Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Jason

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Tripoda
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 21 Jan 2013
Posts: 6,795
Localisation: Kaulomachie
Masculin

PostPosted: Fri 22 Jul 2016 - 22:07    Post subject: Jason Reply with quote

Je peux pas donner de source car ça nous a été transmis directement via facebook.


I live on a small property on the outskirts of Aberdeen, Scotland with my wife, Joanne. Joanne and I are quite a while away from any form of contact with the world around us, a couple miles from the nearest town, but we like it that way. Well, I say we 'like' it that way, that term would be applicable if we were living as we did two years ago, before what we refer to as 'The Incident' happened. Now it feels more appropriate to say we 'liked' it that way.

Now I'm not going to fully go into what happened to be exact, sparing you all the displeasing details, but I will tell you this: Joanne and I are, and will always remain, a happy couple; high school lovebirds of a sort.
We were together every day, from sunrise to sundown, and as the years passed us; our bonds grew stronger. We left high school at the age of 16 and 15 (Joanne being a couple months older than me) and we bought a house and moved in together at the early age of 21. For the next few years everything was sweet, She was a nurse at Point Harken Hospital for the Criminally Insane, or what I used to refer to, jokingly, as 'The Sanatarium' (usually adding in a few somewhat comical ghost noises) due to the fact that she kept babbling on about how it had a 'haunted house' feeling to it, which made her uneasy, but she was happy there; she always did have a creepy aspect to her. She continues to work there to this very day, only God knows why, it always gave me the creeps. For the first couple years of my career, I was an IT contractor, usually having to spend days and weeks and on the odd occasion, a month or two away from home, but for the time being it was worth the money. When the distance from Joanne eventually became unbearable, I left my job and took up work as a shop keeper of a small barber shop just in town; the money wasn't good but being able to go home to fresh meals and the loving embrace of my wife every day made it all worth it.

I guess by now you're beginning to catch on to what's going on, I'm telling you some creepy story about my wife that works in, basically, an asylum who always says it's haunted and I'm about to tell you a story about the patients attacking her or something. If that's the case, you're wrong, very wrong.

In all her time there she's never been badly hurt, maybe received a few kicks or bites, or one of the wackjobs groping her, but nothing serious enough to write about, no. All our troubles started when we began trying for a child.

Joanne had a (how should I put it?) complicated pregnancy, barely surviving childbirth. We had a baby boy, named Jason. For the next three years, she did not work, she had a newborn child to look out for after all. On Jason's fourth birthday we were worried. He refused to talk to any people at all despite being able to talk since the age of two. He would ignore humans as if they were just figments of his imagination, preferring to talk to the household cat, Tigger. Jason would talk away as if the cat was paying close attention to him, pausing between each question he asked and replying to the silence as if Tigger had replied. Me and Joanne only saw this as a silly phase he was going through, guessing he'd eventually grow out of it sooner or later.

We were wrong.

He started school at the age of 5 and the issues continued. When anyone asked Jason a question, he would stare at them, blank and expressionless. Due to this, all of his teachers would just ignore him, carrying on with their lessons as if he wasn't even there. Jason may have been vocally impaired to any human's standards, but by no means at all was he mentally impaired, achieving the highest marks of all his classmates at the end of primary school exams.

Jason was 13 years old when we placed him into secondary school and for a while, all was good. All was good until that one day. Jason came home from school with bruises littering his face and a broken nose. One of the local boys, the self proclaimed 'hardest kid in school', had picked up on Jason's 'phase' and, as he was a bully, decided he would use this to his advantage, battering Jason for not replying to his question. I was furious and was yelling about how I was going to go down to the school and take matters into my own hands with the bully. Jason looked up as if he had acknowledged what I had said, shook his head violently, almost childishly, and then sunk his head into his lap again. Due to his action I took no more action. Now I wish I did.

Now you must think this is a heartwarming story about a disabled kid that gets his own back on the kid that bullies him; I wish it was that simple.

After his run in with his bully; Jason acted, well, different (to say the least). He was originally only talking to animals. Now he wasn't talking to them either; only shaking his head violently as he did to me, as if he was disapproving with the imaginary things the animals were saying.

It carried on happening until the age of 16. That's when 'odd' things started occurring. We found Jason poking around at a dead shrew in the garden, paying close attention to its internal organs in the same manner as an inquisitive child would. Soon after, an increasing amount of animals started showing up in our garden and stashed other places around the house, but only small ones such as field mice or shrews, so we just expected it was Tigger; after all, she did have a habit of leaving us little presents around the house.

It was not until Tigger went missing one night and the animals still turned up that we realised something was a little off. She had been missing for three weeks and we were still finding an extraordinary amount of dead mice littering the house. We questioned Jason, but he just shook his head in disapproval, as per usual. Jason came home from school very eagerly that day, as if he had something waiting for him, which seemed odd, he never seemed excited about anything. This was too weird, so Joanne and I decided to check up on him. As we entered his room we were hit with a foul stench of rotten flesh. We turned round the corner and noticed Jason crouched down, covered by a blanked. As we got closer, the smell intensified, reaching the point where it was almost unbearable. Holding back the urge to vomit, I slowly pulled the blanket off from over Jason's crouched body and was met with a sight I will never forget. Tigger lied lifeless in front of him, sliced open from neck to abdomen and Jason was carefully examining the internal organs, as he was with the shrew. The cut was precise, with accuracy only achievable by a surgical grade scalpel, which lied next to him. He must have stolen it from the schools science department. Jason turned around in shock, unable to move when he realised we had caught him in the middle of such a despicable act. Months went by after that 'little bit of a mistake' had happened. That monster of a child was still allowed to live with us, but for Joanne's sake only. If it were my choice, he'd be gone as soon as I had the chance. Various times after the 'mistake' I had lost my temper with Jason, often referring to him as a "shuffling invalid".

One night I was woken by the sound of something dragging along the floor outside our house and the garage door slamming shut. I crept into Jason's room, after all I had been having a pretty harsh go at an obviously psychologically and verbally challenged son, and we did find him slicing the family cat up like a science project, so for all I know we could have been next. Jason was nowhere to be seen and the smell of death still lingered in the room. That wasn't a good sign. I flung open his closet doors as to make sure he wasn't hiding. A terrible sight met my eyes. Up to 50 animals poured out from his closet like a red mass of carnage; mice, shrews, rabbits and even a couple of birds, all sliced open in the exact same fashion as Tigger. My heart sunk as the realisation hit me; Jason wasn't doing this for fun, he was practicing.

Practicing for something bigger.

Grabbing the nearest sharp object as a weapon, I bolted down the stairs and flew out of the front door, charging like a raging bull towards the garden shed, but a familiar yet horrifying sight met my eyes. The lights were on and the doors were wide open. Inside, Jason was crouched down low, staring at a cold, lifeless object on the floor. After a closer inspection, it became apparent that the object was bipedal and hairless, confirming my fears; Jason had in fact moved on to humans. I saw him slice a small quantity of flesh of the now dead human, and eat it. I called the police as soon as I had crept back inside, shaking with horror of what I had just seen. Was my son really slicing open a human in our garage like a butcher and eating slices of his flesh? Jason was arrested for murder and crimes against nature later that night and was admitted to Point Harken Hospital for the Criminally Insane.

Back to the present. I have never made contact with Jason since that night and don't have any plans to either, I never want anything to do with that monster ever again; but Joanna still likes to attempt to communicate with him through the bars in his cell. She always speaks of one day getting him out. This almost scares me; she does work there after all, maybe that's why she still works there, maybe not.

I hope not...


Je vis dans une petite propriété des environs d'Aberdeen en Écosse avec ma femme, Joanne. Joanne et moi vivons plutôt isolés du monde qui nous entoure, à environ 3 km de la ville la plus proche, mais nous aimons notre situation. Enfin, ça serait vrai si nous menions encore la vie que nous menions il y a deux ans, avant l'incident. À présent ce serait plus juste de dire que nous "aimions" cela.

Bon, je ne vais sans doute pas tout raconter, j'omettrai les détails les plus déplaisants, mais laissez-moi vous dire une chose avant de commencer : Joanne et moi formons et formerons toujours un couple heureux et inconditionnel. Unis comme deux tourtereaux dans un lycée. Nous étions toujours ensemble, du lever au coucher du soleil, et plus les années passaient, plus forts étaient nos liens. Nous avons arrêté l'école à 16 et 15 ans (Joanne avait quelques mois de plus que moi). Nous avons acheté la maison et nous avons emménagé ensemble à seulement 21 ans. Les premières années, tout était parfait. Joanne travaillait comme infirmière à l'hôpital de Point Harken, qui s'était spécialisé dans le traitement des aliénés criminels - ou, comme je l'appelais en rigolant (et avec une voix de spectre), "le sanatorium". Elle ne manquait en effet jamais une occasion de me parler de l'atmosphère 'hantée' qui imprégnait les lieux, et qui la prenait à la gorge parfois, mais dans l'ensemble elle était heureuse de ce travail. Elle travaille encore là bas à ce jour, Dieu seul sait pourquoi, cet endroit me donne des frissons. De mon côté, les deux premières années de ma carrière, j'étais entrepreneur en informatique ; un métier qui me tenait assez souvent éloigné de la maison, parfois quelques jours ou semaines, plus rarement un mois ou deux, mais pour le salaire que j'avais, ça valait bien cet effort. Mais cette activité mettait entre Joanne et moi une distance que nous n'avons plus pu supporter, et j'ai fini par démissionner au profit d'un travail de barbier en ville ; la paye était moins juteuse, mais le fait de pouvoir rentrer chez moi tous les soirs, avoir un repas chaud, et serrer mon épouse dans mes bras compensait largement ces sacrifices.

J'imagine que vous avez déjà commencé à faire des hypothèses sur ce qui vous attend dans ce récit : ma femme travaille ni plus ni moins dans un asile pour fous dangereux, les locaux sont hantés, elle va se faire agresser par un patient. Vous avez tout faux.

Depuis tout le temps qu'elle bosse là bas, elle n'a jamais été réellement blessée. Elle a sans doute reçu quelques coups à l'occasion, ou un des cinglés a essayé de la peloter. Les risques du métier. Mais rien de vraiment sérieux à son sujet, au pire des anecdotes navrantes. En réalité, tous nos problèmes ont débuté quand on a projeté d'avoir un enfant.

Joanne a eu, comment dire... une grossesse compliquée, elle a failli mourir pendant l'accouchement. C'était un garçon, nous l'avons appelé Jason. Pendant ses trois premières années, sa mère a arrêté de travailler pour se consacrer entièrement à lui. Quand il a eu quatre ans, nous avons commencé à être inquiets. Il a prononcé ses premiers mots à l'âge de deux ans, mais deux ans après, il n'avait jamais adressé la parole à personne. Il refusait de parler à ses congénères humains, comme s'ils n'avaient été que le fruit de son imagination. À la place, il parlait à notre chatte, Tigresse. Jason lui tenait de longs discours comme si elle y prêtait une attention particulière, marquant une pause entre chaque question, reprenant ensuite comme si Tigresse lui avait répondu dans l'intervalle. Au début, Joanne et moi avons fait comme si de rien n'était ; c'était certainement une phase, il allait bientôt s'ouvrir au monde.

Nous avions tort.

Il a commencé l'école à 5 ans et fréquenter d'autres enfants n'a pas résolu le problème. Quand on lui posait une question, Jason regardait fixement son interlocuteur, d'un air vide et sans expression. Ses professeurs l'ont très vite intégré : ils ont rapidement cessé de prêter attention à lui, poursuivant leur cours comme s'il n'était pas là. Peut-être que Jason avait des facultés de communication affaiblies, peut-être qu'il était incapable de se faire aux standards humains pour tenir une conversation, mais en aucun cas il n'était handicapé mental. À la sortie de l'école primaire, ses notes surpassaient celles de tous ses camarades.

Jason avait 13 ans quand il est entré au collège, et au début, la transition s'est faite sans aucun problème. Tout a été bien, jusqu'à ce jour où il est rentré à la maison, le visage couvert de bleus et le nez cassé. Un des garçons du coin, autoproclamé "le plus gros dur du bahut", s'en était pris à Jason sur son problème de communication. La brute s'était servie de ça à son avantage, frappant mon fils au visage chaque fois qu'il refusait de répondre à ses questions. J'étais furieux, je parlais déjà de me rendre moi-même au collège pour régler le problème en personne avec le coupable. Jason m'a regardé comme s'il s'attendait à cette réponse, a secoué la tête violemment, d'une manière presque enfantine, puis a de nouveau enfoui son visage entre ses bras. Finalement je n'ai jamais agi contre cette brute. Rétrospectivement, je me dis que j'aurais dû.

À présent vous vous dites probablement que c'est encore une de ces belles histoires où un enfant handicapé reprend lui-même le dessus sur son tortionnaire ; je voudrais bien que ce soit aussi simple.

Après cette altercation, Jason a commencé à agir... différemment (pour dire le moins). Avant, il ne parlait qu'aux animaux. À présent, il ne parlait plus du tout. Il se contentait du même hochement de tête qu'il m'avait adressé, comme s'il désapprouvait les dires imaginaires des animaux avec lesquels il conversait.

Ça a continué jusqu'à ses 16 ans. C'est le moment où des choses bizarres ont commencé à se produire. D'abord, nous l'avons surpris à observer une musaraigne morte dans le jardin, examinant ses organes internes avec une attention particulière, à la manière d'un enfant curieux. Peu de temps après, une quantité croissante de cadavres s'est amassée dans notre jardin, certains aussi dissimulés à l'intérieur de la maison ; mais ce n'était que des petits animaux comme des campagnols ou des musaraignes, ce qui laissait penser que Tigresse était la coupable. Après tout, elle avait déjà cette habitude de nous laisser des "cadeaux" quand elle partait en chasse.

Mais un jour, Tigresse a disparu et les cadavres continuaient d'arriver. C'est là que nous avons réalisé que quelque chose n'était pas normal. Elle ne s'était pas montrée depuis dix jours, et il y avait toujours une quantité renouvelée de souris mortes qui parsemaient le plancher de la maison. Nous avons questionné Jason sur le sujet, mais il a simplement secoué la tête en signe de désapprobation, comme il en avait l'habitude. Il était rentré de l'école avec une excitation manifeste ce jour-là, comme si quelque chose l'attendait à la maison ; ce qui était vraiment inhabituel : il ne montrait jamais d'enthousiasme pour quoi que ce soit. Joanne et moi étions intrigués, aussi, nous avons décidé d'aller le voir dans sa chambre.

Quand nous sommes entrés, nous avons tout de suite été frappés par une odeur prégnante de chair pourrie. Dans le coin de la pièce se tenait Jason, accroupi, une couverture sur le dos. À mesure que nous approchions, l'odeur s'est intensifiée jusqu'à atteindre la limite du supportable. Réprimant l'envie de vomir, j'ai lentement retiré la couverture sur le dos voûté de Jason, révélant un spectacle que je n'arriverai jamais à oublier. Tigresse était étendue sur le dos devant lui, ouverte de la gorge à l'abdomen, et Jason était penché sur elle, examinant avec passion ses organes mis à nu. L'ouverture était nette, d'une précision qui ne serait permise que par un scalpel de chirurgien, lequel gisait à côté de mon fils. Il avait dû le dérober en salle de biologie. Jason a fait volte-face, se figeant alors qu'il réalisait qu'on venait de le surprendre au milieu de son sinistre ouvrage.

Plusieurs mois s'étaient écoulés depuis ce "petit incident". Ce monstre était toujours autorisé à vivre avec nous, mais seulement parce que Joanne le voulait. Elle faisait tout pour le protéger. Si ça n'avait dépendu que de moi, je l'aurais mis dehors à la première occasion. Plusieurs fois après, je me suis pris à perdre mon sang-froid en sa présence, et je le désignais souvent comme un débile dérangé.

Une nuit, j'ai été réveillé par le son d'un objet lourd qu'on trainait sur le sol devant la maison, suivi du bruit de la porte du garage qui se fermait. Je me suis introduit dans la chambre de Jason - après tout, j'avais une relation assez conflictuelle avec cet enfant manifestement dérangé, et nous l'avions surpris à couper le chat de la maison en rondelles comme un vulgaire projet de sciences, et j'avais de bonnes raisons de nous soupçonner d'être les prochains. Jason n'était pas dans sa chambre, et l'odeur de cadavre embaumait de nouveau la pièce. C'était mauvais signe. J'ai alors ouvert la porte de son placard, pour vérifier s'il ne s'y cachait pas - et une cinquantaine d'animaux morts s'est déversée par l'ouverture en une masse rouge informe. Des souris, des musaraignes, des lapins, des oiseaux même. Tous ouverts du cou au ventre, comme il l'avait fait avec Tigresse.

Mon coeur a manqué de lâcher quand j'ai réalisé ce qu'il faisait depuis des mois. Jason ne faisait pas ça pour s'amuser : il s'entrainait.

Il s'entrainait pour quelque chose de plus gros.

Je me suis emparé du premier objet pointu que j'ai trouvé, me préparant au pire. J'ai descendu les escaliers d'un bond et j'ai franchi la porte d'entrée à toute vitesse, chargeant comme un taureau enragé en direction du garage, mais un spectacle horrible mais non moins familier m'a percuté le regard. La lumière était allumée, et la porte grande ouverte. Jason était à l'intérieur, penché sur un objet froid et sans vie étendu sur le sol. En regardant attentivement, j'ai réalisé que cet objet était bipède et sans poils, confirmant mes craintes. Jason venait de passer au niveau supérieur.

Je l'ai observé alors qu'il tranchait un morceau de chair sur le corps, avant de le manger. J'ai appelé la police aussitôt que j'ai pu retourner discrètement à l'intérieur, tremblant de terreur devant ce que je venais de voir. Est-ce que mon fils venait vraiment d'éventrer un autre être humain dans mon garage, est-ce qu'il était vraiment en train de dévorer sa chair ?

Jason a été arrêté pour meurtre cette nuit-là, sans résistance. Peu après, il était admis à Point Harken.

J'ai dit que Joanna et moi formions un couple uni, mais il faut bien le dire, cet événement a créé... certains désaccords. Je n'ai plus contacté Jason depuis la nuit où je l'ai surpris à s'adonner au cannibalisme, et je ne prévois pas de le faire. Je ne veux plus jamais entendre parler de lui. Joanna, de son côté... croit encore que notre enfant peut nous comprendre, et elle tente chaque jour de communiquer avec lui à travers les barreaux de sa cellule.

Elle ne cesse jamais de me parler du jour où on le sortira de là. Je lui ai dit que ça me faisait peur, mais elle ne m'écoute plus. Elle n'a plus tellement l'air de compter sur moi, en fait. En réalité, je crois bien que c'est pour ça qu'elle travaille toujours à Point Harken.

J'espère me tromper.
________________



Last edited by Tripoda on Sat 23 Jul 2016 - 23:07; edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Fri 22 Jul 2016 - 22:07    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,608
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Sat 23 Jul 2016 - 22:03    Post subject: Jason Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des actions des personnages : Un gamin bizarre comme ça, il est pas un minimum suivi ? Je sais que quand c'est son enfant on se dit qu'il est un peu spécial mais que c'est pas grave, mais quand même, les parents ont pas l'air de beaucoup se poser de questions.

Moyen de transmission : Ok.

Sentiments éveillés : C'est agréable à lire, mais dés le moment où il évoque les animaux morts, j'ai compris comment la suite allait se dérouler.

Lisibilité et style : Bons.

Intérêt : On en a déjà des tonnes des pastas comme celle-ci, et même si elle est mieux écrite que la plupart des autres, bah dans le fond c'est pas pour ça que ça vaut la peine d'avoir une énième histoire de gosse dérangé pas très développée sur le site. Contre.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
B B Bux
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 25 Jul 2016
Posts: 15
Masculin

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 15:26    Post subject: Jason Reply with quote

Cohérence de l'histoire : Bon. La seule chose qui me tarabuste un peu, c'est que le récit étant rédigé après coup, je ne comprends pas pourquoi Jason n'est pas désigné comme étant monstrueux depuis le début - ou que du moins, des indices laissent paraitre que son père le considère comme tel. Après, ca tient à la creepy elle-même, pas à la traduction. Et si, quand même, une cinquantaine d'animaux morts dans son armoire ? Qu'ils ne l'aient pas vus avant, pourquoi pas, veulent pas voir, pas croire, tout ça mais à ce moment là, le père est au courant et le considère comme un monstre ; j'ai du mal à croire qu'il ne l'ait pas surveillé.

Cohérence des personnages : OK à part le bémol au dessus.

Moyen de transmission : OK. C'est un témoignage, dont on ne sait pas à qui il est adressé ou pour quelle raison il est écrit mais on s'en fiche ; le but ici n'est pas de faire peur au mlecteur mais de le mettre mal à l'aise, pas besoin d'en faire plus.

Sentiments éveillés : Mal à l'aise essentiellement et curiosité.

Lisibilité : Impec.

Intérêt : Pas la creepy du siècle, mais loin d'être une honte. J'ai apprécié les clins d'oeil en "ah ahhhhh, vous vous dites que vous savez ce qui va arriver ? Et bah non". Si on part du principe qu'une creepypasta doit être axée plus sur le glauque, l'entre deux, le doute que sur la peur en tant que telle, elle répond totalement à la définition. Pour.
Back to top
ShadowInTheBlueMoon
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 25 Jul 2016
Posts: 151
Localisation: France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 19:06    Post subject: Jason Reply with quote

Cohérence de l'histoire: personnellement, je trouve l'histoire cohérente.

Moyen de transmission: plausible également.

Sentiment éveillé: de l'angoisse. Par contre les descriptions des éventrements m'ont un peu refroidis. J'aurais préféré quelque chose de plus subjectifs.

Lisibilité: elle est bonne.

Intérêt: c'est bien une creepypasta à mon sens et la traduction est bonne. Pour
________________
Let me take you to the blue moon.
Back to top
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 19:33    Post subject: Jason Reply with quote

Cohérence de l'histoire/ des personnages : Comment dire...J'veux bien que le gosse soit "spécial", mais personne le suit un minimum ? Personne s'inquiète plus que ça ? J'ai du mal à croire que personne réagisse quand un ado de 16ans commence à jouer avec des cadavres.


Moyen de transmission : C'est ok.


Sentiments éveillés : Pas grand, c'était plutôt prévisible comme chute d'ailleurs.


Lisibilité/style : Correct, c'est plaisant à lire.


Intérêt : J'trouve le sujet plutôt déjà vu et la façon de l'aborder est pas spécialement incroyable ni novatrice, du coup ça sera un contre.
Back to top
Nevermore
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 08 Jun 2014
Posts: 862
Localisation: Nantes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 22:08    Post subject: Jason Reply with quote

► Incohérence de l'histoire et de la narration :
    Déjà dit.

► Incohérence des actions :
    Déjà dit.

► Sentiment éveillé et potentiel :
    Les interventions du narrateur donne un côté agréable à la lecture, mais je suis resté sur ma faim. (sans jeu de mot aucun, bien entendu)
    Les scènes à la scalpel peuvent en déranger plus d'un, même si tombe pas dans le gore complet.

Traduction :

    /

► Style :
    Bon.

► Intérêt :
    J'aime bien la forme, c'est agréable à lire, mais le fond manque d'originalité. Very Happy
    Encore un gamin instable, renier de tous, tuant des animaux puis enfin un être humain. (et accessoirement le manger)
    Même si la toute fin est appréciable, j'ai l'impression de lire un énième fait divers d'une lointaine contrée américaine.
    C'est un contre.
________________
ᚾᛖᚢᛖᚱᛗᛟᚱᛖ





Ar. Do.

⠨⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠺ ⠏⠥⠝⠺⠚⠚⠑⠁ ⠵⠟ ⠕⠺⠚⠉⠂ ⠽⠅⠚⠏⠝⠁ ⠓⠄⠺⠚⠽⠑⠚⠚⠁ ⠃⠺⠑⠭⠓⠁⠕⠕⠁ ⠵⠁ ⠓⠄⠅⠝⠲
⠶⠨⠕⠅⠥⠅⠚⠕ ⠝⠁⠺⠓⠑⠕⠏⠁⠕⠂ ⠁⠞⠑⠉⠁⠅⠚⠕ ⠓⠄⠑⠊⠇⠅⠕⠪⠭⠓⠁⠲⠶






Back to top
Visit poster’s website
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Tue 26 Jul 2016 - 16:56    Post subject: Jason Reply with quote

Cohérence : je trouve rien d'incohérent, à part que le gamin est un peu délaissé par ses parents tav


Sentiments : rien, le style est vraiment "éloigné du texte" (je sais pas comment dire ça, c'est pas immersif quoi). Le gore est juste là pour du gore sinon


MdT : un témoignage mais c'est vraiment détaillé et ça tombe presque dans la nouvelle quand on avance dans l'histoire


Style/lisibilité : bien traduit mais comme je l'ai dit, le texte est détaché de l'histoire


Intérêt : je pense pas que ça en vaille la peine


Contre
________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Ocene
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 03 May 2013
Posts: 1,111
Localisation: Poveglia
Masculin

PostPosted: Tue 26 Jul 2016 - 18:09    Post subject: Jason Reply with quote

• Cohérence de l'histoire et des personnages : Ça a déjà été dit, mais moi aussi cette histoire de gamin, ça me perturbe un peu, pour le reste c'est bon.

• Sentiment éveillé : Pas grand chose personnellement, même si j'ai trouvé le texte intéressant.

• Moyen de transmission de l'histoire : Pas de problème

• Style d'écriture : Pas de soucis, et bonne traduction.

• Lisibilité du texte : Même si c'est un peu long, c'est facile et assez rapide à lire.

• Intérêt de l'histoire : Un bon texte, agréable à lire et intéressant mais je ne trouve pas ça très original, et je pense que ça n'a pas trop d’intérêt pour le site.

Contre.
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group