Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Blanc comme la neige…

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Akameriyalyss
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 25 Jul 2016
Posts: 14
Localisation: Dans t'es pires cauchemars...
Féminin

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 17:05    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Je crois que je n'ai jamais étais autant choquée que, lorsque le docteur retira doucement les bandages, qui enlacer mon visage. Mon visage d'habitude, si beau, la peau si douce, mes yeux d'un bleu pur, mes petites joues légèrement rosées… Il n'en rester rien. J'étais effrayée, dégoûtée… Mon souffle coupé net, quand mon regard croisé le reflet d'un miroir. J'étais si hideuse. Les brûlures passementées mon visage de toutes part, ma peau était dure, si dure et rugueuse. Mes yeux étaient toujours les même eux, mais vide devant ce spectacle. Mon sourire, effacé. Mon visage si délicat, était à présent un cauchemar pour les yeux d'autrui. 
 
Qu'ai-je fait. Qu'ai-je fait pour mériter un tel châtiment ? Un frisson me parcourus de nouveau. Me souvenant du souffle chaud des flammes, de cette soirée alcoolisée avec des amis, trop d'alcool peut-être. J'ai encore les souvenirs des rires, des rires déroutants : les rires de jeunes adultes complètements soulent. L’essence, cette odeur âcre, pestilentielle, et les cigarettes, aux fumées étouffantes. Puis l'accident… Mes souvenirs, si vagues… Ils sont présents, mais immatériels. J'ai pour seul souvenirs, cette lueur rouge dansant sur mon visage. Cette douleur atténuée par l'effet de l'alcool. Puis de cette lumière. Je n'avais jamais eus envie de venir avec eux à cette soirée, jamais eus envie de boire un seul verre. 
 
 
 
Je n'ai que 18 ans, je viens de les fêtés, il y a une semaine, et c'est justement cette soirée d'anniversaire qui a fait tout basculée. Je fixais toujours le miroir ; le docteur me demandant si j'allais bien, que ce n'était rien, que les chirurgiens avaient fait tous leurs possibles. Tous leurs possibles… Ce n'était pas assez… Je ne pourrais jamais me regarder dans un miroir sans vomir. 
 
Ma mère posa sa main sur mon épaule. Me demandant également si j'allais bien. Je ne lui répondais pas, absente. 
 
 
 
Un fois à la maison, je partais directement dans ma chambre. Une chambre inutilement grande, les murs recouverts de nombreux dessins en tous genres. Je suis une artiste. Depuis que je suis toute petite. Je me suis toujours amusée à recouvrir les murs de ma chambre aussi loin que je m’en souvienne, et, on pouvait voir les progrès que je faisais de jour en jour. Si bien qu'il n'y a plus de places. Mon lit lui aussi est grand, accueillant, chaleureux, et immense. Des larmes coulent, coulent sur mes affreuses joues. Moi qui croyais aux miracles… 
 
Je décidais donc rapidement de m'allonger dans mon lit, avant de me laisser plonger dans les bras de Morphée.  
 
 
 
Je me réveillais alors dans une pièce. Sombre, si sombre, trop sombre. Sans lampe de chevet à disposition, pour éclairer tout ça. Les murs noirs, eux aussi. Il n'y avait que le pâle reflet de la lune qui inondée avec peine la grande pièce tristement vide. Des pleurs. J'entendais des pleures… Lointain mais si proches, inconnus, mais si familiers en même temps. Je trembler alors… Les pleures ne venaient pas de cette pièce, ils semblaient filtrés de l'autre côté de la porte. Toutes personnes normalement constitués se seraient déjà cacher de nouveau sous la couette, et se seraient dit que c’était simplement un cauchemar. Mais au lieu de cela, je me levais, poussant un cri, le sol était visqueux sous mes pieds. Comme si je marchais dans une pâte humide, l'odeur insoutenable qui me parvenues m'effrayais alors, on aurait dit l'odeur de l'essence. Je l'ignorais le temps d’atteindre la porte, que j'ouvris dans un grincement sinistre… 
 
De la lumière, elle s’échappait de la porte de la salle de bain juste en face de celle de ma chambre. 
 
Dans un élan de courage, je l'ouvris doucement, découvrant une silhouette me ressemblant, pleurant devant le miroir, le visage caché par ses mains. C'était moi.  
 
Des longs cheveux noirs, cette pâleur identique à la mienne, mais la seule petite différence était sa tenue déchirée de toutes parts. Je restais comme ça, sans dire un seul mot. Ses pleures se transformèrent en ricanement vides, angoissant, terrifiant. Elle se tournait vers moi, toujours cachant son visage. 
 
 
 
– C'est de leurs fautes… Ils l'ont voulu, ils ont voulus t'arracher ton si beau visages… Ils sont mauvais… » Assura-t-elle d'une voix brisée dans un silencieux murmure.  
 
 
 
Je reculais doucement, mon sang se glaçais, lorsque doucement, elle commençait à retirer ses mains, découvrant avec effrois un visage blanc, sans brûlures, sans yeux, sans bouche, sans nez, rien, vide… Mais un visage qui me fixait malgré ses yeux inexistants. 
 
Elle restait plantée là, ne daignant même pas de bouger d’un seul poil, me fixant dans un silence pesant, attendant peut-être quelque chose de moi. Qu’attendait-elle ? Me demandais-je alors. 
 
Elle me tendit finalement la main. Une main, avec des griffes, pointues. Je me mis à paniquer, et quitta la pièce en courant… 
 
 
 
Je me réveillais alors en sursaut ! Ma chambre, illuminée par le soleil qui m'obligeais alors à fermer les yeux quelques secondes. 
 
Le sol était à nouveau du simple carrelage. Les murs eux toujours couvert de… 
 
J'eus alors un frisson d'effrois dès que j'inspectais les murs, comme je le faisais tous les matins, me rappelant avec nostalgie le passé. Juste au-dessus de la tête de mon lit, un dessin qui d'habitude représentait un majestueux loup, avait fait place à cette créature d'hier semblant m'observer. Je sortais alors de ma chambre, rejoignant ma mère pour la prévenir, mais en montant, elle ne vis rien de différent : elle voyait le loup, contrairement à moi, qui voyais toujours la fille.  
 
 
 
Ma mère m’invitait alors à prendre mon petit-déjeuner et c'est ce que je fis. 
 
Il s'en suivit alors une journée monotone, je n'allais pas à la fac, je ne m'en sentais pas capable, et ma mère le comprenait très bien, c'est pour cela qu'elle n'en disait rien cette fois-ci. 
 
 
 
Puis venus l'heure pour moi d'aller dormir. Le dessin de la fille était malheureusement toujours présent, et me donnait des frissons chaque fois que j’osais lui jeter un discret regard. J'avais passé ma journée devant mon ordinateur, regardant d'anciennes photos de moi avec nostalgie. Mon sort me rendait malade. Tout ce cirque pour un visage alors que je devrais être contente d'être en vie ? 
 
Je fis mine de rien et allais me coucher, m'endormant rapidement malgré l'oppression que me donnais cet horrible dessin. 
 
 
 
Je me réveillais de nouveau dans cette chambre noire. Imposante et effrayante. Le cauchemar recommencé de nouveau. Mais la fille était en face de mon lit, me fixant, lisant en moi comme dans un livre ouvert. Je déglutis en la voyant poser ses mains pâles sur le cadre de mon lit, laissant roulée des goûtes écarlate jusque sur mon drap. 
 
 
 
– Ne part pas, ne m'abandonne pas… Prend ma main… Rentre dans ce cauchemar. » Dit-elle. 
 
 
 
Sa voix glaciale était à présent plus présente, angoissante que la dernière fois, alors qu’avant n’était qu’un simple murmure, un chuchotement. Elle me tendit à nouveau sa main. 
 
 
 
– Je ne te veux aucun mal. Tu dois… me faire confiance. Ton visage… Tu en auras… autant que tu le souhaite…plus beaux… Toujours plus beaux...  »  
 
 
 
Je la fixais prenant doucement sa main, happée par son regard invisible, comme une tentation interdite. 
 
Une sensation inconnue me parcourait lorsque je la touchais, et les murs de ma chambre se mirent à dégouliner de sang de toutes parts. Je me mis soudainement à rire, à rire d’un rire fou !  
 
 
 
Je me réveillais, ouvrant doucement les yeux. Il faisait à peine jour dehors,. Je mis mes mains sur mon visage blanc… Blanc comme la neige… Sans yeux… Sans bouche… Sans nez. 
 
Il me fallait un visage pour commencer. Un visage… Un visage… Je me levais alors, j'y voyais parfaitement.  
 
Descendant dans la cuisine, et prenant un couteau, le plus coupant possible. Puis je me dirigeais dans la chambre de ma mère. Oh, elle était encore endormie. Elle avait un si joli visage, si doux, maternel.  
 
Je grimpais alors sur le lit, et alors qu'elle commençait à se réveiller, je plantais mon couteau dans sa gorge, laissant le sang gicler sur le lit aux draps couleur pomme. 
 
Puis je commençais mon travail, découpant soigneusement le visage de ma mère. La fille de mon rêve se penchait près de moi. Me tendant un masque blanc que je mis sur le visage de ma mère. 
 
Je fixais alors son visage blanc. Blanc comme la neige… Sans yeux… Sans bouche… Sans nez. 
 
 
 
Prenant son ancien visage doux… Si doux contre le mien inexistant. Malheureusement, il ne me convenait pas… Il ne me convenait plus. 
 
Il m'en fallait un autre, plus beau… Plus beau, toujours plus… Plus de visage… 
 
Je devais donner aux gens d'autres visages blancs, comme le mien, oui, ils doivent souffrir comme moi… 
 
Que le jeu des visages commencent.  
 
 
 
Des visages blancs... Blancs comme la neige... Sans yeux... Sans bouches... Sans nez...   
 

________________


Last edited by Akameriyalyss on Mon 25 Jul 2016 - 23:11; edited 1 time in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 17:05    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Lalya
Guest

Offline




PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 19:55    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Cohérence de l'histoire/des personnages : Une chose me gêne. Cette fille subit un traumatisme plutôt violent et personne ne la suit psychologiquement ? Le médecin, la mère ils ont juste l'air de s'en foutre que sa vie soit ruinée. Je sais pas, mais ça me semble un peu difficile à croire.


Moyen de transmission : Absent ? 


Sentiments éveillés : Hm...C'est sympa à lire, le truc avec le dessin est plutôt original, les visages blancs ça à un petit côté glaque, même si la surenchère à la fin casse un peu le truc je trouve (le fait d'écrire en majuscule surtout).


Style/lisibilité : Y a quelques fautes, mais rien de dramatique en soit.


Intérêt : J'suis plutôt partagée. Comme je l'ai dis, j'ai pris plaisir à la lire, mais je sais pas, j'ai l'impression qu'il manque quelque chose, que ça pourrait être mieux. J'vais mettre un petit pour, mais si tu retravaille ton texte ça serait top.
Back to top
Akameriyalyss
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 25 Jul 2016
Posts: 14
Localisation: Dans t'es pires cauchemars...
Féminin

PostPosted: Mon 25 Jul 2016 - 23:10    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Merci beaucoup ! Je prend note pour ce petit problème ~
________________
Back to top
Antinotice
Paladin
Paladin

Offline

Joined: 19 Jan 2015
Posts: 3,622
Localisation: Marseille
Féminin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Wed 27 Jul 2016 - 12:14    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Cohérence de l'histoire et des actions des personnages : Ça part un peu (beaucoup ?) dans tous les sens, entre la meuf du cauchemar qui sort un peu de nulle part, ou encore le vol de visage. C'est pas des jouets, on change pas de tête comme de chemise. D'habitude je suis pas très chipoteuse sur la cohérence, mais là c'est tout sauf crédible, et y a un côté très fanfic.

Moyen de transmission : Pas précisé, mais ça dérange pas.

Sentiments éveillés : "Gneuuuuuuuuuuuh"

Lisibilité et style : Passable.

Intérêt : Les ados qui prennent leur revanche en faisant souffrir les gens pour leur montrer qu'ils sont malheureux, on en a beaucoup trop vu et ça fait pas peur. Et comme je l'ai dit, là c'est bien trop n'importe quoi, ça mène partout et nulle part à la fois. Contre.
________________
with dark eyes quiet dark city child plays alone : the caged bear dances
Back to top
Clint
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 26 Mar 2014
Posts: 3,326
Localisation: ■■■ ■■ ■■■■ ■■ ■■ ■■■■■■ ■ ■■ ■■■■■ ■■■ ■■■■■■■■■■■■
Masculin

PostPosted: Wed 27 Jul 2016 - 13:08    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Flemme de voter mais c'est une nouvelle/fanfic, l'histoire a aucun raison de nous parvenir. Le style est ampoulé à mort, ça se voit que l'écriture est absolument pas naturelle et que l'auteur veut juste "bien écrire".

"J'ai une difformité et je veux que les gens souffrent de la même chose, juste comme ça", c'est comme toutes les fanfics qui veulent copier Jeff the killer
________________

But they saw something that's real
And they see it when they're on drugs
The only thing is they see it
Not through the light of God, and the way I show you
I show you to see it through the light of God
And the understanding of God
Because when you see the face of God you will die
And there will be nothing left of you
Except the God-man, the God-woman
The heavenly man, the heavenly woman
The heavenly child
There will be terror under this day of night
There will be a song of jubilee waiting for your king
There will be nothing you will be looking for in this world
Except for your God
This is all a dream
A dream in death.

Back to top
Ocene
Damné
Damné

Offline

Joined: 03 May 2013
Posts: 1,113
Localisation: Poveglia
Masculin

PostPosted: Wed 27 Jul 2016 - 13:11    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

• Cohérence de l'histoire et des personnages : Je ne comprends pas trop cette histoire de vol de visage et j'ai vraiment du mal à trouver ça cohérent. Comme dit, la fille du rêve on ne comprend pas trop d'où elle sort non plus.

• Sentiment éveillé : Pas grand chose.

• Moyen de transmission de l'histoire : Rien (?)

• Style d'écriture : Ça passe, même si tu en fais un peu trop dans la façon dont parlent les personnages, du coup, on a du mal à y croire, car je vois mal des ados parler de cette façon.

• Lisibilité du texte :
Pas de soucis.

• Intérêt de l'histoire : Encore une adolescente folle qui a une vie triste et qui veut tuer des gens. Puis certains passages de l'histoire font vraiment penser à l'histoire de Jeff The Killer. Du coup, c'est sans plus, ton histoire aurait pu être sympa, mais il y a ce côté adolescente folle qui me gêne un peu, puis des histoires d'ados fous il y en a déjà beaucoup trop.

Contre
Back to top
Visit poster’s website
Akameriyalyss
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 25 Jul 2016
Posts: 14
Localisation: Dans t'es pires cauchemars...
Féminin

PostPosted: Wed 27 Jul 2016 - 13:42    Post subject: Blanc comme la neige… Reply with quote

Oh je plussoie votre avis, en faite elle n'est pas vraiment devenue folle, disons que c'est plutôt à cause de cette fille dans ses rêves.
Mais c'est vrai que ce n'est pas génial. Et je ne me suis pas du tout inspirée de Jeff The Killer, j'aime pas cette creepy .w.


Et c'est vrai que j'y est mise beaucoup trop mon côté "écrivaine" dans mes histoire, je n'ai pas fait la part en pensant qu'ici ce n'étais pas un histoire mais une creepypasta.
Chose que j'ai d'ailleurs corrigée dans Le Vol C'est Mal qui me plait déjà plus.


M'enfin voilà, c'était ma première creepypasta et j'ai compris pour l'écriture plus agréable et immersif pour le lecteur. Merci de vos avis !
________________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Creepypasta From The Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas rejetées All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group