Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

[C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Textes acceptés -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 12
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2018 - 23:33    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

Un homme entra dans mon bureau. Sourire aux lèvres, l'air fier et heureux. Étant psychologue, cela me surprit, car cela n'arrivait pour ainsi dire jamais. Après un vague "bonjour", il demanda la permission de s'asseoir, que je lui accordai non sans un haussement de sourcil. Il s'exécuta et posa son chapeau melon sur la table, laissant entrevoir son crane chauve.
Sans me départir de mon air suspicieux, je lui demandai alors : "Puis-je savoir ce qui vous met de si bonne humeur...Monsieur Jasper?
-Je ne m'appelle pas Jasper, mais M. Dujoli. Quant à ce qui me met de si bonne humeur, ce sont ma chance et ma longévité.
-Excusez-moi, vous êtes sans doute nouveau, et ce ne sont pas les patients sui manquent, ici. À vrai dire, je ne pensais même pas vous voir. Mais pourquoi....?
Mais il ne me laissa pas finir. D'un ton enjoué, il me coupa :
" Laissez-moi plutôt vous raconter une histoire. Il y a bien des endroits méconnus des hommes en ce monde... Aussi intéressants que dangereux. On peut penser aux profondes et mystérieuses abysses, ou à l'espace froid et silencieux... Mais il existe sur la terre ferme des endroits où l'homme ne pose les pieds que rarement, et n'en revient qu'encore plus rarement. Et c'est ce que l'expédition Pôle T3.5 aspirait à faire, en lançant une expédition en Antarctique, à la recherche de l'un de ces endroits perdus de toutes les cartes. Mais l'endroit était et reste dangereux. Et c'est sans surprise pour moi que ces gentilshommes ne sont pas revenus. De plus, nous vivons une époque bizarre, puisque pour les sauver, des personnes ont décidé d'y envoyer une autre délégation, les mettant eux aussi en danger. L'humanité est devenue bien stupide, au fil des millénaires, pour envoyer de pauvres types mourir d'une façon... [il se retient de dire un mot, et poursuit] étrange.

Lors de l'expédition de sauvetage, il y avait quatre hommes. Comme je ne les connais que d'apparences, et par commodité, nous allons les nommer. Il y avait Tom, un chef d'équipe qui croyait, naïvement, qu'il pourrait tous les sauver. Paul, une masse de muscle dont on dit qu'il pourrait tuer un sanglier à mains nues, ce qu'il avait déjà du faire pendant des parties de chasses, et qui était parfois sujet à des accès de violences non justifiés. Et enfin, Édouard, un brillant chercheur et archéologue, mais trop terre à terre. Bien, l'histoire peut commencer. [Légèrement perturbé, je lui fis alors remarquer qu'il avait mentionné quatre hommes] Oh! vous savez [il arbora un large et terrifiant sourire carnassier, qui releva sa longue moustache effilée] je n'aime pas les happy end... et les bons vivants.

Bon, reprenons. Après un jour et demi de préparation avec le meilleur matériel, à la pointe de la technologie, ils décidèrent d'y aller. L'Antarctique était froid, dangereux et atrocement silencieux. Une large plaine blanche qu'ils sillonnaient dans un vieux chasse-neige. Mais la "malédiction" qui hantait le lieu n'était jamais loin. D'abord de simples flocons. Puis, un peu de vent. Et pour finir, un blizzard glacial qui faisait même givrer l'intérieur du pauvre véhicule. Les quatre aventuriers se savaient piégés dans ce froid épais et mortel. Mais Édouard, semblant distinguer quelque chose au travers du rideau glacial, pointa quelque chose au loin. Ses camarades tournèrent la tête dans cette direction, et dinstinguèrent une faible lumière qui brillait au loin. Malgré le blizzard qui leur barrait la route; tous se mirent d'accord pour y aller, afin de "potentiellement survivre". Ils sortirent du véhicule, et affrontèrent ce froid qui brûlait leurs chairs. Parfois, Tom, qui menait le convoi, hurlait pour savoir s'il étaient là, mais seul le vent glacial lui répondait. Il avait beau les chercher du regard, il ne voyait que cet épais voile blanc, et cette lueur au loin. Alors, il poursuivait son chemin, marchant toujours tout droit, avec un seul objectif en tête : la survie avant tout. La neige lui arrivait jusqu'aux genoux, et ses mains lui semblaient de plus en plus étrangères à mesure qu'il progressait. Ses forces le quittaient peu à peu. Mais il avançait encore et toujours. Jusqu'à ve que, finalement, il y arrive.

C'était une immense tour carré, qui avoisinnait les quatre mètres de côté, et dont il n'était pour l'instant pas possible de définir la hauteur. Il scruta le haut de cette tour d'un bois usé par le froid et le temps, et constata que la lueur provenait d'une petite fenêtre, haut perchée sur la façade. Il fut également surpris de voir des portes vitrées à la même intervalle de hauteur, qui filtraient elles aussi une petite lumière orangée. Cette tour lui faisait ressentir une peur irrationnelle, et il ignorait pourquoi. Était-ce parce qu'elle n'avait rien à faire ici, ou était-ce simplement sa grandeur irréaliste qui la faisait s'étendre jusqu'à perte de vue dans le ciel voilé par le blizzard ? Avisant la porte d'entrée, il décida de l'ouvrir. La folie? La curiosité? Ou simplement le besoin instinctif d'y être soi-disant en sécurité? Il poussa le battant, qui s'ouvrit avec un grincement. Tom s'avança dans l'entrée, et referma la porte derrière lui. Il se trouvait sur le seuil d'une petite pièce éclairée par une vielle ampoule couverte de poussière. Au centre de celle-ci, une table décrépie tenait courageusement debout, table autour de laquelle ses deux compagnons Édouard et Paul étaient installés. Lorsque leurs regards se croisèrent, la joie donna lieu à des embrassades. Mais leur sourire se transforma vite en une moue de tristesse lorsque Tom demanda où était leur dernier ami. Tandis que Paul essayait de trouver les mots, Édouard lui épargna cette peine : "il est sans doute mort. Ce serait suicidaire d'aller le chercher." Mais malgré tout, Tom voulu aussitôt y retourner. Cependant, Paul le retint, secouant la tête avec résignation. Tom, peu fier d'avoir perdu l'un de ses hommes, s'adossa alors contre un mur. [il me regarda droit dans les yeux, et son étrange sourire revint] Vous voyez bien que le quatrième membre ne servait à rien, et qu'il n'y aura de toute façon pas de happy end. Bref, revenons à l'histoire.


Tandis que Paul tentait de rassurer Tom tant bien que mal, Édouard prospectait dans cette pièce étrange, située à l'intérieur d'une tour qui l'était d'autant plus. En regardant les vieilles planches qui composaient le plancher, il déduisit que cette tour devait avoir un âge très avancé, heureusement, le froid les avait maintenues ensemble et dans un assez bon état. Son regard se tourna alors vers la petite table rectangulaire et très rustique, dont le temps semblait avoir eu raison, s'il en jugeait par la fragilité apparente du meuble. Poursuivant son "tour du propriétaire", Édouard leva la tête vers l'ampoule qui luisait comme à son premier jour. Il eut beau regarder sous tous les angles, il ne vit ni câbles, ni fils électriques. Il n'y avait personne d'autre qu'eux, ici. Qui avait allumé cette lumière, et pourquoi ? Il ne le savait pas. Mais à vrai dire, c'était le cadet de ses soucis. Il se dirigea alors vers la fenêtre.


Paul, après plusieurs tentatives infructueuses de consoler son ami, colla son oreille contre la porte. Après une dizaine de secondes, il s'en détacha, et se tourna vers ses camarades, avant d'annoncer que le blizzard semblait enfin s'être arrêté. Il posa alors sa main sur la poignée du battant, et signifia à ses deux amis qu'il valait peut-être mieux aller vérifier si leur comparse était en vie, maintenant que la tempête s'était arrêtée. Mais c'est maintenant que l'histoire commence à être intéressante. Paul appuya donc sur la poignée et poussa sur le battant. Mais la porte resta close. Il avait beau pousser, appuyer sur la poignée de toutes ses forces, rien n'y faisait. La porte résistait de façonanormale, comme quelqu'un la poussait de l'autre côté. Il entreprit alors de l'enfoncer, proférant diverses insultes barbares. Mais Édouard arriva vers lui suffisamment tôt, et l'emmena calmement à la fenêtre. Paul constata alors que celle-ci ne donnait plus dehors, mais était recouverte d'un épais matelas de neige qui la couvrait entièrement. Le colosse comprit alors qu'il en était sans doute de même pour la porte, et serra les dents. Tom, intrigué, rejoint ses camarades, et à la vue de la fenêtre enneigée, son air dépité s'aggrava encore davantage. À côté de lui, Paul et Edouard se hurlaient dessus pour savoir s'il fallait ouvrir la porte ou pas. L'un soutenait que la neige pourrait ensevelir l'intérieur de la pièce, tandis que l'autre soutenait qu'ils n'avaient pas assez de vivres pour se permettre d'attendre, et qu'au lieu d'une possible mort rapide, c'était une longue agonie sans eau ni nourriture qui les attendait. Tom se souvint alors de ses obligations, et hurla pour faire taire les deux qui se chamaillaient. Le chef d'équipe dit alors à Paul qu'ils ne tenteraient pas le diable, et demanda à Édouard s'il avait un plan. Avec un hochement de tête satisfait, celui-ci lui assura qu'il en avait des dizaines. 

Paul fut alors pris d'un frisson. Se tournant vers ses amis avec une moue inquiète, il leur dit: "Vous avez entendu? Ce bruit de griffes derrière le mur...?" Haussant les épaules, Édouard fit mine de tendre l'oreille un instant. Après quelques secondes, il se tourna de nouveau vers son ami, et le détailla avec une expression étrange. Édouard haussa alors les épaules, et dit à Paul qu'il devait délirer, avant de se retourner pour continuer à travailler ses plans. De temps à autres, Paul tournait la tête vers le mur, et répétait: "Vous entendez?", "J'aime pas ça..." ou encore "On dirait le crissement des griffes d'une bestiole de la taille d'un sanglier..." La source du grattement en question sembla alors se déplacer dans le mur, et passa dans le dos du pauvre Paul. Un violent frisson le parcourut alors, et lui donna l'impulsion nécessaire pour se jeter sur le pied de la table. Il brisa le morceau de bois pourri avec facilité et s'en s'arma, avant de hurleren direction du mur : "Amène toi saloperie de bestiole, que je défonce!" Sidéré par son attitude, Tom attrama son ami par les épaules, et tenta de le calmer. Paul inspira alors un grand coup et lâcha son arme qui roula au sol. Personne ne comprenait réellement ce qu'il venait de se passer, à vrai dire, Paul était le seul à avoir entendu quelque chose. En voyant le pied de la table brisé qui traînait au sol Edouard eut alors une idée. L'idée de se servir de ce pied comme levier pour soulever les lattes du plancher, dans l'optique de creuser un tunnel dans la neige qui se trouvait en dessous de celui-ci. Jubilant à cette idée, Tom posa sa main sur l'épaule de Paul, et le rassura en lui disant qu'ils allaient bientôt pouvoir partir, et qu'ils retrouveraient tout le monde. Lui y croyait. Mais je vous l'ai dit, je n'aime pas les happy end. Étant le mieux bâti du groupe, Paul s'avança, attrapa à nouveau le morceau de bois qui traînait au sol, et entreprit de soulever la latte.

Lorsqu'ils aperçurent, au bout de quelques secondes de forçage, une petite lumière émaner du trou que Paul venait de faire dans le plancher, la surprise était totale. Celui-ci se dépêcha alors d'élargir la cavité, mais la surprise se transforma rapidement en horreur. En contrebas, sur un plancher décrépi similaire à celui que l'équipe venait de forcer, reposaient une demi-douzaine de squelettes habillé avec des anoraks similaires à ceux de l'équipe précédente, celle qu'ils étaient venus chercher. Leurs habits étaient partiellement en lambeaux, et leurs os semblaient avoir été rongés, dont certains étaient brisés. Avec une moue de dégoût, Tom passa sa tête par le trou, et vit que la salle semblait être assez similaire à celle dans laquelle il se trouvait. Se tournant vers le reste du groupe, il insista sur le fait qu'il fallait descendre. Si Paul était d'accord, Edouard s'y refusait. Il disait ne pas vouloir prendre de risques, et préférait attendre là pour réfléchir à une meilleure option. Soudain, Paul devint blanc comme la mort, et murmura : "C'est revenu. Je ne vous attends pas". À ces mots, il sauta à pieds joints dans le trou qui lui faisait face, et atterrit à l'étage inférieur. Surpris par cette spontanéité, Tom se demanda un instant ce qu'il devait faire. Puis, il choisit de mettre ses doutes de côté, et prit la décision de descendre. De plus, Tom savait que si Edouard décidait finalement de descendre, il le pourrait sans son aide. Le chef d'équipe le regarda donc une dernière fois, puis descendit rejoindre Paul, abandonnant Edouard à ses réflexions.

La hauteur de l'étage n'excédant pas les trois mètres, Tom pu sauter sans souci et se réceptionner en douceur. Relevant la tête, il aperçu Paul, hébété, debout devant l'un des murs de la pièce. Celui-ci avait le visage couvert de sueur, la bouche grande ouverte, et ses yeux exprimaient un drôle de sentiment, sorte de surprise mêlée de peur. Alors, dans un réflexe typiquement humain, Tom tourna la tête vers ce mur, et vit ce qui préoccupait tant son ami.

Le mur était couvert d'une écriture saccadée et sombre, dont on pouvait deviner qu'il s'agissait de sang. Les quelques passages lisibles du texte disaient : "Je les entends, eux non, ces griffes...", "Ils vont venir!", "Toujours plus de..." , "J'ai peur", "Entendent enfin mais trop", "fini c'est la...", " Je vais mourir dans cette tour où...".
Le reste des graffitis était totalement illisible. En suivant du regard une longue traînée de sang qui descendait le long du mur, Tom avisa un squelette qui tendait sa main vers celui-ci comme s'il avait succombé alors qu'il était en train d'écrire. Ces squelettes, habillés comme eux, possédaient aussi quelques effets personnels d'aventurier, mais eux aussi étaient en lambeaux, comme s'ils avaient été déchiquetés avec un sabre. Sceptique, Tom le fit remarquer à Paul, qui absorbé par l'horreur du mur, ne cilla pas.

Voyant qu'il ne pouvait rien obtenir du pauvre Paul, Tom décida de se tourner vers le trou par lequel il était descendu. Il héla Edouard, et sans attendre de réponse, lui décrit leur situation. Si Édouard l'avait entendu, il ne répondit pas. Tom l'appela plusieurs fois, mais systématiquement, seul le silence lui répondait. Plus les secondes passaient, et plus Tom avait peur. Il essayait bien sûr de se rassurer en se disant qu'Édouard devait être en train de lui faire une mauvaise blague mais cela ne fit qu'empirer les choses, et l'aventurier sentait l'angoisse monter malgré tout.

Désaxant sa tête, Tom regarda alors par le trou qu'il ne pouvait plus atteindre, et héla son ami une dernière fois. Il crut alors discerner un mouvement à l'étage supérieur, et se réjouit à l'idée que son camarade l'ait enfin entendu. Rassuré, il plaisanta en lançant qu'il avait frôlé la crise cardiaque, et regarda plus avant par la cavité, tentant de déterminer la position exacte d'Édouard. Soudain, il se figea. Il y avait bien quelque chose, à l'étage supérieur. Mais ce qui était certain, c'est que ce n'était pas Édouard. La forme qui se tenait au bord du trou semblait entièrement noire, malgré la lumière de la vieille ampoule qui aurait dû en révéler l'aspect. Alors, elle se pencha sur le trou, et ouvrit deux yeux ronds et écarlate qui fixèrent le pauvre Tom. Tétanisé, celui-ci était fixé sur le sang qui gouttait de ce qui s'apparentait à la tête de la créature, laissant imaginer que le pauvre Edouard n'était plus. Lentement, la chose laissa entrer dans le trou une immense patte sombre, aussi effilée qu'un couteau de cuisine. Longue, fine, et couverte de sang...


Alors que la chose commençait à manifester son intention de sauter, Paul sortit de sa transe, et s'interposa entre Tom et le trou, armé de son pied de table. Étrangement, la créature se détourna brusquement du trou, dans la probable optique de finir ce qu'elle avait commencé. Le grattement reprit alors, et Paul et Tom se tournèrent de concert vers le mur opposé. Le premier héla le second : "Alors, tu l'as entendu?" Avec un soupir, son interlocuteur lui répondit : "Oui. Des griffes aiguisées qui grattent. Qu'est ce que tu comptes faire?" Secouant la tête, Paul le regarda droit dans les yeux. " Ce que je sais faire de mieux...me battre !" Il brandit son pied de table, prêt à frapper, déterminé. Jusqu'au moment où il y eut un autre grattement. Puis un autre. Et encore. Et encore. Ça semblait venir de partout. Paul regardait de tous les côtés, désorienté.

Mais Tom ne l'entendait pas de cette oreille. Avec la force du désespoir, il entreprit donc de retirer les lattes du plancher sur lequel il se tenait, qui se révélèrent assez fragile pour qu'il puisse les arracher à la main. Et tandis que quelques secondes plus tard, il se glissait par le trou qu'il était parvenu à faire, et se réceptionnait sur le sol de l'étage du dessous, il se tourna vers la cavité fraîchement ouverte, et cria vers celle-ci, demandant à Paul pourquoi il ne venait pas. Il entendit alors la réponse de son ami. La voix tremblante, celui-ci lui répondit que c'était fini pour lui. Qu'il ne pourrait pas en réchapper, qu'il était fatigué de rester ici, dans cette peur constante. Qu'il retiendrait la bête, le temps que Tom puisse s'enfuir. Il ne put finir sa dernière phrase, mais son ami en devina malgré tout l'ultime mot ; "adieu".

Réprimant un sanglot, Tom serra les dents. Déterminé à survivre et honorer la mort de son ami, il avisa la salle où il avait atterri. Celle-ci était semblable aux deux précédentes, à une différence près. Adossés au mur, deux squelettes équipés comme on en voyait dans les années soixante semblaient le lorgner de leurs orbites vides. Intrigué par cd détail, Tom voulu s'en approcher, mais au dessus de lui, les grattements reprirent de plus belle. Sans traîner, il recommença donc l'opération qui lui avait permis de descendre les étages supérieur, et se retrouva très vite au palier du dessous. Et il recommençait, encore et encore, poussé par une inexorable volonté de vivre. À mesure qu'il s'enfonçait dans les profondeurs de la structure, il voyait des squelettes de plus en plus anciens, s'il en jugeait par leur habillement et la couleur des ossements, dans la même salle qui revenait encore et encore. Mais si pour l'instant, il pouvait encore fuir, il savait que tôt ou tard, sa cavale s'arrêterait. Soit il trouverait la sortie... Soit la chose le trouverait avant.
Je vous avais dis que je n'aimais pas les happy end et les bons vivants, n'est-ce pas ?
-Superbe fiction, soufflai-je.
-Oui superbe, mais bien réelle. Quoi qu'autant qu'enjolivée.
-Que...? Qui êtes-vous au juste monsieur..?
-Moi ? Je vous l'ai déja dit. Monsieur Dujoli. Un entrepreneur et un fervent admirateur d’animaux.
-Que ... c'est...? Balbutiai-je avec incompréhension.
-Désolé, ça fait dix minutes que je dois y aller. On va commencer à s’inquiéter, à une prochaine... docteur."
L'homme ressortit de la pièce aussi calmement qu'il y était entré, me laissant seul avec mon incompréhension. Un son me fit alors sursauter. Lorsque je m'aperçus qu'il s'agissait de l'interphone, je tendis une main tremblante vers celui-ci, et appuyai sur le bouton. Je reconnus aussitôt la voix de ma secrétaire. Sur le ton du reproche, elle me demanda ce que je faisais, car monsieur Jasper m'attendait depuis maintenant cinq minutes, et il commençait à s'impatienter.

Hébété, je lui demandai alors qui était la personne que je venais de recevoir dans mon bureau. Elle soupira, puis me répondit que personne n'y était entré ou sorti, et ce depuis un petit moment.
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur


Dernière édition par abunter le Ven 5 Oct 2018 - 21:38; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Sep 2018 - 23:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Wasite
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 117
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 15:15    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

Cohérence: Pourquoi le type vient raconter à un psy ? Sinon c'est ok


Plaisir de lecture: Difficile, il faudrait revoir la mise en page avec plus de sauts de lignes et un justifier. Là j'ai eu du mal à me plonger dedans. Plusieurs fautes de style comme "l'intelligent" pour désigner un personnage 


Franchement, je ne vais pas voter. Ayant eu du mal à réellement suivre. 
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 172
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 20:48    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : donc les patients d'un psy ne peuvent pas sourire ? ça manque un peu de détail sur la construction, enfin on sait que la tour fait plusieurs "étages" de haut, mais on ne sait pas comment cette hauteur est perçue à l'intérieur et c'est vraiment dommage. La façon dont on se "débarrasse" des personnes me gêne aussi un peu, il n'y pas vraiment de sentiments, ils ne sont pas encordés lors de l'exploration, il laisse le troisième sans chercher à vraiment le convaincre...

Sentiments éveillés : j'ai été un peu perdu par moment mais le texte est vraiment sympa.

Style/lisibilité : il y a pas mal de soucis de répétions, de phrases un peu alambiqué et donc un peu lourde. Aérer le texte est également indispensable.

Intérêt : l'idée est sympa, il y a une certaine poésie dedans, tout en étant glauque et intriguant. J'ai un peu peur au niveau du style d'écriture par contre, retravailler le texte me parait nécessaire. Mais ça sera un pour.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 12
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 21:16    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

merci mais si ça vous interresse  je viens de tout retaper en plus inspiré car j'avoue l'avoir écrit à la rache, là j'ai étendu les passage trop courts, et raccourci les passages trop long, rajouté un peu plus de cohérence, j'espère que vous préférerez Smile
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 172
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 09:55    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

Quelques détails à corriger :

- "Tom, un chef d'équipe rasant, toujours priorisé sur la naïveté de les sauver" Je comprends l'idée mais la formulation est à revoir.
- On parle d'une mission de secours mais d'une préparation de plusieurs semaines ? C'est plus du secours là...
- La salive qui gèle me parait un peu exagéré, même si c'est sans doute possible, ce type de détail tend à me faire sortir du texte, mais là ça reste purement subjectif.
- "Il regarda la petite table rectangulaire classique mais dont ils ne reconnaissait pas seulement la table était conçu fragilement ce qui induisait qu'elle était décorative." Cette phrase n'a pas vraiment de sens.
- La première équipe a disparu il y a peu de temps et le froid conserve les corps c'est donc un peu surprenant de tomber sur des squelettes.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 12
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 21:40    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

merci de ton soutient, j'espère que le récit vas en s’améliorant et qu'il est lisible (et peut plaire )
J'ai amélioré selon tes remarques (quitte à poster autant écouter les lecteurs ^^)
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 172
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 22:29    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

C'est tout bon pour moi !
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kamus
Éditeur
Éditeur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2015
Messages: 1 453
Localisation: Stronger Than You
Masculin Verseau (20jan-19fev) 兔 Lapin

MessagePosté le: Mer 7 Nov 2018 - 17:30    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide Répondre en citant

accepté
________________
Well...What can i say ?

You guys...



...are the best.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:31    Sujet du message: [C1] Confessions de l'étrange (1) La tour de l'hiver morbide

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Textes acceptés -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com