Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Has anyone else seen this man? I think he killed my friend.

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Moebius
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 8
Masculin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 01:55    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Texte original
Hey ! C'est ma première traduction de creepypasta, elle n'est sûrement pas parfaite alors les critiques sont les bienvenues.


          Quelqu’un d’autre a déjà vu cet homme ? Je pense qu'il a tué mon amie.


Mon amie est morte. Elle l’est depuis longtemps, alors s’il vous plait, pas de condoléances. Les gens meurent, vous savez ? Et je suis heureuse d’avoir passé tout mon temps possible avec elle. Quoi qu’il en soit, au lycée, on se passait des mots en classe. Cependant, pas de manière conventionnelle. On avait un cahier dédié uniquement à ça. On le remplissait pages après pages. Lorsque mon amie est morte il y’a quelques années de cela, sa mère vit les cahiers et accepta de me laisser en prendre certains d’entre eux, elle savait à quel point ils étaient importants pour moi. Au début, elle a dit qu’elle voulait tous les garder, mais je l’ai convaincue de s’en séparer de quelques-uns. "Elle voulait qu'ils soient publiés," lui ai-je dit. "J’ai des contacts. Je peux le faire pour pas cher." Sa mère a accepté à contrecœur. Elle a voulu honorer la mémoire de sa fille.
Je me suis mis à lire les journaux que récemment. Sa mort est encore un sujet douloureux pour moi parce que personne ne pouvait en comprendre la cause, donc il m’a fallu un certain temps pour être confortable avec ce sujet. Mais j’ai enfin commencé à trier les entrées des journaux. Je ne voulais pas publier quelque chose qu’elle ne voudrait pas. Rien qui puisse incriminer sa famille, des trucs comme ça. (Elle avait écrit les problèmes personnels de sa famille, et ce ne sont pas des affaires que le monde doit connaitre.)
Elle a commencé à écrire sa vie lorsqu’elle avait environ huit ans. J'ai toujours admiré ce genre de dévouement. Elle était accro à l’écriture du journal et pouvait parfois écrire plusieurs entrées par jour, mais elle en écrivait au moins une par jour. Sa vie n’était pas complète sans ça. Je crois qu'elle l'a fait pour des raisons du genre– au cas où ses journaux pourraient potentiellement aider quelqu'un. Dans ce cas, j'en ai besoin pour aider sa mémoire. Peut-être résoudre le mystère tournant autour de sa mort.
Compte tenu de certaines choses que j’ai trouvées, je ne veux vraiment pas publier ses journaux. Pas encore. Je voulais m’adresser à vous les gars. Vous pourriez avoir une vision différente de la chose que la mienne. Mais permettez-moi de revenir en arrière.
Lorsqu’elle avait environ huit ans, mon amie a écrit sa première entrée à propos de "L’Homme". Il apparaissait de manière sporadique dans ses entrées, disparaissant pendant des années à la fois. Au cours de ses derniers mois, elle écrivait à son sujet non-stop. Presque chaque entrée était à propos de "L’Homme". Au début, je pensais que c’était un cas de maltraitance d’enfants. Quelqu'un l'avait molesté, et elle écrivait à propos de ça. Mais ce n’était pas le cas. C’est bien plus sinistre que cela. Je n'arrive à mettre la main dessus.
Je vais enregistrer toutes les entrées pertinentes dans un seul post. Ce ne sera pas une série de posts, à moins que je collecte plus d’informations. Alors préparez-vous à ce que ce soit long. Je suis désolé pour ce que ça vaut, mais j’apprécierais de l'aide.

Ces premières entrées ont été faites lorsqu’elle était âgée de 8-10 ans. L'orthographe n’est pas parfaite, mais j’ai essayé de la déchiffrer au mieux de mes capacités.

  17 JANVIER 2000
Je suis Stefani et j’ai huit ans. J’ai joué avec mes poupées. J’ai mangé une pomme. J’ai vu un homme.
  6 NOVEMBRE 2000
J’ai vu un homme. Il ne m’a pas parlé. J’ai mangé un hamburger.
  11 OCTOBRE 2002
J’ai vu un homme dehors aujourd’hui. Il avait les cheveux bruns. Il me regardait. Ça me faisait peur alors je suis rentrée à l’intérieur.

Ici, Stefani est une pré-ado. Vous remarquerez qu'elle essaie de développer sa propre personnalité et son style d’écriture. Ces années ont été les plus amusantes pour moi à lire, en enlevant tous les trucs sur "L’Homme". Malheureusement, vous ne la verrez pas devenir une jeune femme à travers des entrées normales. Je vais poster uniquement les entrées à propos de "L’Homme". Il devient un thème récurrent ici, avant de disparaitre pour quelques années.
  2 AVRIL 2005
Il a beaucoup plu aujourd'hui, alors Maman m'a fait rester à l'intérieur. Ce n’est pas un problème parce que ce n’est pas comme si j’avais des amis ou quoi que ce soit. L’école c’est nul. La vie aussi, mais qu'est-ce que je peux faire ? Mon anniversaire est dans deux mois alors peut-être que j’aurais une meilleure année une fois que j’aurais quatorze ans.
  2 AVRIL 2005
OH MON DIEU Bon je sais que c’est encore le même jour, en fait il fait nuit maintenant, mais peu importe. Alors je regardais dehors (il pleut encore bouh) et j’ai vu le truc le plus bizarre du monde. Il y’a un gars dehors qui ramasse des petits cailloux et qui les jette dans les caniveaux, les égouts, peu importe ce que c’est. Le truc où l’eau tombe quand il pleut. Bref, il continuait juste de faire ça. Je l’ai regardé pendant 5 minutes et c'est tout ce qu'il a fait. Euh, d'accord ? Peu importe mec. Tu fais ce que tu veux, je suppose.
  17 AVRIL 2005
Alors je suis dans le bus et un truc trop bizarre est arrivé. J’ai vu le même gars qui jetait des cailloux. Il était debout à côté de mon bus et il n’a pas arrêté de me regarder. Bizarre, non ? Personne d’autre ne l’a vu. J’ai interrogé le chauffeur du bus à propos du gars, mais il a dit qu'il n'y avait personne. Mon cousin est skizofrène (ça s’écrit comme ça ?) alors peut-être que je le suis aussi. Je me demande si c’est comme dans "Une vie volée".
  1 MAI 2005
Je me suis faite une amie aujourd’hui ! Elle est trop cool. Elle s’appelle Xena parce que sa mère adore la série télé. Elle prend des cours de karaté et elle aime la glace au citron vert. On a discuté pendant le déjeuner et tout. Elle est tellement cool. On va s’asseoir ensemble pour déjeuner demain aussi. Mais un truc bizarre s’est produit: j’ai revu l’homme dans la cafétéria. Teeeeeellement glauque, il était juste couché sous l'une des tables en me regardant. Je l’ai raconté à ma mère et elle a dit qu’elle va en parler avec l’école.
  5 MAI 2005
CES PUTAINS CONNARDS !!! Je sais que je ne devrais pas jurer mais merde quoi !!! Ils ont dit à ma mère que j’étais juste en train d’inventer des trucs et que j’ai besoin d’aide !!! Excusez-moi ? C’EST VOUS QUI AVEZ BESOIN D’AIDE. VOUS LAISSEZ DES MECS TERRIFIANTS ENTRER DANS VOTRE ÉCOLE, SALAUDS. ET S’IL ME KIDNAPPE OMG. JE DÉTESTE CET ENDROIT. JE LE DÉTESTE. JE DÉTESTE TOUT. JE DÉTESTE MA MÈRE ET JE DÉTESTE CETTE ÉCOLE STUPIDE ET J’ESPÈRE QUE CE GARS M’ATTRAPE ET ME TUE, ALORS ILS REGRETTERONT.
  8 MAI 2005
On est à un mois de mon anniversaire et il est déjà gâché. Je dois aller voir un psychiatre. Xena ne me parle plus parce que tout le monde pense que je suis skizofrène (je sais toujours pas comment ça s’écrit lol). Je ne comprends pas pourquoi tout le monde devient aussi tordu. Je ne suis pas folle, je vois tout le temps un homme. C’est votre faute, pas la mienne.
  25 MAI 2005
La psychiatre dit que je suis normale, mais je suis stressée à propos de quelque chose. Elle dit que c’est un TSPT. Il peut amener les enfants à se conduire bizarrement ou je sais pas quoi. J’ai essayé de lui expliquer que j'inventais pas tous ça. Je vois vraiment quelqu’un. Elle a dit que personne d'autre ne le voit donc il vient de mon imagination. Ok allez-vous faire foutre madame. T’es même pas un vrai médecin et c’est pourquoi tu crains. Fais avec.
  8 JUIN 2005
Personne n’est venu à ma fête d’anniversaire à part ma famille. Peu importe. Au moins L’Homme n’est pas venu.

C’est la seule entrée où elle écrit de L’Homme en tant qu’adolescente.
  19 SEPTEMBRE 2008
 Ok, je sais que ça semble sur fou. Cela fait trois ans. Trois ans depuis la dernière fois que je vis cet homme. Mais aujourd’hui je l’ai vu encore une fois. Il pleuvait, et il jetait des cailloux dans les caniveaux à nouveau. Je l'ai observé aussi longtemps que possible avant d’être effrayée et de fermer les stores. Parfois, j’aime relire mes vieux journaux, alors je l’ai fait et ça peut paraitre bizarre, mais je ne me souviens pas de l’avoir vue quand j’étais gamine. Je l’avais clairement vue, mais je ne m’en rappelle pas. Alors je vais le décrire maintenant au cas où je l’oublie à nouveau: il a les cheveux bruns, il a l’air un peu plus grand de taille que moi. Probablement 1m75. Très maigre. Il est torse-nu, en revanche il porte un pantalon marron vraiment usé. Il a un visage plutôt enfoncé. Ses lèvres sont toujours tirées vers l’arrière. Vous savez lorsqu’on voit quelqu’un en décomposition dans les films et leur visage a l’air enfoncé et leurs lèvres exposent toujours leurs dents ? Il ressemble un peu à ça. Il est probablement accro à une drogue ou une merde du genre. C’est vraiment effrayant, de le regarder. Mais parfois, je ne peux pas m’arrêter. C’est comme si il veut que je le fixe.
Je ne peux en parler à personne. Je sais ce qui va se passer. Ma mère me fera consulter un psychiatre à nouveau, et puis ils diront que je suis folle. Je commence tout juste à me faire des amis. Alyssa, par exemple. Elle est vraiment sympa.
Je viens de regarder dehors, et il a disparu. Je vais essayer de dormir. Grosse journée à l'école demain.

Ce sont les derniers mois des journaux de Stefani. L’Homme est dans presque toutes les entrées.
  1 AVRIL 2014
C’est l’anniversaire d’Alyssa. On traine à la plage. J’ai revu L’Homme. C’est bizarre. Je continue de le voir, mais il n’apparait pas si souvent que ça. J’espère que ça reste comme ça. Je vais essayer de l’ignorer et de continuer ma vie. Il ne m’a pas encore fait de mal. Juste me faire peur. Peut-être que je suis vraiment folle. Peut-être que c’est mon problème. Peut-être qu’il est juste issu d’une hallucination. Je veux dire, je souhaiterais continuer avec ma vie en l'ignorant, mais je ne peux pas. Je ne peux même pas parler de la plage. J'ai tellement peur.
  2 AVRIL 2014
Le père d’Alyssa nous a pris à la chasse. On fait du camping, maintenant, mais je n’arrive pas à dormir. J’ai tiré sur un cerf, et j’étais tellement excitée de pouvoir ramener de la nourriture pour tout le monde, mais quand je suis allée de chercher, L’Homme y était avant moi.
Il avait son doigt dans le trou de l’impact et il l’enfonça en le tortillant jusqu’à ce que le trou s’élargisse. Il continuait de déchirer la peau de l’animal, jusqu’à ce qu’il obtienne assez de muscle pour abaisser son visage et manger. C’est comme s’il ne m’avait pas remarquer. Il continuait juste de manger le cerf que j’ai tué. Je ne pouvais rien faire. J’ai crié et j’ai courue en direction du campement, où j’ai retrouvée Alyssa et son père. J’ai menti en disant que j’avais vu un serpent, que j’ai tiré sous l’effet de la panique. Je ne pense pas qu’ils me croient.
  3 AVRIL 2014
L’Homme était dans la tente lorsque je me suis réveillée.
  9 AVRIL 2014
J’ai reçu un paquet aujourd’hui. Je l’ai ouvert, c’était un gros bouquin. Un album photo. Je ne sais pas de qui il vient, mais je l’ai feuilletée. Tout d’abord, je pensais que c’était juste un album retraçant la vie d'une petite fille à mesure qu'elle grandissait, mais en regardant de plus près, j’ai remarqué quelque chose: Dans chacune de ces photos, il y’a une sorte de flou marron derrière la fille. A mesure qu’elle grandissait, les images devenaient de plus en plus claires. L’Homme était dans chacune des photos. A beau milieu, l’album s’arrête. Plus aucune photo, rien. Je retournai à la page d’avant au cas où j’avais raté quelque chose. Sur la couverture, à l’intérieur, quelqu’un a écrit "IL CONSOMME". Quelqu’un est en train de se foutre de ma gueule. Je ne sais pas qui ou pourquoi, mais on se fout de moi de j’en peut plus. Laissez-moi.
  11 AVRIL 2014
Son nom était Elizabeth Montes. Elle est morte à vingt-six ans. La cause du décès est inconnue. L'hypothèse d'un meurtre est écartée. Incroyable, ce qu’un voyage à la bibliothèque peut vous apprendre.
  15 AVRIL 2014
J’ai trouvé la famille Montes. Au début, je les ai appelés, mais lorsque j’ai dit que je voulais leur parler à propos de leur fille, ils m’ont raccroché au nez. Alors à la place, je leur ai rendu visite. C’est beaucoup plus difficile de claquer une porte dans le visage de quelqu'un que de lui raccroche au nez. J’avais mon pied à l’intérieur et je ne les ai pas laissés me foutre dehors. Je suis désespérée. Je leur ai dit que je suis désespérée. Parce que la chose qui a fait du mal à leur fille essaie de me faire du mal aussi. Ils m’ont finalement permis d’entrer et de m’asseoir, mais je pouvais deviner qu’ils n’étaient pas enchantés de ma présence. Je leur ai montré l’album photo, et ils voulaient savoir où je l’ai eu. Je leur ai dit que quelqu'un me l'a envoyé, et je pensais que c’était eux. Ce n’était pas le cas. Donc, je leur demandai où tout a commencé, et ils me racontèrent à contrecœur.
Elizabeth a commencé à voir l'homme quand elle avait environ cinq ans. Au début, ils pensaient qu'il était son ami imaginaire, alors ils ne s’en inquiétaient pas. Mais finalement, la fille a grandi et est devenue tourmentée. Ils l'ont emmenée à un psychiatre qui a déterminé qu'elle avait un TSPT (Ca semble familier ? Putain de charlatans.) Les années passèrent et elle est devenue une recluse. Elle ne mangeait pas. Dormait à peine. Puis elle allait bien. Pendant des années, elle allait bien. Et puis ça a recommencé. Très semblable à ce qui se passe avec moi. Il serait là pour quelques semaines, puis disparaissait pendant des années. Et puis il revenait. Il revient toujours.
Ils ne croyaient pas que leur fille a vraiment vu un homme jusqu'à le jour de sa mort. Lorsque la police ne pouvait pas déduire la cause de sa mort, ils réalisèrent qu’ils avaient ignoré une preuve essentielle: Cet homme qu’ils pensaient être imaginaire. Ils ont essayé d’expliquer cela à la police, mais étaient toujours ignorés. Les années passèrent, et ils ne pouvaient rien faire. Leur fille est morte il y’a dix ans, et ils n’ont toujours pas eu de réponse. Sentant que ce serait toutes les informations que je pouvais tirer d’eux, je m’en allais. En allant vers ma voiture, Monsieur Montes sortit de sa maison et venu me parler.
Il y avait quelque chose que sa femme ne savait pas, et qu’il préférait le garder secret auprès d’elle. Elizabeth avait été molestée par un voisin lorsqu’elle était très jeune, vers l’âge de trois ans. Il ne savait pas si cela était lié à ce que je vivais, alors je lui dis que c’était le cas, parce que j’avais été molestée lorsque j’avais six ans. Je ne l’ai juste dit à personne, pas même dans mes journaux. Jusqu’à maintenant.
  17 AVRIL 2014
J’ai essayé de trouver chaque information possible à ce sujet. Malheureusement, googler "molestation homme imaginaire" ne donne pas beaucoup de résultats pertinents, alors j’ai commencé à essayer de restreindre mes recherches. Je suis tombé sur un vieux topic archivé sur un site d’occulte. J’ai copié et collé la page ci-dessous.
 
   quelqu’un d’autre a déjà vu cet homme ?
sevendays [17 juin 2009] a écrit: Je sens que je deviens fou. Je vois cet homme partout. Je le vois depuis que j’ai douze ans. Il apparaît à des moments aléatoires, parfois me laissant tranquille pendant plusieurs années. Je ne suis pas un artiste, donc je ne peux pas le dessiner mais il est vraiment très maigre. Il est torse-nu, il porte un pantalon marron crasseux, et a des cheveux bruns courts. Son visage semble vraiment enfoncé, un peu comme un zombie. Personne d'autre ne peut le voir. Je deviens fou ?
melissamcbadass [17 juin 2009] a écrit: oh mon dieu je pensais que j’étais la seule. omg je pleure en ce moment. j’ai tellement peur mais en même temps je suis tellement soulagée. il ne te parle jamais, non ? il se tient juste là à te fixer ou fait de la merde en dehors de ta maison pendant que tu dors ? c’est putain d’effrayant je ne sais pas qui il est ou ce qu’il veut. t’habites où ?
sevendays [17 juin 2009] a écrit: Je vis dans l’état de Washington. Et oui, c’est exactement comment il est. Il te fait ça depuis combien de temps ?
melissamcbadass [17 juin 2009] a écrit: je vis dans l’Oklahoma. c’est tellement bizarre. et il me fait ça depuis les quinze dernières années, depuis que j’ai sept ans. je me demande ce qui se passe, putain. quelqu’un d’autre expérience la même chose ?
melissamcbadass [20 juin 2009] a écrit: je UP pour la visibilité.
ispoilmovies [20 juin 2009] a écrit: Australie. Ça me le fait depuis que j’ai quinze ans. J’ai 20 ans maintenant. Je le vois presque tous les jours.
melissamcbadass [20 juin 2009] a écrit: donc il va dans le monde entier effrayer les gens, génial.
inkspotsinkrocks [21 juin 2009] a écrit: Oh mon dieu je suis tellement soulagée. Mon fils voit cet homme. J’avais tellement peur que je ne savais pas comment réagir. Le psychiatre a dit avait juste un ami imaginaire mais qui se ferait un ami qui leur fait aussi peur ? Quelqu’un sait ce qu’il faut faire ? Mon fils a sept ans maintenant. Il est autiste. Je ne devrais probablement pas le mentionner, mais il a été molesté par son père lorsqu’il avait quatre ans. Depuis, j’ai divorcé cet homme et il pourri en prison, Dieu merci. Je craignais que le traumatisme lui ait vraiment fait beaucoup de mal, mais maintenant je sens que tout cela est si réel. Je peux croire mon petit garçon.
ispoilmovies [21 juin 2009] a écrit: Je suis désolée pour votre fils. J’ai également été molestée, quand j’étais plus jeune. J’avais onze ans quand c’est arrivé.
melissamcbadass [21 juin 2009] a écrit: je l’ai été aussi. Vous pensez que c’est lié ?
inkspotsinkrocks [22 juin 2009] a écrit: Il ferait mieux de ne pas l’être. Si un gros malade veut blesser mon fils, je vais niquer sa putain de gueule. Sorry mon English mais je ne vais pas laisser quelque chose arriver à mon bébé. Il a vécu assez de mauvaises choses. Je ne peux même plus le border la nuit sans qu’il crie. Je ne sais pas quoi faire. Quelqu’un a trouvé quelque chose ?
sevendays [23 juin 2009] a écrit: Il consomme.
inkspotsinkrocks [23 juin 2009] a écrit: Il consomme quoi ?
ispoilmovies [25 juin 2009] a écrit: L’auteur on aurait vraiment besoin de réponses maintenant.
ispoilmovies [25 juin 2009] a écrit: L’auteur ?
sherlockhomie (modérateur) [31 août 2009] a écrit: Ce topic a été archivé. Vous ne pourrez plus poster. Mais un conseil: Veuillez informer les autorités si vous rencontrez cet homme à nouveau. Si les autorités ne vous croient pas, allez voir un prêtre. Ça n’a pas l’air bon présage.
  8 MAI 2014
Il consomme.

C’était sa dernière entrée. Je ne sais pas quoi faire de tout ça. Si quelqu’un a une idée sur ce qui se passe, s’il vous plait, faites le moi savoir. Je ne sais pas si je dois raconter tout ça à la mère de Stefani. Je ne sais pas si je dois informer les autorités. Je ne sais pas.

EDIT: Juste pour vous informer que j'ai passé ma journée à récolter des réponses. J'abandonne tout ça après vous avoir mis à jour. Ça va arriver ce soir. Je suis tellement désolé de pas pouvoir faire plus. Vous comprendrez. J'ai quelques trucs à faire et puis je posterais la mise à jour. Je ne comptais jamais obtenir ce genre de réponse, et ça a provoqué en moi une obligation d'en savoir plus. Je souhaiterais ne jamais l'avoir fait.


Last edited by Moebius on Mon 25 Jul 2016 - 13:16; edited 2 times in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 01:55    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Aridow
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 20 Mar 2015
Posts: 2,116
Localisation: Mitakihara
Masculin Verseau (20jan-19fev) 兔 Lapin

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 12:06    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Critique de la première partie mise à jour et de la seconde partie.

- Cohérence/vraisemblance de l'histoire : OH MON DIEU UN MEC QUI JETTE DES PETITS CAILLOUX DANS L'EAU !!!!!!!
- Cohérence des actions du ou des personnages : Pour une fille de 13 ans elle a pas l'air de prendre au sérieux le fait qu'elle soit possiblement schizo (et pour une fille de 13 ans, ne pas savoir écrire ce mot, même en anglais...). De plus, elle parle de l'homme à sa mère sans évoquer ça.
- Sentiment éveillé chez le lecteur : Intrigué et intéressé.
- Vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : Reddit.
- Style d'écriture : Ok.
- Lisibilité du texte : Y a pas mal d'expressions traduites littéralement qui mériteraient d'être arrangées pour faire plus français/naturel. On dirait qu'il y a quelques fautes de frappes dans la deuxième partie, et verbes un peu mal conjugués durant le dialogue avec Jérémy.
- Intérêt de l'histoire : À part les phrases qui ne font pas forcément naturelles, j'aime bien. Je m'attendais pas du tout à la fin.

Pour.
________________

Signatures et avatar par Koto Inari/Inu Curry/ARiKEM



Last edited by Aridow on Tue 26 Jul 2016 - 08:47; edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 19:46    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Comme il manque la suite je ne vais pas voter tout de suite.


Il y a quelques tournures un peu douteuse à cause de la traduction, Aridow les à biens expliquer. Pour le reste je n'ai pas de soucis. Le texte est glauque, intriguant, je ne vais pas mentir j'ai hâte de pouvoir lire la 2eme partie. Bref, c'est ok pour moi.
Back to top
Moebius
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 8
Masculin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Tue 26 Jul 2016 - 06:57    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

PARTIE 2
Texte original-
Je voudrais commencer en précisant que c’est le second et dernier post que je ferais en ce qui concerne cette situation. Je crois que lorsque j’ai posté à propos de Stefani, j’étais encore dans le choc et le déni à propos de tout ça. Je ne réalisais pas combien c’était sérieux. Je ne comprenais pas ce que cela signifiait. Mais en essayant de m’endormir, hier soir, j’étais prise par ce sentiment que j’avais fait quelque chose de mal et d’irréparable. Je ne n’arrive pas à l’expliquer. C’est comme si j’avais marché dans le l’eau sans vérifier sa profondeur. J’entendais cette petite voix lancinante dans ma tête. Et oui, elle était faible mais elle résonnait en quelque sortes jusqu’aux confins de mon esprit, et me disait, "Ce n’était pas votre problème". Mais de toute façon, je me suis retrouvée impliquée. Et je suis désolée. Je sens que je vous ai impliqué aussi. La bonne nouvelle, c’est que si vous n’avez pas vu L’Homme auparavant, vous êtes probablement en sécurité. J'ai aussi découvert qu'il y a un moyen de le battre, mais c’est difficile. Probablement tout, sauf impossible.

Je me sens moralement obligée de dire cela, mais pour ceux d’entre vous qui ont déjà vu L’Homme, je suis désolée. Je ne peux pas imaginer ce que vous traversez. Je ne peux pas imaginer ce que Stef a traversé, ou bien ce que le fils de inkspotsinkrocks a traversé. Il est en permanence dans mes pensées. A-t-il vaincu L’Homme ? Ou est-il devenu qu’une simple autre statistique ? Et ça me dérange. Ça me dérange tellement que cette dernière proposition soit la plus probable. Je voulais plus que tout qu’il aille bien. Parce que sa mère l’aimait et elle voulait prendre les bonnes décisions, elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour le protéger. Il mérite tellement mieux que ça. Je voudrais pouvoir les retrouver et leur tendre la main, mais je n’en serais jamais capable. Je voudrais pouvoir tendre la main à toutes les victimes de L’Homme. Je voudrais pouvoir tenir chacun d’entre eux et leur faire comprendre par le pouvoir de la volonté et de la force que cette solitude écrasante n’est pas le fruit de ce qui leur est arrivé. Je voudrais pouvoir leur dire que L’Homme les force à ressentir ça, qu’ils ne sont pas sans valeur et qu’il n’y a rien de séduisant à propos de "l’autre côté", pour ainsi dire. A la fin de cette dernière mise à jour, vous saurez. Vous saurez ce que signifie Il Consomme. Et en sachant cela, tous ceux qui auront vu L’Homme seront en mesure de le combattre. Ce sera un chemin long et difficile, et ils voudront céder. Mais rappelez-vous que le pouvoir de l’humanité, de la vie et la libre volonté et toutes ces choses qui nous rendent sublimes le rendent faible. Parce qu’il a besoin de ce qui vous fait souffrir. Il en a besoin pour survivre et se développer. Pourquoi ? Je n’ai jamais eu la réponse. Je n’ai jamais su qui, ou quoi, est L’Homme. Tout ce que je peux vous dire est que sa vendetta contre le bien-être est sans aucun doute réelle, et il ne reculera devant rien pour manipuler le traumatisme et la tragédie qui vient avec l’un des actes les plus atroces contre l’humanité. Ce fait seul le rend si terrifiant qu’il m’est impossible d’enquêter plus loin. Je suis tellement désolée. Je voudrais pouvoir faire plus. Je suis tellement, tellement désolée.

J’ai été sollicitée à en parler à la mère de Stef. Certains d’entre vous m’ont dit de voir la police. J’ai réfléchit longuement à ce sujet, et j’ai décidé de ne faire aucune de ces choses. Je suis contente de ce choix. Ce que j’ai appris aurait suscité de mauvaises choses. Ça aurait juste rendu la mère de Stef encore plus malheureuse, et qu’aurait pu faire la police ? Que pouvaient-ils faire pour ramener Stef, ou du moins, honorer sa mémoire ? Oui, ce qui lui est arrivé était un crime. Je l’ai découvert. J’ai découvert que ce qui lui est arrivé allait à l’encontre de tout acte d’humanité. J’ai découvert que quiconque lui a fait du mal doit être puni. Mais les deux personnes qui l’ont nui– celui qui lui a fait du mal en tant qu’enfant et L’Homme qui était impliqué dans sa mort—ne peuvent pas être menés en justice. Je ne sais pas qui a fait du mal à Stef lorsqu’elle était jeune. Et indépendamment de cela, nous n’avons aucune preuve de cela. Et L’Homme, eh bien, il n’est pas réel. Pas pour la police, de tout façon. Ils ne peuvent pas le voir. Ils ne peuvent pas le toucher ni le menotter ni le traduire en justice. S’ils le pouvaient, je serais en première ligne pour le maudire à passer sa vie en prison. Parce que ce qu’il a fait à Stef—ce qu’il a fait à tous ces gens. Ce n’était tout simplement pas humain. Je suppose que c’est le but.

De toute façon, j’ai fait le bon choix. Je suis venue ici. J’ai informé le plus de personnes possible. J’ai amené L’Homme à la lumière, et beaucoup de gens lisent les histoires de Stef. Elle aurait été fière de ce que j’ai accompli. Elle m’aurait tapotée l’épaule en disant, "C’est tout ce que je désirais dans ma vie." Et je suppose que c’est aussi tout ce qu’elle désirait dans sa mort. Parce que malgré son absence du plan physique, je la sens encore. Je la sens dans le fond de ses journaux et dans l’air frais d’été. J’arrive parfois à sentir son parfum. Cette odeur de vanille qu’elle aimait pulvériser toutes les deux heures parce qu’elle avait trop peur de sentir mauvais. Parfois, lorsque je fixe mon propre reflet assez longtemps, je la vois dans mes yeux. Des petites taches brunes dans mon bleu, des joues rouges sur mon teint pâle. Un sourire teinté par la cigarette, mais malgré tout toujours aussi beau. Stef était la vie, et elle le restera toujours, même après sa mort.

J’ai trouvé une église non confessionnelle, pas loin de où je vis. Les dimanches, elle parraine une thérapie de groupe pour les victimes d’agression sexuelle. Je me sens encore coupable avec moi-même d’y être allée. Moi aussi, j’ai été victime d’abus sexuel quand j’étais plus jeune. Je me répétais sans cesse que j’avais tous les droits d’être ici, même si j’ai trouvé une façon saine de subsister. Je suis une de ces personnes qui n’oublie jamais, mais pardonne toujours. Je trouve que cela me donne un équilibre sain pour me protéger des dangers physiques et émotionnels. Du moins, pour la majeure partie. Je souffre encore de stress post-traumatique et dépression sévère en raison de ce qui est arrivé, mais je subsiste. Je ne suis pas en plein essor ou quoi que ce soit, mais je vais mieux que la plupart. Et j’en suis reconnaissante. Ce n’est pas le fait que je suis allée à cette thérapie qui me rend malade. C’est parce que j’y étais avec des arrière-pensées.

Ce n’est pas pour me vanter, mais j’arrive à me mettre dans la peau d’un personnage assez rapidement. J’ai été élevée par une mère qui adore faire du théâtre. Ça fait partie de ses passions, et je suppose que le fait d’aller à toutes ces répétitions et ces pièces de théâtre a déteint sur moi. Je peux lire un scénario et avoir une idée sur l’état d’esprit du personnage. J’arrive à savoir leur situation mentale, à ce moment-là. Je peux faire apparaitre de la souffrance et de la rage aussi vite qu’une tempête. Alors faire cela n’a pas été difficile dans ce sens-là. C’était difficile parce que je savais que je profitais de personnes qui ne le méritaient pas. Mais je me suis convaincue que c’était pour la bonne cause. (Vraiment ? Une bonne cause ? Quel genre de bonne cause implique mon besoin égoïste pour des réponses ?) Pour ce que ça valait, j’ai réussie à obtenir ce que je voulais là-bas.

Le groupe était dirigé par une femme plutôt séduisante nommée Carla. En regardant autour de moi, ce n’était pas difficile de voir à quel point Carla se démarque du reste du groupe. Elle fait clairement partie de ces assistants sociaux privilégiés. Je n’ai aucun problème avec ça. Elle veut juste utiliser ses avantages pour améliorer la vie des gens. J’admire cela. Mais dans sa façon de se comporter, elle s’aliène aussi. J’ai déjà vu des gens comme elle auparavant. A l’hôpital, il y avait des tonnes de thérapeutes qui s’habillaient juste comme elle: Un tailleur gris, au-dessus d’un chemisier blanc à fanfreluches. Des bagues avec des diamants énormes qu’elles ont reçues de leur mari. Des cheveux soigneusement coiffés (généralement bruns, comme ceux de Carla) et du maquillage naturel qui masquait les rides et les marques de fatigue. Elle sentait la fleur et les laques pour cheveux coûteuses. C’était agréable, si ce n’est irrésistible. Irrésistible, dans le sens que je voulais tellement ressembler à Carla. Je souhaitais ne pas être moi. Je souhaite toujours ne pas être moi. Je me demande ce que ressentais Stef. Qu’est-ce que je raconte ? Stef ressentais la même chose, bien sûr. Je parie que Stef souhaitais être littéralement n’importe qui d’autre—moi y compris.

Nous avons commencé avec les présentations. J’étais la première à passer, parce que j’étais le membre le plus récent du groupe. Puis nous avons formé un cercle. Carla m’a proposée de commencer la séance en partageant la raison de ma venue, et insistait à ce qu’il n’y avait aucun problème si je ne voulais pas le faire. J’ai pris une profonde inspiration en essayant de ravaler le reflux biliaire dans ma gorge. Je ne sais pas si je peux exagérer le dégoût que je ressentais envers moi-même. "C’est à cause de certains enfants du quartier." lui dis-je. "C’était des adolescents, et j’avais probablement autour de cinq ans à l’époque. Des bribes de mémoires me reviennent, ici et là, mais je ne crois pas que j’ai envie de me souvenir de tout ça." Cela, au moins, était la vérité. "Ma thérapeute m’a conseillée d’envisager la thérapie de groupe. Alors je suis venue ici. Je veux dire, je ne me souciais pas beaucoup de ce genre de pratique--" également la vérité "--mais quelque chose à propos de ce que je disais l’inquiétais. Elle croit que je devrais rencontrer plus de personnes dans le même cas que moi, et réaliser que je ne suis pas seule. Elle pense aussi que je commence à montrer à nouveau de la peur, je suppose, parce que parfois, je vois cet Homme." Des regards confus de la plupart, mais un homme me regardait avec de la peur dans ses yeux. Je regardais la couleur se drainer de son visage. Je savais dès les introductions que son nom était Jeremy, et qu’il était dans la cinquantaine. "Il n’est pas tout le temps présent. Il apparait juste de temps à autre, mais c’est toujours effrayant lorsqu’il le fait."

"A quoi ressemble-t-il ?" demanda Carla.

Et je le lui ai dit. Je lui ai donné la description exacte que j’ai lue dans les journaux de mon amie. Il avait l’air maigre. Grand. Brun. Torse-nu. Pantalon marron miteux. "Mais son visage," dis-je. "Bon Dieu, son visage. Il ne semble pas humain du tout. C’est comme si ses lèvres étaient tirées en arrière contre ses dents, comme s’il était en décomposition et que sa peau pourrissait. Ses yeux et ses joues sont tellement enfoncés. Il ressemble à la mort. Voilà tout simplement à quoi il ressemble. A la mort." J’ai vu Jeremy me marmonner quelque chose, que je pouvais à peine comprendre.

Il consomme.

Lorsque la séance s’est terminée, Jeremy m’a pris à part. Et il me regarda avec tant d'inquiétude et de peur que je m’effondrai en larmes. Il me tenait tandis que je pleurais, et il me tapota les cheveux en me disant, "Tout va bien." Je lui dis, "Non, c’est faux. Rien ne va du tout. Il a tué mon amie et je ne sais plus quoi faire." Je lui avouai donc mon mensonge. Que je n’avais jamais vu L’Homme mais que je cherchais désespérément des réponses, mais il ne m’a jamais jugé. Si le Christ est mort pour mes péchés, alors Jeremy vit au nom de la patience. J’ai pour lui ce genre de sentiment. Il est l’incarnation de toutes les choses en lesquelles il croit, et il y a quelque chose de paisible autour de lui.

Il m’a dit d’attendre dans l’église. Il reviendrait avec quelque chose. Quelque chose que j’avais besoin de voir, et qu’il n’avait montré à personne d’autre avant moi, et que lui-même, n’avait pas vu depuis trente ans. Lorsqu’il est revenu, il tenait une cassette VHS entre ses mains et il me conduit à une des pièces utilisées par le groupe des jeunes. Un vieux poste Télé/VHS logeait à l’avant de la salle, il y enfonça sa cassette. "Ce que vous allez voir va vous troubler," dit-il, "mais si vous voulez avoir des réponses, vous devez le voir. Je serais avec vous pendant toute la durée." Jeremy mit la cassette en marche et nous nous sommes assis côte à côte. Il garda sa main dans ma mienne. Platoniquement. Aucunes arrière-pensées avec lui. Il souffrait, lui aussi. Il n’a aucune raison d’essayer de me faire du mal, j’avais confiance en lui.

Je suis désolée, ça va devenir explicite. Et ça rendra beaucoup d’entre vous mal à l’aise. Mais comme le disait Jeremy, si vous voulez des réponses, vous devrez savoir, en détail, ce qui s’est passé.

La vidéo débute de manière dérangeante. Un Jeremy jeune, tenant une caméra face à un miroir dans une salle de bain. Il était beau, avec ses cheveux noirs et ses yeux gris brillants. Habillé dans ce qui était à la mode dans les années ’80. Un pull gris, un pantalon noir, et un regard naïf commun à tous ceux dans la vingtaine. Mais dans son regard se cachait de la peur. Une sorte de terreur qui me semblait beaucoup trop familière. L'incertitude et la résignation. Moi aussi, j’étais déjà passée par ce délicat équilibre de s’il vous plait, sauvez moi avant qu’il ne soit trop tard. Derrière lui, la porte de la salle de bain était ouverte, laissant paraitre un long couloir qui conduit à une série d’autres portes. Papier peint frais à motif floral et parquet. C’était son domicile à un moment donné, mais il ne fournissait clairement aucun réconfort. Je regardais la main gauche du jeune Jeremy –celle qui ne tenait pas la caméra—se remuer. Il plaça un pistolet sur sa tempe, et ferma les yeux.

Derrière lui, au bout du couloir, quelque chose grimpa la rampe du second étage. De longs membres suivis de contractions musculaires. Elle circula sur le plancher et avança lentement, à quatre pattes, de plus en plus proche de lui. Les secondes tictaquaient. Le jeune Jeremy ouvra les yeux, et son visage devint instantanément pâle. Il l’a vu dans le reflet du miroir. Il a vu le visage. Et pour la première fois, en regardant la vidéo, j’ai vue L’Homme.

Je pris un moment pour serrer ma prise sur la main de Jeremy. Il serra le dos en arrière et me tira plus près. Je l'ai entendu renifler dans mon oreille, et je l’ai tenu avec mon bras libre. Il me retenait. "Vous pouvez détourner le regard," lui dis-je, mais il secoua la tête. Un adulte, pleurant sur l’épaule d’une jeune femme, refusant de détourner le regard d’un moment aussi crucial et dévastateur de sa vie parce qu’il ne voulait pas que je sois seule à le contempler. Nous nous sommes tenus comme ça pour le reste de la vidéo, assis sur le côté, ma tête tournée contre son épaule et la sienne contre mon menton pour que nous puissions continuer à regarder. Il agrippa le dos de ma chemise, puis la relâcha. L’agrippa encore une fois. Puis la relâcha. Une balle anti-stress en tissu. Je voudrais pouvoir l’aider. Je voudrais ne pas être aussi égoïste pour lui faire revivre ça. 

Je regardais la vidéo tandis que L’Homme se tenait sur ses jambes, devant la porte. Je l’ai vu. J’ai vu L’Homme. J’ai vu son corps mal nourri, qui ressentais toujours de la faim. Le concave de son intestin et la façon dont il frémissait en anticipant son prochain repas. Ses lèvres tirées en arrière, en décomposition, comme s’ils étaient déjà morts depuis des mois. Ses yeux enfoncés sans cils ni sourcils. Sa peau si tendue que je pouvais remarquer chaque petit saut musculaire et frémissement de besoin et nécessité, tandis qu’il atteignait le jeune Jeremy. J’ai vu sa mâchoire se déboiter, je l’ai vue s’ouvrir en chutant pour libérer une vague de salive qui dégoulina sur sa nuque et son menton. Une rivière dans les restes nécrotiques du Jardin d’Eden. Une charge de plaies dans sa gencive, et une langue qui frappa langoureusement dans le fond de sa bouche.

Quelque chose lâcha un crissement dans la vidéo. Il m’a fallu un moment pour réaliser que ce n’était ni L’Homme, ni le jeune Jeremy, mais bien une rétroaction électronique. Ça m’a fait mal aux oreilles, et je grimaçais face à la douleur. Lentement, le crissement s’est dissipé pour laisser place à un bruit blanc, et j’ai entendu un chuchotement. Lent, une valse au clair de lune. Une promesse séduisante, comme un road trip avec Stef. En regardant la vidéo, j’ai remarqué que la bouche du jeune Jeremy ne bougeait pas, ni celle de L’Homme. "J’ai une maison pour vous. J’ai une étreinte pour vous. J’ai besoin de vous. Le monde peut-il dire la même chose ?" J’ai sentie des larmes piquer les coins de mes yeux en sentant ce même sentiment de solitude familière dont je me suis rappelée au début de la vidéo. Je serrais Jeremy encore plus près, et je l’ai senti caresser mon dos. Je le rassurais qu’il resterait là, avec moi, en ce moment, et aucun de nous deux ne se sentais seul, à présent. Je souhaitais avoir dit la même chose à Stef. "Je suis la récolte et le festin. Je suis la promesse et l’accomplissement. Ce qu’elle a fait, je vais le prendre. Je vais le consommer jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. Vous aurez une éternité sans ça."

Le jeune Jeremy ferma à nouveau les yeux, et je regardais sa volonté s’affaiblir. Son corps semblait devenir mou, s’appuyant sur le pistolet. Il a failli laisser tomber sa caméra.

"Je vais vous baigner dans de l’eau propre."

L’Homme enveloppa ses long bras émaciés autour du jeune Jeremy. Sa mâchoire chuta, et chuta, et chuta. Ses tendons tiraient, claquaient et se relâchaient. Une longue langue pointue pendait de sa bouche, trempée de salive et de sang frais. Ses précédents repas vomis sur le sol, juste derrière le jeune Jeremy. Pour laisser de la place pour la viande fraîche. Pour laisser de la place au prochain, en frissonnant d’excitation. La langue de L’Homme lécha, lentement, le bras du jeune Jeremy, elle caressa le canon du pistolet, et pressa dans son oreille. Le jeune Jeremy ouvra les yeux, et déposa l’arme sur l’évier.

L’Homme se calma, toujours enveloppé autour du jeune homme, langue tendue, qu'il secoua inutilement sur son menton, son cou et son torse. Lentement, il se défit du corps tremblotant du jeune Jeremy. La caméra bougea de l’évier, suivant L’Homme. Les tremblements ont déformés la qualité de l’image, mais je fixais l’homme qui rampait sur le mur en direction du petit évier de la salle de bain proche du toit. Je regardais comment il l’ouvrit, serra son petit corps à travers, et scruta le jeune Jeremy de l’autre côté—comme pour demander, Es-tu sûr ? Et soudainement, L’Homme avait disparu.

La vidéo a continué sur un Jeremy essayant de récupérer son souffle. Il tourna la caméra vers l’évier. S’étouffa une fois. Deux fois. Il fit tomber sa caméra. La vidéo est terminée.

Statique.

Tandis que Jeremy se leva de son siège pour se tourner vers la télévision, j’essuyai mes larmes de mon visage avec le revers de mes mains. Lorsqu’il se tourna vers moi, j’ai réalisée qu’il pleurait aussi. Les yeux injectés de sang, la peau irrégulièrement rouge, et un regard de honte. "Je ne sais pas pourquoi j’ai baissé mon arme," m’a-t-il dit. "J'avais l'intention de l'utiliser. Je pense que j’étais juste curieux. Je voulais voir ce qu'il ferait." Il essuya lui aussi son visage, sorti la cassette VHS, et la déposa sur la table avant de s’asseoir à côté de moi. "J’ai reçu de l’aide. Je suis en sécurité, maintenant. Je ne l’ai pas vu depuis cette nuit là. Quelques années plus tard, j’étais en mesure de faire autant de recherches que je pouvais. Il y a d’autres personnes comme moi. Ils ne sont pas nombreux. Sur les centaines de milliers de personnes que L’Homme a réclamées, je n’ai parlé qu’à environ six qui ont survécu.

"Comment les avez-vous trouvées ?" demandai-je.

"Ça ne fait pas partie de vos préoccupations, en ce moment." Il m’a dit. "Vous voulez savoir ce qui est arrivé à votre amie. Et non accumuler d’autres problèmes, n’est-ce-pas ?" Je hochai la tête en résignation. "C’est ça. C’est la bonne chose à faire. Tandis qu’il ne peut pas vous faire de mal, parce qu’il ne vous a jamais harcelée, vous ne vous ferez aucun mal en creusant un peu trop le sujet. Je suggère qu’à partir de demain, vous abandonnez le sujet, vous n’en parlez plus jamais. Peux-tu le faire pour moi ?" Je hochais encore une fois la tête. "Bien," dit-il.

"Ce n’est pas tout le monde, comme nous, qui le verra. Il choisit soigneusement ses victimes. L’Homme n’est pas humain. Il ne l’a jamais été. Il est une manifestation de la cruauté, des choses abominables de ce monde. Et je suppose qu’il y a beaucoup, beaucoup d’autres choses comme lui.  Il sait, en quelque sorte, qui pourra être empli par le plus de culpabilité. Il sait qui seront les cibles les plus faciles. Et il attend. Il viendra de temps en temps vous voir, vérifier comment vous allez. Si vous êtes forte, il s’en ira. Mais il revient toujours. Lorsqu’il reste, vous saurez que votre temps est presque écoulé.

"Il n'a pas tué votre amie. Mais il a encouragé sa mort. Comme vous l'avez vu, il peut être très convaincant." J’acquiesçais pour la troisième fois. "Ce que vous devez retenir, c’est qu’il a autant de pouvoir sur vous que vous le laissez en avoir. Parce que tout ce qu’il est, c’est votre culpabilité. La culpabilité pour une chose que vous n’avez jamais faite, mais plutôt qui a été faite pour vous."

"C’est complètement foireux." Et pour la première fois, je rigolais au sacrilège qu’est jurer dans une église. Jeremy haussa des épaules.

"Il ne vit pas par notre code moral," me dit-il. "Mais ses besoins basiques restent les mêmes. Il a besoin de manger. La misère, la douleur et la culpabilité menant au suicide le nourrissent. C’est une affaire bien tragique. Je sais que ça l’est. J’y étais, personnellement. Je ne suis pas en train de le défendre. Mais je ne peux pas l’expliquer." Jeremy soupira et caressa mon dos tandis que j’essayai de ne pas pleurer encore une fois. Je n’arrive pas à expliquer les montagnes russes émotionnelles que je ressentais.

La culpabilité de ne pas savoir comment aider Stef. Le sentiment que j’avais ouvert la Boîte de Pandore. L’idée que je tomberais d’une falaise en ne faisant pas attention à où je vais. Le soulagement que j’arrive enfin à une réponse et la dévastation qu’il n’y ait aucune solution.

L'esprit humain est une chose remarquable. Nous pouvons créer nos propres monstres, et nous pouvons les partager avec le monde. Des gens comme Stephen King écrivent pour partager leurs monstres, les choses répugnantes qui nous empêchent de dormir la nuit. Mais il y a des gens dont les énergies et les efforts vont vers une création plus réelle, tangible. Je suppose qu’il est plus facile pour nous de trouver de la peur dans quelque chose que nous comprenons. Mais nous ne pouvons jamais vraiment comprendre ce que nous craignons. Pas complètement. Alors il est vraiment logique pour moi. Il est logique que la culpabilité ait créée L’Homme. Cette dévastation émotionnelle et ce mal l’a gardé en plein essor, ce qui lui a permis d’accroître ses pouvoirs jusqu’à ce qu’il en ait de plus en plus. Tous nos monstres sont entraînés par la cupidité et l'autodérision, il me semble.

Jeremy et moi nous sommes séparés après avoir échangé nos numéros de téléphone. Il m’a proposé de boire un café avec lui dans quelques jours, et j’ai accepté. Nous avions partagé quelque chose, aujourd’hui, qu’aucun d’entre nous deux ne profitera. Il m’a quitté, cassette à la main. En direction de sa maison. Je suis rentrée chez moi, et j’ai enfermé tous les journaux de Stef. Tous, sauf ceux qui contenaient nos mots.


Tu vas chez Melissa ce soir ?

Non. Je me sens pas très bien. J’ai dû disséquer un lapin et cours d’Anatomie et de Physiologie et j’ai fondue en larme. La classe entière se foutait de ma gueule.

Wow. Quelle bande de connards. Tu veux venir chez moi ? Au lieu de sortir, on pourrait rester là-bas et regarder un film drôle. Ma mère ramène des pizzas ce soir.

Bien sûr. Merci, Stef. C’est gentil.

Pas de problème ! Ce sera amusant.


J’ai pleuré pendant longtemps. Je tenais le journal contre ma poitrine en sanglotant tellement fort que je ne pouvais pas m'arrêter. Toutes les émotions accumulées durant ces derniers jours se précipitaient vers l’extérieur. J’ai pleuré pendant des heures et je priais. Je priais fort. Je priais pour que Stefani retrouve la paix, peu importe où elle se situe, et je priais pour que sa mère puisse retrouver le bonheur malgré toute cette tragédie.

Vers neuf heures, j’ai finalement décidé de me préparer à aller me coucher. J’ai pris une douche. J’ai brossé mes cheveux et mes dents. Et j’ai choisis un livre à lire avant de dormir. Au début, je voulais prendre Hemlock Grove mais j’ai finalement décidé d’aller pour Harry Potter. J’avais besoin de quelque chose de magique pour me remonter le moral. J'ai vérifié mon téléphone une fois de plus, et j’ai vu que j’avais un appel manqué et un sms de Jeremy.

Il consomme.
                                                                                                                                             


Last edited by Moebius on Tue 26 Jul 2016 - 15:56; edited 1 time in total
Back to top
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Tue 26 Jul 2016 - 11:22    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Par pitié, aère la deuxième partie, c'est juste affreux là. 


Cohérence de l'histoire/des personnages : Je n'ai rien relevé de particulier.


Moyen de transmission : Témoignage/post sur internet.


Sentiments éveillés : De la curiosité principalement. La deuxième partie devient un peu plus inquiétante/malsaine. 


Style/lisibilité : J'ai eu du mal avec la deuxième partie, je l'ai trouver lourde, mais la mise en page doit jouer sur mon impression.


Intérêt : C'est cool, j'trouve pas le sujet spécialement inédit mais il est bien raconté, bien amené, ça sera un pour.
Back to top
Trouble
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 20 Jul 2016
Posts: 336
Localisation: Paris
Masculin Bélier (21mar-19avr) 羊 Chèvre

PostPosted: Wed 10 Aug 2016 - 16:57    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

je viens de lire la premiere partit qui ma beaucoup plus mais je ne vais pas tarder a lire la seconde partit  Very Happy




1ere partie




Cohérence de l'histoire/des personnages : je n'ai pas relever d'incoherences  Pfeuh


Moyen de transmission : temoignage ok Pfeuh


Sentiments éveillés : quelques fautes de francais qui empeche l'immersion complete mais c'est intriguant  Pfeuh


Style/lisibilité : le style est bon mais les quelques fautes de francais comme je l'ai dit plus haut empeche le lecteur de s'immerger dans l'histoire  Pfeuh


Intérêt :c'est vraiment sympatoche c'est pas communs de trouver des histoires aussi intriguante.pour
________________
1 traduction à mon effectif: http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/search?q=visiteur d'un soir
Back to top
GollumHitch
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 09 Jun 2014
Posts: 393
Masculin

PostPosted: Thu 11 Aug 2016 - 13:30    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Salut !

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : Tout le monde s'est fait violer, dans leur bled, ou bien ? A part ça, j'imagine que ça va.

-cohérence des actions du ou des personnages : On voit un personnage obsédé par son enquête, mais qui se rapproche quand même beaucoup trop vite du parfait inconnu qu'est Jérémy... Mais bon, le choc qui unit les gens, n'est-ce pas.

-sentiment éveillé chez le lecteur : J'ai été intrigué, je dois bien l'admettre.

-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : C'est genre des posts sur Internet, non ? Ça, couplé au journal, dont le principe m'est assez obscur. Elles l'utilisaient pour discuter, comment est-ce que la narratrice a raté tous les passages sur l'homme en parlant avec son amie ? Peut-être que j'ai mal compris, mais tout le passage "on discutait dans ce journal" me semble inutile, surtout s'il est considéré comme un journal intime après.

-style d'écriture : Je comprends que c'est dur de traduire un texte aussi long sans faire d'erreurs. Il y a des changements de personne inattendus (Coucou le passage avec Jérémy, où il vouvoie et tutoie successivement notre narratrice. Je doute que la distinction ait été faite dans le texte original, genre avec des "thou", donc je pardonne cette maladresse). Il y a des moments où la traduction est hasardeuse, aussi, comme "Sorry mon English mais je ne vais pas laisser quelque chose arriver à mon bébé."

Sinon, du point de vue du texte lui-même, il y a des passages un peu trop grandiloquents, et surtout des passages où la narratrice dit des choses vraiment trop intimes pour avoir une quelconque valeur ici (genre le passage avec Clara, qui ne sert à rien. Vous me direz, "développement du personnage de la narratrice", mais là c'est beaucoup trop gros).

-lisibilité du texte : Correcte, même si la présence d'une deuxième partie m'a laissé pantois, tellement la première partie me semblait être une bonne conclusion à la chose. Mais bon, la deuxième partie offre une interprétation de l'Homme comme une personnification de la dépression, et c'est assez intelligent pour être acceptable.

-intérêt de l'histoire : Franchement, le concept est cool. C'est basique, bien sûr, mais franchement ça marche bien. Une fois mis de côté les défauts d'écriture et de traduction (pas si envahissants que ça, je te rassure, mon cher Momo²) le texte est plutôt efficace.

Un POUR que je trouve mérité. (Et mes félicitations à Moebius pour la traduction d'un texte tout de même bien long, surtout pour une première fois.)
Ça n'empêche pas qu'il faudra qu'un bon Waffe passe par là et perfectionne çà et là.
Back to top
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Thu 18 Aug 2016 - 17:06    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Bon allez acceptée, ça sédimente Mad
________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Moebius
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 8
Masculin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Thu 18 Aug 2016 - 17:12    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Merci pour vos votes, c'est encourageant pour continuer ! 
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,603
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Thu 18 Aug 2016 - 19:56    Post subject: Has anyone else seen this man? I think he killed my friend. Reply with quote

Par contre on peut pas la publier comme ça, faut un peu revoir la traduction avant. Je la mettrai dans les HT quand ce sera fait par quelqu'un ou moi si j'ai le temps.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group