Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Three friends diner

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Thu 26 Nov 2015 - 17:15    Post subject: Three friends diner Reply with quote

To: Jeremy Fuentes, Ph.D

Professor of Cultural Anthropology

University of California, Berkeley

Jeremy –

I assume you have heard about the strange discovery made at 918 E. 3rd Street, a converted warehouse located on the corner of 3rd and Weller Avenue, in the middle of the Arts District in Downtown Los Angeles.

The building is currently undergoing renovations. Three weeks ago, construction workers noted a foul odor wafting through the property, seemingly coming from behind what they thought was a solid brick wall. Upon further investigation, however, it was discovered that the inside measurements of the property did not match up with the outside. There was, in fact, a 25x30 space completely unaccounted for. A secret room, so to speak; one inaccessible from any point inside the building or out. It was located at the far end of the property, along the wall forming the west side of Weller.

With permission, the workers broke through the wall to access the otherwise-inaccessible area. Immediately, they were floored by the overpowering stench of rotting meat. Bandannas over their noses, they entered the enclosure. They had expected to find an empty space – after all, the area had been walled off and un-penetrated for twenty years, at least.

Instead, they found a nice 16mm camera, smashed to bits. They found film equipment, all destroyed – cracked lights, torn screens, c-stands folded like paperclips. Cheap-looking framed paintings and kitschy prop menus scattered like confetti. And three bodies.

Three decomposing bodies, in a state too disturbing for description. Though the term “half-eaten” has been thrown around.

How the equipment, or the corpses, ended up there has yet to be determined. The walls and roof were not disturbed at any point, nor was there any sign of tunneling under the four-foot concrete floor.

This bizarre discovery shocked the entire county. As of now, no one can explain how three dead people and a bunch of film paraphernalia just appeared within a completely walled-off space.

But it was all the more shocking for me, personally, due to the contents of a handwritten account left for me by a former patient of mine.

Her name is Kathryn Soo. She voluntarily checked herself into the Marsdale Psychiatric Hospital, where I am an on-call physician, several months ago, and was discharged shortly before the horrific discovery at 918 E. 3rd Street. I am no longer in contact with the young woman. However, I believe you will find her testimony – a transcript of which I have enclosed – very intriguing.

Sincerely,

Larry Schurr, M.D.

*****

Testimony of Katy Soo

1/5/2015, Marsdale Psychiatric Hospital

Just for the record, shooting Bella Cardone’s movie at the Three Friends Diner wasn’t my idea. I told her it was probably a scam; that no restaurateur in Los Angeles with two brain cells to rub together would have possibly charged us so little for a location so photogenic. Again and again, I insisted it just felt wrong.

I was right. I used to like being right.

A little back story.

I’m Katy. I’m 21 years old. I used to be a junior at Cal State Northridge, studying business administration and film production. I enjoyed the phone calls and the organizing and the paperwork-filling that most film students hate, and had built up a modest reputation as a pre-production guru amongst my classmates, as well as friends and acquaintances who attended other schools.

Bella Cardone was one of such acquaintances; a 29-year-old international student from Italy I’d met at a third-rate horror film festival. She’d been employed at a television station in Rome doing… something, but dreamed of writing and directing Hollywood movies. She was one of a dozen or so, mostly foreign, enrollees a year and a half into the two-year Master’s program at New York Film Academy; she was writing her thesis script at the time, and asked me for help organizing the production of the film.

Her script was about a starving artist working as a waitress, who gets dumped by her boyfriend and has an existential breakdown in which she imagines herself poisoning her customers and getting tortured, culminating with a series of flash cuts of her simultaneously slashing her wrists and drowning in the ocean.

Typical pretentious grad student fare.

We needed to lock down five locations: an apartment, a beach, a park, something that could function as a dungeon, and a restaurant. The beach and the park were relatively easy, and a classmate of Bella’s agreed to let us use her North Hollywood apartment for two days. Another classmate, a quiet little guy named Sandeep, discreetly told me about an S&M store with a basement dungeon they infrequently rented out for movie shoots. I don’t know how he came to be so familiar with such an establishment, and I’m not sure I want to know, but it proved ideal for our purposes. Which left the restaurant – a notoriously difficult one for student and independent filmmakers.

So when I found a little French place in Encino on Craigslist, got in touch with the manager, and played the “broke student” card so well he granted us use of his restaurant for a night for a little over $400, I was ready to sign the papers, get the permit, and move on. It was two weeks before Bella’s scheduled first day of shooting, and I had a million other things to worry about – from liability insurance to catering to talking Northridge underclassmen into helping out as G&E crew and PA’s.

Bella, however, thought $400 for a night was too expensive, and remained convinced she could find a better deal. So she went on Craigslist herself and placed a “restaurant wanted for student film” ad. I’d put up a similar posting three weeks earlier (that’s how I found the French place in Encino), and Bella received the exact same responses from the exact same people as I had.

With one exception: an e-mail from gsjegjpdg@me.com, which she forwarded to me. It read like this:

CLEAP LOCTN for filmn studnts! Restarant in downtown Losangeles. 35 weller ave. 100 fr day. Rsp nd to this email, will send you key, pay on dt of filming. MST b decmbr 3rd aftr noon.

I was suspicious immediately. $100 for a day of filming seemed a little too good to be true. Then there was the poor spelling and lack of contact information, and the fact that when I tried to respond to the e-mail, all I got was an error message.

And then there was the key.

The key turned up in Bella’s on-campus mailbox two days after the e-mail, enclosed in a stained brown envelope with no return address. And if that wasn’t creepy enough, it came with a scrawled note – “key to 3 frends dinr.”

I was ready to call it a scam and be done with it. But Bella thought we should at least go to the address given and talk to someone there. If it was real, she argued, it was too good a deal to pass up. Movies are expensive, and we were already pushing her budget. So I agreed to go with her and Hamed Shirazi, the cinematographer, to 35 Weller Avenue. Which, it turned out, was in the middle of the Arts District.

I have a love-hate relationship with the Arts District.

It’s a cool place to go and meet a friend at her new loft. There’s some nice restaurants and amusing wall art, and the dissonance created by graffiti-coated trashcans, barbed wire, and long smelly lines outside the social services building sharing a block with yoga studios, BMWs, and boutique gift shops hawking 80-buck vintage baby sweaters is ironically poetic. But the streets are one-way and parking is nonexistent. I ended up driving in a triangle for fifteen minutes before finally giving up and pulling into a $10-flat-rate lot.

“Weller Avenue” wasn’t a street so much as it was a glorified driveway – a short, narrow alley that branched off of 3rd street and dead-ended. A large, L-shaped building occupied the east and north sides of Weller. It appeared to be a closed night-club in the process of being converted into an art gallery. The blacked-out windows were covered with torn, dirty stickers advertising shows long since played and bands long since broken up, and graffiti artists (the gang-affiliated kind, not the Arts Foundation kind) had had their way with both the seafoam-green walls and the ratty trash dumpster abandoned in the corner.

The dingy grey warehouse which functioned as the west side of Weller, 918 E. 3rd Street, looked completely unoccupied. A sign hung in a window; the building had apparently been bought by East River Development. I recognized the name – my realtor father knew some people who worked for that company. They bought old commercial properties and converted them into trendy, pricey apartments.

The most prominent visual, however, was the mural painted on the north wall. It depicted the head and chest of a woman, face tilted eastward. The woman had tan skin, ruby-red lips, and flowing hair in varying shades of blue; periwinkle at the tips, darkening to deep lavender at her scalp. Her eyes were closed. In the background, some distance behind her, was what appeared to be an orange grove. It was a beautiful painting, and strangely mesmerizing. If you looked at the woman one way, she seemed young and innocent, sporting a demure grin. Then, if you cocked your head or blinked, lines appeared on her cheeks and her lips rearranged themselves into a pouty sneer.

I saw only one door, leading into the grey building.

It was a very shabby door of splintery, untreated wood, with a brass doorknob and keyhole. No business name. No street number. This couldn’t possibly be the restaurant from Craigslist – Three Friends Diner, I guess it was called. How did anyone ever find the place? I was still puzzling when Bella and Hamed found me.

“Bloody hell!” Hamed barked, in lieu of a greeting. “Where’s the restaurant?”

“Here, according to my phone,” I said. “I’m willing to bet money someone is fucking with us.”

Bella didn’t seem too concerned; her eyes were fixed on the mural.

“So pretty!” she exclaimed. “Can we film?”

I shrugged. “I’m not sure. We might run into some copyright issues. And it doesn’t look like we’re going to be filming here at all, since we’re not looking at a restaurant.”

Bella frowned at me, and took the key out of her purse. She walked to the wooden door.

“Here?” she asked.

“I don’t think so,” I said. “There’s no sign or anything. I mean, you can try it, but I’m really doubting that key is going to fit into that…”

Bella turned the key and pulled at the knob. With a creak, the door opened. Hamed and I rushed to her and, together, we stepped inside. I heard Hamed running his hand across the wall, and then the room was illuminated by a warm, golden light.

We found ourselves staring at Three Friends Diner. It was perfect.

It was a larger space than I’d assumed it would be; rectangular-shaped, the kitchen jutting out from the north wall. Behind the kitchen was a small corridor leading to the bathroom and a little room that could function as dry storage. The walls were painted that particular shade of deep red that looks beautiful on film, and the tables and chairs and diner-style booths were a nice contrast in black and grey. And each table was adorned with a salt and pepper shaker, an empty bottle of ketchup, and a vase of plastic lilies.

“Don’t get too excited yet,” I said to Hamed, who was examining one of the series of stained-glass lamps from which light was emanating. “We don’t know how much juice you’ve got to work with.”

“That’s the beauty of it,” he said gleefully. “I don’t even need that much juice. If we come a bit early and switch out all these bulbs, I can use the lamps as practicals. Plus, this place obviously isn’t open yet, which means I’m not sharing power with anything.”

He was right about that. The freezers and refrigerators were empty and unplugged, the storage room was empty, and there wasn’t a plate or a cup or a scrap of food to be found. It was definitely a new restaurant, the latest in the avalanche of trendy urban eateries that had sprung up in the last three years as the Arts District gentrified. Of course it was hard to find. That would lend an air of mystery to the diner; the impression of exclusivity, attract a Twitter following.

“I love it!” Bella announced. “Can you get permit?”

I tried to talk her out of it. Something about Three Friends Diner made me nervous, made the little hairs on the back of my neck stand up. But it was exactly what Bella had been looking for, and Hamed had already started planning out shots, and the little hairs on the back of my neck didn’t stand a chance against cheap, gorgeous, and logistically ideal. The restaurant wasn’t open yet, which meant we could shoot during the day, decorate how we wanted, and place the camera anywhere without worrying about being in anyone’s way. And December 3rd – the date the mysterious proprietors had insisted on – was our scheduled 6th day of shooting.

“Don’t look under the horse you get,” Bella told me.

I think she meant “don’t look a gift horse in the mouth.”

That saying is a reference to the Trojan Horse, given as a token of surrender by the Greeks during the Trojan War. I don’t know why people keep repeating it. Because if the Trojans had looked into that horse’s wooden mouth, the Illiad might have ended a little differently.

As I said before, I’d been forced to park in a ten-dollar lot. And, as luck would have it, the attendant’s iPhone was malfunctioning, so I couldn’t pay with my card. I had no cash; the attendant directed me to a convenience store on Alameda that apparently had an ATM. It was getting dark, and I was not thrilled about having to run around downtown all alone. A trendy neighborhood six blocks from Skid Row is still a trendy neighborhood, six blocks from Skid Row.

The convenience store stuck out like a gold tooth; a little scrap of what the neighborhood used to be, wedged between a café and a construction site. A cracked neon sign branded it “Alameda Mart,” the ice cream fridge was stuffed with La Michoacana popsicles, and the cash register sat behind a pane of bulletproof glass. I engaged in battle what must have been the slowest ATM known to man, and was so preoccupied with mentally cursing the “loading” screen that I failed to notice the sole other customer in the shop.

“Need to pay for parking?” he asked.

I turned. The man standing behind me was obviously homeless – he wore grime-caked jeans and a stained military service jacket, and his leathery face demonstrated the dullness of days with no soap.

I nodded and smiled.

“You a tourist?”

I shook my head. “Student filmmaker, actually. My friend’s going to shoot at this restaurant on Weller.”

Immediately, I doubted the wisdom of sharing this piece of information. I didn’t want him to show up and beg for change. But his unshaven face fell, and his tone became one of alarm rather than anticipation.

“There’s no restaurant on Weller,” he murmured. “There’s just Bessie.”

I giggled. “Bessie?”

He nodded. “That’s what folks ‘round here call her. The old folks say she can change things. Make things appear and dis’pear.”

He leaned in, narrowed his eyes, and dropped his voice to a conspiratorial whisper.

“If I was you, I’d stay away. They say each twenty years, for one day, Bessie ‘comes corp’real and feeds.”

I was about to ask him to elaborate; to explain exactly who “Bessie” was and why I should be afraid. But right then the shop proprietor noticed the homeless man, and yelled at him what I deduced were not nice words in Spanish. He booked it and, by the time the ATM coughed up my cash and I was back on Alameda, he’d disappeared.

On the way to the car lot, I passed Weller. The blue-haired girl was right where I’d left her. Standing in front of a two-dimensional grove of trees in three-quarters profile, facing westward towards the door of the Three Friends Diner, eyes closed. Was she “Bessie?”

Then, fear washed over me like a cold shower, and I ran. I threw a twenty at the parking attendant and got out of there as fast as I could. Something about that mural had scared the shit out of my subconscious. Halfway to the 405 freeway, I figured it out.

She – Bessie – was facing the wrong way.

******

Bella’s first five days of filming went surprisingly well. So well that, when I arrived at Three Friends Diner for the sixth and final day, December 3rd, I forgot I was scared of the place.

Crew call was one. Hamed had already been there for an hour, switching out light bulbs and unloading equipment with Esteban the gaffer and two grips, Miguel and a new girl who said her name was Andrea. Our grip truck was parked out front, partially obstructing my view of the mural. But I could tell that Bessie was facing north-eastwards, towards the club-turned-gallery. As she had been the first time I saw her. Of course. It had been dark that night, and I’d been scared and alone. I’d seen things that weren’t really there.

I made my way through the obstacle course of lights and c-stands, set up my iPad at an unused table, and worked on the equipment drop-off schedule as crew members filtered in. I heard Katia’s voice at least a minute before she and Bella walked through the door. God, that chick was loud. Bossy, too; no wonder she was such a good assistant director. Then came Venna, the production designer, carrying a large box of prop-house framed pictures and the menus she’d designed. Nairi, the 1st camera assistant, set up the Arri while her lackey du jour loaded film. Then two more grips, Pete and Ryan. Kaylee and Michelle, the freshman PAs. Lisa, the script supervisor. Dante, the sound guy. And finally Ming, the make-up artist.

Then the actors came, and then Hamed and the guys were setting up lights for the master shot, and then Katia was calling for last looks, and then we were pushing in for close-ups. The first four hours went as smoothly and productively as we had any right to expect and, for a short time, we entertained the possibility of finishing early. We were an hour ahead of schedule when we broke for lunch, everyone talking and laughing and enjoying themselves.

That’s when things started getting weird.

Right after lunch, as we were picking ourselves up and resuming our work, one of the freshman PAs – Michelle – went to use the restroom.

A minute later, there was a bloodcurdling scream.

Ryan dropped a c-stand. Nairi nearly dropped a lens. Hamed and Esteban took frantic steps towards the bathrooms as Michelle sprinted down the hall back towards us.

“Who the fuck was in the storage cabinet?” she cried.

We all looked at each other.

“Seriously,” Michelle demanded. “This isn’t funny. You fucking knocked me over.”

“Michelle,” Katia asked, “what are you talking about?”

Michelle was trembling. She looked ready to cry.

“I went to the bathroom,” she said. “And I heard this… thumping coming from the storage cabinet that’s back there. Someone was pounding on the door.”

“We didn’t hear anything,” Hamed said.

“Someone was, like, ramming against the door,” Michelle repeated. “And so I opened it. And someone ran right into me, then ran towards you guys.”

She sobbed. Hamed narrowed his eyes.

“You sure, Michelle?” Hamed asked. “Because we were all out here, and no one came running from the bathrooms.”

“He was wearing a black hoodie,” Michelle insisted.

I looked over the room to see if anyone was missing. Nope. Seventeen crew members, four actors. None of whom were wearing a black hoodie. All inside a restaurant with only one entrance.

“You didn’t see who it was?” I asked Michelle, rather stupidly.

“Obviously not!” she shouted. “It happened really fast. I just saw the black hoodie and really pale, really white skin.”

We couldn’t solve the mystery. Michelle was really shaken up. One of the grips, Miguel, offered to drive her back to Northridge. He said he had to go, too, because he had afternoon classes. But it was hard to miss the tremble in his voice or the dampness of his palms. And suddenly Kaylee, the other PA, also had “classes” she’d forgotten to mention, and tagged along with them back to campus.

Three hours after that incident, we set up for our last shot in the dining area before moving to the kitchen. Though we’d come to the unspoken agreement that Michelle was either looking for attention or smoking pot in the bathroom, everyone was a little bit on edge, and it had slowed us down.

To speed things up, I offered to help Venna dress the kitchen. She’d brought cutting boards, utensils, bread, lunch meat, and enough restaurant necessities to make the empty kitchen look like a busy back-of-house. At one point, she ran to her car to fetch some plates she’d bought from the 99 Cents Store. I was arranging knives on a knife block. I accidentally dropped one; it skidded across the floor and got stuck under one of the large industrial refrigerators. I knelt down and reached under the refrigerator to grab it. As I did, I heard a creak behind me – a door opening on stubborn hinges.

I straightened up and turned around, still on my knees. A blast of cold air hit me in the face. I was staring at an open freezer, ice caked against the back of the door and the walls.

There were bodies in the freezer.

Old, decomposing bodies. Wrinkled, leathery skin peeling off yellowed bones. Bones that were oddly compromised, shattered, pulverized. Greenish mold clinging to the remains of brain matter cradled in cracked skulls. The putrescent smell of rotting flesh.

I closed my eyes and screamed. And screamed and screamed and screamed.

“Katy! What the fuck, Katy!” I heard Hamed’s voice, felt his hand on my arm, shaking me.

I opened my eyes.

The freezer was empty. Empty and turned off.

I looked up to see Bella and Venna standing above me. The rest of the crew was crowded around the kitchen entrance or staring through the window that separated the area from the dining room.

“Sorry guys,” I stammered, heart still racing. “I… I thought I saw a rat. Did I ruin the shot?”

Hamed shook his head. “We’re done. You sure you’re okay?”

I nodded. “Um, can I talk to you and Bella and Katia outside?”

The three muttered in agreement, and we started across the dining area to the door as the rest of the crew set up the lights and camera in the kitchen. I had to tell them. We had to leave. Now. Someone… something… was trying to impress on us we weren’t welcome.

“I thought I saw… dead things in that freezer,” I started, quite pathetically. “It was on, and it was cold, and there was this smell.”

Bella's eyes widened. Hamed cocked his head, frowning. Katia crossed her arms.

“I mean,” I continued, “I know it was just a hallucination. But it felt so real, and I’m not schizophrenic, and the thing with Michelle and… I think we should leave. There’s something really wrong going on here.”

I'd expected them to laugh at me, or treat me like a patient in a psych ward. They did neither.

“Yeah, this place is starting to creep me out, too,” Hamed said. “For starters, where are the bloody owners? Who hands a stranger the key to their business? Either they’re mental, or they’ve got some ulterior motive.”

He lowered his voice. “And I’m getting these sensations. Like, somebody’s watching us.”

Bella and Katia nodded. They’d felt it, too.

“We can find another restaurant,” I told Bella. “All we need is the kitchen – we can easily cheat that, make it look like it’s the same place.”

“I’ll do whatever you want me to do,” Hamed said to her, “but I think we should consider packing up early.”

Bella looked at Katia, then Hamed, then me. Her expression softened for a second, then she set her jaw.

“We wait one hour,” she said. “No problems, we film.”

We decided not to tell the crew and the one remaining actress about the agreement we’d come to, out of fear that they’d panic, make a big deal out of what could have been nothing more than the effect of darkness on a big city. But several of them were undeniably scared and looking for an excuse to leave.

As soon as the four of us walked back through the door, Nairi and the nameless 2nd AC walked out. We were “too immature” for them, Nairi told Katia. Dante, the sound guy, asked Bella if he could head out early, since we didn’t need any sync sound for the kitchen scene. Two hours earlier, he’d been insisting on staying to get various kitchen sounds. And when the lights were set and the blocking was rehearsed and last looks were called for, we found that Ming the makeup artist had quietly packed up her kit and left.

No big loss. The actress was perfectly capable of applying the simple make-up design herself. Pete, one of the grips, was fairly adept at pulling focus, and Hamed conscripted me to hold the slate. And our agreed-upon hour had passed and nothing scary had happened.

Finally, Hamed flipped the camera on, and Bella called “action.” The actress unenthusiastically smeared mayo onto bread, stacked lunch meat and lettuce, then smiled evilly. She turned to grab the poisonous cleaning solution from under the sink…

And then the lights all went off.

Somewhere in the pitch-blackness, someone shrieked. There was a bump, and a thud, and then the dining room lamps all came on. Esteban had found the light switch.

“Someone ran by me!” Lisa cried. “Who brushed against me?”

“It couldn’t be an outage,” Hamed said to one of the grips. “The house lights work fine.”

“Seriously!” Lisa sobbed. “Who the fuck pushed me?”

“Hey!” Esteban yelled. “Guys!”

We all pushed our way into the dining area. The grip crew had plugged the five lights we were using for the kitchen scenes into five different electrical outlets amongst the tables. The power cables were spread out, lying across the carpet like a spider web, so as not to draw too much electricity from any one spot.

Every cable had been severed. Sliced down the middle; perfect, clean cuts, as though accomplished with a sharp knife.

“Who the fuck did that?” Katia snapped, trying and failing to disguise her distress.

Because she knew that all ten crew members had been in the kitchen. And that no one person could have cut all five cables at exactly the same time.

“Everybody out!” Hamed demanded. “Now!”

Nobody needed to be told twice. We pushed through the wooden door and convened on the sidewalk, under the closed eyes of the blue-haired mural girl. The Northridge students huddled together, Katia paced, Venna glared with her arms crossed, and Bella attempted to regain some control over her compromised film set.

“We cannot leave equipment,” she told anyone who bothered to listen.

“Forget this shit,” Venna sneered. “I’m leaving.”

She stormed off. The actress threw Bella a helpless look, mumbled “call me,” and started after Venna. I looked to the four remaining Northridge underclassmen – Andrea, Lisa, Pete, and Ryan.

“Miguel was going to give us a ride,” Ryan said.

“I took the bus,” Lisa stammered.

“Take them home,” Hamed said to me. “I’ll stay and help Bella pack up.”

“I can stay, too,” Katia said.

Esteban nodded at them.

“Okay, cool,” I said. “I’ll come back and help you guys finish up after I drop them off. Give me an hour or so.”

No one spoke the entire way back to campus. The silence was punctuated only by Lisa’s occasional sob. The two guys stared out their respective windows. I left them outside the dorms, then turned my car around and headed back towards the 405.

I couldn’t wrap my head around what I had just experienced. Some esoteric party had lured us to the Three Friends Diner, left a key with a group of complete strangers, demanded we film today – the third – then hadn’t even bothered to show up to collect the suspiciously unsubstantial amount they’d asked as payment. Why?

To mess with us? Were we on some kind of hidden camera show? Was there a trapdoor or a second entrance we didn’t know about? Maybe there’d been a projector hidden in the kitchen, creating the disturbing image of dead, decomposing corpses in the freezer.

But how to explain the smell? Or the cold? Or the hooded specter that had produced loud knocks on the storage room door that only Michelle could hear?

On to Explanation B – we’d become victims of the specter the homeless man had called “Bessie.” She was a ghost, or a demon, and we were trespassers on her property.

Then why not start with the big stunt – the severed cables? Why the systematic approach, scaring one person at a time? And this poltergeist theory didn’t explain who’d led us to the Three Friends Diner, or why.

Led us there, to scare us away.

Three Friends Diner.

As I merged onto the 101, four minutes after midnight, I figured it out.

One hand on the wheel, I called Bella three times, then Hamed twice, then Katia, then Esteban. Every single time, I was sent directly to voicemail. I left messages for them – pleading, screaming messages, begging them to forget the equipment and run as far away from Three Friends Diner as their legs could carry them. Then I called 911, and sobbed to the dispatcher that my friends were in grave danger, at 35 Weller Avenue. She calmly assured me that help would be there in 10 minutes.

I got there first.

The streetlights up and down the block had, at some point, gone out, so I found my way to 35 Weller Avenue with only my phone and the moonlight to guide me. The dim, bluish beam cast by my cell phone fell on the seafoam-green east wall, then the open and half-loaded grip truck, and finally on Hamed. He lay crumpled on the asphalt, a pool of dark liquid expanding around him.

I ran to him, screaming his name over and over. He didn’t respond. I saw his chest rise and fall feebly as I knelt beside him, and felt a faint carotid pulse. I rolled him onto his back. There was a large cut on the side of his head; his hair was matted with blood. His left arm hung at an odd angle. But the most distressing injury he’d acquired, and the one responsible for most of the blood, was a series of five deep lacerations into his right bicep. The muscle was torn, and shattered bone was visible through the mess of ribboned skin and ground-meat fatty tissue.

The positioning of the lacerations was consistent with the placement of five fingers, latched onto his upper arm. Five fingers with very long, very sharp claws…

I tore off my jacket and tied it around his arm like a tourniquet. My consciousness had kicked into overdrive; I operated on quick flashes of disconnected logic. Something had attacked Hamed. It was gone. It was gone? Bella. Katia. Esteban. Where the fuck were they?

I stood up. Help was on the way, and there wasn’t a whole lot I could do for Hamed until the paramedics got there. But the rest of them were still in the Three Friends Diner, and if my suspicions were justified…

I ran to the door.

But the door wasn’t there. I was staring at a grey, unbroken wall.

I dashed to the corner of the dead end, and then to the sidewalk, scouring the length of the wall with my phone. I ran back and forth again and again, feeling the hard concrete with my fingers. Nothing. The one entrance to the Three Friends Diner was just… gone.

Then, the street lights came back on. I took a step back, and my terrifying impression was confirmed. I was on Weller, I was facing the right way, but there was no door. In the distance, I thought I heard sirens. I looked up at the mural - the pretty blue-haired girl with closed eyes, standing in front of a citrus grove.

She was gone, too.

In her place was a shriveled old woman, skin dotted with sickeningly-detailed moles and age spots. Her hair was the filthy, stringy, disheveled mane of a homeless woman. Her open mouth took up the entire length of her cheeks, showing off black, rotten, knifelike teeth, dripping blood. A lot of blood. Blood that ran down the seafoam-green wall like rainwater, pooling on the asphalt below.

Her eyes were open.

Her bloodshot, yellow eyes. Her dilated pupils, flashing maniacally. Those bulging, staring, impossibly-detailed eyes. This was no spray paint. Her eyes were real. Then her foot-long pupils shifted, and I swore her fanged smile grew even wider. She was looking at me.

This was Bessie.

I don’t remember the cops showing up, or the fire truck, or the paramedics. I didn’t notice them lifting Hamed onto a gurney or loading him into an ambulance. And I have no recollection of the back of the second ambulance, or the psych ER, or the questions I answered for the doctors, or the drugs.

They tell me I was crying and laughing at the same time. And that I kept on repeating “she only wanted three.”

All I know is that I woke up twenty-three hours later, in the tiny detox room of the private mental hospital my parents had me transferred to. I stayed there for the remaining 49 hours I was under 5150 hold, then went home to La Crescenta with my family.

The last I heard, Hamed had regained consciousness and could speak short words like “hi” or “yes.” This is a good sign; the brain damage may be less severe than the doctors initially thought. His memory’s shot, of course. He can’t remember traveling to America, much less what transpired the night he sustained his injuries. He was lucky, if such a word can possibly apply to his situation, that his left shoulder had taken the brunt of the impact when he hit the wall. He’d cracked his head on the asphalt at a lower velocity. The doctors aren’t quite sure what to make of him. His wounds suggest something threw him, like a discarded Barbie doll, against the east wall of the club-turned-gallery.

I told the police everything – from the strange email and the key to the mural’s horrifying transformation. Except the email had disappeared from both my computer and Bella’s, which had been confiscated by the police as evidence. The key, too, had been misplaced and never found. And the mural in the crime scene photos was the same mural it had been before that inexplicable night – the lovely profile of a blue-haired girl with closed eyes.

They were also confused when I referred to 35 Weller Street as a “diner.” For no diner existed there, nor had ever at any time in the past. 35 Weller Street wasn’t even a real address – there had never been a side door to the building at 918 E. 3rd Street, and the building had been completely unoccupied for six months. I insisted. I described, in minute detail, the deep red walls and the untouched kitchen and the little vases of flowers on every table. I begged the cops to look at the footage we’d shot. But that would be impossible, I learned.

Our camera was missing. As was half of our equipment, everything that hadn’t been loaded into the grip truck. As was Bella Cardone. And Esteban Serra, and Katia Milicevic. The three had not been seen since the night I’d been found raving and Hamed, half-dead. Their credit cards had not been used, their cars were still parked on the street in the Arts District, and their phones were all off.

The cops spoke to the other crew members – I hope they corroborated my story. They designated Hamed’s assault an “animal attack,” and the disappearance of Bella, Esteban, and Katia as a “likely attempt at visa overstaying.” They kept a lot of the details from the public. I’m sure they didn’t want to explain how a mountain lion managed to grow an opposable thumb and pick up and throw a man, at 60 miles per hour, against a wall.

As for me, I’m now a voluntary inpatient at the Marsdale Psychiatric Hospital, undergoing treatment for PTSD and an unspecified mood disorder. It’s okay here. They let me smoke, and no one freaks out when I wake up screaming in the middle of the night.

Too late I understood the significance of the name – Three Friends Diner. Three friends. The homeless man was right. “Bessie” is real. She can make things appear and disappear – the key, the door, the diner. She’s something inhuman and evil, something that demands sacrifice. She lured us there. She played her little games, chasing away a few crew members at a time, until she had a manageable number. Then she tossed Hamed aside like a chicken bone and took her prize.

She only wanted three. Three friends. Bella, Katia, Esteban.

******

To: Jeremy Fuentes, Ph.D

Professor of Cultural Anthropology

University of California, Berkeley

Jeremy –

As a postscript to my last letter, I should add that the three bodies found in the secret room of 918 3rd Street have been identified as the three missing foreign students – Bella Cardone, Katia Milicevic, and Esteban Serra. The police are still at a loss as to how the unfortunate young people met their end, though evidence suggests they were mauled by an extremely large, extremely violent animal.

We have also learned that the building at 918 E. 3rd Street, which supposedly housed “Three Friends Diner,” was previously renovated in the early 1990’s. According to building plans, the “secret room,” in which the bodies were found, was originally designed as a storage closet. But the company later decided to seal the area off completely, likely after three overnight workers were found dead there. Their deaths were attributed to an “explosion.” An explosion that no one saw or heard, and one that did no structural damage.

The three workers were found dead on December 4th, 1994. Which is intriguing, because the three students – Katy’s crew mates – were reported missing as of the early hours of December 4th, 2014. According to Katy, the e-mail she received stated that the crew must film at “Three Friends Diner” on December 3rd, after noon. A typical film day is 12 hours, putting their end time at shortly after midnight, December 4th.

I believe Katy’s homeless man said something about one day, every twenty years.

I looked through pictures in books, old copies of the LA Times, slides, news footage, etc. I have included several of these for your perusal. In every single one, since the warehouse at 918 E. 3rd Street first opened in 1920, the mural of the woman with blue hair is present. No artist has ever taken credit for this mural. And it’s always the same, never dulled by the rain or the sun or time.

Well, not exactly the same.

Sometimes the girl faces the west, and sometimes she faces east.

Sincerely,

Larry Schurr, MD




Source : http://creepypasta.wikia.com/wiki/Three_Friends_Diner

Qui veut traduire traduit

J'ajoute que le style se rapprochant de la nouvelle, passe très bien vu que c'est une lettre.
________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 26 Nov 2015 - 17:15    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 862
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Mon 11 Apr 2016 - 02:53    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Je m'en occupe.
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ





Ar. Do.

⠨⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠺ ⠏⠥⠝⠺⠚⠚⠑⠁ ⠵⠟ ⠕⠺⠚⠉⠂ ⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠄⠺⠚⠽⠑⠚⠚⠁ ⠃⠺⠑⠭⠓⠁⠕⠕⠁ ⠵⠁ ⠓⠄⠅⠝⠲
⠶⠨⠕⠅⠥⠅⠚⠕ ⠝⠁⠺⠓⠑⠕⠏⠁⠕⠂ ⠁⠞⠑⠉⠁⠅⠚⠕ ⠓⠄⠑⠊⠇⠅⠕⠪⠭⠓⠁⠲⠶






Back to top
Visit poster’s website
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 862
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Tue 27 Dec 2016 - 21:42    Post subject: Three friends diner Reply with quote

J'ai peut être un peu pris mon temps ( ), mais elle est traduite.



Nota longue et superflue :


- J'ai traduit, dans la plupart des cas, plus ou moins littéralement les noms de filière d'études, mais j'ai essayé de garder ça fluide et compréhensible. N'hésitez pas à le signaler si ce n'est pas le cas.


- Au sujet des montages vidéos, il y a ce qu'on appelle des « cut ». Je ne connais pas d'équivalents français qui soient tout autant compréhensible par une grande majorité de personnes.


- N'hésitez surtout pas à signaler quelque erreur de traduction que ce soit.


- Le premier me disant que j'ai omis de traduire le titre, je l'encastre dans un mur.


- La VO fait mention de «  G&E crew and PA’s », le G&E renvoie à « Grip and Electric departments ». Ne connaissant aucun équivalents (j'ai quand même cherché) et ne voulant pas surcharger inutilement une phrase déjà suffisamment lourde, je me suis contenté de traduire tout ça en tant que « assistants techniques ».


- J'ai toujours préféré « clef » à « clé », navré. Laissez-moi faire mon caprice.


- Craigslist = Le bon coin


- Arri = caméra de la marque allemande « Arri »


- Après relecture, ce texte fait 7345 mots, soit 14 pages word (contre 6676 mots pour la VO)


- Vers la fin, la VO fait mention du « I was under 5150 hold », j'ai traduit comme j'ai pu, si vous avez une meilleur idée (équivalent français), je vous laisse la page Wikipédia.


- FUN FACT #1 : J'ai eu énormément d'amusement à écrire comme un dyslexique pour le mail. Amusant, vraiment.


- FUN FACT #2 : Si vous tapez « gsjegjpdg » dans votre moteur de recherche, il n'y aura qu'un seul résultat : le lien de cette creepypasta. (sauf pour Qwant, qui affiche un deuxième lien vers la glaucopie, le salop.). 


- Dans la VO, le mail parle de « MST b ». Il s'agit d'un fuseau horaire (Mountain Time Zone), qui correspond au UTC-8. J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur d'avoir traduit par « heure locale » plutôt que « L'heure des Rocheuses » qui ne me disait rien.


- FUN FACT #_INDEFINI : Le fait de faire des « FUN FACT » me permet de faire des pauses dans mes traductions nocturnes. (mes excuses si ça prend trop de place)





À : Dr Jeremy Fuentes


Professeur d'Anthropologie Culturelle


Université de Californie, Berkeley


Jeremy –


J'imagine que tu as entendu parler de l'étrange découverte faite au 918, 3e rue Est. C'est un ancien entrepôt situé à l'angle de la 3e et Weller Avenue, dans le quartier des arts du centre-ville de Los Angeles.


Actuellement le bâtiment subit quelques rénovations. 3 semaines auparavant, les ouvriers se sont aperçus d'une odeur nauséabonde dans la bâtisse, et  venant vraisemblablement de l'autre côté de qu'ils pensaient être un mur de brique porteur. Après de plus amples recherches, ils se sont rendus compte que les dimensions intérieures du bâtiment ne collaient pas avec les dimensions extérieurs. Il y avait en effet une pièce de 7m sur 9m, dont l'existence reste inexpliquée. Une pièce secrète, pour ainsi dire ; elle est inaccessible, que ce soit de l'intérieur ou de l'extérieur du bâtiment. Elle a été trouvée à l'autre bout de la propriété, le long du mur formant le côté Ouest de l'avenue Weller.


Avec la permission, les ouvriers ont abattu le mur pour pouvoir y accéder. Ils furent aussitôt surpris par une écrasante puanteur de viande pourrissante avant d'y entrer, bandana sur le nez. Ils s'attendaient à trouver la pièce vide – après tout, la pièce a été emmurée et est restée inaccessible depuis au moins 20 ans.


Au lieu de ça, ils ont trouvé un belle caméra 16mm, réduite en miettes, ainsi que du matériel de tournage lui aussi détruit – des projecteurs fendus, des fonds déchirés, des c-stand pliés comme de vulgaires trombones, des peintures bon marché et des pseudo-menus parsemaient le sol. Ainsi que 3 corps.


3 corps en décomposition, dans un état beaucoup trop dérangeant pour en donner une description – bien que le terme « à moitié dévorés » ait été lâché.


La façon dont l'équipement, ou les corps, se sont retrouvés là reste à découvrir. Les murs et le toit
n'ont pas été endommagés, et aucune trace d'un quelconque tunnel sous les plus d'un mètre de béton du sol.


Cette étrange découverte a bouleversé l'intégralité du comté. À l'heure actuelle, personne ne peut expliquer comment 3 morts et tout un attirail de tournage ont pu apparaître de nul-part dans un espace emmuré.


Cependant, c'était d'autant plus choquant en ce qui me concerne, étant donné le contenu d'un récit manuscrit que m'a laissé une ancienne patiente.


Elle s'appelle Kathryn Soo. Elle a été internée de son plein gré, plusieurs mois auparavant, à l'Hôpital Psychiatrique de Marsdale, où je suis médecin de garde, puis a été libérée peu de temps avant la terrible découverte faite à l'ancien entrepôt. Je ne suis plus en contact avec la jeune femme. Cependant, je pense que tu trouveras son témoignage – qui est une transcription de ce que j'ai joint – des plus fascinant.


Cordialement,


Dr Larry Schurr
*****




Témoignage de Katy Soo


01/05/2015,  Hôpital Psychiatrique de Marsdale


Juste pour information, tourner le film de Bella Cardone au Three Friends Diner n'était pas mon idée. Je lui ai dit que c'était sûrement une arnaque ; aucun restaurateur de Los Angeles avec un tant soit peu de cervelle ne nous aurait fait aussi peu payer pour un endroit aussi photogénique. Je lui ai dit que ça sentait mauvais, encore et encore.


J'avais raison. J'aimais avoir raison, avant.


Revenons un peu en arrière.


Je m'appelle Katy. J'ai 21 ans. J'étais en troisième année de licence à l'Université d'État de Californie à Northridge, à préparer ma maîtrise en administration des affaires et à étudier la production cinématographique. J'aimais passer les coups de fil, organiser, et remplir la paperasse que la plupart des étudiants détestent. Aussi, je me suis faite une modeste réputation d'experte en pré-production parmi mes camarades, mais aussi chez mes amis et connaissances d'autres écoles.


Bella Cardone était une de ces connaissances ; une étudiante italienne de 29 ans, rencontrée dans un pauvre festival de films d'horreur. Elle avait travaillé pour une chaîne de télévision à Rome pour faire... des trucs, mais rêvait d'écrire et de réaliser pour Hollywood. Avec environ une douzaine d'autres personnes, la plupart étrangères, elle s'était inscrite un an et demie sur les deux ans du master à la New York Film Academy ; elle écrivait un script qui devait lui servir de mémoire universitaire, et m'a demandé de l'aider pour organiser la production de son film.


Son script parlait d'une artiste fauchée, travaillant en tant que serveuse, qui se fait larguer par son copain et qui a une crise existentielle dans laquelle elle s'imagine empoisonner et torturer ses clients, avec à son summum, des cut épileptiques la montrant se trancher les veines et se noyer dans l'océan.


Elle voyait un peu trop grand, le grand classique.




On avait besoin de bloquer 5 lieux : un appartement, une plage, un parc, quelque chose qui pourrait servir de cachot, et un restaurant. Pour la plage et le parc, c'était relativement facile, et une camarade de Bella était d'accord pour nous laisser utiliser son appartement au Nord d'Hollywood pour 2 jours. Sandeep, un autre camarade, assez réservé, m'a parlé avec discrétion d'une boutique S&M avec un cachot aux sous-sols qu'ils louaient – rarement, cependant – pour des tournages. Je ne sais pas comment il s'est retrouvé familier à ce genre d'endroit, et ne suis pas vraiment sûre de savoir, mais ça répondait parfaitement à nos besoins. Ce qui ne laissait donc plus que le restaurant, ce qui reste compliqué pour des étudiants et cinéastes indépendants.


Alors quand j'ai trouvé un petit restaurant français à Encino sur Craiglist, pris contact avec le gérant, joué la carte de « l'étudiant fauché » si bien qu'il nous a accordé pour un petit peu plus de 400$ l'utilisation de son restaurant pour une nuit, j'étais prête à signer les papiers, prendre l'autorisation, et passer à autre chose. C'était 2 semaines avant que Bella n'organise le premier jour de tournage, et j'avais un million d'autres préoccupations – de l'assurance de responsabilité civile, en passant par la nourriture et aussi à demander aux élèves de premier cycle de nous donner un coup de main en tant qu'assistants techniques.


Par contre, Bella pensait que $400 pour une nuit était trop cher, et restait persuadée de trouver mieux. Elle a donc posté elle-même l'annonce « Recherche restaurant pour film étudiant » sur Craigslist. J'avais déjà posté une annonce similaire trois semaines auparavant (c'est comme ça que j'ai trouvé le restaurant français à Encino), et Bella a reçu les même réponses des mêmes personnes que moi.


À une exception : un e-mail de gsjegjpdg@me.com, qu'elle m'a transféré. Ça se lisait comme ça :


« LOCATN PS CHER pour etudints en cniema ! Restarant dsna la banlieu de Losangeles, 35 weller ave, 100 puor une jounrée. Rep nodez a cet email, la clef vuos sera envoyé, paiemnet le jour meme. Huere locale, 3 decmbr aprs-midi. »


Ça m'a tout de suite paru suspect. $100 pour une journée de tournage me paraissait un peu trop beau pour être vrai. L'orthographe, le manque de coordonnées, et le fait que lorsque j'essayais de répondre à l'e-mail je ne recevais rien d'autre qu'un message d'erreur, allait aussi dans ce sens.


Et puis il y avait la clef.


La clef a été trouvée dans la boîte aux lettres de Bella, sur le campus, dans une enveloppe marron tachée, vierge de toute adresse. Et si ça n'était pas suffisamment glauque, elle était accompagnée d'un note où on avait griffonné – « clef puor 3 frends dinr. »


J'étais prête à voir ça comme une arnaque et on en aurait fini avec tout ça. Mais Bella pensait que nous devions au moins aller à l'adresse donnée et parler à quelqu'un sur place. Selon elle, si c'était vrai, le marché était trop bon pour passer à côté. Les films reviennent chers, et on était déjà en train de dépasser son budget. J'ai donc accepté d'y aller avec elle et Hamed Shirazi, le cadreur, au 35 Weller Avenue, qui se trouvait au beau milieu du quartier des arts.


Mon amour pour ce quartier est assez mitigé.


C'est un super endroit pour retrouver une amie dans son nouveau loft. Il y a quelques restaurants et peintures murales sympas, et le contraste crée par les poubelles taguées, les fils barbelés, et les files d'attentes odorantes devant les locaux des services sociaux partageant le quartier avec des salles de yoga, les BMW et les magasins de souvenirs vendant à la criée des pull pour bébé à 80 billets, reste ironiquement poétique. Mais les rues sont à sens unique et les parkings gratuits sont inexistants. J'ai ainsi tourné en rond pendant un bon quart d'heure avant de finalement laisser tomber et de me garer dans un parking à $10.


« Weller Avenue » n'était pas vraiment une rue, mais plus une allé idéalisée – une courte, étroite allée sans issue qui séparait la 3e rue. Un grand immeuble en forme de « L » occupait le côté Est et Nord de Weller. Visiblement c'était une boîte de nuit fermée en attente d'être reconvertie en galerie d'art. Les fenêtres condamnées étaient couvertes d'affiches déchirées et sales, qui montraient des spectacles déjà joués et des groupes depuis longtemps déjà séparés, et des graffeurs (plutôt ceux affiliés aux gangs que ceux d'Arts Foundation) ont trouvé leur chemin vers les murs verts écume et les bennes abandonnées dans un coin.


L'entrepôt, gris et miteux, qui marquait le côté Ouest de Weller, au  918 E, 3e rue, avait l'air complètement inoccupé. Un panneau pendait à une fenêtre ; visiblement l'édifice a été racheté par la East River Department, nom que je reconnaissais – mon père connaissait des gens qui ont travaillé pour cette compagnie. Ils achètent de vieux immeubles commerciaux pour les transformer en appartements branchés et hors de prix.


En revanche, ce que l'on voyait le plus était la peinture murale sur le mur Nord. Elle représentait la tête et le buste d'une femme, face inclinée vers l'Est. Elle avait la peau bronzée, des lèvres rouge-rubis, et ses cheveux flottaient en différentes teintes de bleus ; bleu pervenche aux pointes, s'assombrissant jusqu'à un bleu lavande foncé aux racines. Ses yeux étaient fermés. A l'arrière plan, plus loin derrière elle,  apparaissait ce qui semblait être une orangeraie : C'était une peinture magnifique, et bizarrement hypnotisant. Si vous la regardiez d'une façon, elle paraissait jeune et innocente, sympa avec un sourire timide. Alors que si vous penchiez la tête, ou plissiez des yeux, des rides apparaissaient sur ses joues, et ses lèvres formaient alors une moue de dédain. 


Je n'ai vu qu'une seule porte, menant à l'intérieur du bâtiment gris.


C'était une porte écaillée et en mauvais état, avec une poignée en laiton et une serrure. Pas de nom d'entreprise, ni de numéro de rue. Ça ne pouvait pas être le restaurant de Craigslist – Three Friends Diner, il me semble. Comment qui que ce soit ait pu trouver l'endroit ? J'étais toujours en train de réfléchir quand Bella et Hamed m'ont trouvée.


Hamed a demandé, « Bordel, il est où ce restaurant ? » Je lui ai répondu qu'on était censés y être, en lui montrant notre localisation sur mon portable. On commençait à se demander si on se foutait pas de nous. Bella n'avait pas l'air très inquiète, elle fixait la peinture murale. «C'est beau, on peut filmer ? » J'ai haussé les épaules et lui ai dit qu'on risquait d'avoir des problèmes de copyright. De plus ça n'avait pas l'air d'être l'endroit où on allait filmer puisque nous n'étions pas devant un restaurant. Elle m'a regardé en fronçant les sourcils, a pris les clefs de son sac et a marché vers la porte en bois. « Ici ? » Je lui ai répondu que je ne pensais pas que ce soit ici, qu'il n'y avait ni panneau, ni rien. « Je veux dire, tu peux essayer, mais franchement je doute que cette clef rentre dans cette... » Et avant que je finisse ma phrase, elle a tourné la clef, puis la poignée. Avec un crack, la porte s'était ouverte. Hamed et moi l'avons rejoint et, ensemble, on est entrés. J'entendais la main de Hamed parcourir le mur, et d'un coup la pièce s'est illuminée d'une chaude lumière dorée.


On se trouvait au Tree Friends Diner. C'était parfait.


C'était plus grand que ce que je pensais, rectangulaire, la cuisine ressortait du mur Nord. Il y avait derrière la cuisine un petit corridor qui menait vers une salle de bain et une petite pièce qui pouvait servir de stockage à sec. Les murs étaient peints dans un exceptionnel rouge qui donnait un rendu magnifique sur pellicule, et les chaises, tables et box donnaient un beau contraste en noir et gris. Aussi une salière, une poivrière, une bouteille de ketchup vide, et un vase rempli de lys en plastique ornaient chaque table.


J'ai dit à Hamed – qui était en train d'examiner une série de vitraux, de ne pas trop s’enthousiasmer pour l'instant. « On ne sait pas encore combien de courant tu auras pour travailler » Il m'a joyeusement dit que c'est ce qui était génial. « Je n'ai même pas besoin de tant de courant que ça. Si on vient assez tôt et qu'on change toutes ces ampoules, je pourrais me servir des lampes. Et vraisemblablement cet endroit n'a pas encore ouvert, ce qui fait que je n'ai pas à partager l'alimentation avec quoi que ce soit. »


Il avait raison pour ça. Les congélateurs et réfrigérateurs étaient vides et débranchés, la pièce de stockage était vide, et il n'y avait ni assiette ni verre ni morceau de viande à trouver. C'était de toute évidence un nouveau restaurant, le petit dernier d'une longue liste qui s'est implantée ici ces trois dernières années avec la montée de richesse du quartier. Bien sûr qu'il était dur à trouver. Ça jette un air de mystère au restaurant ; l'impression d'exclusivité attire le follow sur Twitter.


Bella nous annonça qu'elle l'adorait. « Tu peux avoir le permis de filmer ? »


J'ai essayé de lui en dissuader. Quelque chose à propos du Three Friends Diner me rendait nerveuse, qui me dressait les cheveux de la nuque. Mais c'était exactement ce que Bella recherchait, et Hamed prévoyait déjà les séquences, et les cheveux de ma nuque n'avaient aucune chance devant un idéal de logistique splendide et peu coûteux. Le restaurant n'avait pas encore ouvert, ce qui voulait dire qu'on pouvait tourner de jour, décorer comme bon nous semblait et placer la caméra n'importe où sans risquer de déranger quelqu'un. Aussi, le 3 décembre – date que le mystérieux propriétaire a insisté pour que nous venions – était dans notre planning des 6 jours de tournage.


Bella m'a dit, « A cheval donné, on ne regarde pas en-dessous. »


Je pense qu'elle voulait dire, « A cheval donné, on ne regarde pas les dents. »


Cette expression est un référence au Cheval de Troie, donné en tant que gage de reddition par les Grecs durant la Guerre de Troie. Je ne sais pas pourquoi les gens continuent de la répéter. Parce que si les Troyens avait effectivement regardé dans la bouche du cheval de bois, l’Iliade aurait eu une tout autre fin.


Comme je l'ai dit avant, j'ai été forcée de me garer sur un parking à 10$. Et, comme par hasard, l'iPhone du gardien ne fonctionnait pas, donc je ne pouvais pas payer avec ma carte. Je n'avais pas de liquide ; le gardien m'a indiqué le chemin vers une supérette sur Alameda qui avait un distributeur. Il commençait à faire nuit, et je n'étais pas vraiment enchantée à l'idée de courir partout en centre-ville seule. Même si c'est un quartier branché, Skid Row se trouve à quelques pâtés de maisons.


La supérette attirait l'attention comme une dent en or ; un petit bout de ce qu'était le quartier autrefois, coincée entre un café et un chantier. Un néon fissuré indiquait « Alameda Mart », le frigo à glaces était rempli de glace à l'eau La Michoacana, et la caisse se situait derrière une vitre par-balle. Je me suis engagé dans une bataille avec ce qui devait être le distributeur le plus lent de mémoire d'homme, et j'étais si préoccupée à insulter mentalement l'écran « chargement en cours » que je n'ai pas remarqué le seul autre client du magasin.


« Besoin de payer le parking ? »


Je me suis retournée. L'homme était de toute évidence un sans-abri – il portait un jean crasseux, une veste militaire tachée, et son visage tanné montrait le dur quotidien des jours passés sans savon.


J'ai acquiescé et souri.


« Vous êtes une touriste ? »


J'ai fait non de la tête, et lui ai dit que nous étions des étudiant en cinéma. « Mon amie va tourner dans ce restaurant sur Weller. »


J'ai directement douté quant à la sagesse de donner cette information. Je ne voulais pas qu'il se ramène et commence à faire la manche. Mais les traits de son visage barbu se sont affaissés, et le ton de sa voix était plus celui d'une mise en garde.


Il murmura, « Il n'y a aucun restaurant sur Weller, il n'y a que Bessie. »


J'ai ri bêtement, «  Bessie ? »


Il a acquiescé, il m'a dit que c'était comme que les gens du coin l'appelaient. « Les vieux disent qu'elle peut faire changer, faire apparaître, disparaître des choses. »


Il ajouta en se penchant, plissant des yeux et dans un murmure de conspiration, « Si j'étais vous, je resterais en dehors. Ils disent que tous les 20 ans, pour une journée, Bessie vient, et se nourrit. »


J'allais lui demander de détailler ; d'expliquer qui était « Bessie », pourquoi je devrai avoir peur. Mais juste après le propriétaire du magasin a remarqué le sans-bri et lui a hurlé des mots que j'imagine ne pas être de politesse en espagnol. Le temps que je me retourne après que la machine ait finalement craché mes billets, il avait disparu.


Sur mon chemin pour aller au parking, j'ai dépassé Weller. Le fille aux cheveux bleus était là où je l'avais laissée. Debout devant une orangeraie en deux-dimensions, de trois quart de profil, faisant face vers l'Ouest en direction de la porte du Three Friends Diner, les yeux fermés. C'était elle « Bessie » ?


Puis, la peur m'a envahie comme une douche froide, et j'ai couru. J'ai piqué un sprint vers le gardien et je suis sortie aussi vite que je le pouvais. Quelque chose dans cette peinture murale m'a fait peur au plus profond de mon subconscient. A la moitié du trajet pour l'autoroute 405, j'ai trouvé ce qui clochait.


Elle – Bessie – tournait la tête du mauvais côté.


******


Les cinq premiers jours de tournage de Bella se passèrent étonnamment bien. Si bien qu'en arrivant au Three Friends Diner pour le 6ème et dernier jour, le 3 décembre, j'ai oublié ma peur pour cet endroit.


Hamed était déjà là depuis une heure, changeant les ampoules et déchargeant l'équipement avec Esteban l'éclairagiste et deux techniciens, Miguel et une nouvelle qui a dit s'appeler Andrea. Notre fourgon était garé devant, obstruant partiellement ma vue sur la peinture murale. Mais je pouvais dire que Bessie était orientée vers le Nord-Est, en direction de l'ancienne boîte de nuit. Tout comme elle l'était la première fois que je l'ai vue. Évidemment. Il faisait sombre cette nuit-là, et j'ai dû me faire peur toute seule. J'ai dû voir des choses qui n'y étaient pas.


Je me suis frayer un chemin à travers les lampes et les c-stands, installé mon iPad sur une table libre, et travaillé sur l’emploi du temps des points de déchargement des équipements, tandis que les membres de l'équipe arrivait un à un. J'ai entendu la voix de Katia au moins une minute avant qu'elle n'entre avec Bella. Bordel, cette fille était tellement bruyante. Travailleuse, aussi ; pas étonnant qu'elle soit une si bonne assistante de réalisation. Puis est arrivé Venna, la chef décoratrice, portant une grande boîte de photos encadrée venant d'un entrepôt d'accessoires et de menus qu'elle avait elle même réalisés. Nairi, l'assistante caméra en chef, installait la Arri tandis que son larbin du jour chargeait le film. Ensuite deux autres équipes, Pete et Ryan, Kaylee et Michelle, les assistants techniques. Lisa, la scripte. Dante, le gars du son. Et enfin Ming, la maquilleuse.


Quand les acteurs sont arrivés, Hamed et les gars mettaient en place les lumières pour le plan d'ensemble, on a appelé Katia pour les derniers détails, puis on a poursuivi sur les gros plans. Les quatre premières heures étaient toutes aussi fluides et productives qu'on était en droit de l'espérer et, pour un court instant, on appréciait l'idée de finir tôt. On était en avance d'une heure sur le planning quand on a fait une pause pour manger, tout le monde parlait, rigolait et passait un bon temps.


C'est là que les choses ont commencé à devenir bizarres.


Juste après avoir mangé, alors qu'on se rassemblait et résumait notre travail, une des assistantes techniques – Michelle – était partie aux toilettes.


Une minute après on entendait un cri à glacer le sang.


Ryan a fait tombé un c-stand, et Nairi a failli faire tomber une lentille. Hamed et Esteban partait en direction des toilettes quand Michelle s'est mise à sprinter vers nous.


Elle hurlait en nous demandant qui était dans l'armoire de stockage. On s'est tous regardés. Elle nous a dit que c'était loin d'être drôle, qu'on l'avait fait tomber. Katia lui a demandé de quoi elle parlait, tandis que Michelle tremblait et semblait sur le point de pleurer.


Elle nous a dit, « Je suis allée dans la salle de bain, et j'ai entendu ce bruit sourd venant de l'armoire là-bas. Quelqu'un cognait à la porte.


Hamed lui a répondu qu'on avait rien entendu.


Michelle répéta que c'était comme si quelqu'un enfonçait la porte, « Et quand je l'ai ouverte, quelqu'un ma percuté et a couru vers vous les gars. »


Elle sanglotait. Hamed plissait les yeux et lui demandait si elle en était sûre. « Parce qu'on est tous là, et personne n'est venu en courant des salles de bain.


Elle a insisté, en précisant qu'il portait un sweat à capuche noir. J'ai regardé si l'un de nous manquait. Nope. Dix-sept membres de l'équipe, quatre acteurs. Et personne ne portait de sweat à capuche noir. Tous dans un restaurant qui ne comporte qu'une entrée.


J'ai demandé, assez bêtement, à Michelle si elle n'avait pas vu qui c'était.


Elle m'a crié qu'évidemment non. « C'est arrivé vraiment vite, j'ai juste vu une sweat à capuche noir, et une peau vraiment pâle. »


On a pas pu résoudre le mystère, et Michelle était vraiment secouée. Un des techniciens, Miguel, a proposé de la reconduire à Northbridge. Il disait qu'il devait y aller aussi, parce qu'il avait des cours l'après-midi. Mais c'était dur de ne pas remarquer le tremblement de sa voix et la moiteur de ses mains. Et soudainement Kaylee, l'autre technicienne, avait aussi des « cours » qu'elle avait oublié de mentionner, et suivi le chemin des deux autres vers le campus.


Trois heures après cet incident, on a tout installé pour la dernière séquence dans la salle à manger avant de bouger vers la cuisine. Bien qu'on se soit accordé sans le dire sur le fait que Michelle cherchait soit de l'attention, soit fumait de l'herbe dans la salle de bain, tout le monde était un peu à cran. Ce qui nous ralentissait.


Pour accélérer les choses, j'ai proposé mon aide à Venna pour meubler la cuisine. Elle avait apporté des planches à découper, des ustensiles, du pain, de la viande, et assez de produits indispensables aux restaurants pour faire d'une cuisine vide une office occupée. A un moment, elle a couru à sa voiture pour rapporter des assiettes qu'elle a acheté à un magasin « Tout à 1$ ». Moi je disposais les couteaux sur un bloc à couteaux. J'en ai accidentellement fait tomber un ; il a dérapé sur le sol et est parti se loger sous un gros réfrigérateur industriel. Je me suis mise à genou pour l'attendre et l'attraper. Alors que je le faisais, j'ai entendu un crack derrière moi – une porte aux charnières résistantes s'ouvrait.


Je me suis redressée  et me suis retournée, toujours sur mes genoux. Un courant d'air froid m'a frappé au visage. Je fixais un congélateur ouvert, de la glace couvrait le derrière de la porte et les murs.


Il y avait des corps dans le congélateur.


De vieux corps en décomposition. La peau tannée, ridée se détachait des os jaunes. Os qui étaient étrangement en très mauvais état, brisés, pulvérisés. De la moisissure verdâtre collait à ce qui restait des cerveaux au creux des crânes fendus. L'odeur putride de viande pourries.


J'ai fermé les yeux et j'ai crié. Et crié et crié et crié.


J'entendais la voix de Hamed, j'ai senti sa main sur mon bras qui me secouait. « Katy ! Putain quoi Katy ?! »


J'ai ouvert les yeux


Le congélateur était vide. Vide, et éteint.


J'ai levé les yeux pour voir Bella et Venna, qui se tenaient debout au-dessus de moi. Le reste de l'équipe était amassé autour de l'entrée de la cuisine ou regardait à travers la fenêtre qui nous séparait de la salle à manger.


J'ai bégayé que j'étais désolé, le cœur toujours emballé. « J'ai cru avoir vu un rat. J'ai ruiné une séquence ? »


Hamed répondu que non, ils avaient fini. « T'es sûre que ça va ? »


J'ai hoché la tête, j'ai lui ai demandé si je pouvais lui parler, ainsi qu'à Bella et Katia dehors. Tout trois acceptèrent en silence. On a traversé la salle à manger alors que les autres installaient les lumières et la caméra dans la cuisine. Je devais leur dire. Nous devions partir. Maintenant. Quelqu'un... Quelque chose... essayait de nous faire comprendre que nous n'étions pas les bienvenus.


« Je croyais avoir vu... des choses mortes dans le congélateur. Il était allumé, il faisait froid et il y avait cette odeur. »


Bella ouvrait grand les yeux, Hamed penchait la tête en fronçant des sourcils et Katia croisait les bras.


« Je veux dire, je sais que c'était qu'une hallucination. Mais ça faisait vrai, et je ne suis pas schizophrène, et ce qui s'est passé avec Michelle et... Je pense qu'on devrait partir. Il se passe quelque chose de mal ici. »


Je m'attendais à ce qu'il se moque de moi, ou me traite comme une patiente dans un hôpital psychiatrique. Ils n'ont fait ni l'un ni l'autre.


Hamed a dit que cet endroit le faisait flipper lui aussi. « Pour commencer, où sont ces foutus propriétaires ? Qui donne la clef de son établissement à un étranger ? Soit ils ont un sérieux problème, soit ils ont d'autres motivations. » En baissant la voix, il a ajouté « et j'ai comme l'impression que quelqu'un nous regarde. »


Bella et Katia ont acquiescé, elles l'ont sentie aussi.


J'ai dit à Bella qu'on pouvait trouver un autre restaurant. « Tout ce qu'il nous faut c'est une cuisine – on peut facilement tricher pour que ça ressemble au même endroit. »


Hamed a ajouté qu'il fera tout ce qu'elle voudra qu'il fasse, mais qu'il faudrait envisager de ranger tôt. »


Bella a regardé Katia, puis Hamed, puis moi. « On attend une heure. S'il ne se passe rien, on film. »


On a décidé de ne rien dire ni à l'équipe, ni à l'actrice qui restait, à propos de l'accord que nous avions passé, de peur qu'ils paniquent, faisant une grosse histoire pour ce qui n'était sûrement que l'effet de l'obscurité sur une grande ville. Mais plusieurs d'entre eux étaient indéniablement apeurés et cherchaient une excuse pour partir.


Dès que nous avions tous les quatre passé la porte, Nairi et la deuxième assistante technique sortaient. Nous étions « trop immature » pour elles, selon Katia. Dante, le gars du son, a demandé à Bella s'il pouvait partir plus tôt, puisqu'on n'avait pas besoin de lui pour la scène de la cuisine. Deux heures auparavant, il insistait pour rester et prendre différents sons de cuisine. Et quand les lumières ont été installées, la mise en scène répétée et qu'on ait vérifié les derniers détails, on s'est rendu compte que Ming, la maquilleuse, avait silencieusement rangé ses affaires et était partie.


Aucune grosse perte. L'actrice était parfaitement capable d'appliquer le simple maquillage créé pour elle. Pete, un des techniciens, était plutôt doué pour faire la mise au point et Hamed m'avait appelé à tenir le clap. Aussi notre heure d'attente passait et rien ne se produisait.


Finalement, Hamed reprit la caméra, et Bella annonça « Action ! ». L'actrice a étalé sans grand enthousiasme de la mayonnaise dans du pain, empilé de la viande et de la salade, puis a souri, l'air malfaisant. Elle se retourna pour attraper le détergent sous l'évier.


Et puis les lumières se sont éteintes.


Quelqu'un dans l'obscurité a hurlé, un cri perçant. Il y a eu un coup, puis un bruit sourd, puis les lumières de la salle à manger se sont allumées. Esteban avait trouvé l'interrupteur.


Lisa a crié que quelqu'un avait couru vers elle. « Qui m'a frôlée ? »


Hamed parlait avec un technicien. « Ça ne peut pas être une panne, les lumières du bâtiment marche parfaitement. »


Lisa a insisté en demandant qui l'avait poussée, mais Esteban nous a interpellé.


On s'est tous poussé pour aller dans la salle à manger. L'équipe de techniciens avait branché les cinq lumières que nous utilisions sur cinq prises différentes au milieu des tables. Les câbles d'alimentation étaient dispersés sur le tapis comme une toile d'araignée.


Chaque câble a été sectionné. Tranchés en plein milieu ; des coupures parfaites, propres, aussi bien fait qu'avec un couteau aiguisé.


Katia brisa le silence en demandant qui avait fait ça, en essayant et en ratant de cacher sa détresse.


Parce qu'elle savait que tous les dix membres de l'équipe avait été dans la cuisine. Et que personne n'avait pu coupé tous les cinq câbles au même moment.


Hamed a demandé à ce que tout le monde sorte, sur le champ.


Personne n'avait besoin de se le faire dire une seconde fois. On s'est précipités vers la porte en bois et on s'est réunis sur le trottoir, sous les yeux fermés de la fille murale aux cheveux bleus. Les étudiants de Northbridge réunis ensemble, Katia faisait les cent pas, Venna lançait des regards noirs les bras croisés, et Bella essayait de reprendre le contrôle sur son plateau de tournage compromis.


Elle parlait à qui voulait écouter. « On ne peut pas laisser l'équipement. »


Ce à quoi Venna répondu d'oublier ça. « Je me barre. »


Elle est partie en trombe. L'actrice a jeté un regard impuissant à Bella, a vaguement murmuré un « Appelle-moi », et suivie Venna. J'ai regardé les quatre étudiants de premier cycle qui restait – Andrea, Lisa, Pete et Ryan.


Ryan nous a dit que Miguel était censé les reconduire, et Lisa a balbutié qu'elle avait pris le bus.


Hamed m'a dit de les ramener. « Je vais rester avec Bella pour ranger. »


Katia ajouta qu'elle restera aussi. Esteban leur adressa un hochement de tête.


Je leur ai dit que j'étais d'accord, et que je reviendrai les aider après les avoir déposés. « Donnez moi plus ou moins une heure. »


Personne n'a parlé sur le trajet du retour vers le campus. Le silence était coupé par les sanglotements occasionnels de Lisa. Les deux gars regardaient à travers leur fenêtre respective. Je les ai laissé devant les résidences universitaires, puis j'ai fait demi-tour avec ma voiture en direction de la 405.


Je ne pouvais pas m'arrêter de penser sur ce que je venais de vivre. D'obscures personnes nous ont attirés au Three Friends Diner, laissé une clef a un groupe de parfait étrangers, demandé à ce qu'on film aujourd'hui – le trois – et ne se sont même pas dérangés pour venir récolter la somme ridiculement suspicieuse qu'ils ont demandé comme paiement. Pourquoi ?


Pour se foutre de nous ? Etions-nous dans une sorte de caméra cachée ? Y'avait-il une trappe ou une deuxième entrée qu'on ne connaissait pas ? Peut-être qu'il y avait des projecteurs dans la cuisine, créant l'image dérangeante des morts, corps en décomposition dans le congélateur.


Mais comment expliquer l'odeur ? Ou le froid ? Ou le spectre à capuche qui a produit ces coups contre la porte de l'armoire que seule Michelle pouvait entendre ?


Pour la deuxième explication – on a été victime du spectre que le sans-abri appelait « Bessie ». C'était une revenante, ou un démon, et nous étions des intrus sur sa propriété.


Alors pourquoi ne pas avoir commencé par l'effet le plus gros – les câbles tranchés ? Pourquoi systématiquement approcher une personne à la fois ? Et cette théorie du poltergeist n'explique pas qui nous a mené au Three Friends Diner, ni pourquoi.
Qui nous y a mené, pour nous faire fuir.


Three Friends Diner.


Alors que je rejoignais la 101, 4 minutes après minuit, j'ai compris.


Gardant une seule main sur le volant, j'ai appelé Bella trois fois, Hamed deux fois, puis Katia, Puis Esteban. A chaque fois, je tombais directement sur leur messagerie. Je leur ai laissé des messages – des messages hurlés, implorants, suppliants d'oublier l'équipement et de courir aussi vite qu'ils le pouvaient du Three Friends Diner. Puis j'ai appelé le 911, et sangloté que mes amis étaient en grave danger au 35 Weller Avenue. On m'a calmement assuré que de l'aide y serait d'ici 10 minutes.


J'y étais avant.


Les lampadaires du pâté de maison s'étaient éteint, donc j'ai dû trouver mon chemin au 35 Weller Avenue avec mon portable et le clair de lune pour me guider. La faible lumière bleuâtre de mon portable tomba sur le mur Est vert écume, puis sur le fourgon ouvert et à moitié chargé, puis enfin sur Hamed. Il était effondré sur l’asphalte, baignant dans un liquide sombre.


J'ai couru vers lui, hurlant son nom encore et encore. Il ne répondait pas. Je voyais son torse monter et descendre faiblement quand je me suis agenouillée à ses côtés, et sentie une faible pulsation au niveau de la carotide. Je l'ai fais rouler sur le dos. Il y avait une grosse coupure sur le côté de sa tête ; ses cheveux étaient collés par le sang. Son bras gauche pendait dans un angle étrange. Mais la blessure la plus douloureuse, et celle responsable de tout ce sang, était une série de cinq lacérations profondes sur son biceps droit. Le muscle était arraché, et l'os brisé était visible à travers l'amas de rubans de peau et des tissus graisseux hachés.


Le positionnement des lacérations concordait avec celui de cinq doigts. Cinq doigts très longs, avec de très longues griffes...


J'ai déchiré ma veste et l'ai serrée autour de son bras comme un garrot. Mon cerveau s'est mis à la vitesse supérieur. Quelque chose avait attaqué Hamed. C'était parti. C'était parti ? Bella. Katia. Esteban. Ils étaient où bordel ?


Je me suis relevée. Les secours était sur le chemin, et je ne pouvais pas faire beaucoup plus pour Hamed jusqu'à l'arrivée de l'ambulance. Mais les autres étaient encore dans le Three Friends Diner, et si mes peurs étaient justifiées...


J'ai couru à la porte.


Mais la porte n'était pas là. Je fixais un mur gris, un mur intact.


Je me suis précipitée à l'angle de l'impasse, puis sur le trottoir, scrutant le long du mur avec mon portable. Je faisais des allers et retours, encore et encore, sentant le béton dur sous mes doigts. Rien. L'unique entrée du Three Friends Diner venait de... disparaître.


Puis les lampadaires se sont allumés. J'ai fait un pas en arrière, et mon horrible impression se confirmait. J'étais sur Weller, je regardais dans la bonne direction, mais il n'y avait pas de porte. Au loin, je croyais avoir entendu des sirènes. J'ai regardé la peinture mural – celle de la fille aux cheveux bleus, se tenant devant une orangeraie.


Elle avait disparue, elle aussi.


A sa place, il y avait une vielle femme desséchée, la peau dotée d’écœurants grains de beauté et de taches de vieillesses. Ses cheveux étaient les cheveux sales, filasses et hirsutes d'une sans-abris. Sa bouche grande ouverte prenait toute la longueur de ses joues, découvrant des dents noires, pourries, aiguisées et ruisselantes de sang. Beaucoup de sang. Sang qui coulait le long du mur vert écume, comme de la pluie, formant une flaque sur l’asphalte.


Ses yeux étaient ouverts.


Ses yeux, jaunes et injectés de sang. Ses pupilles dilatées, étincelaient frénétiquement. Ses yeux globuleux, me fixant, impossibles à détailler. Ça n'était pas de la peinture. Ses yeux étaient réels. Puis ses pupilles de 30 cm se sont déplacées, et je jure que son sourire s'est agrandi. Elle me regardait.


C'était Bessie.


Je ne me rappelle pas de l'arrivée de la police, ou des pompiers ou encore de l'ambulance. Je n'ai pas fait attention quand ils ont mis Hamed sur un brancard, ni quand ils l'ont installé dans l'ambulance. Et je n'ai pas non plus de souvenirs de l'arrière de la seconde ambulance, ni du psychologue urgentiste, ni des questions que j'ai répondu aux médecins, ni des médicaments.


Ils m'ont dit que je pleurais et rigolais en même temps. Et que je n'arrêtais pas de répéter « elle n'en voulait que trois. »


Tous ce que je sais c'est que je me suis réveillée vingt-trois heures plus tard, dans une petite chambre de désintoxication de l'hôpital psychiatrique privée où mes parents m'avaient transférée. J'y suis restée pour les dernières 49 heures qu'indiquait la loi californienne dans un cas comme le mien, puis je suis rentrée à La Crescenta avec ma famille.


Aux dernières nouvelles, Hamed avait repris conscience et pouvais parler avec des mots simples comme « salut » ou « oui ». C'est bon signe ; les dégâts au cerveau étaient peut-être moins important que ce que pensait les médecins. Par contre sa mémoire est flinguée. Il ne se rappelle pas avoir voyagé pour aller aux Etats-Unis, et encore moins de la nuit qui lui a valu ses blessures. Il a eu de la chance, si un tel mot peut être appliqué dans de telles circonstances, que son épaules gauches a pris le plus gros de l'impact quand il prit le mur. Sa tête est retombée sur l’asphalte à une vitesse moins grande. Les médecins ne sont pas trop sûr de ce qu'ils doivent faire de lui. Ses blessures suggèrent que quelqu'un l'a balancé, comme une poupée Barbie qu'on aurait jetée, contre le mur Est de la boîte de nuit.


J'ai tout dit à la police – de l'étrange émail et la clef aux terrifiantes transformations de la peinture murale. Sauf que l'émail avait disparu de mon ordinateur et de celui de Bella, qui ont été confisqués par la police en tant que preuves. La clef, aussi, a été perdue et n'a jamais été retrouvée. Et la peinture murale apparaissant sur les photos de la scène de crime est la même qu'avant l'inexplicable nuit – le charmant profile d'une fille aux cheveux bleus, les yeux fermés.


Ils avaient aussi l'air perplexe quand j'ai mentionné le 35 Weller Avenue comme d'un « restaurant ». Parce qu'aucun restaurant ne s'y trouve, ni existé. 35 Weller Avenue n'était même pas une vraie adresse – il  n'y a jamais eu de porte sur le côté de l'immeuble au 918 E : La 3e rue, et les bâtiments ont été complètement vides de toute existence depuis six mois. J'ai insisté. J'ai décris, dans tous les plus petits détails, les murs d'un rouge profond et la cuisine immaculée et les petits vases sur chaque table. J'ai supplié aux policiers de regarder nos enregistrements. Mais j'ai appris que c'était impossible.


Notre caméra n'a pas été retrouvée. De même que la moitié de notre équipement, tout n'avait pas été chargé dans le fourgon. Tout comme Bella Cardone. Et Esteban Serra, et Katia Milicevic. Les trois n'ont pas été vus depuis la nuit où j'ai été trouvée délirantes, et Hamed à moitié mort. Leur carte de crédit n'ont pas été utilisées, leur voiture étaient toujours garées dans le quartier des Arts, et leur téléphone étaient tous éteints.


Les policiers ont parlé aux autres membres de l'équipe – j'espère qu'il corroboreront mon histoire. Ils ont aussi qualifié l'agression d'Hamed d' « attaque animale », et la disparition de Bella, Esteban et Katia comme étant sûrement une « tentative d'outrepasser la validité de leur visa ». Ils gardèrent une grande partie des détails hors de la portée du public. Je suis certaine qu'ils n'avaient pas envie d'expliquer comment un lion gigantesque s'est débrouillé pour se faire pousser un pouce opposable, attraper et balancer un homme, à 95 km/h, contre un mur,


En ce qui me concerne, je suis maintenant une internée volontaire au Marsdale Psychiatric Hospital, sous traitement pour trouble de stress post-traumatique et trouble de l'humeur non-spécifiée. C'est pas trop mal ici. Ils me laissent fumer, et personne ne panique quand je me réveille en hurlant au milieu de la nuit.


J'ai compris trop tard la signification du nom – Three Friends Diner. Trois amis. Le sans-abris avait raison. « Bessie » existe. Elle peut faire apparaître et disparaître des choses – la clef, la porte, le restaurant. Elle incarne quelque chose d'inhumain, de mal, quelque chose qui demande un sacrifice. Elle nous y a attiré. Elle a joué à ses petits jeux, faisant fuir un à un les membres de l'équipe, jusqu'à ce qu'il ne reste que le nombre souhaité. Puis elle a jeté Hamed à part comme un os de poulet, et a pris sa récompense.


Elle n'en voulait que trois. Trois amis. Bella, Katia, Esteban.


******


À : Dr Jeremy Fuentes


Professeur d'Anthropologie Culturelle


Université de Californie, Berkeley


Jeremy – 


En complément de ma dernière lettre, je devrai ajouter que les trois corps trouvés dans la pièce secrète au 918, 3e rue ont été identifiés comme ceux des trois étudiants étrangers disparus – Bella Cardone, Katia Milicevic, et Esteban Serra. La police reste perplexe sur comment ces malheureux jeunes gens ont trouvé la mort, bien que des preuves indiquent qu'ils ont été mutilés par un animal extrêmement grand et extrêmement violent.


Nous avons aussi appris que le bâtiment au 918 E 3e rue, qui est supposé avoir habité le « Three Friends Diner », a été précédemment rénové au début des années 1990. Selon les plans du bâtiment, la « pièce secrète », dans laquelle les corps furent trouvés, était supposée être à l'origine un placard de stockage. Mais l'entreprise décida plus tard d'interdire la zone, probablement après que trois ouvriers de nuit ont y été retrouvés morts. On attribua leur mort à une « explosion ». Une explosion que personne ne vit, ni n'entendit, et qui ne fit aucun dégât matériel.


Les trois ouvriers ont été retrouvés morts le 4 décembre 1994. Ce qui est fascinant, parce que les trois étudiants – les camarades de Katy – ont été portés disparus aux premières heures du 4 décembre 2014. Selon Katy, l'émail qu'elle a reçu disait qu'ils devaient filmer au « Three Friends Diner » le 3 décembre, l'après-midi. Une journée de tournage typique dure 12 heures, terminant leur journée peu après minuit, le 4 décembre.


Il me semble que le sans-abris de Katy parlait de quelque chose à propose d'une journée, tous les vingt ans.


J'ai regardé dans des livres à la recherche d'images, de vieilles copies du LA Times, des diapositives, des enregistrements des médias, etc. J'en ai inclus plusieurs pour ta lecture attentive. Dans chacune d'entre elle, depuis que l'entrepôt au 918 E. 3e rue a ouvert en 1920, la peinture murale de la femme aux cheveux bleus est présente. Aucun artiste n'a jamais pris le crédit de cette peinture. Et c'est toujours la même, elle n'a jamais été abîmée par la pluie, ou le soleil ou le temps.


Enfin, pas tout à fait la même.


Parfois elle regarde vers l'Ouest, et parfois elle regarde vers l'Est.


Cordialement,


Dr  Larry Schurr


________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ





Ar. Do.

⠨⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠺ ⠏⠥⠝⠺⠚⠚⠑⠁ ⠵⠟ ⠕⠺⠚⠉⠂ ⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠄⠺⠚⠽⠑⠚⠚⠁ ⠃⠺⠑⠭⠓⠁⠕⠕⠁ ⠵⠁ ⠓⠄⠅⠝⠲
⠶⠨⠕⠅⠥⠅⠚⠕ ⠝⠁⠺⠓⠑⠕⠏⠁⠕⠂ ⠁⠞⠑⠉⠁⠅⠚⠕ ⠓⠄⠑⠊⠇⠅⠕⠪⠭⠓⠁⠲⠶








Last edited by Nevermore on Fri 30 Dec 2016 - 02:04; edited 2 times in total
Back to top
Visit poster’s website
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Wed 28 Dec 2016 - 11:30    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des personnages : C'est tout bon pour moi, juste un petit bémol pour le magasin "tout à 1€", j'aurais laissé le "1$" l'histoire se passe aux usa, c'est maintes fois rappeler par les lieux, donc autant garder la devise du pays.


Moyen de transmission : Echange de mail, même si on ne sait pas trop comment ils sont devenus publiques.


Sentiments éveillés : C'est intriguant, glauque, la tension monte tout doucement et on attend avec une certaine impatience qu'il se passe enfin  quelque chose 


Intérêt : J'ai vraiment été prise par le texte (même tes notes avant étaient sympa), j'ai adoré, y a pas de soucis majeur au niveau de la cohérence, donc ça ne peut être qu'un pour
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Thu 29 Dec 2016 - 22:46    Post subject: Three friends diner Reply with quote

C'est du lourd Okay
Juste quelques passages de la traduction qui m'ont paru peu clairs ou alambiqués :
Quote:
Un quartier à la mode à six pâtés de maison de Skid Row reste un quartier branché, à six pâtés de maison de Skid Row.
Quote:
et son visage tanné montrait le caractère maussade des jours sans savon.
Quote:
Des personnes ésotérique
Quote:
Il gardèrent une grande partie des détails hors de la portée du public. Je suis certaine qu'il n'avait pas envie d'expliquer comment un lion gigantesque s'est débrouillé pour se faire pousser un pouce opposable
(Pour ce dernier pb de pronoms entre autres)
________________

Back to top
Visit poster’s website
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 862
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Fri 30 Dec 2016 - 18:00    Post subject: Three friends diner Reply with quote

C'est corrigé 
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ





Ar. Do.

⠨⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠺ ⠏⠥⠝⠺⠚⠚⠑⠁ ⠵⠟ ⠕⠺⠚⠉⠂ ⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠄⠺⠚⠽⠑⠚⠚⠁ ⠃⠺⠑⠭⠓⠁⠕⠕⠁ ⠵⠁ ⠓⠄⠅⠝⠲
⠶⠨⠕⠅⠥⠅⠚⠕ ⠝⠁⠺⠓⠑⠕⠏⠁⠕⠂ ⠁⠞⠑⠉⠁⠅⠚⠕ ⠓⠄⠑⠊⠇⠅⠕⠪⠭⠓⠁⠲⠶






Back to top
Visit poster’s website
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Sun 1 Jan 2017 - 23:27    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des personnages : Oui tout est bon



Moyen de transmission : Ok


Sentiments éveillés : Alors c'est un peu entre deux pour moi. Je trouve certaines parties attendues, d'autres en trop (l'intervention du sdf typiquement) mais l'histoire m'a carrément mise mal à l'aise.


Intérêt : Lu d'une traite. J'aime. 


Je suis donc pour


Deux toute petite corrections
Quote:
Je ne sais pas comment il s'est retrouvé familier à ce genre d'endroit, et ne suis pas vraiment sûre de savoir, mais ça répondait parfaitement à nos besoins.
Tu as oublié un "vouloir" 


Et deuxièmement : Skid Row ça veut dire "quartier mal famé" 
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Online

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,610
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Sun 1 Jan 2017 - 23:29    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Il n'est pas utile de voter potu les pastas déjà acceptées. Smile
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Treize
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Mon 2 Jan 2017 - 00:14    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Ah merde. J'avais pas vu qu'elle était acceptée haha
Ou comment rater en beauté un retour sur le forum
 
________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Online

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,610
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Mon 2 Jan 2017 - 00:15    Post subject: Three friends diner Reply with quote

Au posons c'est un retour amusant ! Very Happy
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group