Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Baby Monitors

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Kamus
Directeur du Service Com
Directeur du Service Com

Offline

Joined: 12 Oct 2015
Posts: 1,509
Localisation: Stronger Than You
Masculin Verseau (20jan-19fev) 兔 Lapin

PostPosted: Wed 27 Apr 2016 - 16:08    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Salut,




j'ai trouvé ce texte et je l'ai vraiment trouvé pas mal. Mais comme il est assez long, et que j'ai pas énormément de temps (et d'envie) ces temps ci, si quelqu'un veux le traduire, je le lui laisse !


http://www.creepypasta.org/creepypasta/baby-monitors#read 


-------------------------------------------------


When I was in high school, my friends and I had a peculiar pastime. Like any teenage delinquent, we liked to cause trouble. We weren’t vandals, we didn’t deal drugs, and we certainly didn’t bully kids in school. No, we liked to scare the living shit out of new parents by “hacking” their baby monitors. We were insufferable little punks who thought we were too good to get caught, and that our little acts of mischief would go unpunished. One night; however, I learned my lesson, and realized that I wasn’t quite as bulletproof as my tremendous adolescent ego made me out to be. 
Dimitri, Kurt, and I went to the same school, shared many of the same classes, and hung out almost every evening after chow time. We watched prank shows, played video games, talked about who had the nicest rack in school. One evening, we were trading scary stories at the park. Kurt shared the classic story about the single mother who heard a haunting voice on her baby monitor. Like most horror stories, it sounded like total bullshit, but Dimitri told us it had happened to his mom once. On her own monitor, she’d heard a neighbour singing to her baby. Apparently, it was possible to accidentally tap into someone else’s frequency. In an instant, a lightbulb turned on in each of our heads. When you’re close enough to someone, you don’t need words to know what that person is thinking, and we could all tell we were thinking the exact same thing: we were going to buy a baby monitor and screw with people. 
Pardon the pun, but hacking a baby monitor is child’s play. All you need to do is find a device on the same frequency as yours. Never one to do things half-assed, I purchased a high-end monitor with a frequency dial so we could prank as many targets as possible. The following night, we took to our bikes, roamed the neighbourhood, and found our first victim. We could see the nursery from the suburban home’s second floor window. Dimitri grabbed the baby monitor and began tuning it to different frequencies, until we heard breathing. I remember feeling excited as our plan finally came to fruition. Dimitri pressed the button, and began exhaling heavily into the receiver. 
“…your…little girl…was…delicious…” he murmured, using a demonic voice. 
The light in the master bedroom turned on almost immediately, and we heard a shrill scream. Laughing our asses off, we quickly rode off down the street so we wouldn’t get caught. 
We repeated the prank several times over the course of the following weeks, each taking turns talking through the monitor. Not wanting anyone to get wise to our little game, we chose different houses every time. People’s reactions were priceless: some mothers would reply in a panic, others seemed to know it was a hoax and told us to shut up, and one poor woman even started sobbing uncontrollably, begging us not to hurt her baby. I feel bad about that last one now that I’m older, but it was hilarious to me back then. My friends and I mimicked her high-pitch bawling and desperate cries for mercy for weeks afterwards. Yeah, we were royal dicks. 
Karma’s a bitch, and I got what was coming to me one night. Kurt and Dimitri were busy studying for their midterms, so I went out on my own. By then, we’d gotten pretty much everyone in the surrounding area, so I decided to venture off across town and into unfamiliar territory. Finding a target wasn’t difficult: you just had to look for cars with baby seats, houses with overly-colorful cartoon-themed curtains, or toys left in the yard. I came across a house that fit all three criteria, and parked my bike out of view. Playing with the tuner, I eventually found the right frequency. I could hear the sound of a baby snoring very lightly. A devious little smirk pushed its way onto my lips, and my heart began pounding with excitement. It was my time to shine. 
“I…am…watching…” I whispered into the monitor, using the creepiest voice I could muster. 
The house remained dark and lifeless. I figured the home owners hadn’t heard me. 
“…I…stand…over your bed…watching…waiting…I will get you…” I said, louder this time. 
Nothing. Just the sounds of crickets chirping, and the occasional dull roar of a car driving down the street. It was a little odd. Parents usually reacted much quicker than that. I began feeling a little nervous, and somewhat exposed. You know, like when you suddenly realize some creeper’s gawking at you? It was getting late, and I had a long bike ride home. Just as I was about to give up and leave, I heard a strange, moist gurgling sound coming from the monitor. The quiet, rhythmic snores ceased, and I assumed the baby had woken up and was about to start crying. Instead, a man spoke to me. 
“You’re the one…being…watched now…Juan,” he said softly. 
My stomach pirouetted at his words. How did he know my name?! I felt sick. Something was very wrong, and I could feel it in my bones. I glanced up at the nursery window, and saw a silhouette standing there watching me. Had he been there the whole time? The air was thick and difficult to inhale, though perhaps fear was making it hard to breathe. My body quivered uncontrollably, as a sense of dread poured into every inch of me. I climbed on my bike, pedalling desperately to get away. Part of me thought I was overreacting, but the overwhelming need to flee overpowered my rational mind. 
“You…can’t run…I know…where you live, Juan…” continued the man, even as I turned the corner. 
I flew down the street, not stopping until I reached a busy boulevard. Surrounded by cars and a few late night joggers, I felt safe. 
“…Your hoodie will run red your blood, boy…” whispered the man, still talking through the baby monitor in my pocket. 
A passerby gave me a nasty look as I yelped loudly in fear, practically ripping my hoodie in my frantic attempt at removing it. To the stranger, I must have looked like some snotty kid tripping balls or something. He didn’t know I was in genuine distress, so I don’t blame him for walking off with an insulted huff, though I wish he had offered to help me instead. 
After stuffing the hoodie into my backpack, I noticed my name scrawled on the back. It was my fucking school jacket: no wonder that bastard knew my name. It then occurred to me that baby monitors were fairly short-ranged, so I was obviously being followed. I nervously glanced around to try and identify my stalker. Was it the empty-looking van down the street? That guy walking his dog? The car that had just driven by? Either way, the last thing I wanted was to hear that voice again, so I turned off the device, and started pedalling towards my home. Fear had heightened my senses, and I began notice every motion of the trees in the breeze, every crackle of twigs under my wheels, and every car that zipped past me. I flinched whenever anyone came near, paranoid that whoever had spoken to me through the baby monitor was going to catch up. Fortunately, I made it home without incident. 
I parked the bike in my garage and crawled up the stairs to my bedroom. In one careless motion, I tossed my backpack and the baby monitor in the corner of my room, and dove under my sheets like an Olympic swimmer. It doesn’t matter how old you are: nothing feels safer than being under your blanket. I closed my eyes, hoping I’d be able to calm down enough to catch a few hours of rest before class, but then I heard static coming from the monitor across the room. The monitor that was supposed to be off. 
“Sweet dreams, Juan,” said the voice that still haunts my nightmares. 
I didn’t sleep a wink that night. I was too frightened to get out of bed until sunrise. When I got up, my first order of business was to remove the battery from the monitor and throw it in the trash. I didn’t want anything to do with it any more. I came up with an excuse to give my buddies so they wouldn’t think I was a huge pussy. With massive bags under my eyes, I got dressed, had breakfast, and went to school. 
It wasn’t until a few days later that I saw the house on the news. In an interview, a police officer explained that the small family who had been living in the house had been found in their beds, necks slit open. I had been outside when it happened: the killer had heard me on the baby monitor and decided to fuck with me. It was definitely a wake-up call, and I thanked my lucky stars that I hadn’t gotten the shit murdered out of me. I was too busy feeling thankful that I survived to feel bad about the family that hadn’t. Empathy, like wisdom, comes with age. 
Now that I’m an adult with a wife and daughter, I truly understand the consequences of my actions, and the severity of the situation I put myself in as a tremendously stupid teenage boy. That dreadful night, I thought I reached the epitome of fear, but it was just the tip of the iceberg. As a father, I now know that fear thrives and multiplies when there’s something more precious than your own life at stake. I can’t say for sure whether the killer found me again after all these years, or whether a new breed of idiots had the same idea as my friends and I, but I can tell you that I now understand what true terror is. Last night, I heard something on our baby monitor that sent chills into my very soul, shackling me with a paralyzing fear that I doubt will ever leave me: 
“I’m…still…watching…” 

________________
Well...What can i say ?

You guys...



...are the best.
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 27 Apr 2016 - 16:08    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,613
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Thu 30 Jun 2016 - 22:01    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Note : Pour moi le mot le plus approprié, et le seul que j'ai entendu pour désigner cette chose c'est baby phone et je n'ai jamais entendu d'équivalent français, alors j'ai pas cherché à être dans le "que des mots français à tout prix", donc si il y en a qui sont dérangés par ce terme, ils peuvent aller se faire foutre, je veux bien des propositions pour mettre autre chose. Very Happy




Quand j'étais au lycée, mes amis et moi avions un passe-temps spécial. Comme n'importe quels délinquants de notre âge, on aimait causer des ennuis. Nous n'étions pas des vandales, on ne vendait pas de drogues, et jamais on ne brutalisait les enfants à l'école. Non, ce que nous aimions, c'était foutre la trouille aux nouveaux parents en « hackant » leur baby phone. Nous étions d'insupportables voyous qui croyaient qu'ils étaient trop doués pour se faire attraper, et dont les conneries resteraient impunies. Une nuit ; cependant, j'ai reçu une bonne leçon, et j'ai réalisé que je n'étais pas aussi intouchable que mon ego surdimensionné d'ado me le laissait croire.

Dimitri, Kurt et moi étions dans la même école, on partageait un bon nombre de cours communs, et on traînait ensemble presque tous les soirs après le repas. On regardait des émissions drôles, jouions aux jeux vidéo, on parlait de qui avait le meilleur casier au bahut. Un soir, on se racontait des histoires flippantes au parc. Kurt nous a parlé de la fameuse histoire de la mère célibataire qui entend une voix démoniaque dans son baby phone. Comme beaucoup d'histoires d'horreur, ça puait la connerie, mais Dimitri nous a dit que c'était arrivé à sa mère une fois. Dans son propre baby phone, elle a entendu un voisin chanter une chanson à son bébé. Apparemment, il était possible de se brancher accidentellement à la fréquence de quelqu'un d'autre. En un instant, une ampoule s'est allumée au-dessus de nos têtes. Quand vous êtes suffisamment proche de quelqu'un, vous n'avez pas besoin de mots pour savoir à quoi la personne est en train de penser, et nous pouvons tous témoigner qu'on a pensé à exactement la même chose : on allait acheter un baby phone et se foutre de la gueule des gens.

Pardonnez-moi le jeu de mots, mais hacker un baby phone est un vrai jeu d'enfant. Tout ce dont vous avez besoin, c'est un engin sur la même fréquence que le vôtre. N'ayant jamais été du genre à faire les choses à moitié, j'ai fait l'achat d'un baby phone de super qualité, avec un cadran de fréquence, ainsi on pouvait faire des farces à autant de cibles qu'on voulait. La nuit suivante, on a pris nos vélos, pour faire le tour du quartier, et on a fini par dénicher notre première victime. On pouvait voir la chambre de l'enfant par la fenêtre du deuxième étage de cette maison de banlieue. Dimitri a pris le baby phone et a commencé à l'accorder sur différentes fréquences, jusqu'à ce qu'on entende une respiration. Je me rappelle du sentiment d'excitation qui m'a parcouru alors que notre projet aboutissait enfin. Dimitri a appuyé sur le bouton, et s'est mis à respirer bruyamment dans le microphone.

«… Votre… petite fille… était… délicieuse... » a-t-il murmuré, en utilisant sa meilleure voix démoniaque.
La lumière de la chambre principale s'est allumée presque immédiatement, et on a entendu un cri strident. En riant comme des ânes, on s'est dépêchés de redescendre la rue, on ne voulait pas se faire attraper.

On a répété la blague plusieurs fois au cours des semaines qui ont suivi, on parlait à tour de rôle dans le baby phone. Ne voulant pas que quiconque découvre notre petit jeu, on choisissait des maisons différentes à chaque fois. Les réactions de nos victimes n'avaient pas de prix : des mères répondaient paniquées, d'autres avaient l'air de savoir que c'était un canular et nous disait de la fermer, et une pauvre femme est même partie dans une crise de larmes incontrôlable, nous suppliant de ne pas faire de mal à son bébé. Je me sens mal en repensant à celle-là maintenant que j'ai grandi, mais à l'époque j'avais trouvé ça hilarant. Mes amis et moi avons imité ses braillements et cris implorants pendant des semaines après ça. Ouais, on était de sacrés enculés.

Le karma est une chienne, et une nuit, il m'est arrivé ce qu'il devait m'arriver. Kurt et Dimitri étaient occupés à réviser pour leurs partiels, alors j'ai décidé d'y aller seul. Depuis le temps, on avait eu une bonne partie de la population des alentours, alors j'ai décidé de m'aventurer en dehors de la ville, en territoire inconnu. Trouver une victime n'était pas difficile : il fallait juste regarder s'il y avait des sièges pour bébés dans la voiture, des rideaux trop colorés à l’effigie de personnages de dessins animés, ou des jouets oubliés dans le jardin. Je suis tombé sur une maison qui possédait les trois critères, et j'ai posé mon vélo loin des regards. En jouant avec le cadran, j'ai finalement trouvé la bonne fréquence. Je pouvais entendre le bruit d'un bébé ronflant très légèrement. Un petit sourire sournois s'est glissé sur mes lèvres, et mon cœur martelait ma poitrine d'excitation. Mon heure de gloire était venue.

« Je… t'observe... », ai-je murmuré dans le baby phone, avec la voix la plus flippante que j'étais capable de prendre.
La maison est restée sans lumière ni signe de vie. J'ai supposé que les propriétaires de la maison ne m'avaient pas entendu.
« … Je… suis… au-dessus… de votre lit… je…. vous regarde… en attendant… de m'occuper de vous… », ai-je dit, un peu plus fort cette fois.

Rien. Juste le son des criquets, et d'occasionnels grondements sourds d'une voiture passant dans la rue. C'était un peu bizarre, d'habitude les parents réagissaient plus rapidement ça. Je commençais à me sentir nerveux, et un peu exposé. Vous savez, comme quand vous vous rendez soudainement compte qu'il va se passer quelque chose ? Il se faisait tard, et la route pour rentrer chez moi était longue. Juste au moment où j'étais sur le point de laisser tomber et de m'en aller, j'ai entendu un étrange bruit de gargouillis baveux venant du baby phone. Les ronflements légers et réguliers avaient cessé, et je me suis dit que le bébé s'était réveillé et était sur le point de pleurer. Au lieu de ça, un homme m'a parlé.

« Tu es le seul… à être observé... en ce moment… Juan, » a-t-il dit doucement.

Mon estomac a fait un bond à ces mots. Comment connaissait-il mon nom !? Je me sentais trop mal. Quelque chose n'allait pas, et je le sentais jusque dans me os. J'ai lancé un regard à la fenêtre de la chambre de l'enfant, et j'ai vu une silhouette prostrée là, qui me regardait. Était-il là depuis le début ? L'air était étouffant et j'avais du mal à respirer, mais peut-être était-ce dû à la peur. Mon corps tremblait de façon incontrôlable, comme si on avait injecté de la terreur dans chaque partie de moi. J'ai grimpé sur mon vélo, pédalant désespérément pour m'éloigner au plus vite de cet endroit. Une partie de moi trouvait que j’exagérais, mais le besoin irrésistible de fuir m'empêchait toute pensée rationnelle.

« Tu… ne peux pas fuir… je sais… où tu vis, Juan…, » continuait l'homme, alors que je tournais au coin de la rue.
J'ai pédalé aussi vite que possible, ne m'arrêtant pas jusqu'à ce que j'atteigne un boulevard animé.
Être entouré de voitures et de quelques coureurs nocturnes me rassurait.

«… Ton sweat virera au rouge de ton sang, mon garçon… », murmurait l'homme, qui parlait toujours dans le baby phone dans ma poche.

Un passant m'a regardé de travers quand j'ai poussé un glapissement de peur, arrachant pratiquement mon sweat dans une tentative effrénée de l'enlever. Pour l'étranger, je devais avoir l'air d'un morveux drogué ou quelque chose comme ça. Il ne pouvait pas savoir que j'étais dans une vraie détresse, alors je ne peux pas le blâmer pour s'être écarté avec un soupir exaspéré. Cependant, j'aurais plutôt voulu qu'il m'offre son aide à la place.

Après avoir fourré le sweat dans mon sac à dos, j'ai remarqué que mon nom y était écrit derrière. C'était ma putain de veste d'école : pas étonnant que ce bâtard sache mon nom. Je me suis souvenu que les baby phones ne gardaient pas le signal très loin, alors, j'étais forcément suivi. J'ai regardé nerveusement autour de moi pour essayer d'identifier mon harceleur. Était-ce la camionnette qui semblait vide en bas de la rue ? Ce gars promenant son chien ? La voiture qui venait de passer ? De toute façon, la dernière chose que je voulais était entendre cette voix de nouveau, alors j'ai éteint l'appareil, et j'ai roulé en direction de ma maison. La peur avait accru mes sens, et je faisais attention à chaque petit mouvement dans les arbres, chaque craquement de brindilles sous mes roues, et à chaque voiture qui me dépassait. Je sursautais à chaque fois que quelqu'un s'approchait, devenant parano que celui qui m'avait parlé dans le baby phone ne me retrouve. Heureusement, je suis rentré à la maison sans incident.

J'ai rangé mon vélo dans le garage et me suis traîné dans les escaliers jusqu'à ma chambre. J'ai négligemment jeté mon sac à dos et le baby phone dans un coin de ma chambre, avant de plonger sous les draps tel un nageur olympique. Peu importe quel âge vous avez, il n'y a nulle part où vous vous sentirez plus en sécurité que sous votre couverture. J'ai fermé les yeux, en espérant que j'arriverais à me calmer suffisamment pour avoir quelques heures de repos avant les cours, mais c'est alors que j'ai entendu un bruit parasite venant du baby phone à l'autre bout de la pièce. Il était censé être éteint.

« Fais de beaux rêves, Juan », a dit la voix qui hante encore mes cauchemars.

Je n'ai pas fermé l’œil de la nuit. J'étais trop effrayé pour sortir du lit jusqu'au lever du soleil. Quand je me suis levé, mon premier réflexe a été de retirer la batterie du baby phone et de le jeter à la poubelle. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec. J'avais prévu une excuse pour pas que mes potes ne me prennent pour une tapette. Avec de grosses cernes sous les yeux, je me suis habillé, ai pris mon petit-déjeuner et suis parti en cours.

Ce n'est que quelques jours plus tard que j'ai vu la maison aux infos. Dans une interview, un policier expliquait que la petite famille qui avait vécu dans la maison avait été trouvée dans leurs lits, la gorge tranchée. J'étais devant la maison quand c'est arrivé : le tueur m'avait entendu dans le baby phone et avait décidé de jouer avec moi. C'était définitivement le déclic, et j'ai remercié ma bonne étoile pour ne pas avoir été la victime de ce putain de meurtre. J'étais trop occupé à me réjouir d'être en vie pour me sentir mal pour la famille qui n'avait pas eu cette chance. L'empathie, ainsi que la sagesse, viennent avec l'âge.

Maintenant que je suis un adulte avec une femme et une fille, j'ai pris pleinement conscience des conséquences de mes actes, et de la gravité de la situation dans laquelle je me suis mis en tant qu'imbécile d'adolescent. Durant cette horrible nuit, je pensais avoir atteint le maximum de la peur, mais c'était seulement la partie émergée de l'iceberg. Depuis que je suis père, je sais que la peur est bien plus intense quand il s'agit de quelque chose d'encore plus précieux que votre propre vie. Je ne peux pas dire avec certitude si le tueur m'a retrouvé après toutes ces années, ou si une nouvelle génération d'idiots a eu la même idée que mes amis et moi, mais je peux vous dire que je comprends maintenant ce qu'est la vraie terreur. La nuit dernière, j'ai entendu quelque chose dans notre baby phone qui m'a glacé le sang, qui m'a paralysé d'une peur qui ne me quittera sans doute jamais :

« Je… t'observe… encore... »
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances


Last edited by Antinotice on Tue 5 Jul 2016 - 19:54; edited 3 times in total
Back to top
dr.lama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 31 Dec 2013
Posts: 1,065
Localisation: noitasilacol
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

PostPosted: Thu 30 Jun 2016 - 22:19    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

- Cohérence/vraisemblance de l'histoire: vraiment top, surtout le coup du nom écrit sur le blouson

- Cohérence des actions du ou des personnages: au top, vraiment.

- Sentiment éveillé chez le lecteur : J'ai rigolé des conneries du narrateur et la fin je l'ai trouvé légèrement creepy, donc tout bon

- Vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Un témoignage.

- Style d'écriture : ok

- Lisibilité du texte : c'est un gros bloc Sad

- Intérêt de l'histoire : Je l'ai trouvée très juste et un poil malsaine.

POUR
________________



" He's the one
Who likes all our pretty songs
And he likes to sing along
And he likes to shoot his gun
But he knows not what it means
Knows not what it means "

-Kurt Cobain à propos de creepypasta.com


Last edited by dr.lama on Fri 1 Jul 2016 - 01:13; edited 1 time in total
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,613
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Thu 30 Jun 2016 - 22:21    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Un gros bloc ? Tu veux dire que tu trouves les paragraphes trop compacts ?
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
dr.lama
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 31 Dec 2013
Posts: 1,065
Localisation: noitasilacol
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

PostPosted: Thu 30 Jun 2016 - 22:26    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Autant pour moi, j'avais en tête le premier texte, mais c'est vrai que ta trad' est bien espacée.
________________



" He's the one
Who likes all our pretty songs
And he likes to sing along
And he likes to shoot his gun
But he knows not what it means
Knows not what it means "

-Kurt Cobain à propos de creepypasta.com
Back to top
Ocene
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 03 May 2013
Posts: 1,111
Localisation: Poveglia
Masculin

PostPosted: Fri 1 Jul 2016 - 01:00    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

• Cohérence de l'histoire et des personnages : Les réactions des personnages sont cohérentes de même pour l'histoire, je n'ai pas trouvé de problème avec ça.

• Sentiment éveillé : Au début j'ai trouvé l'histoire amusante avec les bêtises des personnages, mais ensuite, j'ai commencé à trouver ça de plus en plus malsain. Je me suis sentie mal à l'aise pour le personnage et j'ai eu peur pour lui.

• Moyen de transmission de l'histoire : Un témoignage.

• Style d'écriture : Rien à dire, très bonne traduction.

• Lisibilité du Texte : C'est bon, c'est lisible.

• Intérêt de l'Histoire : Le côté "drôle" de la Creepypasta vire très vite au malsain. Même si le baby phone est un peu un élément classique dans les films d'horreur, j'en ai rarement vu dans les Creepypastas. Elle mérite d'être sur le site.

Pour
Back to top
Visit poster’s website
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Fri 1 Jul 2016 - 01:46    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

dr.lama wrote:
Holy shit c'est long Sad
Bon aller


Le double post le plus utile que l'humanité ait pu connaître


Cohérence : c'est tout bon

Sentiments : ça me rappelle une histoire du genre (que je retrouve plus depuis des années) qui y ressemble avec une voix qui crie "Bobo" dans un baby phone

Sinon j'ai eu l'impression de "lire un film d'horreur"

MdT : témoignage

Style/lisibilité : il est tard, j'ai pas lu très attentivement mais il me semble pas qu'il y ait de problèmes, c'était agréable

Intérêt : bah ça a tout pour passer

Pour
________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Alexray
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 27 Mar 2013
Posts: 3,130
Masculin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre

PostPosted: Fri 1 Jul 2016 - 18:26    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Cohérence:
     À part le coup du sweat un peu idiot, y'a pas d'incohérence majeure.

MdT:
     Témoignage valide.

Sentiment:
     Impression de morale, un peu lourd.

Lisibilité:
     Bien.

Style:
     Traduction des expressions un peu bancale par moments.

Intérêt:
     Histoire originale.

Vote:
     Pour.
________________
"Brooklyn 99 est la meilleure série du monde"
- Brooklyn 99

"Gardien, livre nous ton enigme."
"C'était bien hier soir ?"
"Mais c'est pas une énigme."
"Moi c'est pas une énigme, c'est Jacques André."

"Tout petit déjà en cours de gymnastique le professeur..."
"Oh salut Jacques André tu m'ouvres ?"
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,613
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Fri 1 Jul 2016 - 18:26    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

C'est toi qui es bancal.

________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Kowai
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 15 Jul 2015
Posts: 1,232
Localisation: Bruxelles
Masculin Lion (24juil-23aoû) 蛇 Serpent

PostPosted: Fri 1 Jul 2016 - 19:19    Post subject: Baby Monitors Reply with quote

Ferme-la.


- Cohérence de l'histoire : Bonne.

- Cohérence des actions du/des personnage(s) : Bonne.

- Sentiment éveillé chez le lecteur : Étant conditionné, la seule chose que ce texte a éveillé en moi est un sentiment de satisfaction quant à sa qualité. Évidemment, il fera peur aux newbies du milieu.


Oh la pute, elle essaye de modifier ! Dégage !

- Lisibilité du texte : Pas de souci.

- Intérêt de l'histoire : Littéralement rien à dire. L'histoire est super. Bien joué Kamus (t'as rien fait Anti
). Pour.

________________



[flash width=400 height=326 loop=true flashvars= allowScriptAccess=never allowScriptAccess=never allowScriptAccess=always allowScriptAccess=never allowScriptAccess=never:13dc146c2e]http://cftcs.byethost7.com/cartekiwi.swf[/flash:13dc146c2e]

Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group