Creepypasta from the Crypt Forum Index
 
 
 
Creepypasta from the Crypt Forum IndexFAQSearchRegisterLog inhttp://img.xooimage.com/files103/a/3/0/site-44a5398.jpghttp://img.xooimage.com/files110/8/0/0/bouton-necro-53464fc.jpg

Il me reste deux pas à vivre

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
DydyMcFly
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Mar 2018
Posts: 167
Localisation: Nice
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre

PostPosted: Sun 2 Feb 2020 - 14:39    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

https://www.reddit.com/r/nosleep/comments/ewy7lz/i_have_two_footsteps_left_to_live/ 

 
J'ai fait quelques modifications pour les syllabes, histoire que ça fonctionne en français... et pour le jeu "Concentrate" je sais pas par quoi le remplacer ni à quoi il correspond donc si vous connaissez mieux que moi hésitez pas ! 



Quand j'étais enfant, j'aimais les jeux.

Pas le sport ou ce genre de choses, je détestais sortir, et en fait, je déteste toujours ça. Je préférais rester à l'intérieur, à regarder la télé, à dessiner, mais plus que tout, j'aimais les jeux.

Vous vous souvenez des classiques de soirées pyjama ? Ce genre-là. Bloody Mary, Les Trois Rois, Charlie-Charlie... j'en étais dingue. J'invitais tout le temps des amis à la maison pour y jouer. Tous ceux que je connaissais s'étaient dégonflés au moins une fois lors de nos séances, mais pas moi. Rien ne m'effrayait. Je n'ai jamais crié quand une planche Ouija nous a répondu. Je n'ai pas bronché pendant "Concentrate". J'étais la courageuse de la bande. Je cherchais à avoir peur.

Une nuit, ça a marché.

Cette fois-ci, c'était quelqu'un d'autre qui avait trouvé le jeu. Pour respecter son anonymat, je vais l'appeler Anne. Ce soir-là, je m'étais rendue chez elle, on fêtait son anniversaire avec des amies. J'étais donc dans la cave, assise sur mon sac de couchage, et mes amies étaient dispersées à travers la pièce. On parlait, on riait, et on mangeait des cochonneries. En y repensant, je regrette.

C'est la dernière fois que j'ai été heureuse.

Vers onze heures, la star de la soirée est descendue. Elle avait un sac de chips. Ses yeux brillaient d'un éclat que je ne connaissais que trop bien.

Elle avait un jeu.

Je me suis redressée sur le matelas. Anne s'est dépêchée de descendre les escaliers et s'est assise sur une couverture. Elle a esquissé un sourire qui m'a donné un frisson d'excitation. Les autres filles se sont tues. Le meilleur moment de la soirée était arrivé.

"Vous avez déjà joué à "La Sorcière et la Servante" ?

J'ai reniflé. "C'est quoi ce nom ?"

"Sérieux, c'est vraiment cool." Anne a posé son sac de chips. "On devrait y jouer."

"D'accord, donc comment on joue ?" a demandé une autre fille.

Anne a souri, appréciant l'attention qu'on lui portait. Je ne peux pas la blâmer : j'avais été à sa place plus d'une fois. Elle a fermé les yeux. Après une pause dramatique, elle m'a pointée d'un doigt tremblant.

"Toi" a-t-elle murmuré.

J'ai levé les yeux au ciel, mais me suis approchée pour m'asseoir près d'elle. Anne a attiré ma tête vers ses genoux.

"Oh ?" Je l'ai regardée et ai souri. "Wow, Anne, je savais pas que tu ressentais ça pour moi-"

"Oh mon Dieu, arrête," a grommelé l'intéressée avec un sourire. "Tu casses l'ambiance !"

J'ai replacé ma tête sur ses genoux. "Si tu le dis..."

"Bon." Anne a bougé ses jambes en s'éclaircissant la gorge.

"Voilà comment jouer. Il faut au moins deux personnes. De préférence des femmes, mais ça fonctionne aussi avec des hommes. L'une des deux,'la sorcière', couvre les oreilles de 'la servante'.La sorcière doit ensuite dire son plus gros secret à voix haute. Évidemment, la servante n'est pas censée entendre quoi que ce soit. Cependant, le jeu lui laisse entendre certaines syllabes.  Ces syllabes sont les morceaux du nom d'un démon. »

J'ai baillé, interrompant Anne. "Et ensuite on meurt, c'est ça ?"

"Pas exactement," a-t-elle répondu. "Ça délimite le temps qu'il te reste à vivre."

J'ai levé un sourcil. C'était nouveau.

"Plus tu entends de morceaux du nom, moins il te reste de temps." Anne a de nouveau bougé ses jambes, se mettant plus à l'aise."Par exemple, une syllabe, c'est un million de pas."

Je me suis tordue le cou pour la regarder. "Et le nom entier ?"

Anne a ri. "Dans ce cas, tu meurs sur le coup."

"Oh, ça a l'air marrant." J'ai installé ma tête sur ses genoux. "On y va."

Je pouvais presque sentir Anne lever les yeux au ciel. "Oh ça va, on s'y met..."

Et elle a couvert mes oreilles avec ses mains.

Au début il n'y avait rien, juste un marmonnement indistinct. J'étais sur le point de dire que c'était de la connerie.

TA-

J'ai failli m'asseoir. Putain quoi ? C'était aussi clair que si elle avait parlé dans mon oreille. Je l'ai regardée, suspectant une astuce. Tout ce que j'ai vu, c'était le menton de Anne qui bougeait. Je me suis réinstallée. Sa main avait dû glisser.

BO-

D'accord, donc ça fonctionnait. Je n'ai plus bougé. J'étais sûre qu'une sorte de phénomène naturel faisait partie du truc. C'était toujours le cas. Des hallucinations pour Bloody Mary, le vent pour Charlie Charlie. C'était simple. Je me suis détendue, attendant les prochaines syllabes.

TU-DI-MOU

Puis, ses mains se sont détachées de mes oreilles. Je me suis redressée. Anne me regardait avec impatience.

"Alors ?" a-t-elle demandé. J'ai haussé les épaules.

"Cinq, il me semble ?" J'ai étiré ma nuque. "Combien de temps, Docteur ?"

Anne a soupiré. "Pas du temps, des pas. Enfin..." Elle a réfléchi une seconde. "Tu as vingt pas."

J'ai mis ma main sur ma poitrine dans une fausse expression d'horreur. "Oh non ! Apparemment je vais avoir besoin d'un fauteuil roulant !"

"Oh, la ferme," a reniflé Anne. "Enfin bref, à qui le tour ?"

Tout le monde avait hâte de participer. Une fois leur tour venu, les autres filles ont respectivement obtenu cinquante, quatre-vingts et vingt. La dernière à passer m'a fait un high-five, on avait le même nombre. Puis ç'a été le tour d'Anne.

"D'accord, faut que j'essaie ce truc," ai-je dit, tapotant mon genou. "Viens là."

Anne a grogné. "J'ai pas envie de me lever..."

"C'est pas à toi qu'il reste vingt pas," me suis-je moquée. Anne a ri et s'est approchée. Quand on a été bien installées, j'ai couvert ses oreilles. Bien. Un secret.

"Bon, quand j'avais huit ans, j'ai voulu un cookie," ai-je commencé. Les filles ont rigolé. "Ils étaient sur une étagère donc j'ai TA-"

Ça m'a arrêtée net. Quand j'avais prononcé la dernière syllabe, ça n'avait pas sonné comme ma voix, j'aurais pu le jurer. J'ai levé la tête. Personne n'avait l'air d'avoir remarqué. J'ai avalé ma salive et ai continué.

"J'ai tapé l'étagère en question, ce qui n'était pas une très BO-ahem, bonne idée. Elle est tombée et m'a presque TU- tuée." Je me suis encore arrêtée. Les filles me regardaient. "Continue," a dit l'une d'elles.

"Aha, ouais," ai-je dit. "Euh, j'ai commencé à pleurer, et j'ai DI-dit 'Maman, au secours, je vais MOU-mourir.'" J'ai pris une seconde pour m'éclaircir la gorge. J'avais atteint la limite de mes propres syllabes.

"Elle est arrivée en COU-courant, et j'avais tellement PEur parce que je croyais qu'elle allait me TUer..." J'ai grimacé. Ça commençait à faire beaucoup. "DOnc j'ai fait semblant d'être MOrte quand elle m'a vue."

Les filles ont commencé à rire. "Oh non, pauvre chou !" ont-elles rigolé. J'ai souri faiblement. Anne s'est assise, enlevant mes mains de ses oreilles. 

Elle a souri, puis a compté sur ses doigts avant de lever les mains en l'air.

"Waw, dix syllabes... Oups ! On dirait que je vais mourir !"

Les autres filles l'ont immédiatement acclamée. "Attends, combien de pas ?" ai-je demandé. L'effroi grandissait dans mon ventre. J'avais bien compté le nombre de syllabes.

"Cinq, si je dois aller pisser, je suis condamnée," rit-elle.

Je suis devenue pâle. "Anne, je crois pas que-"

Son visage s'est éclairé. "Oh, je vais mourir ?" Elle s'est levée et a fait un pas de façon exagérée. "Regarde, je fous ma vie en l'air !" Elle en a fait trois autres. J'ai attrapé sa jambe.

"Anne, arrête ça," ai-supplié. Je n'avais jamais eu aussi peur. "C'est plus drôle."

Elle a repoussé ma main en riant. "Pas pour toi peut-être." Elle a tourné un pied. A levé l'autre.

Un dernier pas.

Du sang a jailli de sa bouche.

En quelques secondes, on en était toutes couvertes. Il était encore chaud. Métallique. Rouge. Quelqu'un a crié.

Nous étions toutes marquées par la mort.

La fille à qui j'avais fait un high-five un peu plus tôt, celle qui avait eu vingt également, a inconsidérément utilisé ses pas pour courir à l'étage chercher de l'aide. Son sang a coulé derrière elle dans les escaliers, comme une rivière. Celle qui avait obtenu cinquante est arrivée en haut, mais n'a réussi qu'à effrayer la mère d'Anne avant que ses pas ne soient comptés. La pauvre femme a été recouverte de sang. Quatre-vingts a été plus maline. Elle a gardé ses pas pour aller jusqu'à la voiture de la police. Malheureusement, elle n'est pas allée beaucoup plus loin.

Moi ?

La police m'a trouvée en larmes à la cave, couverte de sang et refusant de marcher. J'ai dû être transportée jusqu'à leur voiture. En fait, j'ai dû être transportée partout. Les docteurs, perplexes, ont attribué ça au choc. Ils ont expliqué la mort des autres par une soudaine maladie. Je ne leur ai pas dit la vérité.

Maintenant, j'ai vraiment un fauteuil roulant. Vingt ans ont passé. Pendant tout ce temps, j'ai fait dix-huit pas accidentels. J'ai passé le reste de mon temps à éviter scrupuleusement de marcher. Je vis ma vie comme une invalide.
Je ne veux plus vivre comme ça.

Considérez ceci comme une lettre de suicide. Je n'ai personne à qui je vais manquer, donc tout devrait bien se passer. J'espère juste que mes jambes peuvent toujours me porter. Mais, avant de partir, vous devez me promettre une chose.

Comptez vos pas.
________________
"La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer." - Proverbe danois.
Back to top
Publicité






PostPosted: Sun 2 Feb 2020 - 14:39    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jared Gauss
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 14 May 2017
Posts: 131
Localisation: Sur la face obscure de la lune
Masculin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre

PostPosted: Sun 2 Feb 2020 - 23:02    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

Avant toute chose : je ne peux apporter de réponse aux questions de traductions, qui devront bien sur être réglé à un moment ou un autre. Je vais m'en tenir à critiquer ce texte comme s'il s'était s'agit d'une proposition française, ce qui pour moi sera un gage de qualité quant à sa publication.


- cohérence/vraisemblance de l'histoire : je n'ai rien noté de dramatiquement incohérent dans le déroulement de l'histoire. Peut-être à redire sur le fait qu'elle arrive à si peu marcher en tant d'année, et qu'on la force pas à marcher, mais je suppose qu'en se débrouillant avec des béquilles, se faisant porter ou quoi, après un tel choc y a surement moyen. J'imagine des parents passifs qui lui passeraient le truc en se sentant impuissant. 



- cohérence des actions du ou des personnages : en soi l'histoire repose sur des enfants qui jouent à un pseudo jeu horrifique se révélant être réel. Que les enfants joue à ce genre de jeu est tout à fait cohérent, donc rien à redire.


- sentiment éveillé chez le lecteur : peur. Une espèce d'anticipation désagréable, bien joué.


- vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : témoignage. Je suppose. RAS


- style d'écriture : j'ai rien noté de super choquant en l'état. Pas de passé simple. Je ne juge pas la traduction, je suis pas expert. Mais pour moi cette creepy écrite en française serait correct et acceptable, donc je valide.


- lisibilité du texte : peut-être quelque chose à travailler, c'est quand même très très aéré. J'en fais pas quelque chose de disqualifiant cependant.


- intérêt de l'histoire : on est à mi-chemin entre le jeu et le rituel, avec une petite chute (minime et prévisible) ma foi sympathique. La mécanique des pas est cool. C'est classique mais efficace, un POUR pour moi.
________________
J'suis parti de partout mais j'critique quand ça craint

Franchement écoutez les Pink Floyd.Je pleure là en rédigeant ces lignes. On a pas pu composer quoi que ce soit d'aussi beau en 50 ans après eux. Faites l'effort. Vraiment. Soyez ivre, soyez camé, soyez malade ou bien portant, mais écoutez les.

Pitiez ?

Back to top
Visit poster’s website AIM Yahoo Messenger
DydyMcFly
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Mar 2018
Posts: 167
Localisation: Nice
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre

PostPosted: Mon 3 Feb 2020 - 09:57    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

Hello, merci pour ton retour !
Pour ce qui est de l'aération du texte, j'ai essayé de m'en tenir à la mise en page de l'original, ne sachant pas trop où enlever les mises à la ligne j'ai préféré ne rien toucher haha
Et pour le fait de ne pas marcher, je suppose que ça a été traité par son entourage de la même façon que les gens qui ne parlent plus suite à un traumatisme, du moins c'est ce que je me suis dit ^^
________________
"La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer." - Proverbe danois.
Back to top
Undetermined.B
Critique
Critique

Offline

Joined: 26 Dec 2018
Posts: 359
Localisation: dans l'eau
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat

PostPosted: Tue 4 Feb 2020 - 14:00    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

• Explication du jeu "Concentrate" : Pour faire simple, il s'agit d'un jeu horrifique majoritairement pratiquer par les enfants et jeunes ados dans le but de se faire peur. Pour l'exécuter, il faut être deux. Le premier participant (le sujet) ferme les yeux, tandis que la seconde personne (le compteur) se place derrière lui. Le compteur se met alors à raconter une histoire spécifique tout en touchant certaines partie du corps de l'autre, non sans  lui indiquer plusieurs fois de rester "Conentrer/Concentrate" sur sa voix. En fonction de ce qui est raconté, le sujet doit ressentir certaines sensation. (un peu comme le jeu ou quelqu'un mime de casser un oeuf sur notre tête et qu'on est censé le sentir couler lorsqu'il nous touche le crane avec sa main, vous voyez ?). A la fin de l'histoire, le sujet doit voir une couleur en ouvrant les yeux. La nuance aperçut est censé représenté la manière dont on doit mourir. 


Ci-joint le lien de la page avec la comptine (attention c'est en anglais) : https://hideandgokill.fandom.com/wiki/Concentrate_Game




• Cohérence de l'histoire et des personnages : Rien ne me choque particulièrement. Bon, c'est vrai que je me demande comment elle a fait pour ne pas poser le pied depuis tout ce temps et/ou ne pas marché plus de 20 pas, mais admettons. Si on commence à chercher trop de réalisme, on s'en sort plus. De plus, la narration n'étant pas trop tirer par les cheveux, l'histoire reste "réaliste" dans le sens où oui, c'est un jeu que n'importe quel gosse en mal de sensation forte pourrait pratiquer.


• Sentiment éveillé : Curiosité ! J'avais envie de connaitre la suite.


• Style d'écriture et traduction : Ca me parait ok. C'est jamais facile de remanier un texte de ce genre où les syllabe sont extrêmement importante.


Intérêt de l'histoire : Ok pour moi. Un rituel plutôt sympatoche que les lecteurs pourront refaire à la maison. C'est un POUR.
________________
Back to top
DydyMcFly
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 24 Mar 2018
Posts: 167
Localisation: Nice
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre

PostPosted: Tue 4 Feb 2020 - 16:01    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

Ooooooh merci pour le jeu Concentrate ! J'ai vaguement cherché sans trouver du coup j'ai pas insisté, j'ai pensé que quelqu'un connaîtrait forcément sur le fofo haha
Et merci pour ton avis aussi !
________________
"La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer." - Proverbe danois.
Back to top
P
Cryptien
Cryptien

Offline

Joined: 07 Jul 2017
Posts: 279
Féminin

PostPosted: Wed 5 Feb 2020 - 21:39    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

- cohérence/vraisemblance de l'histoire : RAS


- cohérence des actions du ou des personnages : l'abrutie qui va à la voiture de police ... Mais sinon, ça va.

- sentiment éveillé chez le lecteur : Peur, détermination à vivre par empathie.


- vraisemblance du moyen de transmission de l'histoire : lettre de suicide, et pas témoignage, donc, okay !


- style d'écriture : ça va.


- lisibilité du texte : ok.


- intérêt de l'histoire : Jeu-rituel, intéressant les pas. Cela me fit penser à Kill Bill et au coup des cinq doigts et la paume qui tu tue au bout de 5 pas il me semble.
________________
Back to top
Wasite
Éditeur
Éditeur

Offline

Joined: 24 Aug 2016
Posts: 474
Localisation: France
Masculin

PostPosted: Wed 5 Feb 2020 - 23:31    Post subject: Il me reste deux pas à vivre Reply with quote

Acceptée
________________


Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Creepypasta from the Crypt Forum Index -> Propositions de publications -> Nécronomorial -> Traductions -> Traductions acceptées -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Edited by the French Creepypasta Community
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group