Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Jeu de dupes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wasite
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 105
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Juil 2018 - 15:32    Sujet du message: Jeu de dupes Répondre en citant

La soirée était sympa, pas une de celle qui change une vie, mais une qui te détend et te fais oublier les tracas de la vie quotidienne. Quelques verres et quelques bons amis, saupoudrés de bonnes rencontres. Enfin, l’unique hic était le retour. David habite loin, au moins une heure de marche de la fête et pas de voitures. Pas le choix, il faut prendre son courage à deux mains et utiliser ses jambes. La nuit était douce, caressée par un léger vent frais contrastant avec la pesante chaleur estivale. Le premier kilomètre ne posa pas de problème, il fut même amusant, car observer les gens ivres faire n’importe quoi est à mourir. Sachant que le marcheur n’était pas des plus sobres non plus. Une fois le centre-ville traversé, l’homme prit un chemin campagnard. En effet, sa résidence est excentrée par rapport à la cité. Une route en terre taillée à travers champs et forêts. Le trajet devint tout de suite moins divertissant lorsque son téléphone s’éteignit , et que ses écouteur ne pouvaient plus diffuser Tracy Chapman (« Fast car » pour les plus curieux). Le jeune adulte se sentit alors, soudainement, très seul. Il continua néanmoins sans rien laisser transparaître, comme si quelqu'un pouvait le juger. Le torse bombé et le pas rapide, voilà que la forêt se déploie tout autour en cachant la lumière lunaire. Une myriade de bruits le percuta au fur et à mesure de son avancé, mais le fêtard tenta ne pas y prêter attention en pensant à son lit douillet ou aux vidéos YouTube qu’il regarderai une fois chez lui. Les crissements se firent plus fort, et s’approcheraient presque d’un râlement. Ceux que font les vieux quand ils voient des garnements sur leurs pelouses. En bien plus agressif, plus menaçant.  

 
« Je me fais des films, c’est la nuit et je deviens parano » appliquant donc à la lettre les leçons de Coué. Il jeta tout de même de furtifs coups d’œil à droite et à gauche. Les arbres paraissaient déformés et absurdement courbés, prenant des angles impossibles. Le ciel si obscurci par les branches tordues de ces derniers qu’aucune étoile ne parvint à percer les végétaux opaques. Une sensation désagréable s’empara de l’échine de l’étudiant. Similaire à un souffle gelé. Qui se met, en conséquence, à trottiner à la manière d’un esclave accélérant par crainte du fouet. Il avait un peu honte, au fond, car s’assimilant à un peureux. Le bruit des géants de bois se faisait de plus en plus constant, sans s’amplifier, mais presque continu. Ils ont bougé, ils s’avancent ! Le jeune homme, aux allures d’enfants tant sa peur croissait, pouvait en jurer. Il couru autant que ses poumons lui permettaient, malheureusement la sylve semblait infini. Puis, trébucha sur une racine et s’écrasa sur la terre battue. La douleur était puissante, sa cuisse très douloureuse, pourtant, c’est la disparition du chemin qui le paniqua. Le pauvre est entouré par la cime, plus de route. Alors, il hurla et essaya de rallumer en vain son cellulaire. Puis s’effondra à genoux, son esprit essayant de donner un sens à la situation. Quelques minutes après, le jeune adulte se leva et erra, craintif, dans le labyrinthe de feuilles et d’écorces. À plusieurs reprise, ses pieds se sont embourbés dans des racines. Ces foutus arbres voulaient sa peau, il en était certain. Les éviter se révéla tâche impossible, et le gaillard devait parfois prendre appuie sur ceux-ci afin de surmonter une butte ou autre. Chaque fois, sa main finissait écharnée. Chaque fois, un crissement s’ensuivait, similaire à un millier de ricanements lointains.  

 
Terrorisé, fatigué et au bord du désespoir David vu au loin une petite lumière et accouru alors en sa direction. Un vieillard à la barbe touffu, portant un costume bon marché rapiécé et un chapeau de mafieux, jouait aux cartes sur une table ancienne et usées. Assis sur un tronc brisé, éclairé grâce à une lampe à huile.  
« Qui êtes vous ». Lança t’il au joueur, méfiant.  
L’étranger lui distribua une main en guise de réponse. Le jeune adulte l’aurait bien secoué pour le faire réagir, mais tout son corps hurlait que c’est une mauvaise idée.  
« Je te conseille de te dépêcher, lorsque toute l’huile aura brûlé, tu seras à nouveau livré à toi-même ». Sa voix était rauque, mais bizarrement chaleureuse. 
« Vous allez m’aider ? ». Un brin d’espoir surgissait.  
« Non, je joue aux cartes ». Qui disparu aussi vite. 
« Qu’est-ce qui se passe, où on est ? ». Demanda t’il en s’asseyant sur une souche en face de la table tout en prenant le carton. 
« T’es la Big Blind, tu commences à miser ». La voix muta pour devenir rauque, monotone. Blasée serait le mot juste. 
« Je n’ai pas d’argent liquide, mais j’ai mon portable... ». Le jeune homme se demanda bien pourquoi il jouait. Sûrement par crainte d’être à nouveau seul.  
« Mieux que rien. Moi, je mise des morceaux de plan de l’endroit. Je crois qu’il n’y a rien de plus précieux ».  
La partie s’engagea mal pour notre ami. Un trois et un huit de couleurs différentes. Que des têtes qui sortent. Une dame, un roi, un dix et une misérable paire de deux. Le Texas Holdem est vraiment un jeu de con ! L’exercice lui fit oublier sa peur et il remarqua ainsi les cartes discrètement glissées dans la manche de son adversaire.  
« Perdu, mon grand. Ton joujou est à moi ». Ricana le tricheur.  
« Je préfère mélanger pour la prochaine ». Grommela le garçon en fixant les manches coupables.  
« Comme tu veux ». Rétorquait le joueur d’un autre temps, tout en s’esclaffant, puis il reprit. 
« L’unique chose qui compte, c’est de se divertir ». 
« Bordel, où on est et qui êtes vous ? ». 
« Un simple marchand, j’échange diverses choses et services contre une juste rétribution. Et parfois, je parie, comme aujourd’hui. Maintenant mélange et fais silence ».  
Ce que fit David, terrorisé par ce type. Le mélange fut rude et le set tomba à plusieurs reprises. Plus son voisin paraissait exaspéré, plus la lampe vacillait jusqu’à ne presque plus rien éclairer. Sitôt les grincements des branches reprenaient. 
« J’ai fini, j’ai fini ! ». Hurla-t-il sous le coup de la frayeur, avant de distribuer les mains.  
« J’ai une veine de pendu, petit, prépare toi à perdre tes bottes ».  
« Nous verrons ». Marmonna le jeune homme, tout tremblotant. Les cartes sortirent les unes après les autres : d’abord, un as de pique, puis un valet de trèfle, un dix de pique, et un autre as. 
« Brellant d’As, ah ah. Et toi, l’écolier ? ». 
« Pair de valets ». Répondit-il d’un ton plaintif.  
Les parties s’enchaînèrent et les défaites également. Si bien qu’il ne restait plus que ses vêtements au pauvre malheureux, et encore ses chaussures étaient perdus aussi. 
« Il ne reste plus que tes frusques, prêt à miser ? ». 
« Tu ne veux pas autre chose, sans eux, je risque l’hypothermie ! ».  
« Peut-être une chose, oui, ton âme crasseuse pourrait le faire ». Le ton était similaire à une déglutition. L’adolescent prit une grande inspiration, bomba le torse et lui cracha avec le même dégoût. 
« Si tu fais tapis ».  
« Vendu, je suppose que tu souhaites encore mélanger ? ».  
En effet, l’étudiant mélangea. Fort, rapidement et fis plusieurs tas qu’il battait aussi. Cela dura quelques minutes, l’adversaire soupira, se plaint et commença à jouer avec ses bagues immondes en fer rouillées.  
« T’es la big, à toi de révéler ». Le malin afficha son sourire édenté en guise de réponse. 
Sur la table, il y avait une dame et un dix de cœur, un huit de pique, une dame de trèfle et un valet de cœur.  
« Pour toi, c’est la fin. Carré de dame, petit. ». 
« Quinte flush royale ». Répondit narquoisement le gamin, qui n’en avait plus du tout l’air, en montrant son as et son roi.  
« Tu as triché, c’est impossible ! C’est impossible ! ». Hurla le perdant.  
« Je vais prendre mes gains ».  
« Tu t’es joué de moi, ordure ! Malhonnête ! Ça n’a rien de divertissant ! ».  
« Je vais prendre la lampe aussi, bon vent ». Rien de meilleur que l’arroseur arrosé. Ce n’est pas la première fois que David trichait au poker, et ses expériences lui ont apprit à toujours bien préparer son coup.  

 
Les morceaux de plans, une fois assemblés, donnaient un itinéraire très clair vers une croix rouge peinte. La sortie ! Il est ardu de se repérer dans une forêt dense, mais l’éclairage parvenait à repousser la cime et notre héro a toujours eu un excellent sens de l’orientation. Malgré la sécurité relative qu’offrait la lumière, les grincements menaçant continuaient tout autour. Il parvenait presque à discerner des mots parmi eux : des insultes. Tel des serpents, les racines se resserraient hors de portée de la lumière. Quand le bougre avançaient, des crissements de douleurs émanaient du sol et ces dernières se raidissaient. Pourtant, il continua sa route sans tressaillir grâce à l’espoir que représentait une issue. Au bout d’une dizaine d’interminables minutes, l’homme entrevit les rayons de la Lune et s’y précipita donc. Cependant, ce n’était pas la sortie, mais une immense clairière. De l’autre côté, se tenait le vieillard chapeauté.  
« Qu’est-ce que c’est que ça ? Ce n’est pas ce que je voulais ! ». Cria David en se dirigeant vers lui afin d’obtenir des explications et la bonne route. Arrivé à mis chemin, un lourd grondement secoua la terre et le fit trébucher.  
« Je n’ai jamais dit que cette carte te mènerait chez toi ». Pouffa le démon, en fumant sa cigarette. 
La clairière se transforma en un gargantuesque visage humain fait d’herbes, de ronces et de buttes. Les yeux n’étaient que boue animée et sordide fixant le jeune homme. Cette face était terrifiante, celle d’un être en colère et sans pitié. Similaire à un assassin haineux et déterminé à sa besogne. 
Il courut vers les arbres proches, mais une gigantesque fente faisant office de bouche s’ouvrit sous ses pieds et l’engloutit. Sous les rires frénétiques et aigus du joueur de poker.  

 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Juil 2018 - 15:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 032
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Juil 2018 - 07:18    Sujet du message: Jeu de dupes Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : c'est ok.


Sentiments éveillés : curiosité.


Style et lisibilité : c'est tout bon.


Intérêt : c'était très sympa à lire donc pour. 
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
DydyMcFly
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2018
Messages: 94
Localisation: Cannes
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mar 17 Juil 2018 - 12:06    Sujet du message: Jeu de dupes Répondre en citant

Cohérence de l'histoire/des personnages : ça me paraît cohérent, rien ne m'a sauté aux yeux en tout cas !


Sentiment éveillés : pas mal d'intérêt, de la curiosité


Style d'écriture/lisibilité : nickel pour moi


Intérêt : j'ai bien aimé, c'était intéressant et agréable à lire, pour moi ce sera un pour
________________
"La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer." - Proverbe danois.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:51    Sujet du message: Jeu de dupes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com