et dérangé par ma présence, le dormeur du lit du bas a commencé à se retourner violemment dans le lit, comme un enfant en colère. J’entendais les draps qui se froissaient et qui se retournaient avec une férocité croissante. C’est à ce moment que la peur s’est emparée de moi. Pas comme le malaise que j’avais ressenti plus tôt, non, c’était une terreur puissante. Je sentais mon sang battre dans mes tempes et mes yeux paniqués scrutaient l’ombre impénétrable de ma chambre.
J’ai hurlé.

Comme, j’imagine, ce que font la plupart des enfants, j’ai appelé ma mère. J’ai entendu du bruit à l’autre bout de la maison et j’ai émis un soupir de soulagement en espérant qu’ils allaient me sauver rapidement. C’est à ce moment là que les lits superposés se sont mis à vibrer comme s’il y avait un tremblement de terre, tapant contre le mur. Je pouvais entendre les draps se tordre. Je ne voulais pas sauter de mon lit, j’avais trop peur que la chose du lit du dessous ne m’attrape pour m’attirer dans les ténèbres. Alors je restais là, à attendre ce qui semblait être une éternité, me réfugiant sous mes draps, comme s’ils pouvaient m’être d’aucune protection. La porte a enfin et heureusement fini par s’ouvrir. Et la lumière du couloir de dévoiler un lit de dessous vide et fait.
J’ai pleuré et ma mère m’a consolé. Des larmes de terreur suivies d’un immense soulagement. Mais malgré cela je ne lui pas dit ce qui m’avait fait crier. Je ne peux pas vraiment l’expliquer mais j’avais l’impression que cette chose reviendrait si je me mettais à en parler. Je ne sais pas si c’est vrai mais je sentais cette menace invisible m’épier et m’écouter dans l’ombre. Ma mère s’est allongée dans le lit vide en me promettant qu’elle dormirait là. Mon inquiétude avait diminuée et j’ai réussi à m’endormir mais la nuit était longue et je n’arrêtais pas de sursauter à chaque bruit de drap.

Je me souviens que le lendemain je voulais aller partout, être partout, sauf dans cette chambre pesante. C’était un samedi et je jouais dehors, heureux, avec mes amis. Même si la maison n’était pas grande on avait la chance d’avoir un jardin assez long avec une belle pelouse à l’arrière. On y jouait souvent, et lorsqu’il n’était pas très bien coupé on se cachait dans les buissons, ou on montait dans le grand sycomore qui surplombait le jardin, on pouvait facilement s’imaginer plein d’aventures dans des contrées exotiques.

On s’amusait beaucoup mais je ne pouvais pas m’empêcher de regarder cette petite fenêtre qui donnait sur ma chambre, elle était ordinaire, simple et totalement inoffensive. Mais pour moi c’était une frontière vers un monde effrayant, étrange et froid. Dehors le gazon vert du jardin et les visages souriant de mes amis ne pouvaient m’ôter le sentiment de malaise que je ressentais au fond de mon ventre, qui me donnait la chair de poule. Le sentiment que quelque chose, dans cette pièce, me regardait jouer, attendait la nuit, quand je serai seul. Une créature emplie de haine.

Ça peut vous paraître étrange mais quand mes parents m’ont ordonné d’aller dormir dans ma chambre, je n’ai rien dit. Je n’ai pas protesté, je n’ai même pas essayé d’inventer une excuse pour ne pas dormir là bas. Je suis juste allé dans ma chambre, solennellement, j’ai grimpé les quelques marches jusqu’au lit du haut, et j’ai attendu. Si ça m’était arrivé aujourd’hui j’aurais parlé à tout le monde de mon expérience mais à cet âge je trouvais juste ça bête de raconter quelque chose pour lequel je n’avais aucune preuve. On ne m’aurait pas cru, ça c’était ma raison principale, mais j’avais aussi et surtout l’impression que la chose serait en colère si je parlais d’elle.

C’est marrant de voir à quel point certains mots peuvent disparaître de votre esprit, aussi évidents et flagrants qu’ils sont. Un mot m’est revenu cette nuit là, alors que j’étais allongé, seul. J’ai senti un changement d’atmosphère, comme si l’air avait été remplacé par quelque chose de pourri. Au moment où j’ai entendu les premiers bruits de torsions des draps mon cœur s’est mis à tambouriner dans ma poitrine : il y avait de nouveau quelqu’un dans le lit du dessous.
Et puis un mot, un mot qui avait disparu de mon cerveau, que ma conscience avait banni, s’est libéré, a passé les filtres mis en place dans ma tête, s’est battu pour réapparaître dans mon esprit et est enfin revenu à la surface.
« Fantôme ».
Au moment où j’ai formulé ce mot dans mes pensées, mon visiteur importun a cessé de bouger. Les draps ne faisaient plus de bruit et ne bougeaient plus, mais quelque chose d’encore plus hideux a commencé. Une lente et grinçante respiration s’échappait du lit du dessous. Je pouvais imaginer sa poitrine monter et descendre, accompagnant les sifflements aigus de son souffle. Je tremblais, priant par dessus tout qu’il me laisserait tranquille après ça. La maison était totalement figée, comme la veille, comme plongée dans les ténèbres et un seul son brisait le silence de ma chambre : la vicieuse respiration de mon invisible copain de lit. J’étais au fond du mien, terrifié, je voulais juste qu’il me laisse tranquille.
Qu’est ce qu’il me voulait?
Je me suis alors rendu compte de quelque chose : quand il se jetait dans le lit en grognant et se tapant partout c’était violent, pulsionnel, presque animal. Ce moment, en revanche, était calculé, intentionnel, il avait une idée derrière la tête. Puis cette chose qui était là, allongé dans le noir, cette chose qui effrayait volontairement le jeune garçon que j’étais, s’est assise calmement. Sa respiration sifflante était devenue de plus en plus forte. Il n’y avait plus que quelques planches de bois et un matelas qui me séparait de son souffle juste en dessous de moi. J’étais allongé, les yeux remplis de larmes. Une peur que peu de mots ne peuvent réellement décrire. Je ne pensais pas qu’il était possible d’être encore plus effrayé que ça mais j’avais tellement tort. J’imaginais cette chose, assise juste en dessous de moi, dans le noir, espérant que je bouge. Puis l’imagination tourna à la terreur, lorsqu’il a commencé à toucher les lattes de mon lit. Il semblait les caresser soigneusement, laissant courir – enfin ce que j’imaginais être- ces doigts sur la surfaces du bois.
Puis, avec une force inouïe, il les a enfoncé rageusement, dans le matelas. J’ai laissé poussé un cri. Il a alors recommencé à bouger le lit violemment, comme la veille, le faisant trembler contre le mur. Des flocons de peinture tombaient sur ma couverture à cause des chocs répétés du cadre du lit contre le mur.
Puis de nouveau, la lumière s’est allumé, et ma mère prenant soin de moi, comme elle le faisait toujours, avec un câlin et des mots doux pour calmer ma crise. Elle m’a évidemment demandé ce qu’il s’était passé. Je ne pouvais pas expliquer, je n’osais pas raconter ce que je venais de vivre. Alors j’ai répété ce mot encore et encore.
Cauchemar.

Et ça a continué pendant des semaines, si ce n’est des mois. Nuits après nuits je me réveillais au son des draps. À chaque fois que je criais la chose se faisait vibrer le lit, le balançait violemment, jusqu’à l’arrivée de ma mère qui passait le reste de la nuit avec moi dans le lit du dessous. Ignorant quelle force sinistre torturait son fils. Pendant un moment j’ai fait semblant d’être malade (ou d’autres excuses bidons dans le même style) pour pouvoir dormir avec mes parents, mais j’étais bloqué dans la chambre maudite beaucoup plus souvent que je ne l’aurais voulu. Cette pièce où la lumière ne semblait pas « normale », coincé avec cette chose.
Au bout d’un moment j’ai compris qu’il ne pouvait pas me faire du mal lorsque ma mère était là, c’était probablement pareil pour mon père mais lui, c’était impossible de réveiller. Et puis avec le temps j’ai commencé à m’habituer à cette présence.
Ne prenez pas ça pour de l’amitié ! Je haïssais cette chose. Encore aujourd’hui en y repensant et en commençant à comprendre ces sentiments (si on peut appeler ça comme ça) contradictoires pour moi, d’une part une indicible haine et de l’autre une certaine envie, un désir, elle me fait toujours terriblement peur.

Mes pires craintes se sont réalisées pendant l’hiver. Les journées devenaient de plus en plus courte et les nuits de plus en plus longues. Et puis on a eu des problèmes familiaux. Ma grand mère était malade et ça allait encore plus mal depuis la mort de mon grand père. C’était une femme incroyable et vraiment gentille. Ma mère tenait à ce qu’elle reste le plus longtemps possible chez elle mais Alzheimer est une maladie cruelle et dégénérative, supprimant de sa mémoire les personnes qu’elle avait connues et aimées, petit à petit. Rapidement, elle n’était plus capable de nous reconnaître et il était évident qu’il fallait qu’elle aille vivre dans une maison de retraite médicalisée rapidement.

Avant qu’elle ne puisse emménager là bas elle a eu quelques nuits difficiles seule dans sa maison alors ma mère a décidé de rester avec elle. J’aimais beaucoup ma grand-mère et j’ai été très affecté par sa maladie mais je me sens encore coupable d’avoir d’abord pensé qu’à cause d’elle je devrais affronter mon visiteur seul, la présence de ma mère étant mon seul bouclier contre cette chose et la terreur dans laquelle elle pouvait me faire sombrer.
A la fin des cours j’ai couru jusqu’à chez moi et j’ai retiré les draps, le matelas et les oreillers du lit du bas. J’ai enlevé les lattes et je les ai remplacé par un vieux bureau, une commode et quelques chaises qu’on avait gardé dans un vieux placards. J’ai dit à mon père que je voulais faire un vrai bureau comme les grands ce qu’il a trouvé adorable. Mais je ne pouvais pas laisser cette chose dormir avec moi une nuit de plus.
A la tombée de la nuit, je me suis allongé dans mon lit en haut, sachant que ma mère ne serait pas là pour venir me sauver. Je ne savais pas quoi faire alors avant d’aller me coucher je suis allée fouiller dans sa boîte à bijoux et j’ai récupéré un vieux crucifix. Ma famille n’est pas très religieuse, mais moi, à cet âge, je croyais encore en Dieu et j’espérais, en quelque sorte, que cet objet me protégerait.
Angoissé et anxieux je serrai le crucifix de toutes mes forces sous mon oreiller. J’ai fini par m’endormir. Je souhaitais tellement m’endormir tranquillement pour me réveiller demain matin, après une bonne nuit de sommeil, mais ce qui s’est passé cette nuit là restera gravé dans ma mémoire comme la nuit la plus horrible de ma vie.

Je me suis réveillé lentement. La chambre était dans le noir. Alors que ma vision s’habituait j’examinais l’état de ma chambre. La fenêtre, les murs, quelques jouets sur mon étagère et… Encore aujourd’hui je frissonne en y repensant. Il n’y avait aucun bruit. Aucun son de drap que l’on tord. Aucun mouvement. La chambre était totalement figée dans la nuit. Figée mais pas vide.
Le chose, cette créature sifflante et remplie de haine qui m’avait terrorisé nuit après nuit n’était pas dans le lit du dessous. Il était dans mon lit !

J’ai ouvert la bouche pour crier mais rien n’est sorti. La terreur m’avait rendu complètement aphone. J’étais allongé, sans vie. Si je ne pouvais pas crier je ne devais pas lui laisser comprendre que j’étais réveillé. Je ne l’avais pas encore vu, je pouvais le sentir. Il était sous ma couverture. Je voyais la délimitation de son… corps sous les draps, il écrasait ma poitrine à moitié, mais je n’arrivais pas à le regarder. Je n’oublierai jamais cette image. Quand je dis que des heures se sont passées je n’exagère pas. J’étais allongé, là, sans bouger. Un petit garçon terrorisé.

Si on avait été en été ça aurait fait un moment que la lumière du jour aurait pointée le bout de son nez, mais là, au milieu de l’hiver, je savais que je devrais attendre des heures avant le lever du soleil.
J’étais un garçon timide par nature mais j’étais arrivé à un point où je ne pouvais plus attendre, je ne pouvais pas survivre plus longtemps dans ce lit, collé à cette chose !
La peur peut parfois vous porter, vous transformer en héros : je devais sortir de ce lit. Puis je me suis rappelé, le crucifix ! Ma main était encore sous l’oreiller mais elle était vide ! J’ai essayé de tourner le poignet, le plus lentement et silencieusement possible mais impossible de le trouver. Soit je l’avais fait tomber du lit soit… Je ne pouvais même pas imaginer qu’il me l’aie pris. Sans le crucifix j’avais perdu tout espoir. Même à cet âge on comprend le concept de mort et je savais que j’allais mourir dans ce lit si je restais passif, allongé ne faisant rien. Je devais partir de la pièce : mais comment ? Est ce que je devais brusquement sauter hors du lit en priant pour arriver jusqu’à la porte ? Et s’il était plus rapide que moi ? Ou devais-je lentement me glisser de sous le drap en n’espérant ne pas déranger mon ignoble copain de lit ?

Réalisant qu’il n’avait pas remué même quand j’ai bougé pour trouver le crucifix j’ai commencé à avoir des pensées étranges.
Et s’il dormait ?
Il n’avait pas « respiré » depuis mon réveil. Peut-être qu’il se reposait en pensant m’avoir. Que j’étais enfin sous son emprise. Ou peut-être qu’il jouait avec moi, après tout ce qu’il m’a fait endurer pendant ces nuits, il m’avait avec lui dans le lit, sans ma mère pour me protéger, peut-être qu’il savourait le moment, qu’il savourait sa victoire, comme un animal sauvage qui joue avec sa proie.

J’essayais de respirer le plus doucement que je pouvais et rassembler le peu de courage que j’avais. Puis, lentement, avec ma main libre je soulevais le drap au dessus de moi, mais j'ai frôlé quelque chose. Quelque chose de froid et de moux, quelque chose qui ressemblait trop à une main décharné. Je retenais ma respiration, terrorisé. Maintenant il devait savoir que j’étais réveillé.
Rien.
Il ne bougeait pas, il semblait… mort.
Après un petit moment j’ai déplacé ma main soigneusement le long des draps et j’ai senti un tout petit avant bras, très mince qui se tenait à la couverture. Par curiosité j’ai remonté ma main le long de ce membre pour toucher un biceps immense. Le bras était tendu en travers de mon torse et sa main sur mon épaule gauche, comme s’il m’avait pris dans ses bras en dormant. J’ai compris que je devrais bouger ces membres cadavériques pour m’en sortir.

Pour je ne sais quelle raison, la sensation de ce bras déchiré et en loque sur mon épaule m’a fait perdre la trace de mes pensées, la peur avait de nouveau pris le dessus alors que je décrochais ce membre de mon torse, dégouté en touchant cette peau poisseuse.
Je ne voulais pas toucher son visage, même si, encore aujourd’hui, je me demande de quoi il avait l’air.

Mon dieu, ça avait bougé. C’était presque imperceptible mais la force de son étreinte contre mon épaule a changé. Je n’ai versé aucune larme, mais mon Dieu qu’est ce que j’avais envie de pleurer.

Tandis que je décrochais son bras et sa main de moi, ma jambe droite a frôlé le mur frais contre lequel le lit était collé. Tout ceci se passait dans ma chambre, c'était inconcevable. Et c'est là que j'ai compris que cette chose répugnante qui prenait un malin plaisir à violer la chambre d'un petit garçon n'était pas totalement sur moi. Elle était à moitié collée au mur, comme une araignée à son fil.
Soudain sa prise est passée d'une faible contraction à une très forte compression. Il s'accrochait à mes vêtements comme s'il avait senti que j'essayais de partir et que l'opportunité de m'attraper ne reviendrait plus. Ces membres étaient minces mais la chose était forte. J'ai compris que le parasaite essayait de m'attirer vers le mur ! Je me battais pour ma vie, j'ai crié, la voix m'était revenue, mais personne n'est arrivé pour me sauver.
J'ai alors compris pourquoi la chose s'était réveillé maintenant : le soleil allait se lever. Depuis ma fenêtre, cette fenêtre que je détestais, qui représentais toute la peur que me procurait cette chambre j'ai vu : les premiers rayons de lumière. Il hurlait, sifflait, crachait. Je ne me souviens de rien visuellement, juste son souffle glacé contre mon cou. Le soleil se levait dans la petite chambre suffocante qui se retrouvait peu à peu baignée dans la lumière. Je me suis évanoui alors que les doigts décharnés et froids de cette chose se pressaient contre me cou.

Lorsque j'ai rouvert les yeux mon père me proposait d'aller prendre le petit déjeuner. J'avais survécu à la pire nuit de ma vie, l'expérience la plus horrible que je n'ai jamais vécu.
Le lendemain j'ai déplacé le lit loin du mur pour stopper ce monstre de continuer à venir la nuit. Les semaines sont passées sans aucun incidence à part une nuit glacée où je me suis réveillée, là où mon lit était anciennement j'entendais un bruit de respiration rauque qui venait de derrière le mur, puis des vibrations violentes. Tout ça a disparu au bout d'un moment.

Je n'ai parlé de cette histoire à personne jusqu'à aujourd'hui. Je continue à me réveiller en sursaut au son des draps qui se froissent dans la nuit, ou d'une respiration un peu forte à cause d'un rhume, et je ne dormirai jamais plus avec mon lit contre le mur. Vous pouvez appeler ça de la superstition si vous voulez, et puis comme je l'ai dit je ne peux pas réfuter des théories comme la paralysie du sommeil ou des hallucinations ou même une très grande imagination. La seule chose que je peux dire c'est que l'année d'après j'ai déménagé ma chambre dans une pièce plus grande à l'autre bout de la maison et mes parents ont pris ma chambre bizarrement étroite et longue. Ils ont dit qu'ils n'avaient pas besoin d'une grande chambre, juste de quoi mettre leur lit et quelques affaires.

Lien de l'originale - http://creepypasta.wikia.com/wiki/Bedtime
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.


Last edited by Treize on Thu 1 Oct 2015 - 17:10; edited 18 times in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 23 Sep 2015 - 15:45    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
RedRaven
Guest

Offline




PostPosted: Wed 23 Sep 2015 - 15:54    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Lien de l'originale ?
Back to top
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Mon 28 Sep 2015 - 18:09    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Voilà je sais qu'il est long mais il est vachement prenant et rapide à lire. donc j'attends vos conseils et vos critiques Daniel
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,608
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Mon 28 Sep 2015 - 22:14    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Cohérence de l'histoire : Ok.


Cohérence des actions des personnages : "Si ça m’était arrivé aujourd’hui j’aurais parlé à tout le monde de mon expérience mais à cet âge je trouvais juste ça bête de raconter quelque chose pour lequel je n’avais aucune preuve." Le contraire serait plus logique.


Moyen de transmission : Récit, ok.


Sentiments éveillés : De l'ennui, j'ai eu du mal à accrocher.


Lisibilité : Bonne.


Style : Quelques phrases tournées bizarrement, surtout au début.


Intérêt : J'ai trouvé l'histoire assez plate, mais je n'ai pas vraiment d’arguments pour m'opposer à la publication de cette pasta, donc un petit pour.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
RedRaven
Guest

Offline




PostPosted: Thu 1 Oct 2015 - 13:26    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Bonne.
Bonne.
Un peu de stress quand il parle du moment où la créature était avec lui.
Ok.
Bon.
Bonne.
J'ai bien aimé, et puis c'est bien raconté.

Je suis pour.
Back to top
Syringe
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 20 Sep 2015
Posts: 9
Féminin

PostPosted: Fri 2 Oct 2015 - 16:13    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Bonjour, je retente ma chance au niveau des corrections Smile


L'heure du coucher est un événement assez heureux pour les enfants, en général. Pour moi, c’était terrifiant. Pendant que certains enfants se plaignent d’être mis au lit avant la fin de leur film, ou parce qu’ils jouaient à leurs jeux vidéo, pour moi la nuit était quelque chose qui me faisait vraiment peur. Et quelque part, c'est toujours le cas, même aujourd’hui.

En tant que scientifique, je ne peux pas prouver que ce que j’ai vécu était objectivement vrai, mais je peux vous assurer que ce que j’ai ressenti c’était de la pure terreur. Une peur qui, heureusement, n’a plus jamais été égalée.
Je vais essayer de retranscrire du mieux que je peux ce que j’ai vécu. Faites-en ce que vous voulez. J’ai juste besoin de sortir ça de mon esprit.

Je ne peux pas me rappeler exactement quand ça a commencé. Mais l’appréhension à m’endormir correspond au moment où j’ai eu ma propre chambre. J’avais 8 ans. Avant ça, je partageais ma chambre avec mon grand frère. De façon assez compréhensive, surtout pour un garçon de 5 ans mon aîné, mon frère avait fini par demander une chambre pour lui tout seul. On m’avait donc transféré dans la chambre à l’arrière de la maison.

Elle était petite, étroite, et étrangement longue. Assez large pour un lit et quelques armoires, mais pas beaucoup plus. Je ne pouvais pas me plaindre parce que, même à mon âge, je savais qu’on n’avait pas une très grande maison et je n'avais pas vraiment de raison d’être déçu. Mes parents étaient attentionnés. Mon enfance était heureuse, du moins, pendant la journée.

Dans cette chambre, il n’y avait qu’une seule fenêtre, verrouillée, dirigée vers notre jardin à l’arrière de la maison. Rien de très extraordinaire. Mais même pendant la journée, la lumière qui se glissait dans ma chambre semblait presque hésitante.

Comme on avait donné un nouveau lit à mon frère, j’avais récupéré les lits superposés qu’on utilisait dans notre ancienne chambre. Même si j’étais triste de dormir seul, j’étais quand même très excité de pouvoir utiliser le lit du haut, ce qui était une super aventure pour moi.

Dès la première nuit, j’ai eu un sentiment de malaise. J’étais allongé dans le lit du haut, observant les figurines et les petites voitures qui traînaient sur le tapis bleu-vert. Pendant que des batailles imaginaires et d’incroyables aventures prenaient place dans mon esprit, j’avais l’impression que mes yeux étaient attirés par le lit du dessous, comme si quelque chose bougeait, quelque chose qui ne souhaitait pas être vu.

Le lit était vide, impeccablement fait avec sa couverture bleu nuit bien coincée sous le matelas et recouvrant partiellement deux oreillers blancs. Je n’y pensais plus trop à ce moment, j’étais un enfant, et le son de la télé que mes parents regardaient dans la pièce à côté me berçait dans un chaleureux et doux sentiment de sécurité et de bien-être.

Quand on se réveille à cause d’un mouvement ou d’un bruit, on met quelques temps à se rendre compte de ce qu'il se passe. La brume du sommeil reste suspendue aux paupières et aux oreilles, même lorsque l’on redevient lucide.

Quelque chose bougeait dans la chambre, il n’y avait aucun doute.

Au début, je n’étais pas vraiment sûr de ce que c’était. Tout était sombre, mais il y avait assez de lumière qui se glissait depuis la fenêtre pour éclairer cette pièce pesante. Deux pensées sont alors apparues dans mon esprit : la première c’était que la maison était plongée dans le noir et le silence, donc mes parents étaient allés se coucher. La deuxième c’était le bruit, ce bruit qui m’avait apparemment réveillé.

Pendant que le brouillard du sommeil quittait mon cerveau engourdi, je commençais à reconnaître cette sonorité qui m’était familière. Parfois ce sont les sons les plus simples qui sont les plus troublants : le vent froid qui souffle dans les branches d’un arbre, les bruits de pas d’un voisin qui semblent un peu trop proches, ou, dans ce cas, le simple bruit d’un drap qui se froisse dans la nuit.

On y était, c’était ça. Le bruit de quelqu’un qui tentait de s’installer confortablement dans le lit du bas. Je restais allongé, immobile, en espérant que le son ne provenait que de mon imagination, ou peut-être du chat qui avait trouvé un nouvel endroit pour dormir. Puis j’ai remarqué la porte, fermée, comme lorsque je m'étais endormi. Je me suis dit que ma mère était venue me border, laissant rentrer l’animal à ce moment-là.

Oui, ça devait être ça. J'ai retourné mon visage contre le mur. Fermant les yeux, en espérant que j’allais me rendormir. Au moment où j’ai bougé, le bruit en-dessous de moi a cessé. J’ai d’abord pensé que j’avais dérangé mon chat, mais je me suis vite rendu compte que mon « visiteur » était beaucoup moins banal que mon animal de compagnie, et beaucoup plus sinistre.

Comme s’il avait été alerté et dérangé par ma présence, le dormeur du lit du bas a commencé à se retourner violemment dans le lit, comme un enfant en colère. J’entendais les draps qui se froissaient et qui se retournaient avec une férocité croissante. C’est à ce moment que la peur s’est emparée de moi. Pas comme le malaise que j’avais ressenti plus tôt, non, c’était une terreur puissante. Je sentais mon sang battre dans mes tempes et mes yeux paniqués scrutaient l’ombre impénétrable de ma chambre.

J’ai hurlé.

Comme - j’imagine - ce que fait la plupart des enfants, j’ai appelé ma mère. J’ai entendu du bruit à l’autre bout de la maison et j’ai émis un soupir de soulagement en espérant qu’ils allaient me sauver rapidement. C’est à ce moment-là que les lits superposés se sont mis à vibrer comme s’il y avait un tremblement de terre, tapant contre le mur. Je pouvais entendre les draps se tordre. Je ne voulais pas sauter de mon lit, j’avais trop peur que la chose du lit du dessous ne m’attrape pour m’attirer dans les ténèbres. Alors je suis resté là, à attendre ce qui semblait être une éternité, me réfugiant sous mes draps, comme s’ils pouvaient m’être d’aucune protection. La porte a enfin et heureusement fini par s’ouvrir. Et la lumière du couloir a dévoilé le lit du dessous, vide et fait.

J’ai pleuré et ma mère m’a consolé. Des larmes de terreur suivies d’un immense soulagement. Mais malgré cela, je ne lui ai pas dit ce qui m’avait fait crier. Je ne peux pas vraiment l’expliquer, mais j’avais l’impression que cette chose reviendrait si je me mettais à en parler. Je ne sais pas si c’était vrai, mais je sentais cette menace invisible m’épier et m’écouter dans l’ombre.

Ma mère s’est allongée dans le lit vide, en me promettant qu’elle dormirait là. Mon inquiétude avait diminué et j’ai réussi à m’endormir. Mais la nuit a été longue, et je n’ai pas arrêté de sursauter à chaque bruit de drap.

Je me souviens que le lendemain je voulais aller partout, être partout, sauf dans cette chambre pesante. C’était un samedi et je jouais dehors, heureux, avec mes amis. Même si la maison n’était pas grande, on avait la chance d’avoir un jardin assez long avec une belle pelouse à l’arrière. On y jouait souvent, et lorsqu’ils n’étaient pas très bien coupés, on se cachait dans les buissons, ou on montait dans le grand sycomore qui surplombait le jardin. On pouvait facilement s’imaginer plein d’aventures dans des contrées exotiques.

On s’amusait beaucoup, mais je ne pouvais pas m’empêcher de regarder cette petite fenêtre qui donnait sur ma chambre. Elle était ordinaire, simple et totalement inoffensive. Mais pour moi, c’était une frontière vers un monde effrayant, étrange et froid. Dehors le gazon vert du jardin et les visages souriants de mes amis ne pouvaient m’ôter le sentiment de malaise que je ressentais au fond de mon ventre, qui me donnait la chair de poule. Le sentiment que quelque chose, dans cette pièce, me regardait jouer, attendait la nuit, quand je serai seul. Une créature emplie de haine.

Ça peut vous paraître étrange, mais quand mes parents m’ont ordonné d’aller dormir dans ma chambre, je n’ai rien dit. Je n’ai pas protesté, je n’ai même pas essayé d’inventer une excuse pour ne pas dormir là-bas. Je suis juste allé dans ma chambre, solennellement. J’ai grimpé les quelques marches jusqu’au lit du haut, et j’ai attendu.

Si ça m’était arrivé aujourd’hui, j’aurais parlé à tout le monde de mon expérience, mais à cet âge je trouvais juste ça bête de raconter quelque chose pour lequel je n’avais aucune preuve. On ne m’aurait pas cru, ça c’était ma raison principale, mais j’avais aussi et surtout l’impression que la chose serait en colère si je parlais d’elle.

C’est marrant de voir à quel point certains mots peuvent disparaître de votre esprit, aussi évidents et flagrants qu’ils sont. Un mot m’est revenu cette nuit-là, alors que j’étais allongé, seul. J’ai senti un changement d’atmosphère, comme si l’air avait été remplacé par quelque chose de pourri.

Au moment où j’ai entendu les premiers bruits de torsion des draps, mon cœur s’est mis à tambouriner dans ma poitrine : il y avait de nouveau quelqu’un dans le lit du dessous. Et puis un mot, un mot qui avait disparu de mon cerveau, que ma conscience avait banni, s’est libéré, a passé les filtres mis en place dans ma tête, s’est battu pour réapparaître dans mon esprit et est enfin revenu à la surface.

« Fantôme. »

Au moment où j’ai formulé ce mot dans mes pensées, mon visiteur importun a cessé de bouger. Les draps ne faisaient plus de bruit et ne bougeaient plus, mais quelque chose d’encore plus hideux a commencé. Une lente et grinçante respiration s’échappait du lit du dessous. Je pouvais imaginer sa poitrine monter et descendre, accompagnant les sifflements aigus de son souffle. Je tremblais, priant par-dessus tout qu’il me laisserait tranquille après ça.

La maison était totalement figée, comme la veille, comme plongée dans les ténèbres et un seul son brisait le silence de ma chambre : la vicieuse respiration de mon invisible copain de lit. J’étais au fond du mien, terrifié, je voulais juste qu’il me laisse tranquille.

Qu’est-ce qu’il me voulait ?

Je me suis alors rendu compte de quelque chose : quand il se jetait dans le lit en grognant et se tapant partout c’était violent, pulsionnel, presque animal. Ce moment, en revanche, était calculé, intentionnel, il avait une idée derrière la tête. Puis cette chose qui était là, allongée dans le noir, cette chose qui effrayait volontairement le jeune garçon que j’étais, s’est assise calmement. Sa respiration sifflante était devenue de plus en plus forte. Il n’y avait plus que quelques planches de bois et un matelas qui me séparaient de son souffle juste en-dessous de moi.

J’étais allongé, les yeux remplis de larmes. Une peur que peu de mots peuvent réellement décrire. Je ne pensais pas qu’il était possible d’être encore plus effrayé que ça, mais j’avais tellement tort. J’imaginais cette chose, assise juste en-dessous de moi, dans le noir, espérant que je bouge. Puis l’imagination a tourné à la terreur, lorsqu’il a commencé à toucher les lattes de mon lit. Il semblait les caresser soigneusement, laissant courir ce que j’imaginais être ses doigts sur la surface du bois.

Puis, avec une force inouïe, il les a enfoncés rageusement dans le matelas. J’ai laissé s'échapper un cri. Il a alors recommencé à bouger le lit violemment, comme la veille, le faisant trembler contre le mur. Des flocons de peinture tombaient sur ma couverture à cause des chocs répétés du cadre du lit contre le mur.

Puis de nouveau, la lumière s’est allumée, et ma mère a pris soin de moi, comme elle le faisait toujours, avec un câlin et des mots doux pour calmer ma crise. Elle m’a évidemment demandé ce qu’il s’était passé. Je ne pouvais pas expliquer, je n’osais pas raconter ce que je venais de vivre. Alors j’ai répété ce mot, encore et encore.

Cauchemar.

Et ça a continué pendant des semaines, si ce n’est des mois. Nuit après nuit, je me réveillais au son des draps. À chaque fois que je criais, la chose faisait vibrer le lit, le balançait violemment, jusqu’à l’arrivée de ma mère qui passait le reste de la nuit avec moi, dans le lit du dessous, ignorant quelle force sinistre torturait son fils. Pendant un moment, j’ai fait semblant d’être malade (ou d’autres excuses bidons dans le même style) pour pouvoir dormir avec mes parents, mais j’étais bloqué dans la chambre maudite beaucoup plus souvent que je ne l’aurais voulu. Cette pièce où la lumière ne semblait pas « normale », coincé avec cette chose.

Au bout d’un moment, j’ai compris qu’il ne pouvait pas me faire de mal lorsque ma mère était là, c’était probablement pareil pour mon père, mais lui, c’était impossible de le réveiller. Et puis, avec le temps, j’ai commencé à m’habituer à cette présence.

Ne prenez pas ça pour de l’amitié ! Je haïssais cette chose. Encore aujourd’hui, en y repensant et en commençant à comprendre ces sentiments (si on peut appeler ça comme ça) contradictoires pour moi : d’une part une indicible haine et de l’autre une certaine envie, un désir ; elle me fait toujours terriblement peur.

Mes pires craintes se sont réalisées pendant l’hiver. Les journées devenaient de plus en plus courtes et les nuits de plus en plus longues. Et puis, on a eu des problèmes familiaux. Ma grand-mère était malade et ça allait encore plus mal depuis la mort de mon grand-père. C’était une femme incroyable et vraiment gentille. Ma mère tenait à ce qu’elle reste le plus longtemps possible chez elle, mais l'Alzheimer est une maladie cruelle et dégénérative, supprimant de sa mémoire les personnes qu’elle avait connues et aimées, petit à petit. Rapidement, elle n’était plus capable de nous reconnaître et il était évident qu’il fallait qu’elle aille rapidement vivre dans une maison de retraite médicalisée.

Avant qu’elle ne puisse emménager là-bas, elle a eu quelques nuits difficiles, seule dans sa maison. Alors ma mère a décidé de rester avec elle. J’aimais beaucoup ma grand-mère, et j’ai été très affecté par sa maladie, mais je me sens encore coupable d’avoir d’abord pensé qu’à cause d’elle je devrais affronter mon visiteur seul, la présence de ma mère étant mon seul bouclier contre cette chose et la terreur dans laquelle elle pouvait me faire sombrer.

À la fin des cours, j’ai couru jusqu’à chez moi et j’ai retiré les draps, le matelas, et les oreillers du lit du bas. J’ai enlevé les lattes et je les ai remplacées par un vieux bureau, une commode et quelques chaises qu’on avait gardées dans un vieux placard. J’ai dit à mon père que je voulais faire un vrai bureau comme les grands, ce qu’il a trouvé adorable. Mais je ne pouvais pas laisser cette chose dormir avec moi une nuit de plus.

À la tombée de la nuit, je me suis allongé dans mon lit en haut, sachant que ma mère ne serait pas là pour venir me sauver. Je ne savais pas quoi faire, alors avant d’aller me coucher je suis allé fouiller dans sa boîte à bijoux et j’ai récupéré un vieux crucifix. Ma famille n’est pas très religieuse, mais moi, à cet âge, je croyais encore en Dieu et j’espérais, en quelque sorte, que cet objet me protégerait.

Angoissé et anxieux, je serrais le crucifix de toutes mes forces sous mon oreiller. J’ai fini par m’endormir. Je souhaitais tellement m’endormir tranquillement pour me réveiller le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, mais ce qu'il s’est passé cette nuit-là restera gravé dans ma mémoire comme la nuit la plus horrible de ma vie.

Je me suis réveillé lentement. La chambre était dans le noir. Alors que ma vision s’habituait, j’examinais l’état de ma chambre. La fenêtre, les murs, quelques jouets sur mon étagère et... Encore aujourd’hui, je frissonne en y repensant. Il n’y avait aucun bruit. Aucun son de drap que l’on tord. Aucun mouvement. La chambre était totalement figée dans la nuit. Figée mais pas vide. La chose, cette créature sifflante et remplie de haine qui m’avait terrorisé nuit après nuit, n’était pas dans le lit du dessous. Elle était dans mon lit !

J’ai ouvert la bouche pour crier, mais rien n’est sorti. La terreur m’avait rendu complètement aphone. J’étais allongé, sans vie. Si je ne pouvais pas crier, je ne devais pas lui laisser comprendre que j’étais réveillé. Je ne l’avais pas encore vu, je pouvais le sentir. Il était sous ma couverture. Je voyais la délimitation de son... Corps, sous les draps. Il écrasait ma poitrine à moitié, mais je n’arrivais pas à le regarder. Je n’oublierai jamais cette image. Quand je dis que des heures sont passées, je n’exagère pas. J’étais allongé, là, sans bouger. Un petit garçon terrorisé.

Si on avait été en été, ça aurait fait un moment que la lumière du jour aurait pointé le bout de son nez. Mais là, au milieu de l’hiver, je savais que je devais attendre des heures avant le lever du soleil.
J’étais un garçon timide par nature, mais j’étais arrivé à un point où je ne pouvais plus attendre. Je ne pouvais pas survivre plus longtemps dans ce lit, collé à cette chose !

La peur peut parfois vous porter, vous transformer en héros. Je devais sortir de ce lit. Puis, je me suis rappelé : le crucifix ! Ma main était encore sous l’oreiller, mais elle était vide ! J’ai essayé de tourner le poignet, le plus lentement et silencieusement possible, mais impossible de le trouver. Soit je l’avais fait tomber du lit, soit... Je ne pouvais même pas imaginer qu’il me l’ait pris.

Sans le crucifix, j’avais perdu tout espoir. Même à cet âge on comprend le concept de la mort, et je savais que j’allais mourir dans ce lit si je restais passif, allongé ne faisant rien. Je devais partir de la pièce. Mais comment ? Est-ce que je devais brusquement sauter hors du lit en priant pour arriver jusqu’à la porte ? Et s’il était plus rapide que moi ? Ou devais-je lentement me glisser de sous le drap en espérant ne pas déranger mon ignoble copain de lit ?

Réalisant qu’il n’avait pas remué, même quand j’avais bougé pour trouver le crucifix, j’ai commencé à avoir des pensées étranges. Et s’il dormait ? Il n’avait pas « respiré » depuis mon réveil. Peut-être qu’il se reposait en pensant m’avoir. Que j’étais enfin sous son emprise. Ou peut-être qu’il jouait avec moi. Après tout ce qu’il m’avait fait endurer pendant ces nuits, il m’avait avec lui dans le lit, sans ma mère pour me protéger. Peut-être qu’il savourait ce moment, qu’il savourait sa victoire, comme un animal sauvage qui joue avec sa proie.

J’essayais de respirer le plus doucement que je pouvais, et de rassembler le peu de courage que j’avais. Puis, lentement, avec ma main libre j'ai soulevé le drap au-dessus de moi, mais j'ai frôlé quelque chose. Quelque chose de froid et de mou, quelque chose qui ressemblait à une main décharnée. Je retenais ma respiration, terrorisé. Maintenant, il devait savoir que j’étais réveillé.

Rien.

Il ne bougeait pas, il semblait... Mort. Après un petit moment, j’ai déplacé ma main soigneusement le long des draps et j’ai senti un tout petit avant-bras, très mince, qui se tenait à la couverture. Par curiosité, j’ai remonté ma main le long de ce membre pour toucher un biceps immense. Le bras était tendu en travers de mon torse, et sa main était sur mon épaule gauche, comme s’il m’avait pris dans ses bras en dormant. J’ai compris que je devais bouger ces membres cadavériques pour m’en sortir.

Pour je ne sais quelle raison, la sensation de ce bras déchiré et en loque sur mon épaule m’a fait perdre la trace de mes pensées. La peur avait de nouveau pris le dessus, alors que je décrochais ce membre de mon torse, dégoûté en touchant cette peau poisseuse. Je ne voulais pas toucher son visage, même si, encore aujourd’hui, je me demande de quoi il avait l’air.

Mon dieu, ça avait bougé. C’était presque imperceptible, mais la force de son étreinte contre mon épaule avait changé. Je n’ai versé aucune larme, mais mon Dieu qu’est-ce que j’avais envie de pleurer.

Tandis que je décrochais son bras et sa main de moi, ma jambe droite a frôlé le mur frais contre lequel le lit était collé. Tout ceci se passait dans ma chambre, c'était inconcevable. Et c'est là que j'ai compris que cette chose répugnante qui prenait un malin plaisir à violer la chambre d'un petit garçon n'était pas totalement sur moi. Elle était à moitié collée au mur, comme une araignée à son fil.

Soudain, sa prise est passée d'une faible contraction à une très forte compression. Il s'accrochait à mes vêtements comme s'il avait senti que j'essayais de partir, et que l'opportunité de m'attraper ne reviendrait plus. Ses membres étaient minces, mais la chose était forte. J'ai compris que le parasite essayait de m'attirer vers le mur ! Je me battais pour ma vie. J'ai crié, la voix m'était revenue, mais personne n'est arrivé pour me sauver.

J'ai alors compris pourquoi la chose s'était réveillée maintenant : le soleil allait se lever. Depuis ma fenêtre, cette fenêtre que je détestais, qui représentait toute la peur que me procurait cette chambre, j'ai vu les premiers rayons de lumière. Il hurlait, sifflait, crachait. Je ne me souviens de rien visuellement, juste de son souffle glacé contre mon cou. Le soleil se levait dans la petite chambre suffocante qui se retrouvait peu à peu baignée dans la lumière. Je me suis évanoui alors que les doigts décharnés et froids de cette chose se pressaient contre mon cou.

Lorsque j'ai rouvert les yeux, mon père me proposait d'aller prendre le petit déjeuner. J'avais survécu à la pire nuit de ma vie, l'expérience la plus horrible que je n'ai jamais vécue.

Le lendemain, j'ai déplacé le lit loin du mur pour empêcher ce monstre de continuer à venir la nuit. Les semaines sont passées sans aucun incident, à part une nuit glacée où je me suis réveillé, là où mon lit était anciennement j'entendais un bruit de respiration rauque qui venait de derrière le mur, puis des vibrations violentes. Tout ça a disparu au bout d'un moment.

Je n'ai parlé de cette histoire à personne jusqu'à aujourd'hui. Je continue de me réveiller en sursaut au son des draps qui se froissent dans la nuit, ou d'une respiration un peu forte à cause d'un rhume, et je ne dormirai plus jamais avec mon lit contre le mur. Vous pouvez appeler ça de la superstition si vous voulez, et puis comme je l'ai dit je ne peux pas réfuter des théories comme la paralysie du sommeil ou des hallucinations, ou même une très grande imagination.

La seule chose que je peux dire, c'est que l'année d'après j'ai déménagé ma chambre dans une pièce plus grande à l'autre bout de la maison, et mes parents ont pris ma chambre bizarrement étroite et longue. Ils ont dit qu'ils n'avaient pas besoin d'une grande chambre, juste de quoi mettre leur lit et quelques affaires.


J'espère qu'il ne reste plus de fautes ^-^
________________
D'ombre est mon âme et mon corps est poussière
Back to top
Terulan
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 30 Jan 2014
Posts: 881
Localisation: « Bien loin du pays des conos »
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

PostPosted: Fri 2 Oct 2015 - 17:12    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Qu'une faute :
ce que fait la plupart des enfants → font

Correction validée.

Mai cette phrase me chiffonne, je suis persuadé qu'il y a un souci au niveau du "de sous". Il manquerait pas "hors" juste avant ?
Ou devais-je lentement me glisser de sous le drap en espérant ne pas déranger mon ignoble copain de lit ?
________________
« S'il a l'air aussi sincère c'est parce qu'il ment franchement.»
Back to top
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Fri 2 Oct 2015 - 18:12    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Cohérence : ok

Sentiments : aucun tav

MdT : bah oui au début il explique que c'est un souvenir, je suis chiant avec ça mais après c'est limite une nouvelle la manière dont c'est raconté.

Style/lisibilité: ok

Intérêt : Okay

Je suis un fdp

Pour (j'avais fail le spoiler)

________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Fri 2 Oct 2015 - 21:06    Post subject: Au lit (Bedtime) Reply with quote

Pour terulan, oui en fait ma phrase c'était de -> sous les draps. Dans le style partir de ---> chez moi. Mais "hors des draps" c'est sûrement mieux traduit. Merci
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group