Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

His name was Tommy Taffy

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions inachevées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 860
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Mai 2018 - 16:58    Sujet du message: His name was Tommy Taffy Répondre en citant

Hé ! J'avais dit que je prendrais la suite, et j'ai enfin trouvé un peu de temps. Ce n'est que ma 2 eme, mon travail est donc surement largement perfectible, je posterais donc petit bout par petit bout.

C'est une suite en effet, mais elle est présentée sur Reddit comme un nouveau sujet et surtout avec un nouvel auteur j'ai donc préféré faire un nouveau topic, s'il fallait pas merci de le fusionner... Embarassed

Le lien du Troisième Parent : http://www.creepypastafromthecrypt.com/t7413-Le-Troisi-me-Parent.htm
Le lien de la trad : http://www.reddit.com/r/nosleep/comments/53kgyr/his_name_was_tommy_taffy/

Some of you may have read my son’s account “Third Parent” about what happened regarding the monster Tommy Taffy. After reading it, after crying over it, I felt compelled to write this. I’m not here to defend my actions. I’m not here to make excuses. I did what I had to so that my family would survive. I knew what Tommy was capable of. I knew what we’d have to endure.

But I also knew that if we could make it five years without pissing off Tommy Taffy, we’d come out of the nightmare alive. How did I know that? Because I had already lived it. I had already been exposed to what that…thing...was capable of. I had seen Tommy’s temper, had seen what pushed his buttons. I had already done my five years.

Like I said, I’m not here to defend myself. What happened to my family is unspeakable…but we are alive. No, instead I’m writing this so you can understand why I did what I did. Why I chose to let Tommy do what he did to my wife and children. After you hear my side, after you read what I went through, then you can judge me.

God knows I deserve it.

Tommy first arrived on my street when I was seven. I was an only child and lived with both my parents in a middle class neighborhood. It was a mellow slice of the American Dream, like a cut of apple pie under a smothering layer of vanilla ice cream.

Our street was in a secluded residential neighborhood in the far corner of our sprawling development. There were six houses in total and we were a tight nit bunch, both the parents and children. In the summers we’d have cook outs and in the winter we’d have Christmas parties. It was almost like our block was one big family. Everyone looked out for one another, everyone was generous and considerate; it was a different time, when people trusted one another.

But our picture perfect life shattered when he arrived…

Jesus I’ll never forget it.

JULY 1969

I had just gone to bed, my seven year old mind exploring my imagination, turning thought into dream. The moon was a warm slice of yellow in my window, an expanse of stars winking down at me as I drifted off to sleep. I could hear the tv on in the living room, a comforting reminder that my parents were still awake and the monsters under my bed would stay away tonight.

That’s when I bolted awake by a knock at the front door downstairs. It was such a sharp contrast to the comforting murmur of the tv that my mind went on full alert as the noise echoed into the house. I sat up in bed, irritated, clutching Growls, my teddy bear. I heard the heavy footsteps of my father walk to the door, probably expecting a neighbor.

The familiar creak of the front door was followed by the muted murmur of conversation. I could hear my father’s voice speaking, interrupted on occasion by another male voice I didn’t recognize. My mother joined the conversation and I could hear my father getting angry.

Minutes stretched on as the mysterious late night visitor continued to talk with my parents. I slid out of bed and went to my bedroom door, peaking my head out to listen. I still couldn’t make out the words but I could tell my father was getting furious. He started yelling and I heard him demand that the visitor leave our house or he was calling the police.

It got very quiet then, so quiet I could hear my heart beating in my chest. Then I heard my mother begin to cry. It was soft, so soft, but it scared me. The nighttime visitor was saying something to my parents, his voice low, and my mother continued to sob.

After a moment, my father said something I couldn’t make out. Immediately following, I heard something slam into the wall downstairs so hard the pictures in the hallway crashed to the floor. I slapped a hand over my mouth to stifle a scream, heart racing. What was going on?

My mother let out a pitiful noise and I could hear her pleading with someone. There was a scramble of feet and then another loud bang against the wall. The intruder was saying something to my parents, his voice oozing with authority. I strained to make out the words, but it came to me in a jumble of soft noise.

After another couple minutes of agonizing fear, I heard my father call down for me. My heart was a wild drum beat in my chest and I bit my lip, hands shaking. Why did he want me? What was happening? My father called again, his voice trembling slightly.

Slowly, I pulled the door to my bedroom open and walked to the edge of the stairs. I realized I was clutching Growls, my teddy bear. My palms were sweaty and I could feel the soft its fur growing damp.

I looked down the stairs to the front door and I froze, eyes going wide. My father was gripping his throat, wincing, tears in his eyes; something I had never seen before. My mother had her arms wrapped around herself, moisture staining her cheeks.

But that wasn't what captured my attention. It was the stranger standing next to my parents, staring up at me. He was in his early thirties and wore a white t-shirt that read in red font: “HI!” His hair was blond and cut short, his two blue eyes pools of glowing brilliance set in a sea of snow.

And then I noticed the oddities of this intruder: His skin was impossibly smooth, a clean, pink sheen of absolute perfection. His nose wasn't so much a nose as it was a nub jutting out of his face. His lips were twisted in a smile revealing white strips where his teeth should have been.




Certain d'entre vous on peut-être lu le récit de mon fils "Le troisième parent" sur ce qui s'est passé concernant le monstre Tommy Taffy. Après avoir lu ça, après avoir pleuré dessus, je me suis senti contraint d'écrire ceci. Je ne suis pas là pour défendre mes actions. Je ne suis pas là pour faire des excuses. J'ai fais ce que j'avais à faire pour que ma famille survive. Je savais ce que Tommy était capable de faire. Je savais que nous devions endurer ça.

Mais je savais aussi que si nous pouvions tenir (une traduction littérale voudrait que ça soit faire, mais je doute un peu du rendu) cinq ans sans emmerder Tommy Taffy nous sortirions vivant de ce cauchemar. Comment je le savais ? Parce que je l'avais déjà vécu. J'ai déjà été à ce que cette... chose est capable. J'avais vu le tempérament de Tommy, j'avais vu ce qui poussait ses boutons (à mes yeux ça ne se dit pas vraiment mais j'ignore comment le traduire...). J'avais déjà fait mes cinq ans.

Comme je l'ai dit je ne suis pas ici pour me défendre. Ce qui est arrivé à ma famille est indicible...mais nous somme vivant. Non à la place j'écris cela pour que vous puissiez comprendre pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. Pourquoi j'ai choisit de laisser Tommy faire ce qu'il a fait a ma femme et mes enfants. Après que vous ayez écouté ma version (mon côté/pointde vue ? Là aussi j'ai un doute sur le vocabulaire même si le sens ne change pas en soit), après que vous ayez lu ce que j'ai traversé, alors vous pourrez me juger.

Dieu sait que je l'ai mérité.

Tommy est arrivé pour la première fois dans ma rue quand j'avais sept ans. J'étais enfant unique et je vivais avec mes deux parents dans une banlieue de classe moyenne. C'était une tranche moelleuse de l'American Dream, comme une part de tarte aux pommes sous une couche de crème glacée à la vanille.

Notre rue était dans un quartier résidentiel isolé dans le coin le plus éloigné de notre développement tentaculaire. Il y avait six maisons au total et nous était un groupe soudé, les parents comme les enfants. En été nous cuisinions dehors et l'hiver nous organisions des fêtes pour Noël. C'était comme si notre bloc (pâté de maison ? Encore une fois j'hésite sur le choix du vocabulaire) était une grande famille. Tout le monde se regardaient les uns les autres ; tout le monde était généreux et considéré, c'était une époque différente, quand les gens se faisaient confiance.

Mais notre photographie de vie parfaite s'est ternie quand il est arrivé...

Jésus, je n'oublierai jamais ça.

Juillet 1969

Je venais d'aller au lit, mon esprit de sept ans explorant mon imagination, tournant mes pensées en rêves. La lune était une chaude tranche jaune à ma fenêtre, la multitude d'étoile me faisant un clin d'oeil alors que je m'endormais. Je pouvais entendre la télévision dans le salon, un réconfortant rappel que mes parents étaient toujours éveillés et que les monstres sous mon lit resteraient loin ce soir.

Quand j'ai été ( Jusqu'à ce que je sois ?) réveillé par un coup sur la porte d'entrée en bas. Il y avait un si grand contraste entre le confortable murmure de la télévision que mon esprit était totalement alerté par ce bruyant écho dans la maison. Je me suis redressé dans mon lit, irrité, serrant Growls mon ours en peluche. J'ai entendu les pas lourds de mon père marcher vers la porte, espérant probablement un voisin.

Le grincement familier de la porte d'entrée a été suivi par le murmure assourdi de la conversation. Je pouvais entendre la voix de mon père qui parlant, interrompu à l'occasion par une voix masculine que je n'ai pas reconnu. Ma mère s'est jointe à la conversation et je pouvais entendre mon père se mettre en colère.

Les minutes s'étiraient et ce mystérieux visiteur nocturne continuait de parler avec mes parents. Je me suis levé de mon lit et je suis allé à la porte de ma chambre en sortant ma tête pour écouter. Je ne pouvais pas distinguer les mots mais je pouvais dire que mon père devenait furieux. Il a commencé à crier et je pouvais l'entendre demander à ce que le visiteur quitte notre maison ou il appellerait la police.

Il est devenu très silencieux, si silencieux que je pouvais entendre mon coeur battre dans ma poitrine. Puis j'ai entendu ma mère commencé à pleurer. C'était doux, tellement doux mais ça m'effrayait. Le visiteur nocturne avait dit quelque chose à mes parents, sa voix était basse et ma mère continuait de sangloter.

Après un moment mon père a dit quelque chose que je n'ai pas du distinguer. Immédiatement après j'ai entendu quelque chose claquer contre le mur d'en bas si fort que les cadres photos dans le couloir se sont écrasés au sol. J'ai plaqué ma main par dessus ma bouche pour étouffer un cri, le coeur battant. Qu'est-ce qui se passait ?

Ma mère lâcha un bruit pitoyable et je pouvais l'entendre supplier quelqu'un. Il y eu une bousculade et un autre coup fort contre le mur. L'intrus disait quelque chose à mes parents, sa voix suintant d'autorité. Je m'efforçais de distinguer les mots mais ils me parvenait dans un fouillis de bruit doux.

Après quelques minutes de peur agonisante, j'ai entendu mon père m'appeler d'en bas. Mon coeur était un tambour sauvage battant dans ma poitrine et je mordais mes lèvres, les mains tremblantes. Pourquoi me demandait-il ?  Qu'est-ce qui se passait ? Mon père m'appelait encore, sa voix tremblant légèrement.

Doucement j'ai ouvert la porte de ma chambre et j'ai marché jusqu'à l'angle des escaliers. J'ai réalisé que je serrais toujours Growls, mon ours en peluche. Mes paumes étaient moites et je pouvais sentir sa douce fourrure devenir humide.

J'ai regardé en bas des escaliers vers la porte d'entrée et je me suis figé, les yeux écarquillés. Mon père agrippait sa gorge, grimaçant, les larmes aux yeux, c'était quelque chose que je n'avais jamais vu avant. Ma mère avait les bras enroulés autour d'elle, ses larmes maculant ses joues.

Mais ce n'était pas ça qui captait mon attention. C'était l'étranger se tenant à côté de mes parents, qui me regardait fixement. Il devaiy avoir dans la trentaine et portait un t-shirt blanc avec inscrit en rouge devant : "HI ! ". Ses cheveux était blond et coupé court, ses deux yeux bleus flaque d'une brillance étincelante dans une mer de neige.

Et j'ai remarqué les bizarreries de cet intrus  : sa peau était incroyablement lisse, propre, d'une nuance rose d'une perfection absolue. Son nez n'était pas tellement un nez, c'était (nub jutting, je ne sais pas comment le traduire...)sortant de son visage. Ses lèvres étaient tordues dans un sourire révélant des bandes blanches là ou les dents devraient être.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Mai 2018 - 16:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Miko
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2014
Messages: 254
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 16 Mai 2018 - 21:45    Sujet du message: His name was Tommy Taffy Répondre en citant

I felt compelled > je me suis senti obligé 


To make excuses > Pour m'excuser/Pour trouver des excuses (jsp exactement quel sens est le bon)


I had already been exposed to what that…thing...was capable of > J'avais déjà été exposé à ce dont cette... chose... est capable (le choix de "exposed" laisse pas trop de traductions possibles donc bon je laisse "exposé")


I had seen what pushed his buttons > J'avais vu ce qui le mettait hors de lui/jsp, je vais y réfléchir


After you hear my side, after you read what I went through, then you can judge me.  > Bonne traduction, mais on dit "après que vous avez*" il me semble. "Ma version" c'est bon


à la suite t'as écrit "nous était" mais c'est juste une faute d'inattention


our block > notre pâté de maisons c'est pas mal, bloc c'est un poil trop littéral


everyone looked out for one another > chacun était attentionné envers les autres/chacun prenait soin des autres


But our picture perfect life...> Mais la photographie parfaite de/qu'était notre vie...


I had just gone to bed, my seven year old mind exploring my imagination > Je venais juste de me mettre au lit, mon esprit d'enfant de 7 ans explorant mon imagination


Turning > dans ce cas, transformant


A warm slice of yellow in my window > une tranche jaune chaleureuse par ma fenêtre ? c'est un peu trop pseudo-poétique pour que ça aie vraiment un sens en français mais on respecte l'écriture :')


would stay away tonight > ne viendraient pas ce soir ça marche aussi


I drifted off to sleep > ta trad est bonne mais simplifiée, si tu veux être un peu plus proche tu peux mettre "alors que je glissais dans le sommeil/m'enfonçais dans le sommeil", peu importe


That’s when I bolted awake by a knock at the front door downstairs. > C'est à ce moment que j'ai été éveillé en sursaut par des coups sur la porte d'entrée, en bas


It was such a sharp contrast to the comforting murmur of the tv that my mind went on full alert as the noise echoed into the house. > C'était tellement distinct du murmure rassurant de la télé que mon cerveau a totalement paniqué/s'est alerté alors que le bruit retentissait dans la maison. 


probably expecting a neighbor. > s'attendant probablement à un voisin


Je pose ça là et je re pour la suite
________________
Very Happy
Revenir en haut
Miko
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2014
Messages: 254
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 16 Mai 2018 - 22:33    Sujet du message: His name was Tommy Taffy Répondre en citant

Désolée jpeux pas édit mon message et lire le texte en même temps du coup je double-poste, honte à moi :'(


of conversation > je chipote mais je dirais "d'une conversation"


Minutes stretched on as the mysterious late night visitor continued to talk with my parents > les minutes s'allongeaient à mesure que le mystérieux visiteur nocturne continuait de parler avec mes parents.


I heard him demand > Je l'ai entendu ordonner/exiger


It got very quiet then > C'est devenu silencieux d'un coup, ou un truc comme ça


was saying something to my parents, his voice low > Il était en train de dire/il disait quelque chose à mes parents, à voix basse


I heard something slam into the wall downstairs so hard the pictures in the hallway crashed to the floor > J'ai entendu quelque chose s'écraser contre le mur en bas tellement fort que les cadres dans le couloir se sont écrasés au sol. (je remplace juste le claquer, la scène donne pas trop le sentiment que c'est un truc qui claque)


I slapped a hand over my mouth > j'ai plaqué ma main sur ma bouche


soft noise > je sais pas exactement comment traduire autre que par bruit doux, peut être étouffé ou un autre truc, parce que ta trad est bonne mais ça sonne super bizarre


Why did he want me? > Pourquoi voulait-il me voir/ pourquoi m'appelait-il ?


walked to the edge of the stairs > J'ai marché jusqu'au bord des escaliers ?


clutching > agrippant 


gripping > peut-être empoignait pour éviter la répétition, mais tu peux laisser serrer au dessus et agripper ici, c'est bien


 a nub jutting out of his face > un... point... saillant ...? Wha je vais y réfléchir, mais pour le coup c'est un peu compliqué :')


should have been > auraient dû être


Bon ma trad est pas ouf non plus (et je chipote pas mal), d'autres avis/améliorations ?
________________
Very Happy
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 1 860
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Mai 2018 - 05:50    Sujet du message: His name was Tommy Taffy Répondre en citant

Merci beaucoup, je corrigerais ça dès que je peux !
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:24    Sujet du message: His name was Tommy Taffy

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions inachevées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com