Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Le pommier de monsieur Ferguson

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Textes acceptés -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tac
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2017
Messages: 1 349
Localisation: Nantes le sang
Masculin Bélier (21mar-19avr) 猪 Cochon

MessagePosté le: Jeu 29 Juin 2017 - 21:29    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

J'avais écrit ça en 2015, vous aviez dit que ça faisait "trop nouvelle" Pfeuh
Eh bah nvm, le revoilà à sa place.
J'aime bien ce texte, donc je ravive sa mémoire avec un plaisir non dissimulé.











Dès qu’il l’avait vu, il lui avait déplu. Ce n’était pas que Mr. Fergunson était très capricieux et exigeant, mais voir de sa chambre ce grand pommier dans son jardin le déprimait.

Sa vieille voisine l’avait pourtant prévenu lorsqu’il y avait emménagé. Un blabla mal articulé dans un patois autour d’un tueur, de sa dernière demeure, de son cadavre disparu, etc... Mr. Fergunson n’avait même pas cherché à lui expliquer. Il avait assez d’expérience pour savoir que les gens ne le comprenaient jamais, même ses proches. Mais il aimait ça. Les faits divers, les histoires morbides, les films d’horreurs... à 63 ans, c’était sa seul préoccupation. Alors quand il avait vu cette maison à vendre, son histoire sanglante, près de la côte, avec cet immense jardin...et son unique arbre, il n’avait pas hésité.

Inutile de dire que, qu’aujourd’hui, il regrettait vivement son choix.

De toute façon, il ne pouvait pas être aidé par cette vieille femme, songea-t-il en soupirant. Elle était morte. Une des plus grosses branches de l’arbre l’avait écrasée dans son jardin, pendant qu’elle jardinait. Il n’avait pu que se ruer dans son jardin, et découvrir le spectacle.

Mr. Fergunson frissonna. Il valait mieux ne pas penser à ça. Il se tourna dans son lit, vers la fenêtre...et vit l’arbre. Il se sentit soudain très vieux et très fatigué. Il regarda ses mains couvertes de terre. Tous ces évènements le dépassaient.

La police était venue chez lui. Le retraité s’en était bien sorti. Elle lui avait juste demandé de faire venir un élagueur. Il était monté sous l’œil attentif de Fergunson, jusqu’à en disparaître dans les feuillages...pour ne jamais en redescendre. Disparu. Volatilisé. Le pauvre homme était allé se coucher, les yeux restant fixé sur l’arbre, ne pouvant pas trouver le sommeil. Il n’avait trouvé qu’une casquette, 2 jours plus tard, au pied de l’arbre.

Il soupira de nouveau.

Par chance, s’il pouvait encore parler de chance, on n’avait trouvé aucune preuve que l’élagueur était venu chez lui. Il aurait vraiment eu du mal à expliquer ces deux morts à trois jours d’intervalle.

Puis il repensa à la suite, et frissonna de nouveau.

Décidément, non, il n’avait pas de chance.

Sa sœur était venue le voir. Ils avaient discutés à une table à l’ombre du ce pommier.

Sarah Fergunson avait remarqué que son frère était étrange. Il semblait inquiet, comme si il ne l’écoutait qu’à moitié. Elle comprit qu’il demeurait fixé sur ce grand pommier. Elle l’observa à son tour. Il devait faire une vingtaine de mètres. Sarah portât attention aux fruits de l’arbre. Elles étaient appétissantes ces pommes. Evidemment c’était la saison. Elle en cueillit une.
Et s’arrêtât.
Avait-elle entendu un cri émanant du tronc ? Non, bien entendu. Elle sourit, croquant dans la pomme.
Un nouveau cri retentit. Mais venant de son frère. Elle n’était pas inquiète. Elle était incroyablement détendue, tout à coup. C‘était encore une hallucination. Soudain elle se sentit terriblement mal, comme si un grand vide s’étendait dans son corps. Sans trop savoir pourquoi, elle cria à son tour.

Puis elle cessa simplement de vivre.

Mr Fergunson repensa à sa sœur. Il n’avait pas prévenu la police, bien sûr. Comment l’expliquer ? « Ma sœur est morte empoisonnée et c’est la faute du pommier. » Bien sûr, ils n’allaient pas le croire. Mais il n’était pas fou. Soit quel qu’un lui jouait des mauvais tours, soit cet arbre...était... et bien Mr Fergunson ne savait plus quoi penser.

Donc non, il n’avait pas prévenu la police.

Il avait pris une pelle, creusé un trou dans son jardin, et y avait mis le cadavre de sa sœur.

En une heure, le trou était bouché.

Fou de rage, durant sa besogne, il avait donné un coup de pelle dans ce pommier de malheur.

Avait-il entendu un cri ?

Mr Fergunson était maintenant toujours sur son lit, le sommeil ne venant pas. Il détourna le regard de la fenêtre, regarda la terre sur ses mains.
Non, cela ne pouvait pas se passer comme ça. Dès demain, il allait appeler quelqu’un pour déraciner cet arbre. Peu importe le prix. Le pommier ne sera plus qu’un très mauvais et lourd souvenir.
Il s’endormit.

Mr Fergunson rêva. Il rêva de sa sœur qui l’appelait. De l’histoire de la maison, du meurtrier qui l’avait habité. De son corps disparu. Il vit un homme blond lui parler. Le meurtrier. Ses propos n’étaient pas plus compréhensibles que ceux la pauvre vieille. Mais il lui parlait. Sa sœur criait encore plus, lui disant qu’elle était bloquée. Puis elle se tut. L’homme blond le regarda durant ce qu’il semblait être une éternité. Son regard s’intensifia et Mr Fergunson se réveilla.
Le déracineur arriva dans l’après-midi .Assez froidement, le retraité lui avait demandé de venir incognito. L’homme, un dénommé Cyril, et la femme, Stéphanie, observèrent l’arbre et le jardin puis commencèrent à sortir leurs outils. Pendant que la femme s’occupait avec le retraité des procédures juridiques, son compagnon commençait les premières manœuvres dans le jardin.

Un cri retentit.
Mr Fergunson ne s’était jamais sentit aussi mal.
Mais l’homme leurs dit simplement de venir.

Pendant qu’ils accouraient, Mr Fergunson remercia dieu.
Cyril, pâle comme la mort, leurs montra.
Il avait commencé à déraciné l’arbre.

Sous ses racines, on distinguait un cadavre.


Stéphanie poussa un cri.

Mr Fergunson reconnu ces cheveux jaunis. Il reconnut le tueur de ses rêves. Les racines et lui ne faisait maintenant plus qu’un. Stéphanie criait toujours. Cyril appelait la police. Et tout se passa ensuite très rapidement.

Une branche de l’arbre attrapa la femme et l’emporta dans ses feuillages. Son cri disparut avec elle. Cyril fuyait en hurlant. Une racine lui attrapa le pied et l’emporta dans les tréfonds de la terre.

Mr Fergunson tomba à genou. Il pleurait.

-Pourquoi, dit-il, pourquoi me laisse tu vivant ?


Il fixait le cadavre et reconnut le regard de son cauchemar. Il était persuadé qu’il souriait.

Il n’eut pas de réponse.

Mr Fergunson allât dans sa chambre. Il ne savait pas quoi faire. Il s’écroula sur son lit. Une sirène retentit. La police. La voiture s’arrêta devant chez lui. Ils arrivèrent par la porte de derrière, par le jardin.

Mr Fergunson les observa de sa fenêtre, passé devant le pommier.

L’arbre s’anima. Et ce n’était pas le vent.

Mr Fergunson tourna la tête, regardant ailleurs. Des cris retentirent.


Décidemment, il n’aimait pas cet arbre.
________________
I Rule
Tac, 16 ans, 16 creepypastas publiées, 1 commentaire positif de Rabadu, 4 mois de ban d'affilé, 21 ans de tutelle, banni définitivement deux fois, 3 partenaires sexuels, et 3 vidéos de Pourquoi Avoir Peur, enchanté.


À quel moment un individu qui met en cause l’autorité cesse-t-il d’être un fou et devient-il un héros ?
Tac 242, sur le peloton d’exécution


http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/05/le-grand-cerf.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/06/agnija.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/peur-enfantine.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/votre-faiblesse.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/10/le-carnet-de-monsieur-fe…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/11/le-mendiant-de-la-rue-sa…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/01/voisins-bruyants-insuppo…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/02/le-monde-est-petit.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/07/trouve-sur-un-forum-salu…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/08/victor.html
http://necronomorial.blogspot.fr/2017/10/le-pommier-de-monsieur-fergunson.h…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/10/la-collection-de-caillou…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2018/04/chasseurs-de-fantomes.ht…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/05/recherche-dun-vin-intro…
http://necronomorial.blogspot.com/2018/09/mars-2094.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/10/programme-de-nuit.html
http://necronomorial.blogspot.com/2018/10/mes-deux-premiers-fils-sont-morts…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Juin 2017 - 21:29    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tac
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2017
Messages: 1 349
Localisation: Nantes le sang
Masculin Bélier (21mar-19avr) 猪 Cochon

MessagePosté le: Jeu 6 Juil 2017 - 15:42    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Un Up sert à remonter un topic dans la liste des messages d'un Forum.

Si vous voulez améliorer le taux de réponses sur ces forums, premièrement précisez mieux vos questions, et d'autre part passez du temps si vous le pouvez à répondre aux questions des autres, c'est uniquement comme cela que ces forums marcheront mieux.

Si vous avez de nouvelles informations, éditez votre message ou postez un nouveau message. Mais en aucun cas vous ne pouvez remonter votre message par un message inutile sans autre objet que remonter votre discussion ("Up").
Lorsqu'un modérateur passe sur ce type de message il les supprime.
________________
I Rule
Tac, 16 ans, 16 creepypastas publiées, 1 commentaire positif de Rabadu, 4 mois de ban d'affilé, 21 ans de tutelle, banni définitivement deux fois, 3 partenaires sexuels, et 3 vidéos de Pourquoi Avoir Peur, enchanté.


À quel moment un individu qui met en cause l’autorité cesse-t-il d’être un fou et devient-il un héros ?
Tac 242, sur le peloton d’exécution


http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/05/le-grand-cerf.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/06/agnija.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/peur-enfantine.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/votre-faiblesse.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/10/le-carnet-de-monsieur-fe…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/11/le-mendiant-de-la-rue-sa…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/01/voisins-bruyants-insuppo…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/02/le-monde-est-petit.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/07/trouve-sur-un-forum-salu…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/08/victor.html
http://necronomorial.blogspot.fr/2017/10/le-pommier-de-monsieur-fergunson.h…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/10/la-collection-de-caillou…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2018/04/chasseurs-de-fantomes.ht…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/05/recherche-dun-vin-intro…
http://necronomorial.blogspot.com/2018/09/mars-2094.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/10/programme-de-nuit.html
http://necronomorial.blogspot.com/2018/10/mes-deux-premiers-fils-sont-morts…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 099
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Juil 2017 - 11:33    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : C'est ok

Sentiments éveillés : De la curiosité, c'est glauque.

Style/lisibilité : C'est agréable à lire

Intérêt : J'ai pas grand chose à dire, le texte est efficace, bien écrit, agréable à lire, donc bon, ça sera un pour.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Wasite
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 112
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Ven 21 Juil 2017 - 23:53    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant


Cohérence de l'intrigue et de l'univers : Oui, pas de soucis.

Les sentiments éveillés: Du malsain, le désarroi de Ferguson est bien retranscrit je trouve.

Style d'écriture: Sympa.

Plaisir de lecture: Oui.


J'ai passé un bon moment à lire ton histoire, je vote POUR.
Revenir en haut
Jidanol
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2017
Messages: 524
Localisation: Somewhere over the rainbow
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 兔 Lapin

MessagePosté le: Jeu 27 Juil 2017 - 12:01    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Elle est trop bien l'histoire ! Je met un pour dès maintenant


-Cohérence de l'histoire : C'est un peu bizarre que les disparitions (notamment celle de sa sœur) ne lui portent pas préjudice, mais comme il est fait mention plusieurs fois de la police, on peut supposer qu'elle est incompétente, donc pas de problème.


-Cohérence des actions : Un peu bizarre d'inviter sa sœur à manger sous le pommier si c'est pour stresser pendant tout le repas. Enfin bon, il n'avait pas l'air de l'aimer de toute façon.


-Sentiment éveillé : Du suspense, de l'angoisse, de la pitié.


-Lisibilité du texte : Il y a quelques passages un peu flous, mais j'ai peut être lu trop vite.


-Intérêt de l'histoire : L'arbre qui attaque tout le monde ça a déjà été pensé, mais c'est pas non plus super commun, et c'est bien écrit. En plus l'énumération des disparitions c'est rigolo


Un très bon texte, une chute sympa qui fait écho au début. Bravo.
________________
"We are such stuff as dreams are made on, and our little life is rounded with a sleep" _ Shakespeare, La Tempête
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MarbeL HornetS
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 150
Localisation: Dans une armoire.
Féminin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 27 Juil 2017 - 13:01    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Cohérence de l'histoire: c'est cohérent
Sentiment éveillé : il a du suspense, c'est malsain je trouve, de la pitié pour Mr Fergunson. À la fin on ressent chez lui une sorte de lassitude et de désarroi 
Lisibilité du texte : le texte est lisible et très agréable à lire
Style d'écriture :  sympa
Intérêt de l'histoire : j'aime beaucoup, c'est agréable à lire, très bien écrit je trouve. Je suis pour.
________________
La croyance en une origine surnaturelle du mal n'est pas nécessaire les hommes sont à eux seul capables des pires atrocités.
_Joseph Conrad.

Personne, je ne suis personne. Je suis un gueux, un clochard, un vagabond. Je suis un wagon et à la fois un pichet de vin. Et je peux aussi être une lame de rasoir si jamais vous vous approchez trop près.
_Charles Manson
Revenir en haut
Chucky
Ancien
Ancien

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2013
Messages: 2 843
Localisation: Dehors, et toi ? :)
Masculin Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 27 Juil 2017 - 14:02    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

 Accepté.
Revenir en haut
Tac
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2017
Messages: 1 349
Localisation: Nantes le sang
Masculin Bélier (21mar-19avr) 猪 Cochon

MessagePosté le: Sam 8 Sep 2018 - 18:39    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant



Dès qu’il l’avait vu, il lui avait déplu. Ce n’était pas que Monsieur Fergunson était très capricieux ou exigeant, mais voir de sa chambre ce grand pommier dans son jardin le déprimait.

Sa vieille voisine l’avait pourtant prévenu lorsqu’il y avait emménagé. Un blabla mal articulé dans un patois parlant d’un tueur, de sa dernière demeure, de son cadavre disparu, etc...Monsieur Fergunson n’avait même pas cherché à lui expliquer. Il avait assez d’expérience pour savoir que les gens ne le comprenaient jamais, même ses proches. Mais il aimait ça. Les faits divers, les histoires morbides, les films d’horreur...à 63 ans, c’était sa seule préoccupation. Alors quand il avait vu cette maison à vendre, son histoire sanglante, près de la côte, avec cet immense jardin...et son unique arbre, il n’avait pas hésité.

Inutile de dire que, aujourd’hui, il regrettait vivement son choix.

De toute façon, il ne pouvait pas être aidé par cette vieille femme, songea-t-il en soupirant. Elle était morte. Une des plus grosses branches de l’arbre l’avait écrasée dans son jardin, pendant qu’elle jardinait. Il n’avait pu que se ruer dans son jardin, et découvrir le spectacle.

Monsieur Fergunson frissonna. Il valait mieux ne pas penser à ça. Il se tourna dans son lit, vers la fenêtre...et vit l’arbre. Il se sentit soudain très vieux, et très fatigué. Il regarda ses mains couvertes de terre. Tous ces évènements le dépassaient.

La police était venue chez lui. Le retraité s’en était bien sorti. On lui avait juste demandé de faire venir un élagueur. Ce dernier était monté sous l’œil attentif de Fergunson, jusqu’à en disparaître dans les feuillages...pour ne jamais en redescendre. Disparu. Volatilisé. Le pauvre homme était allé se coucher, les yeux restants fixés sur l’arbre, ne pouvant pas trouver le sommeil. Il n’avait trouvé qu’une casquette, deux jours plus tard, au pied de l’arbre.

Il soupira de nouveau.

Par chance, s’il pouvait encore parler de chance, on n’avait trouvé aucune preuve que l’élagueur était venu chez lui. Il aurait vraiment eu du mal à expliquer ces deux morts à trois jours d’intervalle.

Puis il repensa à la suite, et frissonna de nouveau.

Décidément, non, il n’avait pas de chance.

Sa sœur était venue le voir. Ils avaient discuté à une table, à l’ombre du ce pommier.


Sarah Fergunson avait remarqué que son frère était étrange. Il semblait inquiet, comme si il ne l’écoutait qu’à moitié. Elle comprit qu’il demeurait fixé sur ce grand pommier. Elle l’observa à son tour. Il devait faire une vingtaine de mètres de haut. Sarah porta attention aux fruits de l’arbre. Elles étaient appétissantes ces pommes. Évidemment, c’était la saison. Elle en cueillit une.
Et s’arrêta.
Avait-elle entendu un cri émanant du tronc ? Non, bien entendu. Elle sourit, croquant dans la pomme.
Un nouveau cri retenti. Mais venant de son frère. Elle n’était pas inquiète. Elle était même incroyablement détendue, tout à coup. C'était sûrement une autre hallucination. Puis soudainement, elle se sentit terriblement mal, comme si un grand vide s’étendait dans son corps. Sans trop savoir pourquoi, elle cria à son tour.

Puis elle cessa simplement de vivre.


Monsieur Fergunson repensa à sa sœur. Il n’avait pas prévenu la police, bien sûr. Comment leur expliquer ? « Ma sœur est morte empoisonnée, et c’est la faute du pommier. » Bien sûr, ils n’allaient pas le croire. Mais il n’était pas fou. Soit quelqu’un lui jouaient des mauvais tours, soit cet arbre...était...et bien Monsieur Fergunson ne savait plus quoi penser.

Donc non, il n’avait pas prévenu la police.

Il avait pris une pelle, creusé un trou dans son jardin, et y avait mis le cadavre de sa sœur.

En une heure, le trou était bouché.

Fou de rage, durant sa besogne, il avait donné un coup de pelle dans ce pommier de malheur.

Avait-il entendu un cri ?

Monsieur Fergunson était maintenant toujours sur son lit, le sommeil ne venant pas. Il détourna le regard de la fenêtre, et regarda la terre sur ses mains.
Non, cela ne pouvait pas se passer comme ça. Dès demain, il allait appeler quelqu’un pour déraciner cet arbre. Peu importe le prix. Le pommier ne serait plus qu’un très mauvais et douloureux souvenir.
Il s’endormit.

Monsieur Fergunson rêva. Il rêva de sa sœur qui l’appelait. De l’histoire de la maison, du meurtrier qui l’avait habité. De son corps disparu. Il vit un homme blond lui parler. Le meurtrier. Ses propos n’étaient pas plus compréhensibles que ceux la pauvre vieille. Mais il lui parlait. Sa sœur criait encore plus, lui disant qu’elle était bloquée. Puis elle se tut. L’homme blond le regarda durant ce qu’il semblait être une éternité. Son regard s’intensifia et Monsieur Fergunson se réveilla.

Les déracineurs arrivèrent dans l’après-midi. Assez froidement, le retraité leur avait demandé de venir incognito. L’homme, un dénommé Cyril, et la femme, Stéphanie, observèrent l’arbre et le jardin puis commencèrent à sortir leurs outils. Pendant que la femme s’occupait avec le retraité des procédures juridiques, son compagnon commençait les premières manœuvres dans le jardin.

Un cri retentit.
Monsieur Fergunson ne s’était jamais senti aussi mal.
Mais l’homme leur dit simplement de venir.

Pendant qu’ils accouraient, Monsieur Fergunson remercia Dieu.
Cyril, pâle comme la mort, leur montra.
Il avait commencé à déraciner l’arbre.

Sous ses racines, on distinguait un cadavre.


Stéphanie poussa un cri.

Monsieur Fergunson reconnu ces cheveux jaunis. Il reconnut le tueur de ses rêves. Les racines et lui ne faisaient maintenant plus qu’un. Stéphanie criait toujours. Cyril était en train d'appeler la police. Et tout se passa ensuite très rapidement.

Une branche de l’arbre attrapa la femme et l’emporta dans ses feuillages. Son cri disparut avec elle. Cyril fuyait en hurlant. Une racine lui attrapa le pied et l’emporta dans les tréfonds de la terre.

Mr Fergunson tomba à genoux. Il pleurait.

« Pourquoi, dit-il, pourquoi me laisses-tu vivant ? »

Il fixait le cadavre et reconnut le regard de son cauchemar. Il était persuadé qu’il souriait.

Il n’eut pas de réponse.


Monsieur Fergunson alla dans sa chambre. Il ne savait pas quoi faire. Il s’écroula sur son lit. Une sirène retentit. La police. La voiture s’arrêta devant chez lui. Ils arrivèrent par la porte de derrière, par le jardin.

Monsieur Fergunson les observa de sa fenêtre, passer devant le pommier.

L’arbre s’anima. Et ce n’était pas le vent.

Monsieur Fergunson tourna la tête, regardant ailleurs. Des cris retentirent.


Décidément, il n’aimait pas cet arbre.

________________
I Rule
Tac, 16 ans, 16 creepypastas publiées, 1 commentaire positif de Rabadu, 4 mois de ban d'affilé, 21 ans de tutelle, banni définitivement deux fois, 3 partenaires sexuels, et 3 vidéos de Pourquoi Avoir Peur, enchanté.


À quel moment un individu qui met en cause l’autorité cesse-t-il d’être un fou et devient-il un héros ?
Tac 242, sur le peloton d’exécution


http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/05/le-grand-cerf.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/06/agnija.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/peur-enfantine.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/07/votre-faiblesse.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/10/le-carnet-de-monsieur-fe…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2015/11/le-mendiant-de-la-rue-sa…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/01/voisins-bruyants-insuppo…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2016/02/le-monde-est-petit.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/07/trouve-sur-un-forum-salu…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/08/victor.html
http://necronomorial.blogspot.fr/2017/10/le-pommier-de-monsieur-fergunson.h…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2017/10/la-collection-de-caillou…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.fr/2018/04/chasseurs-de-fantomes.ht…
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/05/recherche-dun-vin-intro…
http://necronomorial.blogspot.com/2018/09/mars-2094.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2018/10/programme-de-nuit.html
http://necronomorial.blogspot.com/2018/10/mes-deux-premiers-fils-sont-morts…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Madeagle
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2018
Messages: 198
Localisation: ca depend ou
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Dim 9 Sep 2018 - 18:46    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Ça a changé.
________________
Les carottes je ne vous les conseils pas, elles sont pourrites,en revanche j'ai de la courge mexicaine.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gordjack
Grammatikwaffe
Grammatikwaffe

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2016
Messages: 10
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mer 12 Sep 2018 - 20:03    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson Répondre en citant

Oyez, oyez. Ci-dessous la correction finale de ce texte.



Dès qu’il l’avait vu, il lui avait déplu. Ce n’était pas que M. Fergunson était très capricieux ou trop exigeant, mais voir de sa chambre ce grand pommier planté en plein milieu du jardin le déprimait.
Sa vieille voisine l’avait pourtant prévenu lorsqu’il y avait emménagé. Un blabla en patois mal articulé autour d’un certain tueur, de sa dernière demeure, de son cadavre disparu, etc... M. Fergunson n’avait alors même pas cherché à lui expliquer. Il avait assez d’expérience pour savoir que les gens ne le comprendraient jamais, même ses proches. Mais malgré tout, il aimait ça. Les faits divers, les histoires morbides, les films d’horreurs... à 63 ans, c’était sa seule préoccupation. Alors quand il avait vu cette maison à vendre, son histoire sanglante, située près de la côte, avec cet immense jardin...et son unique arbre, il n’avait pas hésité.


Inutile de dire qu’aujourd’hui, il regrettait vivement son choix.
De toute façon, il ne pouvait pas être aidé par cette vieille femme. Elle était morte. Une des plus grosses branches de l’arbre l’avait écrasée dans son propre jardin, alors qu’elle arrosait ses fleurs. Il n’avait pu que se ruer hors de la maison, et y découvrir le macabre spectacle qui s'offrait à lui.
M. Fergunson frissonna. Il valait mieux ne pas penser à ça. Il se retourna alors dans son lit, vers la fenêtre...et vit l’arbre. Il se sentit soudain très vieux et très fatigué. Il regarda ses mains couvertes de terre. Tous ces évènements le dépassaient.
La police était venue chez lui. Le retraité s’en était bien sorti. Les agents lui avaient juste demandé de faire venir un élagueur, sans poser plus de questions. Quelques jours plus tard, celui-ci était donc monté sous l’œil attentif de Fergunson, jusqu’à disparaître dans les feuillages...sans jamais en redescendre. Disparu. Volatilisé. Le pauvre homme était alors allé se coucher, les yeux fixés sur l’arbre, ne parvenant pas à trouver le sommeil. Il n’avait trouvé qu’une casquette, 2 jours plus tard, au pied de l’arbre.
Il soupira.
Par chance, s’il pouvait encore parler de chance, on n’avait trouvé aucune preuve que l’élagueur était venu chez lui. En effet, il aurait vraiment eu du mal à expliquer ces deux morts à trois jours d’intervalle.
Puis il repensa à la suite, et frissonna de nouveau.
Décidément, non, il n’avait pas de chance.


Par une journée ensoleillée, sa sœur était venue le voir. Ils avaient discutés à une table, protégés par l’ombre du pommier.
Sarah Fergunson avait alors remarqué que son frère était étrange. Il semblait inquiet, et paraissait ne l’écouter qu’à moitié. Lorsqu'elle comprit que c'était parce qu'il demeurait fixé sur ce grand pommier, elle l’observa à son tour. Il devait bien faire une vingtaine de mètres. Sarah porta alors son attention aux fruits de l’arbre, de belles pommes d'un rouge appétissant. En même temps, c'était la saison. Elle en cueillit une.
Et s’arrêta net.
Avait-elle entendu un cri en provenance du tronc ? Non, bien entendu. Elle sourit, et croqua dans la pomme.
Un nouveau cri retentit. Mais cette fois, il venait de son frère. Étrangement, cela ne l'inquiéta pas. Au contraire, elle était tout à coup incroyablement détendue. Soudain, sans préambule, elle se sentit terriblement mal, comme si un grand vide s’étendait dans son corps entier. Sans trop savoir pourquoi, elle cria à son tour.
Puis cessa simplement de vivre.


Alors que M. Fergunson repensait à sa sœur, il maudit cet arbre une fois de plus. Il n’avait pas prévenu la police, bien sûr. Comment l’expliquer ? « Ma sœur est morte empoisonnée et c’est la faute du pommier. » Bien sûr, ils n’allaient pas le croire. Mais il n’était pas fou. Soit quelqu’un lui jouait des mauvais tours, soit cet arbre...était... et bien M. Fergunson ne savait plus vraiment quoi penser.
Donc non, il n’avait pas prévenu la police.
Il avait pris une pelle, creusé un trou dans son jardin, et y avait mis le cadavre de sa sœur.
En une heure, le trou était bouché.
Mais, fou de rage, il avait alors donné un coup de pelle dans ce pommier de malheur.
Avait-il, à ce moment précis, entendu un cri ?


M. Fergunson était toujours étendu sur son lit, le sommeil tardant à venir. Il détourna le regard de la fenêtre, regardant à nouveau la terre sur ses mains.
Non, cela ne pouvait pas se passer comme ça. Dès demain, il allait appeler quelqu’un pour déraciner cet arbre. Peu importe le prix. Le pommier ne serait plus qu’un lointain et très mauvais souvenir.
Il s’endormit.


M. Fergunson rêva. Il rêva de sa sœur qui l’appelait. De l’histoire de la maison, du meurtrier qui l’avait habitée. De son corps disparu. Il vit un homme blond lui parler. Le meurtrier, semblait-t-il. Ses propos n’étaient pas plus compréhensibles que ceux de la pauvre vieille. Mais l'homme continuait de lui parler, alors que la soeur du pauvre vieil homme criait de plus belle, lui hurlant qu’elle était bloquée. Puis elle se tut. L’homme blond le regarda alors durant ce qu’il semblait être une éternité. Au moment où son regard d'acier commenca à s'intensifier, M. Fergunson se réveilla.


Le déracineur arriva dans l’après-midi. Assez froidement, le retraité lui avait demandé de venir incognito. L’homme, un dénommé Cyril, et la femme, Stéphanie, observèrent l’arbre et le jardin puis commencèrent à sortir leurs outils. Pendant que la femme s’occupait de la paperasse avec le propriétaire, son compagnon commençait les premières manœuvres.
Après quelques secondes cependant, un cri retentit.
M. Fergunson ne s’était jamais sentit aussi mal.
Mais, contre toute attente, l’homme leur dit simplement de venir.
Pendant qu’ils accouraient, M. Fergunson remercia Dieu.
Cyril, pâle comme la mort, leur montra alors ce qui l'avait fait hurler ainsi.
Il avait commencé à déraciner l’arbre. Jusque-là, rien de notable.
Sauf que sous ses racines, on distinguait un cadavre.


Ce fut au tour de Stéphanie de pousser un cri.
M. Fergunson reconnut les cheveux jaunis, et pâlit instantanément. Aucun doute, c'était  le tueur de son rêve. Aussi étrange que cela puisse paraître, les racines et le corps ne faisaient maintenant plus qu’un. Stéphanie criait toujours, pendant que Cyril appelait la police. Et tout se passa ensuite très rapidement.
Une branche de l’arbre arracha violemment la femme du sol et l’emporta dans ses feuillages. Son cri s'estompa avec sa silhouette. Quant à Cyril, il s'était mis à courir et hurlait à son tour. Une racine lui attrapa alors le pied et l’emporta dans les tréfonds de la terre.
Mr Fergunson tomba à genoux. Il pleurait.
-Pourquoi, dit-il, pourquoi me laisses-tu vivant ?


Il fixa le cadavre et reconnut le regard de son cauchemar. Et il était persuadé qu’il souriait.
Mais malgré tout, il n’obtint pas de réponse.
Traînant le pas, le vieil homme monta donc dans sa chambre. Il ne savait toujours pas quoi faire, et s’écroula sur son lit. Une sirène retentit alors. La police. La voiture s’arrêta devant chez lui. Ils entrèrent dans la propriété par la porte de derrière, par le jardin.
M. Fergunson, qui les observait depuis sa fenêtre, pria lorsqu'ils passèrent devant le pommier.
L’arbre s’anima. Et ce n’était pas le vent.
M. Fergunson détourna les yeux, regardant ailleurs. Des cris retentirent.


Décidemment, il n’aimait pas cet arbre.


________________
Loué soit le Saint Pain au chocolat. Amen.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:12    Sujet du message: Le pommier de monsieur Ferguson

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Textes acceptés -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com