Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...)

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
RedRaven
Guest

Offline




PostPosted: Sat 21 May 2016 - 19:28    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

Source : http://wh.reddit.com/r/nosleep/comments/3m7y0u/my_ex_wouldnt_stop_texting_me/

Je viens de la lire, et je la trouve plutôt sympathique, je vais commencer à la traduire sur ce post. Smile



"Tu me manques."

J'ai résisté à l'envie d'avoir un téléphone aussi longtemps que possible. Je n'avais pas vraiment de bonnes raisons, je crois, autres que le prix. Quand j'ai pris mon indépendance, je n'avais aucun moyen de me payer un forfait mensuel. J'étais la seule de mes amis à avoir seulement un fixe, et ça rendait tout le monde dingue. J'ai réussi à attendre jusqu'à mon vingt-cinquième anniversaire, quand je me suis finalement sentie assez à l'aise financièrement pour m'en acheter un. Tous mes amis ont ri de mon changement d'avis, mais je peux dire que ça les a soulagés. Pour tout dire, j'étais assez heureuse aussi. Il s'avère que les téléphones portables sont ridiculement pratiques, qui l'aurait cru ?

J'ai commencé à recevoir des messages seulement environ un mois après avoir acheté mon téléphone. C'était le premier message d'un numéro inconnu que je recevais, et ça disait simplement : "Tu me manques."
J'ai d'abord été troublée - quel genre de message introductif c'était ? Ça me semblait un peu trop dramatique... Et ça l'était quand j'ai fait le lien.

Environ un an plus tôt, j'ai rayé de ma vie mon bon à rien d'ex petit ami. En y repensant, je peux définitivement dire qu'il n'était rien d'autre qu'un grand enfant. Il voulait que je fasse la cuisine, le ménage, que je m'occupe de ses rendez-vous médicaux, et que je lui donne - oui, lui DONNER - la moitié de mon salaire chaque mois, parce qu'il ne trouvait pas ça nécessaire de trouver un travail. Je n'aurais pas dû rester avec lui aussi longtemps - foutue belle gueule - mais une fois que j'ai repris mes esprits, je l'ai mis à la rue, comme toutes ses autres copines/victimes l'avaient fait avant. Ma supposition était qu'il me stalkait sur Facebook, ou alors qu'il avait poussé mes amis à lui donner mon nouveau numéro. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il essayait de reprendre contact avec moi, et je me suis dit que ça ne serait pas la dernière.

Au final, j'ai choisi de ne pas répondre. D'une, je savais qu'il voulait juste essayer de me manipuler si je lui en donnais la chance, comme d'habitude. De deux, ça me donnait une petite satisfaction de le laisser se sentir ignoré. En principe, j'essaye de ne pas être mesquine, mais parfois une occasion aussi parfaite est vraiment séduisante.

Les prochains mois ont semblé confirmé ma déduction. Ses attaques n'étaient pas constantes, mais étaient toujours des vagues réclamations qui semblaient indiquer qu'il avait besoin de profiter d'une nouvelle personne, et qu'il n'arrivait pas à en trouver une. Ce n'était pas surprenant qu'il essaye de me contacter en première, vu que j'ai été sa plus longue relation, et la plus loyale de toutes ses copines... Et la plus naïve. J'étais la cible parfaite.

Les messages étaient toujours dans le même esprit, et sont vite devenus pénibles.

"Tu me manques."
"J'aimerais pouvoir te voir..."
"J'ai cru te voir dans la foule aujourd'hui, mais ce n'était qu'un rêve."

Beurk. Pathétique.

Une nuit, environ huit mois après avoir eu mon téléphone, j'ai dérapé.
Je dois l'admettre, j'avais bu. Ça a commencé par une bière pour me détendre après le travail, et ça a vite tourné en beuverie, seule. J'étais complètement bourrée quand j'ai reçu un message plus long que d'habitude.

"Tu me manques tellement. Je sais que tu ne lis pas ça, mais aujourd'hui plus que jamais, j'ai besoin que tu saches à quel point je t'aime. Je ferais tout pour te voir encore une fois..."

"Aujourd'hui plus que jamais ?" me suis-je questionné. J'ai essayé de réfléchir malgré mon cerveau en bouillie. Dès la première pensée que j'ai eue, j'ai compris. "Aujourd'hui ça aurait sûrement été notre anniversaire." Certainement, pourquoi pas ? C'était l'occasion parfaite pour un peu de manipulation. C'était un connard, mais il était intelligent.
Et puis, j'ai eu une idée.
"Il veut jouer ? Ok. On va jouer. Mais je vais changer les règles." ai-je juré en bafouillant.
J'ai commencé à écrire et mon correcteur a lutté pour clarifier mes propos malgré mon ivresse.
"Si tu veux venir me voir, alors pourquoi tu ne le fais pas ?" Et puis, en prime, je lui ai fait savoir que je savais qu'il m'avait stalkée. "Tu sais où me trouver."
J'ai envoyé, et avec ça, j'ai changé le destin.




Quand je me suis réveillée le matin suivant, j'avais treize appels manqués. J'ai essayé de me souvenir, malgré mon mal de crâne, de quelles conneries j'avais fait la nuit d'avant. J'ai gémi quand mon historique de messages a répondu à ma question.
"Ok, au moins, j'ai pas répondu aux appels" ai-je pensé. J'ai silencieusement prié pour qu'il ne m'envoie plus de message ou ne rappelle pas, mais je craignais de l'avoir simplement encouragé à continuer.

À mon grand soulagement, il a arrêté de m'envoyer des messages. Pendant environ une semaine, mon téléphone a été libéré de ses assauts. J'étais secrètement satisfaite, félicitant mon côté ivre et son ingéniosité.




La semaine suivante, on a toqué à ma porte. Je l'ai ouverte et j'ai vu un policier, avec un visage solennel et un uniforme bleu, se tenant parfaitement droit dans la lumière du jour. Son partenaire se tenait derrière lui, son visage aussi dur que de la pierre. J'ai senti une drôle de froideur couler dans mes veines, pendant qu'ils me fixaient.

"Euh... Bonjour, officiers. Quelque chose ne va pas ?" ai-je demandé.

Après une courte présentation, ils se sont invités à l'intérieur. Je les ai laissés rentrer, sans être sûre de ce qu'ils cherchaient, mais étant convaincue qu'ils ne trouveraient rien. J'ai supposé qu'ils avaient fait une erreur, et j'ai été encore plus surprise quand ils ont commencé à me poser un tas de questions.

"Connaissez-vous quelqu'un du nom de Silence Madison ?"

J'étais perplexe, complètement déconcertée. "Je ne peux pas dire que oui... Pourquoi ?"

"Nous avons trouvé une série de messages qui vous étaient destinés dans son téléphone. Nous avons vu seulement une réponse de votre part." Le plus jeune officier a sorti une liste imprimé des messages que j'avais reçus, suivis de ma réponse ivre.

La réalité a commencé à me rattraper quand le plus vieil officier m'a demandé : "Avez-vous reçu ces messages ?"

"Ouais..." ai-je répondu. J'ai rapidement ajouté : "Mais ils venaient d'un numéro inconnu. Je pensais qu'ils étaient de mon ex petit ami."

"Et c'est pour ça que vous avez envoyé cette réponse ?"

Je transpirais nerveusement. "Eh bien... Ouais. J'ai pensé que ça l'arrêterait." Je n'ai pas pu me taire : "J'avais un peu bu, donc peut-être que ce n'était pas la meilleure décision..."

Le plus jeune officier est sorti pendant que le plus vieux a soupiré. "Il semble y avoir eu un accident plutôt malheureux."

"Qu'est-ce que vous voulez dire ?"

Il a pris une grande respiration, et a ouvert sa bouche...




Silence avait eu une première année très difficile à l'université.
Les cours étaient durs. Ce n'était pas fait pour elle. Sa vie était un mélange de stress et de papiers. Et, juste quand elle pensait que ça ne pouvait pas être pire, son meilleur ami depuis l'enfance, Raquel Wagner, est mort dans un accident de voiture. Il est mort sur le coup.
Silence s'est refermée sur elle-même, pendant que le semestre continuait. Sa famille et ses amis ont pleuré la perte de Raquel, bien sûr, mais ils ont continué leur vie, comme les gens ont coutume de faire. Silence, d'un autre côté, ne pouvait pas se résoudre à oublié son ami.
Elle a essayé de faire avec, vraiment elle a essayé. Elle sortait, elle essayait d'avoir l'air heureuse quand elle allait en cours. Mais elle a doucement sombré dans une obscurité qui semblait inévitable.
Et quand cette obscurité était vraiment épaisse, suffocante, insupportable... Elle envoyait des messages à l'ancien numéro de Raquel. Un geste inutile, mais parfois ça lui apportait du réconfort.
Et à l'anniversaire de la mort de Raquel, quand elle était au plus bas, elle a finalement eu une réponse.
"Si tu veux venir me voir, alors pourquoi tu ne le fais pas ? Tu sais où me trouver."
Elle a essayé d'appeler, mais elle ne tombait même pas sur le répondeur - parce que je ne l'avais jamais configuré.
Donc elle a fait la seule chose logique qu'elle pouvait faire. Elle est allée chercher la boîte de cutters qu'elle avait prise au travail, et elle s'est ouvert les veines.




J'ai fait une terrible erreur cette nuit-là, une erreur qui a mis fin à la vie de quelqu'un qui luttait désespérément.
Son père m'a pardonnée, mais, peu importe combien de fois je me suis excusée, sa mère n'avait rien d'autre que de la haine envers moi. Je comprenais ça. Pour elle, j'ai été le coup final pour tuer sa fille. La police m'a répété encore et encore que Silence elle-même a mis fin à sa vie. Je n'étais pas à blâmer. Mais au fond de moi, la culpabilité grandissait comme de la mauvaise herbe que je ne pouvais pas déraciner.

C'était une longue et dure année.
J'ai réussi à me remettre sur pieds et à continuer ma vie, bien que la mort de Silence s'accrochait à moi comme une ombre. Peu importe ce que je faisais, je ne pouvais juste pas l'oublier, quelque soit le temps qui me séparait de cet incident.

Hier c'était son anniversaire. J'ai fait de mon mieux pour passer cette journée, faisant semblant de ne jamais avoir entendu ce nom, de ne jamais avoir entendu cette histoire.

Ça allait, jusque 22h cette nuit, quand j'ai reçu un message. Un message du numéro que j'avais désespérément essayé d'oublier pendant la totalité de l'année.

"Merci !"
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 21 May 2016 - 19:28    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
RedRaven
Guest

Offline




PostPosted: Sat 21 May 2016 - 23:01    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

Hop ! J'ai fini la traduction, je pense qu'il y a plein d'erreurs ou de phrases mal formulées, mais là j'ai pas trop la tête à tout relire. J'essayerai de faire ça demain, mais si en attendant vous avez des avis, je suis preneuse.
Back to top
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Sun 22 May 2016 - 00:41    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

C'était sympa, mais j'ai une question : pourquoi le numéro de la protagoniste est le même que celui de Raquel ?



Ah, et aussi, Raquel est un prénom féminin. Smile
________________

Back to top
Visit poster’s website
RedRaven
Guest

Offline




PostPosted: Sun 22 May 2016 - 04:48    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

Raquel est morte, du coup son numéro a été attribué à quelqu'un d'autre, et c'est donc la narratrice qui l'a eu quand elle s'est acheté un téléphone
Back to top
Alohap
Inconnu
Inconnu

Offline

Joined: 14 Jun 2015
Posts: 1,267
Masculin

PostPosted: Sun 22 May 2016 - 16:38    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

Tripoda et la technologie ça fait deux  Successful Troll


pas mal pas mal
________________
Moi qui pensait que ça allait vite passer, mais en réalité ce début de printemps me rend mélancolique, en entendant les oiseaux chanter je me dit qu’en temps normal elle serait avec moi dans mes bras jusqu'à ce que je me rende comptes que ceci n'est qu'une pensée utopique.
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,611
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Sun 22 May 2016 - 17:00    Post subject: Mon ex n'arrêtait pas de m'envoyer des sms... (My ex wouldn't stop texting me...) Reply with quote

Mais c'est génial ! Bave
Et un peu triste aussi. Ça me fait penser que je devrais aller plus souvent sur reddit, y a vraiment de bons trucs parfois.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group