Creepypasta from the Crypt Index du Forum
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexionhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 11
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2018 - 23:33    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

Un homme entre dans mon bureau, sourire aux lèvres, l'air fier et heureux. Ce qui me surpris étant psychologue et que ça n'arrivait pour ainsi dire jamais. Il demanda la permission de s’assoir que je lui accorda. Il posa son chapeau melon sur la table qui laissait entrevoir son crane chauve.
Je lui demanda alors: "qu'est ce qui vous met autant de bonne humeur...Monsieur Jasper?
-Oh rien,  et je ne m'appelle pas Jasper mais M. Dujoli. Et ce qui me met de bonne humeur est ma chance et ma longévité.
-excusez moi, vous êtes nouveau et je ne pensez même pas vous voir mais pourquoi....?
Alors il ne me laissât pas finir qu'il se mit à dire sur un ton enjoué.



« Laissez-moi vous raconter une histoire. Il y a des endroits méconnu des hommes en ce monde... Autant intéressant que dangereux. On peut penser aux profondes et mystérieuses abysse ou à l'espace froid et silencieux... Mais il existe sur terre ferme des endroits où l'homme ne pose les pieds rarement et surtout en revenant de là bas. Et c'est ce que l'expédition Pôle T3.5 visant à visiter un endroit perdu de toutes cartographies dans l’antarctique . Mais l'endroit est dangereux et c'est sans surprise pour moi que ces gentilshommes ne sont pas revenu. Et nous vivons une époque bizarre, puisque pour les sauver des personnes d'autre décidèrent d'en envoyer d'autre tout en se mettant en danger. L'humanité est si bête depuis les millénaires pour envoyer des pauvres type mourir d'une façon... [il se retient de dire un mot et continu] étrange.


Il y avait quatre hommes, comme je ne les connais que d'apparences et pour cette histoire, nous allons les nommer, il y avait Tom, un chef d'équipe qui croyait, naïvement, qu'il pourrait les sauver alors que certains cherchaient à le raisonner, Paul, une masse de muscle dont on dit qu'il pourrait tuer un sanglier à mains nues ce qu'il avait déjà dut faire pendant des parties de chasses, même si on le retient pour ses accès de violences non justifié, Édouard, un brillant chercheur et archéologue mais trop terre à terre. Et voilà, l'histoire peut commencer! [je lui fais remarquer qu'il avait mentionné quatre hommes] Oh! vous savez [il abore un large et terrifiant sourire carnassier qui relève sa longue moustache effilé] je n'aime pas les happy end et les bon vivants.


Après un jours et demi de préparation avec le meilleur matériel à la pointe de la technologie. Ils décidèrent d'y aller. L’antarctique était froid, dangereux et atrocement silencieux. Une large plaine blanche qu'ils sillonnaient dans un vieux chasse neige. Mais la malédiction de ce lieu vint. D'abord de simple flocon puis un peu de vent pour finir dans un blizzard où même l'intérieur du pauvre véhicule commençait à givrer. Les quatre aventuriers se savaient piégé dans ce froid épais et mortel. Mais Edouard montra une espèce de faible lumière qui luisait au loin. tous se mirent d'accord pour y aller afin de "potentiellement survivre". Ils sortirent du véhicule, et affrontèrent ce froid qui brûlait leurs chairs, des fois Tom hurlait pour savoir s'il étaient là mais il n'entendait que le vent glacial. Il les cherchait mais ne voyait que cet épais blanc et cette luisance au loin. Il marchait toujours tout droit voulant le faire non plus pour trouver ses compagnons mais juste pour survivre. La neige lui arrivait jusqu'aux genoux, ses mais étaient crispées, ses forces le quittaient peu à peu. Mais il avançait encore et toujours. Jusqu'à qu'il y arrive.


Une immense tour carré sur quatre mètres de côté et une fenêtre d'où venait cette lumière. Il scruta le haut de cette tour d'un bois usé par le froid et le temps, il fut surpris de voir des portes à la même intervalle de hauteur avec toutes une petite fenêtre allumées. Cette tour lui faisait ressentir une peur irrationnelle, était ce sa bizarrerie? Était-ce car elle n'avait rien à faire ici, ou simplement sa grandeur irréaliste qui la faisait s'étendre jusqu'à perte de vue dans le ciel du blizzard. Il vit la porte et décida de l'ouvrir et d'y rentrer, la folie? La curiosité? ou simplement l’instinct d'y être soi-disant en sécurité? La porte s'ouvra et donna sur une petite pièce allumée par une vielle ampoule couverte de poussière avec une table qui a l'air fragile mais surtout ses deux compagnons Edouard et Paul. La joie donna lieu à des embrassade dans cette pièce étrange. Le sourire se transforma vite en tristesse lorsqu'il demanda où était son dernier ami. Tandis que Paul essayait de trouver une formulation. Edouard dit alors: "il est sans doute mort et ce serait suicidaire d'aller le chercher" Tom voulu y retourner le chercher tandis que Paul le retient. Alors Tom peut fier d'avoir perdu l'un de ses homme s'adossa contre un mur. [il me regarde droit dans les yeux avec le sourire revenu] Vous voyez bien qu'il ne servait à rien et qu'il n'y aurait pas de happy end. Revenons à l'histoire.


 Si Paul tentait de rassurer Tom, Edouard se montra intéressé par cette pièce étrange d'une tour qui l'es encore plus.Il regardait les vielle planches et en déduisit qu'elle avaient un age très avancé mais que le froid les avait maintenues ensemble dans un assez bon état. Il regarda la petite table rectangulaire très rustique, le temps avait eu raison d'elle rendant fragile. Il regarda l'ampoule qui luisait comme à son premier jour. pas de câbles, pas de fils électriques et qui l'avait allumé et pourquoi? Il ne le savait pas. Il se dirigea vers la fenêtre.


Paul fut intéressé par autre chose, et hurla que ça y est le blizzard était terminé et se dirigea vers la porte pour l'ouvrir et chercher leurs copains et" bla bla" "arc en ciel" "bla bla". Mais l'histoire commence seulement à être intéressante. La porte se n'ouvrait pas et résistait anormalement comme si on la poussait de l'autre sens. Il entreprît de l'enfoncer en maugréant des insultes barbares. Mais Edouard arriva vers lui avant de commettre l’irréparable, il l'emmena à la fenêtre et lui montra qu'elle ne donnait plus dehors mais sur un épais matelas de neige qui la recouvrait entièrement. Tom arriva et son air dépité ne s’améliora pas tandis que Paul et Edouard se hurlait dessus pour savoir s'il fallait l'ouvrir ou pas. L'un prétextant que la neige pourrait ensevelir l'intérieur de la pièce tandis que l'autre disait qu'ils avaient plus de vivre ou de matériel et qu'au lieu d'une probable mort rapide ils auraient une mort lente sans eau ni nourriture. Tom se souvint alors de ses obligations et hurla pour faire taire les deux qui se chamaillaient. Tom dit alors à Paul qu'ils ne tenteraient pas le diable et demanda un plan à Edouard qui lui en répondit des dizaines. 


Paul eu un frisson d'effrois et dit alors: "l'avez vous entendu? Ce bruit de griffe derrière le mur?" Edouard dit alors qu'il devait délirer et continua ses plans. Paul tournait sa tête vers ce qu'il entendait. Il répétait: "vous entendez?" "j'aimes pas ça" "on dirait une énorme bestiole de la taille d'un sanglier avec des griffes". Le bruit qu'il semblait seulement entendre passât dans son dos. Le frisson le parcouru et lui donnèrent la pulsion de s'armer du pied de la table qu'il n'hésita pas à briser. Il hurlait "Amène toi saloperie de bestiole que je défonce!" Tom l’attrapât et le calma. Personne ne compris ce qu'il venait de ce passer et ce qu'il avait entendu seulement lui. Alors Edouard eut l'idée de se servir de ce pied comme levier pour soulever les lattes du plancher afin  de creuser un tunnel toujours avec ce pied. Alors Tom rassura Paul en lui disant qu'ils allaient bientôt partir et qu'en plus ils retrouverait tout le monde. Lui y croyait, mais je vous l'ai dit je n'aime pas les happy end. Paul prit l’initiative de soulever la latte puisqu'il avait le plus de force.


La surprise était totale lorsqu'ils aperçurent de la lumière émaner du trou qu'ils avaient fait. Paul se dépêchât d'ouvrir de plus en plus celui ci. La surprise se transforma en horreur lorsqu'ils virent des squelettes habillé des anoraks de l'équipe d'avant, les habits en lambeaux et les os rongés certains étaient brisés. Tom regarda par ce trou et vit que la salle était identique à ce qu'il pouvait voir. Il dit alors qu'il fallait descendre. Alors que Paul était d'accord, Edouard s'y refusait. Il ne voulait pas prendre de risques, qu'il préférait attendre les secours là. Paul devint blanc comme la mort, et murmura, "c'est revenu, je ne vous attends pas". Et juste après qu'il ait dit ça, il sauta pour atterrir dans l'étage inférieur. Tom fût surpris et se demandait ce qu'il devait faire. Puis prit la décision de descendre et que si Edouard décidait de descendre, il le pourrait. Tom le regarda puis descendit rejoindre Paul, abandonnant Edouard à son triste sort.

Tom arriva, tout en douceur et fut surpris de voir Paul hébété devant un mur. Le visage couvert de sueur, la bouche béante, les yeux surpris et triste à la fois. Et dans un réflexe typiquement humain, il regarda ce qu'il regardait, une horreur... 


Le mur était couvert d'écriture dont on pouvait deviner comme encre du sang. Le texte disait, avec des trous illisibles, "je les entends, eux non, ces griffes"..."Ils vont venir!"..."Toujours plus de " ..."J'ai peur"..."Entendent enfin mais trop" ..."fini c'est la"..." je vais mourir dans cette tour où" et le sang descendait sur un squelette qui tendait sa main vers le mur comme s'il l'avait écrit. Ces squelettes était habillés comme eux avec des effets personnels d'aventurier habituel des pôles mais en lambeaux comme s'ils s'étaient fait déchiquetés avec un sabre. Tom le fit remarquer à Paul qui ne bougeait plus comme absorbé par l'horreur du mur. 


Tom voyant ne pouvant rien obtenir du pauvre Paul, il décida de se tourner vers Edouard toujours en haut, ils lui expliqua tout, mais ne répondait pas. Tom lui posa des questions mais le silence qui annonçait qu'il n'était plus là ou qu'il ne pouvait plus répondre. Plus les secondes passaient plus Tom avait peur, moins il avait d'espoir, plus il essayait de se rassurer en lui posant des questions aux hasard. Mais cela ne fit qu'empirer ses pensées obscures et morbides.


Il regarda par le trou qu'il ne pouvait plus atteindre, il posa une question et se réjouissait de voir bouger. il regarda l'air content en lui parlant comme un ami, et sa bonne humeur changea lorqu'il se demandait ce que c'était. La stupeur le transperça lorsqu'il réalisa que cette forme était absolument noire alors qu'elle était éclairée... Et lorsqu’elle regarda par le trou laissant voir une paire d'yeux rond, rouges écarlate sur un corps tout noir, et surtout du sang qui laissait imaginer que le pauvre Edouard n'était plus. La chose laissa entrer par le trou une immense patte aussi effilé qu'un couteau de cuisine. Longue et fine recouvert de sang...


Alors qu'elle allait sauté, Paul intervint avec son pied de table, prêt à l’abattre telle une masse sur cette créature. Mais celle ci s'en retourna finir surement ce qu'elle avait commencer. Paul regarda vers le mur opposé ainsi que Tom. Et Paul lui à dis: "Alors, tu l'as entendu?" "Oui des griffes aiguisées qui grattent, que compte tu faire?"" Ce que je sais faire de mieux...me battre" Il saisissait son pied de table, prêt à frapper, déterminé...jusqu'au moment où il y eut un autre bruit ...puis un autre... et encore... et encore. Il lâchât son arme, dépité, résigné à mourir.


Mais Tom ne l'en entendait pas comme ça. Il décida de retirer les lattes encore et encore afin de descendre. Et tandis qu'il toucha le sol de l'étage en dessous, il demanda à Paul pourquoi il ne venait pas. Il  lui répondit que c'est la fin, qu'il ne pourrait pas y échapper encore et encore, qu'il était fatigué d'être apeuré. Il ne put finir ce qu'il avait à dire mais on devinait qu'il disait une chose du style "adieu".


La salle où il atterri était semblable avec deux squelettes équipé comme dans les années soixante. Lorsqu’il entendit les sons de griffes approcher il décida de recommencer l'opération encore et encore, il voyait des cadavres de plus en plus vieux et la même salle encore et encore. Mais s'il pouvait encore fuir, il savait qu'il ne pourrait pas tout le temps... je vous avais dis que je n'aimais pas les happy end et les bons vivants?"
-Superbe fiction, "lui racontais-je
-Oui superbe, mais réelle bien qu'autant qu'enjolivé par ce que j'aimes raconter.
-Que...? Qui êtes vous au juste monsieur..?
-Moi? Monsieur Duijoli. Un entrepreneur et un fervent admirateur d’animaux.
-que ... c'est...? " Balbutiais-je incompréhensiblement
-Désolé ça fait dix minutes je dois y aller, on va commencer à s’inquiéter, à une prochaine docteur."
Il sorti de la pièce calmement me laissant dans mon incompréhension puis l'interphone reliant à la secrétaire sonna. Elle me demanda ce que je faisait car monsieur Jasper m'attendait depuis cinq minutes et qu'elle n'avait pût me contacter.


Je lui demanda qui était venu dans mon bureau, elle me répondis que personne n'en était sorti ou entré
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur


Dernière édition par abunter le Ven 5 Oct 2018 - 21:38; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Sep 2018 - 23:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Wasite
Créateur
Créateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2016
Messages: 112
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 15:15    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

Cohérence: Pourquoi le type vient raconter à un psy ? Sinon c'est ok


Plaisir de lecture: Difficile, il faudrait revoir la mise en page avec plus de sauts de lignes et un justifier. Là j'ai eu du mal à me plonger dedans. Plusieurs fautes de style comme "l'intelligent" pour désigner un personnage 


Franchement, je ne vais pas voter. Ayant eu du mal à réellement suivre. 
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 078
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 20:48    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

Cohérence de l'histoire et des personnages : donc les patients d'un psy ne peuvent pas sourire ? ça manque un peu de détail sur la construction, enfin on sait que la tour fait plusieurs "étages" de haut, mais on ne sait pas comment cette hauteur est perçue à l'intérieur et c'est vraiment dommage. La façon dont on se "débarrasse" des personnes me gêne aussi un peu, il n'y pas vraiment de sentiments, ils ne sont pas encordés lors de l'exploration, il laisse le troisième sans chercher à vraiment le convaincre...

Sentiments éveillés : j'ai été un peu perdu par moment mais le texte est vraiment sympa.

Style/lisibilité : il y a pas mal de soucis de répétions, de phrases un peu alambiqué et donc un peu lourde. Aérer le texte est également indispensable.

Intérêt : l'idée est sympa, il y a une certaine poésie dedans, tout en étant glauque et intriguant. J'ai un peu peur au niveau du style d'écriture par contre, retravailler le texte me parait nécessaire. Mais ça sera un pour.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 11
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 4 Oct 2018 - 21:16    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

merci mais si ça vous interresse  je viens de tout retaper en plus inspiré car j'avoue l'avoir écrit à la rache, là j'ai étendu les passage trop courts, et raccourci les passages trop long, rajouté un peu plus de cohérence, j'espère que vous préférerez Smile
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 078
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 09:55    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

Quelques détails à corriger :

- "Tom, un chef d'équipe rasant, toujours priorisé sur la naïveté de les sauver" Je comprends l'idée mais la formulation est à revoir.
- On parle d'une mission de secours mais d'une préparation de plusieurs semaines ? C'est plus du secours là...
- La salive qui gèle me parait un peu exagéré, même si c'est sans doute possible, ce type de détail tend à me faire sortir du texte, mais là ça reste purement subjectif.
- "Il regarda la petite table rectangulaire classique mais dont ils ne reconnaissait pas seulement la table était conçu fragilement ce qui induisait qu'elle était décorative." Cette phrase n'a pas vraiment de sens.
- La première équipe a disparu il y a peu de temps et le froid conserve les corps c'est donc un peu surprenant de tomber sur des squelettes.
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
abunter
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2018
Messages: 11
Localisation: france
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 21:40    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

merci de ton soutient, j'espère que le récit vas en s’améliorant et qu'il est lisible (et peut plaire )
J'ai amélioré selon tes remarques (quitte à poster autant écouter les lecteurs ^^)
________________
l'irrationnel est la plus grosse peur de l'être rationnel et vouloir expliquer l'irrationnel peut faire encore plus peur
Revenir en haut
Lalya
Critique
Critique

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2016
Messages: 2 078
Localisation: Paname
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct 2018 - 22:29    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide Répondre en citant

C'est tout bon pour moi !
________________

I'll be nicer if you'll be smarter.

If brokenness is a form of art, this must be my masterpiece.

Queen of no identity. I always feel like someone else. A living myth. I grew up in a lie. I can be anyone.

She was not fragile like a flower, she was fragile like a bomb.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:08    Sujet du message: confessions de l'étrange (1) ; La tour de l'hivers morbide

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Creepypasta from the Crypt Index du Forum -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com