Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Fait chier

 
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Wasite
Créateur
Créateur

Offline

Joined: 24 Aug 2016
Posts: 129
Localisation: France
Masculin

PostPosted: Sun 24 Mar 2019 - 04:04    Post subject: Fait chier Reply with quote

Plus que cinq clopes dans mon paquet, fait chier… et pas moyen d’en racheter à une heure du matin. Oh et puis c’est l’occasion de réduire. À qui je vais faire croire ça ?   
 
De toute façon, faut que je finisse cette planque si je veux gagner trois ronds. Marre de ne plus avoir de chauffage. Bref, voilà une plombe que le gros Bob devrait être arrivé devant l’hôtel avec sa maîtresse. Une grande bourgeoise m’a embauchée pour prouver que son mari est infidèle, elle me paye rubis sur l’ongle d’ailleurs donc je ne vais pas me foirer et lui ramener de belles photos compromettantes. Quitte à faire un peu de montage. Mon adolescence de YouTubeuse paumée va enfin servir à quelques chose. Le voilà qui arrive, tout seul, et merde. J’espère que son déplacement d’affaire n’en était pas un, sinon à moi la nuit blanche sur Gimp. La photo sera parfaite, j’ai une conscience professionnelle tout de même. Dix minutes passent et une escorte arrive, les ragots de collègues jaloux payent toujours, je sors également.  


 
Le lieu est un genre de cabaret hôtel, luxueux et tout, pourtant la façade ne ressemble à rien. Classique, les riches aiment se fondre dans la masse pour ne pas être emmerdés. Le gars de l’accueil salut la plantureuse blonde et moi, tout en m’invitant très poliment à m’arrêter.  


 
« Mademoiselle, sauf votre respect, il est interdit de fumer au sein de l’établissement. ». Ouais, connard de Rocard. J’écrase ma cigarette dans le pot de fleur du comptoir. 
 
« Puis je connaître votre nom ou celui de votre réservation ? ». dit il d’un ton agacé.   
 
« Bon mon grand, je n’ai pas le temps de jouer. Je suis membre du club ». Le type examine ma carte contrefaite. 
 
« Excusez moi, il s’agissait d’une vérification réglementaire. Vous comprenez. Bonne soirée madame ». Il me montre la direction où est allée la fille de tout à l’heure.  
 
 
L’entrée menait à un couloir s’enfonçant sous terre. À mesure que je m’approchais de la lourde porte de sortie, en métal renforcée visiblement, un frisson me parcouru. Appelez ça de l’instinct, mais lorsque que cette sensation fait mumuse avec mon échine, ça ne sent pas bon. Soit je vais voir de la merde, soit je suis dedans. Mais bon, les clopes et le chauffage ne sont pas gratuit. La bouffe non plus. Alors j’entre. 
 
C’était pas si terrible, un cabaret libertin secret. Rien exceptionnel. Voir de vieux cochons se palucher sur des gamines à peine mineures, tout en pelotant leurs catins… Ce n’est pas grave. Je vais au comptoir où une jolie petite brune aux cheveux mi-long vient prendre ma commande.    


 
« Je vous sers quelque chose, ma belle ? ». Dit elle en se penchant sur le comptoir, mettant volontairement en avant son décolleté. 
 
« T’as pas école demain, toi ? ». 
 
« Ey j’ai 19 ans, je suis adulte ». La fillette se relève, outrée par la remarque. Mignon. 
 
« Sers moi un double whisky sans glaçon ». T’inquiète pas ma grande, tu trouveras un riche pour te marier ou t’entretenir. Mais ce ne sera certainement pas moi.  


 
Je me retourne vers la foule et prend quelques photos avec mon appareil miniature dissimulé dans un pin’s accroché sur ma veste. L’ambiance de l’endroit est glauque, une décoration pourpre mêlée à un jeu de lumière n’éclairant que les cages où les filles dansent dénudées. Une épaisse fumée de narguilés et de cigarettes rend la chose encore plus poisseuse. Mais au moins, je peux m’en griller une peinarde. En reste plus que trois. J’ai eu du mal à retrouver le gros parmi le monde, mais je fini par choper le petit vicelard. Complètement ivre, il jette ses billets sur la scène afin d’encourager les gonzesses à ôter leurs derniers fringues. Tout ça est dans la boîte, à moi le fric. Je vois bien sa femme être beaucoup plus généreuse que prévu, l’idée de gagner le divorce met de bonne humeur en général. Enfin, je suppose. Je laisse la connerie du mariage aux autres.  
 Je bois d’une traite mon verre avant de me diriger vers la sortie. Une fois dans en caisse, j’appelle la cocue. 
 
 
 
« Allo, c’est moi. J’ai les preuves de ce que vous me demandiez ».   
 
« Vous êtes sûre de vous, il n’y a pas d’erreurs possibles ? ». La voix est tremblante. Tristesse ? Je dirais excitation à l’idée de ne plus à avoir un porc immonde s’endormant à côté de soi.   
 
« Aucune madame, il est à actuellement dans un bar à strip-tease avec une prostituée rencontrée sur internet. J’ai les photos pour le prouver et je vous les envoies sitôt le virement convenu effectué ».  
« L’enfoiré, le sale enfoiré. Un putain de déplacement hein ? Il ma vraiment prise pour une conne ». Ah, je me serais gourée ou elle cherche à sauver la face devant moi ? J’ai mon idée là dessus. 
 
« Je suis désolé, j’aurais préférée vous amener des nouvelles différentes ».   
 
« Je suis dévastée... ». L’esprit humain et ses auto-justifications, essayant de convaincre autrui pour s’auto-convaincre de ne pas être aussi pourrit que tout le monde… Pas le temps, et encore moins l’envie de supporter son numéro de victime.   
 
« Encore une fois, je vous présente mes plus sincère excuses madame. J’imagine le choc que vous devez ressentir. Mais, je dois malheureusement raccrocher, n’oubliez pas le virement afin que je puisse vous transmettre les preuves ».   
 
« Vous êtes vraiment une fille bien. Je vous remercie pour votre diligence ».  


 
Clope au bec et allant pour tourner le contact, j’entends un cris venant de la ruelle où se trouve l’hôtel. Il n’y a personne dehors, donc je vais voir. Mais, pas sans prendre George, mon revolver planqué sous le siège. Quand bien même, c’est moi qui suis trop conne. Emmitouflée dans mon long manteau, m’offrant une carrure plus impressionnante qu’en réalité, je fonce vers la source des bruits. Seule la devanture du club, en verre teint, éclaire légèrement l’impasse. Là, je vois un homme immense, le visage à peine visible masqué par un foulard, tenant une personne inerte. Me voyant, il reste aussi stoïque que moi et lorsque que je vais pour le braquer, il s’enfuit en un instant dans la pénombre. Emportant son butin par la même occasion. Comment était ce possible une telle force et agilité ? Je peux seulement entendre une porte claquer avant que le silence ne retombe.   
 
Que faire ? Les flics ne ferons rien, ils ne vont pas perquisitionner un repaire de richards sur mon simple témoignage. Surtout que mon casier ne joue pas en ma faveur. Fais chier. Ouais, par ce que la dite porte qui a claquée est celle de service. En plus, elle est fermée. Le crochetage n’est pas un soucis, heureusement que j'ai un peu métier ... Avant de franchir le seuil ténébreux de la cuisine, je me dis qu’appeler un proche serait une bonne idée, au moins pour lui dire que je l’aime… Ah oui, je n’ai pas de proche… Cette pensée effaça paradoxalement une grande part de mes appréhensions. Vie de merde.  
 
 
La peur reprend rapidement ses droits lorsque je pénètre l’endroit à la poursuite de l’agresseur. Il n’est plus là, mais un interstice de lumière au fond de la pièce me met sur la piste. Je le suis et arrive dans un couloir s’entendant des deux côtés. L’un menant vraisemblablement à la réception et l’autre sûrement à la salle à manger, en tout cas l’une des portes de droite devrait y mener. Heureusement, une des enceintes est ouverte et allumée, ce doit être celle prise par l’assaillant. Je m’y engouffre. 
 
Elle mène à une cave, visiblement une cave à vin et spiritueux. Un cul de sac et pourtant il n’y a aucune trace de ma cible. Je fouille, guettant une entrée minuscule, une trappe, n’importe quoi mais que dalle… Puis, des bruits de pas retentissent en haut de l’escalier. Je me cache en vitesse. Deux gaillards descendent en discutant. 


 
« Donc, Franck l’a chopée ? ». 
 
« Apparemment, on a tous flippé quand elle s’est barrée du service ».   
 
« Pourquoi on les recrute avant ? Pas moyen de prendre un clochard ou what ever ? » 
 
Les compères arrivent en bas et, grâce à ce fils de pute de Dieu, ne me voient pas. L’un se dirige vers un mur.   
 
« Faut surveiller leurs alimentations, état d’esprit et qu’ils ne manquerons à personne... c’est toute une préparation… Une vraie galère je te jure... ». Il déplace l’une des pierre, révélant un panneau de commande et active un des boutons à l’aide de son passe.   
 
« Logique, mais c’est nous qui nous tapons tout le boulot ».   
 
Le second ouvre une armoire qui révèle un ascenseur qu’ils empruntent.  


 
Immédiatement, je sors de ma cachette et me dirige vers les commandes. Je les démonte et tente de recalibrer les files. Une petite amie touchait sa bille en informatique et autres bidouillages, et m’a apprit pas mal de trucs utiles. Dire qu’elle m’a quittée par ce que j’aurais un problème d’alcool… J’ai pourtant tout tenté pour régler ses soucis avec ma consommation. Pourquoi je pense à ça maintenant ? Je fais toujours des associations d’idées étranges lorsque je stresse. Bingo, l’ascenseur arrive. Préférant attendre quelques minutes avant de le prendre, histoire de minimiser les chances de croiser les deux guignols, je m’ouvre donc une bouteille pour patienter. Un châteauneuf-du-Pape, crue de 2016 « Clos de l’Oratoire des Papes » s’il vous plaît. Je pète le goulot et bois à pleine gorgées. La moitié dans la bouche, l’autre sur la tronche. Ceci me paraît équitable. Après cette pause salvatrice, je décide, pour une raison putain d’inexplicable autre que la folie ou la dépression, de m’enfoncer dans ma merde.    
 
Encore un foutu couloir, par contre plus qu’étrange cette fois ci. On dirait un donjon avec ses pierre et ses torches pour l’éclairer. Je me croirais dans Oblivion. Prudente je fais quelques pas, tout en m’allumant mon avant dernière du paquet. Là, une intersection et des voix émergent d’une pièce. Faisant tout mon possible pour être discrète, je m’en approche. Postée devant la porte, je peine à entendre ce qui est dit, un invraisemblable mélange de brouhaha chuchoté. Je parviens seulement à capter quelques mots, sans grande cohérence sortie du contexte, jusqu’à qu’une main se pose sur mon épaule.   
 
Le gros Bob, visiblement aviné vient de me cramer. Mon cœur s’arrête de battre et ma main se cramponne sur George accroché à ma ceinture. 


 
« Votre première fois, non ? ». Il sourit, presque amicalement. J’essaye de me reprendre immédiatement en masquant mon angoisse.   
 
« Ouais, je suis un peu perdu ».   
 
« Ah ça, ma petite dame, j’étais pareil. Vous savez, je voulais voir de mes propres yeux avant de payer… Histoire de ne pas se faire pigeonner ».   
 
« Je vois. ». Heureusement, il est très con. 
 
« Vous étiez au bar, je vous ai remarqué partir du comptoir ».   
 
« Euh oui, j… ». Comment ? Il particulièrement occupé à ce moment là. 
 
« Laissez, je comprend. Moi aussi, je voulais me détendre avant de passer à la cérémonie. C’est important d’être détendu. ». 
 
« Si vous le dites ». 
 
« Suivez moi, vous avez l’air gentille. Je vais vous guider ». 
 
 
Le type entre dans la salle, avec une dizaine de personnes, et tout le monde l’applaudit. Mais, en faisant le moins de bruit possible. Mais ça encore… Ils étaient tous en robe encapuchonnées noires couvrant leurs visages. La foule se réunit autour de Bob en le félicitant, l’encourageant ou le rassurant… Je m’écarte un peu, pour ne pas être remarquée. Mais un des mec, que je reconnais comme celui de la réception au timbre de la voix, m’interpelle. 


 
« Eh, je ne vous connais pas. Vous êtes prévu, madame ? ». Le ton inquisiteur ne laisse pas de place au doute qu’en à la rhétorique de la question.   
 
« Elle est avec moi, Henri, ne va pas me gâcher ce moment ».   
 
« Bien sûr, excusez moi monsieur... ». Et me tend ensuite une robe que j’enfile.  


 
Tel un bon troupeau, nous nous dirigeons vers la bout du couloir. Un immense portail en bois de chêne est immédiatement ouverte par Henri, qui nous invite à entrer. Là, nous voyons les deux gus de tout à l’heure et la brute en train d’attacher la barmaid, sur un autel de pierre, au centre. Elle semble hagarde et ne pas comprendre ce qui se passe. Puis, Le balourd lui injecte une substance par le bras qui la met en transe.   


 
« Asseyez vous sur les fauteuils prévus à cet effet, mesdames et messieurs. Quand à vous Bob, c’est à vous ». Henri quitte ensuite l’endroit en refermant le lourd clos. Le maître de cérémonie approche, peu confiant, en direction de sa victime. Les convives s’asseyent comme invité par l’employé.   
 
« Marie, Marie est ce que tu es ici ? ». exprime timidement l’homme. Pendant, que le sacrifice reprend un peu conscience. 
 
« Mais… Mais… qui êtes vous ? Libérez moi, je vous en prie ! ». On peut sentir que la pauvre cherche à hurler, mais n’y parvient pas. 
 
« Marie, Marie, vient s’il te plaît ».   
 
« Qui est Mar... ». Puis un crachat de sang la coupe, et elle commence à se tordre de douleur. 
 
« Oui, ton papa est là. Vient s’il te plaît ».  
 
 
Pour seul réponse, Bob a un hurlement souffrance et des larmes de sang. Puis une voix douce d’enfant émerge de la suppliciée. Qui continue à se tortiller violemment. Seul la tête reste en place, et fixe Bob.  
 
 
« Papa, Papa c’est toi ? ». 
 
 
Bob commence à pleurer et va pour prendre le corps dans ses bras. Stoppé délicatement par le corpulent kidnappeur. 
 
 
 
« Il ne faut pas de contact physique, vous le savez ». Il acquiesce et retourne à sa place. 
 
« Tu nous manque ma chérie, à ta maman et à moi ».   
 
« Elle n’est pas avec toi ? ».   
 
« Non,malheureusement, mais elle t’aime. Et je t’aime aussi ». Ses genoux tremble, il va s’évanouir si cela continue. 
 
« Je vous aime aussi, mais c’est bizarre ici. J’aimerai bien rentrer à la maison ».   
 
« Je voulais te dire que je suis désolé, je suis désolé de ne pas t’avoir surveiller quand tu étais dans la piscine. D’être partit avec la femme de ménage… Je suis déso... ». Les sanglots l’empêchent de continuer. 
 
« Ce n’est pas de ta faute ». Les gesticulations de font de plus en plus violentes, faisant saigner de part et d’autres le corps de la martyre. Le pire étant que le sang semble s’échapper de chaque pores de son visage. Il faut arrêter ou elle va y rester. 
 
« Je suis désolé, tellement désolé... ». Le type s’effondre parallèlement au moment où je me lève et me précipite vers l’autel, sous les regards d’incompréhension de l’assistance.  
 
 
Le garde tente de se jeter sur moi, une balle stoppe sa tentative. Il s’effondre sur le sol rocheux. Alors je saisis la fille afin de la détacher. À ce moment les torches s’éteignent toutes. Une tempête glaciale secoue la chambre. Je m’accroche à la gamine, qui s’accroche à moi. Puis, la lumière revient. Tout les auditeurs sont à terre, s’écharnant de souffrance et hurlant sans un son. J’agrippe ma demoiselle en détresse et ne demande pas mon reste, ne souhaitant pas subir un sort similaire. Elle bafouille, à demi délirante, et me supplie de ne pas l’abandonner. Ce qui n’est pas au programme.   
 
Je ressors immédiatement, reprend l’ascenseur et me dirige vers la sortie de service. Henri nous accueil à la cave. 
 
 
« Le buffet vous attends mes... ». Sa surprise équivaut à peu près à la mienne, sauf que moi j’ai un flingue. Donc, je suis pars sans problème. Une fois en voiture, je m’allume la dernière et me dis que j’ai une bouche à nourrir maintenant. Fait chier.  
 
 
 


Last edited by Wasite on Sun 14 Apr 2019 - 15:13; edited 2 times in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Sun 24 Mar 2019 - 04:04    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Magnosa
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 31 Aug 2013
Posts: 3,967
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Tue 26 Mar 2019 - 17:26    Post subject: Fait chier Reply with quote

C'est le début d'une série ? On dirait en tout cas, et surtout on attend la suite après ça. Ce qui me fait un peu grincer des dents pour voter, puisque, on l'a déjà vu, la qualité d'un début n'est pas forcément garante d'une histoire complète en adéquation avec les attentes, mais soit, passons à la critique.




Cohérence de l'histoire


Je crois que ce qui me dérange le plus (enfin, c'est la seule chose qui me dérange en fait), c'est le passé extensible de ton personnage qui lui fournit précisément la compétence dont elle a besoin pour avancer. Ce qui est dommage, car dans beaucoup de cas, ces éléments qui la bloquaient n'apportaient rien à l'intrigue à part mettre en valeur le fait qu'elle a justement cette compétence. Ce qui ne veut pas dire qu'il est impossible qu'elle ait ces fameuses compétences, mais c'est vraiment mal introduit, vers le milieu du texte je savais déjà que quoi qu'il allait arriver, elle allait avoir un ex qui lui avait enseigné un moyen de se tirer de sa situation ou un objet caché pour passer l'obstacle sans difficulté aucune. Une ou deux fois, ça passe, mais là, c'est bien trop.


Cohérence du(es) personnage(s)


Les actions des différents personnages me semblent plutôt coller.


Sentiment éveillé


Mis à part le premier problème que j'ai évoqué, j'ai beaucoup aimé, les descriptions sont très bien faites et l'intrigue est prenante, on a envie de savoir la suite.


Style


Sympa.


Lisibilité


Pas de problème.


Intérêt


[justify]Comme je le disais, franchement, c'est une bonne histoire, et ça appelle à une suite. J'espère que ce sera à la hauteur de ce texte, si jamais c'est ce que tu projettes. Cependant, l'usage abusif du trope Suddenly alway knew that m'empêche, en toute honnêteté, de mettre un pour en l'état. Contre en attendant que le tout soit amélioré.
________________
Celui qui trouvera en lui-même assez de patience et de courage pour scruter toute sa vie les ténèbres sera le premier à y apercevoir un éclat de lumière.

Si tu trouves du travail, avise le bureau des objets trouvés.





Back to top
Visit poster’s website
Wasite
Créateur
Créateur

Offline

Joined: 24 Aug 2016
Posts: 129
Localisation: France
Masculin

PostPosted: Mon 8 Apr 2019 - 01:26    Post subject: Fait chier Reply with quote

Je vois cette histoire comme un one shot. Peut être que j'en écrirais une suite, mais je ne sais pas si je le ferais dans un avenir proche. J'ai pas mal de taff en ce moment. Alors autant considérer la nouvelle comme unique, et de voter contre aux éventuelles suites (si elles sont mauvaises, hein) sans publications automatiques de celles ci. 


A propos de ses compétences, je voyais ça comme une sorte de running gag. Je ne voulais pas vraiment qu'elles soient déterminantes sur la trame pour ne pas créer un effet Marie Sue. Visiblement, ce n'est pas réussi. Je vais suivre ton conseil et n'en garder que une ou deux, car l'idée me fait rire quand même. J'ai donc supprimé l'anecdote sur son passé de pigiste et la référence à son mec cambrioleur. En espérant que la chose soit plus naturel.  
Back to top
Piaandy
Grammatikwaffe
Grammatikwaffe

Offline

Joined: 29 Nov 2018
Posts: 52
Localisation: Normandie
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 鼠 Rat

PostPosted: Thu 11 Apr 2019 - 01:22    Post subject: Fait chier Reply with quote

Cohérence/vraisemblance de l'histoire : Pour la bouteille de vin, je doute qu'elle puisse péter le goulot et pouvoir y boire ensuite. En toute logique, elle se couperait. J'ai vérifié la bouteille au cas où elle aurait eu un goulot spécial mais ce n'est pas le cas. Faudrait modifier ça je pense. Après, elle est dans une cave à vins, normalement, il devrait y avoir au moins un tire-bouchon dans le coin ? Je ne suis pas experte en cave à vins (à mon grand regret) donc je ne peux pas l'assurer. Le passage sur le bidouillage de fils me parait excessif aussi, ça fait très espion secret dans un film. Autre chose, les applaudissements : il est dit qu'ils font en essayant de faire le moins de bruit possible. Je pense que dans ce cas-là, des applaudissements silencieux seraient plus appropriés et apporteraient un plus de mystère (je te laisse regarder sur internet ce que c'est). Mais ce dernier point n'est pas excessivement gênant, c'est juste une remarque personnelle

Cohérence des actions des personnages : Rien à redire là-dessus

Sentiments éveillés : J'ai bien aimé, ça donne envie de lire

Style : RAS

Lisibilité : Encore les retours à la ligne qui cassent les couilles de tout le monde. Sinon, ça veut dire quoi « rocard » ? J'ai cherché sur internet mais j'ai rien trouvé qui me semblait pertinent. J'ai aussi noté l'absence d'un mot ici : « Une épaisse fumée de narguilés et de cigarettes rend la encore plus poisseuse »

Intérêt : L'histoire est cool je trouve. Je suis d'accord avec Magno, une suite pourrait être sympa


Dans l'état, je ne peux pas mettre de pour à cause des incohérences que j'ai mis plus haut. Une fois réglé, je changerai mon vote avec plaisir. Contre
________________
Protego Bescherelle in sanctus
Back to top
Wasite
Créateur
Créateur

Offline

Joined: 24 Aug 2016
Posts: 129
Localisation: France
Masculin

PostPosted: Sun 14 Apr 2019 - 15:06    Post subject: Fait chier Reply with quote

A propos du passage de la bouteille, je vois le personnage plus renverser le vin que porter le verre à ses lèvres (c'est pour ça que j'ai précisé que la moitié se renversait sur son visage). Pour le bidouillage de fils, je suis totalement d'accord avec toi. Je me suis inspiré de cela. Je trouve que le genre espionnage et récit noir se marient assez bien. Le rendu est kitch, mais bon j'aime beaucoup. 
Rocard est le nom du premier ministre sous qui est voté la loi Evrin interdisant de fumer dans les lieux public, en 1991.
Quand aux retours à la ligne excessif, je vais modifier cela.
Back to top
Sawsad
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 11 Feb 2016
Posts: 78
Localisation: France
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon

PostPosted: Sun 14 Apr 2019 - 19:20    Post subject: Fait chier Reply with quote

Cohérence ; Contrairement à mes VDD, rien ne m'a choqué


Sentiment éveillé ; De l'intérêt, la lecture a été agréable 


Style et lisibilité ; J'aime bien ton style, la vulgarité colle bien au personnage 


Intérêt ; J'ai bien aimé, même si j'aurais apprécié un texte davantage horrifique. Ce sera pour. 
________________
Wallah c'est pas moi tav

http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2016/03/grattements.html
http://creepypastafromthecrypt.blogspot.com/2016/03/lepouvantail.html
Back to top
Undetermined.B
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Online

Joined: 26 Dec 2018
Posts: 32
Localisation: dans la cambrousse
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat

PostPosted: Mon 15 Apr 2019 - 22:43    Post subject: Fait chier Reply with quote

• Cohérence de l'histoire et des personnages :
 
- C'est vrai que le personnage principal est assez...comment dire... très débrouillard ! Un peu trop peut-être. J'ai un peu eu l'impression de voir ces personnages qui savent tout faire dans les films. Alors, certes, je conçoit que tu puisse utiliser ce trait de caractère comme un sorte de running gag. Seulement,vu le contexte et la trame de l'histoire, malheureusement, ça ne fonctionne pas (en tout cas, on ne le comprend pas).
- Heu, alors je sais pas si moi qui suis un peu "parano" si je puis dire, mais la phrase de fin qui dit : « Le buffet vous attends mes...»ça avait une véritable signification ? Parce que si c'est le cas, c'est pas clair. M'enfin, après, c'est peut-être qui part un peu trop loin héhé


Bon, sinon dans l'ensemble, rien de vraiment dérangeant !


• Sentiment éveillé : De la curiosité. Puis une légère déception en lisant ton commentaire expliquant que ce n'était pas le premier épisode d'une série, mais bel et bien un One-shot (parce que du coup, je suis resté sur ma faim avec la sensation d'un récit non achevé). 


• Style et Lisibilité : RAS. 


• Intérêt : Sur ce point, j'en revient à ma remarque précédente. Le récit est sympa et bien construit mais la fin est assez... comment dire...mal construite. Un peu trop flou à mon gout. 


Bref, je pense que cette histoire pourrait être publiée avec un peu de remaniement, donc je met un [color=]contre[/color] temporaire en attendant !


 
________________
" Je crois bien que j'ai toujours été comme ça,
Dingue et déglingué, une vraie matriochka "
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 12:33    Post subject: Fait chier

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Nécronomorial -> Textes -> Propositions de textes All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group