Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

[C1] MUTE

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Creepypasta from the Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Manticore
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 01 Aug 2015
Posts: 83
Masculin

PostPosted: Thu 1 Aug 2019 - 21:53    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote



MUTE





J'en ai déjà parlé sur ce site, adolescent je me passionnais pour le cinéma underground. Avec d'autres amateurs, nous nous échangions des VHS de films souvent trash, gores et parfois pornographiques. J'ai découvert comme ça un certain nombre de noms aujourd'hui mieux connus du grand public, comme Jörg Buttgereit, Keneth Anger, Bruno Mattei ou Hisayasu Satō. J'ai aussi découvert un film qui continue aujourd'hui à me hanter, un film asiatique dont je ne connais toujours pas le nom, et sur lequel apparaissaient différentes tortures animales. Je l'ai déjà évoqué sur ces pages. L'article doit encore être trouvable sous le nom « Vieille VHS. » D'ailleurs, pour ceux que ça intéresse, l'enquête, de mon côté, n'a pas beaucoup avancée, et je suis toujours à la recherche de la moindre information que quiconque pourrait me fournir à propos de ce « truc ».


Mais ce n'est pas de ce film que je vais vous parler aujourd'hui. Il y a quelques mois, j'ai eu la chance, sur facebook, de retrouver un vieux camarade de l'époque. Nous nous sommes vus, et nous avons, comme vous pouvez l'imaginer, longuement conversé du bon vieux temps. Notre discussion a vite dérivée sur les VHS. Nous avons tous les deux vus passer un certain nombre de films glauques qui semblent aujourd'hui totalement oubliés. Malgré nos recherches, impossible de retrouver la trace de certaines de nos très chères – et traumatisantes – pépites. Évidemment, mon ami se souvenait de ce moyen métrage qui mettait en scène la mort d'un rat et d'un chaton. Mais, étonnamment, ce n'était pas ce film qui l'avait le plus choqué. Pour lui, la voix du présentateur donnait aux scènes un aspect un peu « loufoque » qui cassait un peu le malaise. D'ailleurs, il était presque sûr que les scènes avaient utilisées des effets spéciaux, dans le plus pure style des Guinea Pigs. Du moins, il préférait croire ça...


Il m'a ensuite parlé d'un autre film, un film dont il avait oublié le nom. Il a commencé à me le décrire, à me décrire la pochette, qui montrait, dans ses souvenirs, un bébé difforme entouré d'une sorte d'aura verdâtre. Le reste de la pochette était parfaitement noire, avec quelques idéogrammes japonais. Il n'avait que quelques flashs d'une bobine presque amateur, tournée dans une sorte de cave, où des dizaines d'étagères étaient recouverts de cadavres mutilés et d'enfants morts-nés conservés dans des bocaux. Ce film, je l'avais vu aussi. Contrairement à mon ami, je me souvenais de son nom. Celui-ci m'est revenu comme un flash, comme un souvenir très longtemps refoulé : Mute. Notre conversation a ensuite dérivée sur d'autres sujets.


Deux ou trois semaines plus tard, mon ami m'appelle. Il vient de fouiller de vieux cartons, des cartons qu'il n'a pas ouvert depuis la mort de son dernier magnétoscope, il y a plus de quinze ans. Il a retrouvé plein de vieux films. Il sait que, moi, toujours aussi passionné, j'ai conservé un magnétoscope auquel je tiens comme à la prunelle de mes yeux. Il me propose de se faire une petite séance ciné chez moi. Tout réjouis, j'accepte immédiatement.


Il arrive en début de soirée. Je vous passe l'apéro, les bières et les conversations sur nos familles et boulots respectifs. Vient le moment où il ouvre son gros sac-à-dos noir, dont il sort six ou sept cassettes. Il y a là des nanars et des films érotiques – principalement italiens – des années 1970. Surtout, il y en a un qui attire mon attention, une pochette noire, avec un halo verdâtre au milieu : Mute. Mon ami m'apprend qu'il vient de le retrouver, qu'il l'a cherché après nos retrouvailles et qu'il était presque sûr de l'avoir encore. Et bingo ! Le film est bien là, en « chair et en os » si je puis dire.












Évidemment, mon choix se porte sur celui-là. Je le met dans le magnéto, et on s'enfonce tous les deux dans le canapé, un paquet de chips à portée. Un petit frisson me parcours l'échine à l'apparition des premières images.

Déjà, première surprise : le format est carré, parfaitement carré. Le logo Baroque, déjà présent sur la jaquette de la cassette, apparaît en haut à gauche du cadre. Une première séquence en noir et blanc montre un groupe d'hommes qui marchent dans un couloir. Ils s'arrêtent devant une porte entrouverte. À l’intérieur, dans l'obscurité, on devine des silhouettes étranges... Puis arrive le titre du film, blanc, minuscule, au centre d'un immense fond noir : Mute.

Le film enchaîne sur un visage presque décomposé, gris, crevassé, boursouflé, ignoble. Zoom arrière. Le visage est celui d'une tête coupée dans un bocal. D'autres têtes coupées suivent, plus ou moins bien conservées. À un moment, la caméra film un visage de profil. Le cameraman lui tourne autour, contourne le bocal, et révèle... la tête, parfaitement coupée en deux, dans le sens vertical. Le cerveau, la colonne vertébrale et les tissus mous transparaissent à travers le verre épais.


Puis nous voyons des torses ouverts, leurs entrailles collées comme des ventouses, aux parois transparentes. Nous voyons des bras et des jambes écorchées : l'os et les tendons sont apparent, mais la main, elle, est parfaitement conservée, avec sa peau jaune et ses ongles sales. Nous voyons ainsi des fragments de corps qui s’enchaînent et s’enchaînent encore sans discontinuer. Puis viennent les bébés...


Des êtres difformes flottent dans des bocaux. L'un a une tête énorme, l'autre est anencéphale, les siamois se succèdent dans des positions étranges... Deux corps sont soudés sous la même tête gonflée. La caméra contourne. Il y a un autre visage derrière la tête. Puis viennent des nouveaux-nés sans visages, sans mains, sans pieds, et des malformations dont j'ignorais même l'existence et que je ne peux décrire. Les visages sont ronds, grisâtres, et ressemblent à des masques. Leurs orbites sont vides. Les parties de leurs corps qui touchent les vitres ont commencées à se décomposer. Leurs petits corps sont recouverts de trous sanglants. Leurs peaux sont tellement fripées qu'elles semblent sur le point de se détacher.


Le cameraman passe un temps infini à filmer ces petits êtres. Et il n'y pas de bruit, pas de musique... juste le ronronnement de la caméra. Je suis de plus en plus mal à l'aise. Les traumatismes de l’adolescence remontent. Je regarde mon camarade dans la pénombre. Sa bouche fait une horrible grimace, ses yeux sont exorbités. Il ne peux plus détourner le regard de l'écran. Je reviens à la télévision. Le cameraman film maintenant un enfant de deux ou trois ans, éventré, au bas d'une étagère, conservé dans un grand bloc de verre. Derrière lui, à même la paroi humide, est clouée la peau du ventre du gamin, parfaitement ovale.

C'est à ce moment là que j'ai quitté la pièce. Je ne peux pas dire que j'avais la nausée, mais j'avais besoin d'une pause, de respirer un peu d'air frais. Quand je suis revenu, mon ami était toujours là. Des petits bébés aveugles, de toutes les tailles, s'alignaient dans une vitrine. Deux grands corps adultes baignaient dans de grands sarcophages en verre. Ce n'est qu'à ce moment-là que j'ai fait attention aux signes présents sur les écriteaux. Ce n'était pas du japonais. Je n'ai pas réussis à identifier la langue, probablement un alphabet du sud-est asiatique, ou alors assez proche de l'indien... Je ne suis sûr de rien.


Le film s'est enfin terminé. Il n'a duré que quarante-cinq minutes. Il se termine brusquement, sans conclusion, sur une image de squelette accroché au mur. Mon ami et moi sommes peu à peu revenus du choc. Nous n'osions même pas parler de ce que nous venions de voir.


Un peu plus tard dans la soirée, nous avons décidés de faire quelques recherches sur internet. Impossible de trouver la moindre information. Le film semblait absolument inconnu du reste du monde. Finalement, nous avons trouvés un petit site américain, probablement illégal, qui prétendait commercialiser, à prix d'or, des bootlegs du film. Selon le site, Baroque serait une filière du producteur Aroma Planning, spécialisé dans le porno trash. La maison de distribution Baroque était spécialisée dans les films gores, très gores, et dépravés. C'est à eux notamment que l'on doit les œuvres les plus trash de Tamakishi Anaru, notamment les « célèbres » Tumbing doll of flesh et Women's flesh my red guts. Pour ce qui était de Mute, le film aurait fait parti des « annulés, » des films tournés, mis en boîtes, mais jamais sortis. Baroque a fini par s'éteindre, gardant précieusement, au fond de ses tiroirs, une poignée de films « maudits. » Mute n'aurai jamais dû refaire surface.




J'y ai longuement pensé depuis. Il y a tellement de mystères autour de cette vidéo. Qui l'a tourné ? Quand ? Où ? Est-ce que l'auteur a voulu dire quelque chose avec son film ? Tous ces visages muets, tous ces enfants morts jetés dans des bocaux, que nous criaient-ils ?




Mais surtout, surtout, comment ce foutu film s'est-il retrouvé dans le carton de mon pote ?









Last edited by Manticore on Wed 14 Aug 2019 - 19:13; edited 5 times in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 1 Aug 2019 - 21:53    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
P
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 07 Jul 2017
Posts: 169
Féminin

PostPosted: Thu 1 Aug 2019 - 23:43    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote

Cohérence : RAS


Sentiment éveillé : Curiosité mêlé de dégout. Je vais vérifier si Baroque existe.

Moyen de Transmission : Discussion de forum quelconque

Style d'écriture : ok

Lisibilité du texte : Lisible.



Intérêt : Encore, comme avec Kabuchiko, une creepypasta classique, comme on les aime, qui fit honneur à la définition du genre ! C'est exactement ce genre de texte qu'il faut sur ce blog !






EDIT d'après ADIBOY : POUR


Last edited by P on Sat 3 Aug 2019 - 09:53; edited 1 time in total
Back to top
Adiboy
Cryptien débutant
Cryptien débutant

Offline

Joined: 30 Jun 2019
Posts: 40
Masculin Balance (23sep-22oct)

PostPosted: Fri 2 Aug 2019 - 20:37    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote

-cohérence/vraisemblance de l'histoire : R.A.S


-sentiment éveillé chez le lecteur : Principalement du dégoût... et de la curiosité morbide. Faut quand même être cinglé fort pour écrire des trucs aussi sordides et prenants à la fois !


-vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : R.A.S


-style d'écriture : Récit à la première personne, c'est ok.


-lisibilité du texte : Juste quelques fautes qui pourront être rectifiées par les correcteurs (merci à eux au passage).


-intérêt de l'histoire : C'est du classique comme je l'aime ! La tension horrifique est soutenue du début à la fin, avec une histoire pas particulièrement originale mais qui tient la route. Franchement, la recette marche excellemment bien. Bref, pour !


PS : P semble avoir oublié de mettre un vote dans sa critique. Il faudrait peut-être que tu le préviennes par MP sur le site ou via discord...
Back to top
Treize
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 24 Nov 2014
Posts: 207
Localisation: Nethersphere
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

PostPosted: Tue 6 Aug 2019 - 22:42    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote


Cohérence : RAS, on y croit, et le fait que tu expliques l'existence du film en mode cassette retrouvée et le type de production, ça donne vraiment une profondeur au texte.


Sentiment éveillé : Le malaise. Mais le bon malaise.

Moyen de Transmission : OK

Style d'écriture : Bien écrit et approprié au format

Lisibilité du texte : Super

Intérêt : Le genre de creepy qui me plait. 


POUR

________________
No tears... It's a waste of good suffering"[/i]


- Putain la vache ! Moi j'ai l'air has been ? J'en ai pour plus d'une barre de fringue sur moi ! Alors va t'faire mettre !

- Perspicace
- Et Mère spi répare.
Back to top
HungarianCerveza
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 10 Feb 2016
Posts: 156
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat

PostPosted: Tue 13 Aug 2019 - 20:15    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote

Cohérence : Pas d'incohérence, l'histoire tiens la route, c'est okay.
Sentiments éveillés : De l'intérêt, de la fascination et même une pointe de dégoût.
Vraisemblance du moyen de transmission : Témoignage sur Internet, okay.
Style d'écriture : Pas de problèmes. J'ai trouvé quelques fautes, mais elles sont globalement assez rares :
Quote:
qu'il l'a chercher

Quote:
Tout réjouit

Quote:
Surtout, il y a un qui attire

Entre autres.
Lisibilité : Pas de problème.
Intérêt de l'histoire : Même si les histoires qui tournent autour de films / cassettes maudites ont tendance à tomber dans certains clichés (comme le gore excessif, les origines floues de la cassette...), le fait qu'il y ait une jaquette et des liens avec des entreprises qui existent réellement, ça ajoute un coté "plausible" qui rend la pasta assez prenante. Et puis les passages gores sont plutôt bien écrits ; il y a assez de gore pour créer une sorte de fascination malsaine, mais pas assez pour que ça en devienne excessif. Donc bien joué Okay

Pour !
________________
We played hide and seek in waterfalls
We we younger, we were younger...
Back to top
Manticore
Cryptien confirmé
Cryptien confirmé

Offline

Joined: 01 Aug 2015
Posts: 83
Masculin

PostPosted: Wed 14 Aug 2019 - 19:18    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote

Merci pour les retours. J'ai corrigé les fautes qui m'ont été signalées.
Je tiens à préciser (c'est superflus de le mettre dans la pasta) que cette histoire sort tout droit de mon carton "histoires vraies et anecdotes vécues," tout comme "Vieille VHS" et une ou deux autres histoires que j'ai posté, il y a longtemps, sur le site. Le film existe réellement. Cela dit, comme précisé dans le récit, je n'ai absolument aucune autres informations dessus. Le site américain qui prétend le commercialiser existe aussi, mais je ne préfère pas donner le lien (d'une part par ce que, vue les autres produits commercialisés, je doute fortement que ce site soit légal ; d'autre part par ce qu'il y a toujours de fortes chances qu'il s'agisse d'une simple arnaque).
Back to top
Gordjack
Paladin (loyal bon) et Scribe
Paladin (loyal bon) et Scribe

Offline

Joined: 20 Apr 2016
Posts: 110
Localisation: Grammarheim
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

PostPosted: Mon 2 Sep 2019 - 13:04    Post subject: [C1] MUTE Reply with quote

Texte accepté, toutes mes félicitations.
________________


Hossana meus, fortuna deus,
Protego Bescherelle in sanctus.


Hic veni da mihi, mortem iterum,
Insania ad noctis, Grammarheim in caelum.

Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 03:24    Post subject: [C1] MUTE

Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Creepypasta from the Crypt -> Creepypastas -> Creepypastas acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group